Notre Blog Actualités



Posté le 02 aot 2016 - Rubrique Vie du diocèse

Parmi les prêtres qui viennent servir notre diocèse au cours de cet été, le P. Benjamin ILBOUDO est sans doute l’un des plus jeunes. Il a 33 ans et il a été ordonné prêtre en 2012 pour le diocèse de Ouagadougou, la capitale et la plus grande ville du Burkina Faso. Originaire de Ouagadougou, c’est dans cette même ville qu’il a suivi toute sa formation.

Après son ordination, le Père Benjamin a été vicaire à la paroisse Notre-Dame du Rosaire de Kolobagna : et il est depuis 2015, avec deux autres prêtres, à Kombissiri, à environ 45 km de la capitale.

Depuis le 2 juillet, il participe à la vie des paroisses de Vitteaux et Précy-sous-Thil avec le Père Albert Zoungrana avec qui il peut partager volontiers tout ce qui peut le surprendre et le réjouir dans ce qu’il voit de la vie des paroisses françaises.

Sa première remarque note la différence entre l’indifférence de la rue et la chaleur de la vie paroissiale : « Dans la rue, on se croise sans se saluer, mais à la paroisse on sent une vraie chaleur humaine, on accorde de l’importance à l’étranger. » Sur les célébrations, il remarque volontiers que les églises ne sont pas aussi pleines que dans son pays, mais, dit-il, « il y a une réelle participation active des chrétiens dans les célébrations ».

Surpris par les funérailles en France.

Ce qui le surprend le plus, c’est l’accueil très large qui est fait pour les funérailles : « Alors que dans notre pays, on accueille dans l’église que les personnes décédées en situation régulière, ici, vous accueillez tout le monde. Chez nous, ceux qui ne sont pas en situation régulière bénéficient seulement d’une célébration avec la communauté locale, mais pas à l’église. »

Il remarque cependant que, en France, dans les célébrations de funérailles pour les chrétiens pratiquants, « on sent de l’espérance alors que les autres sont beaucoup plus inconsolables. »

C’est aussi la préparation des funérailles qui surprend le Père Benjamin : « J’aime beaucoup le temps qu’on prend pour préparer les obsèques car on prend le temps de s’asseoir avec la famille. »

Bonne découverte au Père Benjamin et un grand merci pour sa disponibilité et son esprit missionnaire.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 29 juillet 2016 - Rubrique Vie du diocèse

Le P. Patrice MEGNINOU est l’un des prêtres qui vient servir régulièrement une paroisse du diocèse durant l’été. Le P. Patrice nous est donc particulièrement bien connu puisque cela fait 12 ans qu’il assure presque chaque année un temps de remplacement à la paroisse Saint-Bernard de Dijon.

Prêtre du diocèse de Natitengo au Bénin depuis 1999, il a parfois servi aussi la paroisse de Gevrey-Chambertin et la paroisse de Saint Julien.

 

Aumônier d'hôpital au Bénin

Lorsqu’il est venu durant l’été 2014, le P. Patrice nous avait expliqué qu’il allait commencer une nouvelle mission. Après avoir été curé de paroisse dans son diocèse durant 13 ans, il allait commencer le ministère d’aumônier d’hôpital, en étant envoyé au service de l’hôpital Saint-Jean-De-Dieu de Tangieta. Cela fait deux ans qu’il exerce donc cette fonction qu’il apprécie tout particulièrement. D’ailleurs en 2015, le P. Patrice n’est pas venu à Dijon en raison d’une suspicion de fièvre Ebola dans son hôpital.

Mais cette année, c’est avec joie qu’il a retrouvé la paroisse Saint-Bernard, transformée en raison de la nouvelle organisation de la communauté des prêtres qui en a la charge : il a revu avec joie les familles qu’il connait bien et fait la connaissance de nombreuses nouvelles familles. Au cours de cet été, il réside au presbytère avec Don Claude-Noël Desjoyaux qui est au service de la paroisse de Fontaine-les-Dijon, et il assure comme chaque curé la célébration des messes, des funérailles, baptêmes, mariages et les permanences au secrétariat.

 

Une paroisse qui le réjouit

Il se réjouit de la grande participation des chrétiens à la vie paroissiale. Il trouve qu’une vraie proximité s’établit avec : celle-ci se manifeste par exemple par les nombreuses invitations qu’il reçoit. Il apprécie également que la paroisse soit organisatrice de soirées festives qui lui permettent de rencontrer les paroissiens dans un autre cadre.

Ce mois de juillet aura donc été très riche pour lui et dans quelques jours il repartira vers le Bénin avec beaucoup de bons souvenirs.

