Histoire du diocèse

Livre d'heures de Grégoire de ToursLe diocèse de Dijon est une création du XVIII° siècle. La ville où fut fixé son siège était cependant la capital de la Bourgogne depuis le XI° siècle, et déjà au VI°, l'historien des Francs, Grégoire de Tours, s'étonnait qu'une cité de cette importance ne possédât pas son Evêque. Cependant, les Evêques de Langres en firent leur principale résidence du V° au IX° siècle au moins, et ils y avaient leur seconde cathédrale en l'Eglise-mère Saint-Etienne.

Le territoire du diocèse actuel relevait de quatre Evêques : ceux de Langres, d'Autun, de Besançon et de Châlon-sur-Saône ; ces derniers jouissaient d'une co-cathédrale, l'Eglise Notre-Dame de Losne, qui devint, sur la fin du XII° siècle, et jusqu'en 1710, le siège d'une Prélature nullius, dont dépendaient quatre paroisses.

Cependant, les autorités provinciales et les Dijonnais désiraient avoir un Evêque, pour des raisons de prestige et de commodité. Des tentatives en ce sens furent faites en 1575, 1578, 1597 et en 1630. Mais ce ne fut qu'en 1731, qu'un projet aboutit, formé dès 1725, de démembrement de l'immense diocèse de Langres pour l'érection du siège épiscopal de Dijon. Le diocèse fut créé par accord entre le pape Clément XII (bulle du 9 avril 1731) et le roi Louis XV (lettres patentes de juillet). L'évêque s'établit dans la collégiale Saint-Etienne, dont le chapitre devint cathédral. Sa juridiction s'étendait sur l'ancien archidiaconé du Dijonnais qui formait en principe le nouveau diocèse.

Cathédrale Ste BénigneLe diocèse créé par l'Assemblée constituante en 1790 épousa les limites du nouveau département de la Côte d'Or, dont selon l'usage, il prit le nom.

La réorganisation concordataire de 1801 attribue au diocèse de Dijon les deux départements de la Côte d'Or, et de la Haute-Marne, et l'Evêque de Dijon devait, en vertu d'un indult particulier, prendre le titre d'Evêque de Dijon et de Langres. L'église Saint-Bénigne de Dijon devint la cathédrale du diocèse.

La convention du 11 juin 1817 entre Rome et le gouvernement français permit d'envisager le rétablissement de l'Evêché de Langres ; cette restauration s'accomplit le 26 juillet 1823. Dès lors, le diocèse de Dijon ne comprit plus que le département de la Côte d'Or, dont les limites sont rigoureusement les siennes propres.

Le diocèse a reçu, par bref du cardinal-légat J-B. Carpara, pour Patron principal le martyr dijonnais Saint-Bénigne et pour patron secondaire Saint-Etienne.