Notre Blog Actualités



Posté le 16 avril 2012 - Rubrique Vie des Paroisses

La paroisse de Recey-sur-Ource a accueilli, au cours de la messe dominicale, l’envoi en mission de son Equipe d’Animation Paroissiale (EAP) ce dimanche 15 avril.


L’église de Recey avait fait le plein pour cette belle cérémonie, présidée par le vicaire général du diocèse, le Père Eric Millot, entouré du curé du lieu, le Père Albert Zoungrana et du Père Claude Andriot. Une chorale d’alsaciens, anciens paroissiens du curé, était même venue pour l’occasion animer cette célébration.

Après la lecture de l’évangile selon Saint Jean, le vicaire général a prononcé l’homélie. Affirmant qu’ « être chrétien n’est pas une philosophie comme les autres », le Père Millot a appuyé son propos sur le souffle de Dieu « qui déverrouille les cœurs » des apôtres. Il ajoute que « vivre la Foi chrétienne » doit nous faire « sortir de nos enfermements personnels et collectifs ».

Rappelant les missions d’une paroisse, « annoncer, célébrer, servir », le vicaire général a précisé qu’une EAP n’était pas seule à agir mais que c’était elle qui rappellera à tous que la mission ne sera remplie que lorsque ces trois éléments auront été réalisées. « L’EAP a pour mission de déverrouiller les portes de nos cœurs, de nos conceptions trop étroites ou trop rapides. Et nous, il nous faut déverrouiller les portes de nos schémas, de nos appréhensions, pour accueillir la nouveauté de l’Evangile ».

Les cinq membres de la nouvelle équipe d’animation paroissiale ont ensuite été appelés par le Père Zoungrana. Après avoir professé leur Foi, ils ont écouté la lettre de l’archevêque qui leur était adressée,  qui les charge de cette mission jusqu’au 15 avril 2015.

Le curé de la paroisse de Recey a conclu la célébration en invitant les fidèles à « vivre la Parole de Dieu au quotidien », car « le réel, le concret, l’ouverture de notre cœur, c’est le dynamisme de notre Foi ! ».

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 08 mars 2012 - Rubrique Vie des Paroisses

C’est presque devenu une tradition : la paroisse d’Aignay/Baigneux propose chaque année pendant le carême un temps de réflexion sur un thème choisi par les paroissiens.

Puisque l’Eglise se prépare à célébrer le 50ème anniversaire de l’ouverture du concile Vatican II, c’est l’histoire et le contenu de ce concile qui ont été retenus comme fil conducteur de cette journée de récollection.

Ainsi le mercredi 7 mars, à la maison paroissiale de Baigneux-les-Juifs se sont réunis une vingtaine de personnes qui, conduites par le Père Hubert NAUDET, curé de la paroisse d’Aignay/Baigneux, et avec le vicaire général, ont pu écouter l’évocation du concile qui fut l’événement marquant  de l’histoire de l’Eglise au XXème siècle. Comment Jean XXIII, lui qu’on avait considéré comme un pape de transition, a-t-il pu prendre la décision de convoquer ce concile, de demander aux évêques du monde entier de réfléchir aux thèmes qu’ils souhaitaient aborder, d’y inviter des représentants des autres religions chrétiennes ? L’histoire de ce concile et de sa convocation sont en effet déjà une source importante d’informations.  

Mais le concile Vatican II, ce n’est pas qu’une histoire, ce n’est pas qu’un événement ancien. Voilà pourquoi la deuxième partie de cette journée de récollection fut consacrée à la découverte des textes du concile. Si la lecture de ces documents mérite d’être commentée, nul doute qu’ils n’ont rien perdu de leur actualité. Le débat s’est d’ailleurs rapidement animé à l’évocation de la place et la mission des laïcs dans l’Eglise, de la manière dont on peut approfondir sa connaissance de la Bible mais aussi quand il s’agit d’imaginer le rôle de l’Eglise dans le monde de ce temps et en particulier face aux questions importances qui se posent à nous aujourd’hui : quelle parole de l’Eglise et quelle action des chrétiens face à la question de l’immigration ou comment faire entendre sa voix dans les débats politiques d’aujourd’hui ?

En quittant la maison paroissiale de Baigneux-les-Juifs, chacun était convaincu que ce 50ème anniversaire de l’ouverture du concile est une belle occasion d’en redécouvrir les textes pour mieux en vivre dans nos communautés paroissiales.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 27 fvrier 2012 - Rubrique Vie des Paroisses

L’église Saint Jean Bosco de la Paroisse du Sacré-Cœur de Dijon accueillait ce dimanche 26 février l’appel décisif de 16 catéchumènes.


Dernière étape en communauté avant les ultimes scrutins qui se dérouleront dans les paroisses respectives des candidats au baptême,  l’appel décisif est l'étape rituelle de l'initiation chrétienne célébrée au terme du catéchuménat. L'appel est considéré "comme charnière de la préparation baptismale. Il est le "rite dans lequel les catéchumènes dont la foi a été reconnue suffisamment mûre sont admis à participer aux sacrements de l'initiation chrétienne au cours des prochaines fêtes pascales."

Initialement prévue en l’église du Sacré-Cœur, la célébration a dû être déplacée à St Jean Bosco (le gel a fragilisé plus d’un système de chauffage cet hiver, et le Sacré-Cœur est la dernière église à en avoir fait les frais).

Mgr Minnerath, qui présidait la cérémonie, a repris Saint Augustin au début de son homélie : « Saint Augustin nous dit que si Jésus a été tenté, c’est pour que nous reconnaissions que nous connaissons la tentation, et que nous apprenions de lui à la repousser ».

