Notre Blog Actualités



Posté le 05 avril 2011 - Rubrique Vie des Paroisses

Chaque année, après l’hiver, le printemps revient. La nature revit. Chaque année, lors de la première lune du printemps,  la fête de Pâques revient.

Les chrétiens célèbrent la Résurrection. Réveil de la nature et Résurrection de Jésus se rejoignent. Rythme de la nature et calendrier liturgique se donnent la main. On peut s’en réjouir et en vivre. 

Pourtant, cette harmonie ne concerne que la moitié de la planète. En effet, dans l’hémisphère Sud, la fête de Pâques se situe au début de l’automne et dans la perspective de l’hiver. La comparaison entre la vie renaissante dans la nature et Pâques s’évanouit. Cet état de fait met au jour la différence entre la renaissance annuelle de la nature et le caractère unique de la Résurrection de Jésus. La renaissance de la nature est cyclique. La mort et la Résurrection de Jésus sont enracinées,  une fois pour toutes  dans la longue route de l’humanité. L’exécution de Jésus témoigne « qu’il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ».  La foi en la Résurrection nous apprend que « l’amour est plus fort que la mort » et ouvre des horizons insoupçonnés pour chacune, chacun et l’humanité entière dans une histoire neuve à chaque matin. Et le printemps sera quotidien.

Lionel Canat

 

Retrouvez le Père Lionel Canat dans "Visage de Prêtre", un rendez-vous mensuel d'Eglise en Côte d'Or.

Dans le n° d'Avril, Michel Huvet revient sur sa rencontre avec le curé des paroisses du Châtillonnais, interrogé sur RCF Parabole. Horticulteur hors pair, le Père Canat  est aussi un curé hors normes. Animateur d’une « communauté de pratiquants », il égrenne ses « bonheurs » avec le sourire.

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 20 fvrier 2011 - Rubrique Vie des Paroisses

 En ce dimanche 20 janvier, une assistance nombreuse est rassemblée dans l'église St Denis de Nuits Saint Georges pour la messe de 11h15. L'abbé Yves FROT, curé, est entouré du Père André JOBARD, son prédécesseur et du diacre Richard FOURE.

La chorale est au complet, la décoration florale particulièrement éclatante. L'évènement ? le baptême de "Marie Hélène", magnifique cloche de 1,5T, don d'une famille de la paroisse, qui rejoindra bientôt dans le clocher "Jeanne-Marie" baptisée le 18 juin 1899.

Après le credo, le père Frot  bénit l'assemblée, puis la cloche. Vient ensuite le grand moment. Pour la première fois, le prêtre fait sonner la cloche, suivi par le donateur et parrain. La chorale entonne un "laudate domino". LAUDATE NOMEN DOMINI, telle est la devise de la cloche et la signification de sa vocation première.

Après la bénédiction solennelle, un "magificat" est repris en canon par tous. Un vin d'honneur offert par la municipalité prolonge la fête et chacun est invité à faire tinter "Marie-Hélène" avec un maillet.

Marie Hélène sonne en ré. Avec Jeanne-Marie qui sonne en fa dièse, elle forment un intervalle de "tierce majeure"

 

A quoi sert une cloche ?

            Cela paraît simple mais elle ne sert pas seulement à sonner les heures. Elle appelle à la prière pour l'Eucharistie, elle sonne à la volée lors des baptêmes et des mariages, le glas lors des obsèques et est intimement liée à la  vie de la paroisse. Elle participe à tous les évènements clefs d'une communauté chrétienne, locale, diocésaine ou universelle. Rappelons nous que les cloches de nos églises ont sonné lors de la mort de Jean Paul II et de l'élection de Benoît XVI. Elles peuvent aussi sonner pour des événements municipaux. Les plus anciens se souviennent du tocsin pour prévenir la population de catastrophes, de la fin des guerres ou même de l'arrivée du président de la République sur le territoire de la commune. J'avais moi même sonné les cloches à Gevrey lorsque nous avions gagné le Mondial en 1998.Je n'ai guère eu l'occasion de le faire depuis !

 

La tradition de l'Eglise est aussi de bénir la cloche.

            Mais avant de la bénir, je bénirai les personnes. Une bénédiction (littéralement une parole qui fait du bien) est une action de Dieu pour ses fidèles. On bénit d'abord les personnes avant de bénir une croix, une maison, une médaille. Dans notre cas, nous savons  que les cloches  expriment les sentiments du peuple chrétien, qu'elles annoncent à tous ce qui se passe dans la communauté chrétienne. A leur manière, elles annoncent la Bonne Nouvelle. Ensuite, après la prière de bénédiction, elle tintera et après la messe, chacun pourra la faire sonner. Elle restera 15 jours dans l'église  afin que chacun puisse la voir et, à la rentrée scolaire, sera installée dans le clocher.