Alors, avant son départ, nous lui exprimons toute notre reconnaissance. Merci, Père Patrice

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 19 juillet 2016 - Rubrique Vie du diocèse

Durant cet été, chacun de nous est aussi appelé à être attentif à ceux qui vivent dans les maisons de retraite. Dans le diocèse de Dijon, l’EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personne Agée Dépendante) de la « Maison du clergé », qui accueille des prêtres du diocèse, mais aussi des religieuses et des laïcs désireux de profiter de ce cadre privilégié,  fait tout pour que ses résidents puissent aussi continuer à bénéficier du calme de leur établissement. Aussi c’est bien naturellement que chacun apprécie les promenades dans le parc qui est à leur disposition.

Ce mardi 19 juillet, après la célébration de la messe, c’est un repas barbecue qui a été préparé pour l’ensemble des résidents. Dès 12h, aidé par tout le personnel de l’établissement conduit par sa directrice, Madame Marie Lafon, assistée de l’infirmière, Mme Vivier, avec la communauté des sœurs de la congrégation de Bénigne Joly, chacun a pu s’installer à l’ombre des grands arbres du parc, pour se désaltérer et déguster les grillades préparées par les cuisiniers de la maison.

Ce repas festif fut aussi l’occasion d’accueillir certaines des religieuses résidentes de l’EHPAD de Notre-Dame de la Visitation, venues en voisines rencontrer d’autres sœurs de la même congrégation.

Pendant tout le repas, chacun a pu vérifier la disponibilité de tout le personnel pour répondre aux attentes de chacun durant tout ce temps apprécié de chacun.

Il est bien sûr possible de participer à la messe quotidienne (11h) avec les résidents de la maison du clergé tout au long de l’année ou de leur rendre visite. N’hésitez pas à prendre contact avec les responsables de la maison si vous êtes disponible ou si vous connaissez l’un ou l’autre résident. Soyez sûrs que chacune des visites est toujours appréciée. 

Maison du Clergé
9bis bd Voltaire
21000 DIJON
03 80 63 14 97 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 13 juillet 2016 - Rubrique Vie du diocèse

En ce 12 juillet 2016, une importante assemblée s’est rendue à la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon pour dire un dernier adieu à Monseigneur Michel Coloni qui fut pendant 15 années (de 1989 à 2004)  évêque et archevêque du diocèse.

La cérémonie des obsèques a été présidée par Mgr Roland Minnerath, qui, au début de la célébration, a rendu hommage à son prédécesseur :

"Frères et sœurs, chers amis,

Nous sommes réunis pour rendre un dernier hommage à celui qui fut votre pasteur pendant 15 ans, de 1989 à 2004. Mgr Michel Coloni avait pris sa retraite à Paris où il était né et où il avait exercé son ministère avant de venir à Dijon.

Je salue chaleureusement ses sœurs, Françoise et Marie-Jeanne, présentes parmi nous et tous les membres de sa famille.

Je salue tout spécialement S.E. le Cardinal André Vingt-Trois, Archevêque de Paris, qui présidera l’absoute, entouré des Évêques qui ont connu Mgr Coloni comme auxiliaire du Cardinal Lustiger à Paris : Mgr Perrier, et Mgr Soubrier qui s’est excusé.

Je salue fraternellement les évêques originaires de notre diocèse : Mgr Garnier, Archevêque de Cambrai, Mgr Ulrich, Archevêque de Lille, qui donnera l’homélie et Mgr Touvet, Évêque de Châlons ainsi que Mgr Raffin, Évêque émérite de Metz.

Je salue les évêques de la Province de Dijon, Mgr Rivière, Mgr Gilson et Mgr Patenôtre qui s’est excusé.

Mgr Gueneley, Évêque émérite de Langres, nous rappelle notre lien avec notre Eglise mère. Plusieurs autres Évêques ont exprimé leur proximité avec nous, dont le Cardinal Panafieu.

Je salue très cordialement les Pères Abbés de Cîteaux et de Flavigny

Les nombreux prêtres présents rendent témoignage de l’affection qui les liait à leur ancien Évêque. Je pense en particulier à ceux qui ont été les collaborateurs les plus directs de Mgr Coloni. Je n’oublie pas les Religieuses, tous les personnels de l’Archevêché qui ont tenu à venir saluer sa mémoire.

Je me joins personnellement à eux pour exprimer ma reconnaissance à l’Évêque qui m’a imposé les mains il y a plus de douze ans dans cette cathédrale et qui m’a accueilli si fraternellement dans le diocèse de Dijon.

Je salue également les représentants des pouvoirs publics et des autres cultes.

Le Saint-Père a voulu s’associer à notre deuil par ce télégramme que m’a adressé le Cardinal Secrétaire d’Etat :

 "Informé du décès de Son Excellence Monseigneur Michel Coloni, Archevêque émérite de Dijon, Sa Sainteté le Pape François vous adresse ses vives condoléances. Il demande au Père miséricordieux d'accueillir dans son Royaume de paix et de lumière l'âme de ce pasteur zélé qui a exercé avec foi et abnégation son ministère épiscopal, d'abord à Paris en tant qu'Évéque Auxiliaire, puis comme Archevêque de Dijon. Le Saint-Père prie pour la famille du défunt, pour toutes les personnes affectées par cette disparition et, de grand cœur, il vous envoie la Bénédiction apostolique qu'il étend aux fidèles de l'Archidiocèse et à tous ceux qui participent à la liturgie des obsèques.