Mais qu’est-ce que la tentation ? « C’est la capacité à nous détourner de Dieu et à choisir des chemins qui nous conviennent » répond le prélat. « Jésus offre sa vie pour nous sauver radicalement de toutes les illusions auxquelles nous conduisent les tentations si nous y succombons. Les tentations de Jésus nous révèlent une chose de notre humanité, c’est que nous ne sommes pas déterminés, programmés, pour agir d’une manière ou d’une autre : nous avons en nous l’esprit. C’est ce qui nous distingue des autres êtres vivants. Nous avons une biologie, une psychologie, mais il y a plus : il y a l’esprit ».

Et l’Archevêque de conclure : « Accueillir l’esprit de Dieu, c’est laisser germer en nous, dans notre liberté même, la plénitude à laquelle Dieu nous appelle. Nous sommes faits pour répondre à l’appel du Christ. Convertissez-vous, convertissons-nous tous. Chaque jour, tournons-nous vers le Christ, détournons-nous des faux messies, des faux messages qui interprètent la vie contre Dieu, et qui ne mènent à rien. Tournons-nous vers lui, car il est notre Vie, il est notre Salut ».

Puis, les 16 catéchumènes ont été appelés par Mgr Minnerath. Originaires des paroisses dijonnaises du Sacré-Cœur, de Ste Jeanne d’Arc, de Saint-Pierre, de Notre-Dame, de Saint-Bénigne, du Bienheureux Jean XXIII, des paroisses de la Visitation, de Pontailler-sur-Saône, de Nuits-Saint-Georges, de Beaune, et du Groupe des Amis Chrétiens, ils ont tous acceptés d’être initiés par les sacrements du Christ : le baptême, la confirmation et l’eucharistie .





L'appel décisif est une étape, marquée par la dimension ecclésiale. C'est à l'Église - évêque, parrains, accompagnateurs et catéchistes des catéchumènes - qu'il revient de discerner, si les catéchumènes ont une foi assez éclairée, une conversion suffisante, une vie de prière réelle, pour accéder aux sacrements. Bien plus encore, l'Église les soutiendra durant le temps de l'ultime préparation, avant et après le Baptême.
"L'appel décisif, a lieu au début du Carême... Il est normalement lié à l'entrée en Carême des baptisés." Ainsi, tous, catéchumènes et baptisés, se préparent à mieux participer au mystère pascal, en luttant contre le péché et en s'attachant à Jésus Christ, sauveur.



Extraits de Joseph Gélineau,  « Dans vos assemblées », Desclée, (1989), volume 1, pp.212-213

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 06 fvrier 2012 - Rubrique Vie des Paroisses

Ce matin du samedi 4 février se tenait à la maison diocésaine le rassemblement annuel de toutes les Equipes d’Animation Paroissiale (EAP) du diocèse de Dijon.

Le programme de la demi-journée était le suivant : présentation rapide des enjeux de la pastorale du baptême des petits enfants par le vicaire général, récits de six différentes expériences par des membres d’EAP, temps d’échange en petits groupes, débat éventuel et conclusions par l’Archevêque.


Après un mot d’accueil de Mgr Minnerath et une prière commune, le Père Eric Millot a pris la parole pour traiter la question des enjeux de la pastorale du baptême des petits enfants. Le vicaire général a rappelé l’importance de l’accueil et de la rencontre : « La pastorale du baptême des petits enfants doit vivre un accueil qui respecte les différences. Elle consiste à répondre à des demandes multiples, extrêmement diversifiées, et qui doivent être accueillies d’une façon personnelle ». Il a également invité l’assemblée à s’inspirer du directoire promulgué par l’Archevêque en 2009, qui traite de ce thème.
Enfin, le Père Millot a tenu à préciser que la rencontre du jour n’avait que pour unique but de partager les diverses expériences acquises afin d’améliorer les travaux de chacun dans sa paroisse : « Il n’y a pas qu’une seule manière de bien faire. Le but de notre rencontre n’est pas de codifier ce qui doit être fait (…). Mais connaître ce qui existe ailleurs est aussi la possibilité de nous interroger sur ce que nous faisons, sur ce que nous pourrions mieux faire ».

La suite de la matinée proposait donc six témoignages de membres d’Equipes d’Animations Paroissiales. C’est avec attention que les membres de l’assemblée ont écouté les expériences de membres des paroisses d’Auxonne, du Sacré-Cœur/St Jean Bosco de Dijon, de Semur-en-Auxois, de Seurre, de Vitteaux et de Genlis.

Un premier constat se dégageait de ces témoignages : les jeunes parents demandant le baptême pour leurs enfants avaient des connaissances très faibles sur la Foi chrétienne. Il est donc important de comprendre où en est chaque parent afin de leur offrir la formation au baptême la plus adéquate.

Ensuite, l’importance de l’accueil a été mise en avant à de nombreuses reprises : que ce soit par un petit déjeuner, un dîner, etc … un moment convivial est toujours apprécié pour tisser des liens avec les parents.

Des points de la rencontre ont également été discutés, tel par exemple que la rencontre à domicile. Aller chez les gens le soir pour échanger, est-ce une bonne chose, dans le sens où ils n’ont pas à garder leurs enfants, sont en confiance puisque en terrain connu,… ? Ou au contraire est-ce intrusif, un peu agressif ?

Après une pause, les participants ont eu l’occasion d’échanger, en groupes réduits. Une mise en commun des propos échangés a ensuite été réalisée. Enfin, l’Archevêque a repris la parole afin de conclure cette demi-journée, riche d’échanges et de témoignages.

Un repas concluait cette rencontre annuelle. Le prochain rassemblement des EAP du diocèse de Dijon se tiendra le 9 février 2013. 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...