Notre Blog Actualités



Posté le 02 dcembre 2014 - Rubrique Vie du diocèse

Dans notre diocèse, une cinquantaine de baptisés ont reçu une responsabilité de Mgr Minnerath pour le service de l’Eglise locale : ce sont les laïcs ou religieuses en mission ecclésiale. Leurs fonctions sont variées : assistants pastoraux au service de la catéchèse ou de la solidarité, responsables d’aumônerie dans l’enseignement public ou catholique, et aussi dans les hôpitaux, ou encore à la prison.

Deux fois par an, ils se retrouvent pour une journée de rencontre, de formation, de réflexion spirituelle et de découverte d’une réalité pastorale, avec le vicaire général et le père Georges Joannet, prêtre accompagnateur. Le 27 novembre fut consacré à une meilleure connaissance du Centre Hospitalier Universitaire de Dijon et de son aumônerie.

Le matin, à la maison Ozanam, Vincent Boggio, médecin hospitalier pédiatre, enseignant à la faculté de médecine, diacre au service des professionnels et des étudiants du monde de la santé, nous a exposé l’évolution très importante du monde hospitalier depuis quarante ans qu’il y travaille : les nouvelles techniques ont entraîné des hyper spécialités médicales, et le développement de l’informatique a modifié les modes de communication entre les médecins et les patients. Il a abordé les interrogations éthiques que cela entraîne, et les participants insistent sur les conséquences humaines pour les malades, aujourd’hui.

L’après-midi fut consacré à l’aumônerie du complexe de l’hôpital du Bocage : sous la responsabilité de Catherine Barthelet, elle est composée de deux prêtres, de quatre aumôniers laïcs de permanence jour et nuit, et d’une quinzaine de visiteurs de malades bénévoles. Brigitte Port nous a partagé son expérience par trois témoignages d’accompagnement de malades et de leurs familles. Puis, nous avons visité la salle omniculte dans le hall central du Bocage. Enfin, une célébration eucharistique nous a rassemblés dans la chapelle Notre-Dame de Bon Espoir, à l'entrée de l'hôpital.

 

                                                    Jean-François Minonzio
                                                        Délégué épiscopal
                                              à la coopération missionnaire

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 31 octobre 2014 - Rubrique Vie du diocèse

Il n'est pas habituel de parler des questions matérielles sur ce site.

Mais c'est une expérience particulière qui a été vécue  dans notre grande bâtisse du boulevard Voltaire. Notre maison diocésaine est vraiment la maison de tout le diocèse puisque nous sommes tous appelés à y venir pour des réunions ou rencontrer l'un des services qui y ont leur bureau.

A partir de ce jour, le chauffage est désormais assuré par le réseau de chaleur du Grand Dijon. Sans doute que tous les habitants et utilisateurs de la maison ne sont pas rendu compte du changement, et il est heureux qu’il en soit ainsi ! Car notre maison diocésaine abrite la maison du clergé (EHPAD accueillant les prêtres âgés), un foyer d’une cinquantaine d’étudiants, une résidence de prêtres, les services diocésains, la bibliothèque diocésaine et de nombreuses salles de réunions. (Vous pouvez faire davantage connaissance avec ces bâtiments en visitant le site maisondiocesaine-dijon.cef.fr )

La mutation de ce 31 octobre s’est préparée depuis plusieurs mois.

Après l’étude de la proposition faite par le délégataire de service public, la société « Dijon Energies », la décision a été prise de bénéficier du chauffage urbain qui a été proposé à tous les immeubles situés dans le périmètre de la délégation.

Aussi dès aujourd’hui, c’est donc le chauffage produit par deux points de production de chaleur qui alimente la maison diocésaine : l’énergie récupérée de l’usine d’incinération au nord de Dijon et la chaufferie urbaine biomasse du sud de Dijon.

Ce système de chauffage devrait permettre de chauffer la maison diocésaine à moindres frais. Mais le fournisseur nous indique aussi d’autres avantages : amélioration de la qualité de l’air (émissions de CO2 évitées), disparition des cheminées, investissement réduit. En effet, la chaudière a été substituée par un échangeur primaire, qui prend moins de place et dont l’entretien est beaucoup plus facile.

Cette évolution, quasi invisible pour nous tous utilisateurs, est aussi l’occasion de remercier tous ceux qui travaillent discrètement à l’entretien et à l’amélioration de nos bâtiments pour que notre maison diocésaine puisse remplir toutes ses missions.

 

Photos ci-dessous : © R. des Boscs

La nouvelle installation au sous-sol de la maison diocésaine :
après de nombreuses années de service, la chaudière a été arrêtée par Marcel Charlin, technicien à la Maison Diocésaine ;
le nouvel échangeur est mis en route par la société "Dijon Energies" avec le personnel de la Maison diocésaine ; l’appareil de désembouage du réseau.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 30 octobre 2014 - Rubrique Vie du diocèse

Notre diocèse porte le souci de l’entretien de ses bâtiments : presbytères, maisons ou salles paroissiales, Maison diocésaine, églises ou chapelles...