Cardinal Pietro Parolin

Secrétaire d'Etat de Sa Sainteté"

 

En ce moment même, le bourdon Marie dans les tours de la cathédrale Notre-Dame de Paris frappe 88 coups en référence aux années de la vie terrestre de notre défunt, suivis d’une sonnerie de ce même bourdon à toute volée.

En communion avec tous ceux qui se joignent à nous en cette heure, nous allons évoquer les principales étapes de la vie et du ministère de Monseigneur Coloni. »

 

Les étapes de la vie et du ministère de Monseigneur Michel Coloni ont été rappelées par le vicaire général :

 « Né le 25 août 1927, licencié en lettres et en théologie, Mgr Michel Coloni a été ordonné prêtre pour le diocèse de Paris le 17 avril 1954.

Il exerce la première partie de son ministère dans le domaine de la formation et de l’aumônerie étudiante. Il a successivement été aumônier au lycée Montaigne (1954-1956), aumônier au Centre Richelieu (1956-1963), aumônier diocésain à la Paroisse universitaire (1963-1974) et assistant ecclésiastique du Centre catholique des intellectuels français (1966-1982). Il a aussi occupé le poste de directeur de la Maison diocésaine des étudiants (1967-1974) et a été aumônier régional des étudiants de 1969 à 1982.

En 1974, le Père Coloni est nommé vicaire épiscopal et délégué pour le monde scolaire et universitaire des diocèses de Paris, Créteil, Nanterre et Saint-Denis, puis vicaire général du diocèse de Paris en 1981.

Nommé évêque auxiliaire de Paris, il est ordonné par le cardinal Lustiger le 8 octobre 1982. 

Nommé évêque de Dijon le 2 février 1989, il a été président de la commission du monde scolaire et universitaire (1991-1994) puis de la commission épiscopale « Education, vie et foi des jeunes » et du conseil épiscopal du monde scolaire et universitaire de la Conférence épiscopale (1995-2000). Il fut également évêque accompagnateur de l’Association des Parents de Prêtres, de Religieux et Religieuses.

Il devient Archevêque de Dijon le 8 décembre 2002 suite à la création des nouvelles provinces ecclésiastiques. Il a exercé cette charge jusqu’à la nomination de son successeur, Mgr Roland Minnerath, dont il présidera l’ordination épiscopale le 21 mars 2004.

Retiré à Paris, il a continué à rendre des services au diocèse de Paris et à la Conférence des Evêques de France. 

Il s’est éteint paisiblement le mercredi 6 juillet à Tivernon (45) à l’âge de 88 ans.

Au moment de rendre grâce à Dieu pour 62 années de ministère dont 34 années d’épiscopat et 15 années d’épiscopat dijonnais, nous pouvons rappeler que Mgr Coloni a eu la joie d’ordonner 21 prêtres pour le diocèse de Dijon, 22 pour l’abbaye de Flavigny et 3 pour l’abbaye de Cîteaux.

Il a convoqué et présidé deux synodes diocésains, l’un en 1991 sur les ensembles paroissiaux, l’autre en 1996 sur la pastorale des jeunes.

Il a érigé St-Joseph de Clairval en abbaye bénédictine de droit diocésain et donné deux fois la bénédiction abbatiale.

Il a vu sortir de terre plusieurs églises : St-Just de Talant, la Visitation de Chevigny St-Sauveur ou le Centre Albert-Decourtray.

La première diffusion publique de notre radio diocésaine a coïncidé avec l’annonce de sa nomination comme Évêque de Dijon.

Les nombreux messages de sympathie reçus à l’Archevêché témoignent de la profondeur du sillon qu’il a creusé et du souvenir amical qu’il laisse derrière lui. »

 

Au début de la messe, la famille, des proches de Mgr Coloni et quelques prêtres sont venus déposer sur le cercueil éclairé par la lumière pascale les insignes épiscopaux (la croix, la mitre et la crosse) ainsi que les vêtements liturgiques (l’aube et l’étole), le calice et la patène.

C’est Mgr Laurent ULRICH, archevêque de Lille et qui fut l’un des vicaires généraux de Mgr Coloni, qui a prononcé l’homélie dont vous pouvez retrouver le texte dans le pdf ci-dessous.

La célébration des obsèques s’est achevée par le temps du dernier adieu présidé par le Cardinal Vingt-Trois, archevêque de Paris, et qui fut, comme Mgr Coloni, évêque auxiliaire du cardinal Lustiger.

 

L’inhumation du corps, à la crypte de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon

La famille et les proches du défunt ont accompagné Mgr Coloni jusqu’à la crypte de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon, pour l’inhumation de son corps. 

 

Photos © M.A. et M.D. Trapet

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...