Cet événement est assez exceptionnel dans la mesure où nous n'avons pas un tel cadeau fréquemment et il est donc normal de le fêter dignement.

 Père Yves FROT

 

Photos Georges DUVERNET

 lire aussi

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 02 dcembre 2010 - Rubrique Vie des Paroisses

Dans son Editorial sur la feuille d’annonces de NOVEMBRE 2010, le Père Joseph N’KOUKA vous a appris l’arrivée dans le Diocèse de DIJON de deux prêtres africains ; un, l’Abbé Bernard MANTUALA MVINDU qui est affecté à la PAROISSE SACRE COEUR, puis, moi l’Abbé Donat-Michel TEMBO UMBA, envoyé  auprès de vous chrétiens de BRAZEY-EN-PLAINE et SAINT JEAN-DE-LOSNE.

Tout au départ, je voudrais volontiers reprendre pour vous rafraichir la mémoire, sinon pour donner à ceux qui n’en n’ont pas eu l’occasion de me connaître jusqu’ à ce jour deux éléments ou un plus de mon identité. Je suis le dernier-né, le 21 février 1964 d’une famille de dix enfants dont quatre filles et six garçons. Aujourd’hui, les deux parents, deux filles et un garçon sont décédés. Mon cursus scolaire s’est passé  normalement, et suite à la fréquentation des prêtres dès le bas âge, une vocation de devenir prêtre est née en moi. C’est ainsi qu’après le baccalauréat, j’ai été orienté par mon directeur d’école vers le séminaire conformément à mes aspirations et selon la volonté  des parents encore en vie en ce moment-là. Au bout de compte, je devins prêtre le 22 octobre 1995 dans le Diocèse de Boma en République Démocratique du Congo, où  j’ai œuvré pendant cinq ans, puis envoyé au Diocèse de Pointe-Noire en République du Congo dès 2001. Après neuf ans de ministère comme  « Prêtre Fidei Donum », me voici à présent en France pour une autre expérience.

Etre prêtre est une grâce non seulement pour soi-même, mais aussi, et beaucoup plus pour le monde. En effet, le prêtre est un don fait au monde. Et pour notre cas, être prêtre « Fidei Donum » est davantage une offrande faite de nous- même à Dieu pour la foi de l’humanité.  Seulement, il faut que le monde accueille le prêtre, dont la vie est totalement consacrée.

S’agissant des chrétiens de Brazey-en-Plaine et ceux de Saint Jean-de-Losne, la réception du  nouveau prêtre telle que l’a souhaitée le curé est une réelle réponse de foi. En effet, sitôt annoncée, la nouvelle eut grand échos dans le  cœur de tout un chacun à telle enseigne qu’à Brazey comme à Saint Jean des moments d’échanges ont été initiés ; mais qui plus est, ils lui ont doté du nécessaire pour une vie indépendante d’adulte, point favorable pour une meilleure implication en vue d’une pastorale et fructueuse. Merci pour tous vos actes de charité.

L’Abbé Donat-Michel TEMBO UMBA se trouve bien plus intégré du fait que, le peuple auprès de qui il est envoyé  l’aide suffisamment à accomplir sa mission. En effet, l’un ou l’autre l’accompagne volontiers pour célébrer un acte liturgique ici et là dans les différentes communes placées à la charge du Père Joseph, son Curé. Le Père curé, que je cite le dernier a eu le mérite de, non seulement de m’accueillir, mais de m’aimer avant de m’avoir vu. En très peu de mots, je lui dois ce qui fonde mes espoirs d’être prêtre ici en France. Car les premières impressions ne peuvent être balayées d’un revers de main. L’Avenir dira-t-on, reste un inconnu. N’est-ce pas que nous sommes des « Hommes » et en plus des « Chrétiens »! A Dieu nous confions Notre Avenir.

Que Son Excellence Monseigneur Roland MINNERATH, Archevêque, trouve en ces quelques lignes, ma sincère gratitude, du fait qu’il nous ait acceptés dans son Diocèse. Par lui nous joignons ses collaborateurs les plus direct ainsi que tous les agents pastoraux clercs et laïcs. Merci !

Abbé Donat Michel TEMBO UMBA

Bookmark and Share
Commentaires (1)
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...
Abbé Barnabé TATI YUYA
Le 09 dcembre 2010 à 21H43
Père Donat Michel TEMBO UMBA

Que Jésus-Christ, prêtre éternel, bénisse ta nouvelle expérience à Dijon, en France. En union de prière.
Abbé Barnabé TATI YUYA
Séminaire de Tournai/Belgique