Régulièrement ces bâtiments demandent des travaux ou des aménagements. Tout cela ne pourrait se faire sans la générosité des chrétiens. Et tout aussi régulièrement, le diocèse informe ses donateurs des travaux en cours ou à entreprendre par le dépliant « Pierre d’Angle ».

À l’occasion de la solennité de la Toussaint, Pierre d’Angle sera remis à chaque participant à la messe afin que tous connaissent les travaux en cours.

Ce Pierre d’Angle , dont l’éditorial est signé par notre archevêque, présente les travaux de restauration des salles paroissiales de la paroisse Saint Pierre et de la paroisse Saint Paul de Dijon. Pour ces deux paroisses, ces salles doivent être rénovées et adaptées aux besoins actuels.

La Maison diocésaine du boulevard Voltaire a connu aussi des travaux importants pour ses deux ascenseurs : l’un a été mis aux normes actuelles et l’autre a dû être totalement remplacé. Inutile de préciser que ces ascenseurs qui conduisent aux trois étages sont indispensables pour la maison de retraite des prêtres ou pour les participants des différentes réunions.

La paroisse Saint Michel de Dijon bénéficie depuis quelques semaines de nouvelles salles de réunion dans un bâtiment qu’elle vient d’acquérir. Pourquoi ce nouveau lieu d’accueil ? C’est la réponse à cette question et bien d’autres informations qui sont données dans l’article consacré à ce nouvel espace.

Toutes ces informations et bien d’autres encore dans ce nouveau Pierre d’Angle qui vous sera remis par votre paroisse ou que vous pouvez découvrir dans le document pdf ci-dessous.

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 15 octobre 2014 - Rubrique Vie du diocèse

Les sœurs de Saint-Joseph de Cluny ont vécu, ce 4 octobre 2014, un événement sans précédent : la profession religieuse de soeur Marie-Bruno Pitta en l'église Notre-Dame de la Nativité à Chamblanc, lieu de la première Communion d'Anne-Marie Javouhey, leur fondatrice.

Sœur Marie-Bruno, novice depuis deux ans à la Communauté de Chamblanc, a fait, au cours d'une célébration eucharistique, son engagement dans la Congrégation en prononçant ses premiers vœux.

Originaire de Guyane, sœur Marie-Bruno a grandi en France depuis ses dix ans. Sa recherche d'une vie donnée aux autres l'avait déjà conduite comme missionnaire laïque au Brésil et en Côte d'Ivoire. Elle cherchait aussi « quelqu’un » qui pouvait combler sa vie. Son chemin s'est précisé et elle a choisi de mettre ses pas dans ceux d'Anne-Marie Javouhey.

Le père Marcel Luedi, curé de la paroisse de Seurre, a accueilli les prêtres présents : le père Paul Chadeuf, délégué épiscopal pour la vie consacrée, qui a présidé la Célébration, le père Georges Auduc, du diocèse d'Autun, le père Michel de Gigord, curé d'Auxonne et le père Raoul Mutin, vicaire à Genlis et Saint-Just. René Gigleux, diacre permanent (ordonné en février) au service des paroisses de Brazey/St-Jean, était également présent.

Soeur Marie-Bruno était entourée de sa famille et de nombreux amis, de sœur Véronique, provinciale des Antilles-Guyane, de soeur Marie-Yvonne Kerfourn, provinciale de France, des sœurs des Communautés de France, des paroissiens…

La belle église romane ornée, d'une magnifique décoration de fleurs des Antilles, rappelle les origines de soeur Marie-Bruno.

Le chant d'entrée : « Appelés par le Christ aux chemins de l'Alliance », donne le ton de la célébration. Les jeunes sœurs de France, à l'orgue, à la guitare, à la flûte traversière, à l'animation des chants, rehaussent de leurs talents, une liturgie très festive.

Le père Auduc, ami de notre famille religieuse et connaissant bien Anne-Marie Javouhey, a assuré l'homélie.

Soeur Marie-Bruno s'avance : "Me voici, Seigneur, parce que tu m'as appelée". Elle prononce ses voeux, première étape de sa vie religieuse. C'est soeur Véronique, responsable de la Province Antilles-Guyane, qui reçoit son engagement au nom de la Congrégation, et lui remet la Règle de vie, c'est-à-dire le texte qui balisera son chemin, le texte auquel elle pourra se référer pour vivre au quotidien sa consécration dans l'esprit d'Anne-Marie Javouhey.

Après quoi, le père Chadeuf lui remit l'anneau et la croix, signes de l'alliance avec le Christ. L'eucharistie s’est poursuivie dans un profond recueillement et se termina par l'envoi en mission.

Soeur Véronique donna à soeur Marie-Bruno sa mission pour la Guyane, à Cayenne, où elle sera au service des jeunes, en pastorale.

Le verre de l'amitié et le repas qui ont suivi furent l'occasion d'encourager et de remercier soeur Marie-Bruno pour son cheminement et le bout de route effectué dans le village durant deux années.

Nous lui souhaitons beaucoup de bonheur, au service du Christ et de ses frères.

 

                                                Les sœurs de la communauté de Chamblanc


Photos : © DR

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...