Notre Blog Actualités



Posté le 03 septembre 2012 - Rubrique Vie des Paroisses

Ce dimanche 2 septembre, la paroisse de Recey-sur-Ource accueillait son nouveau curé, le Père Wojciech Ciesla.


Nommé curé par Mgr Minnerath, archevêque de Dijon, en juin dernier, le Père Ciesla a donc pris ses fonctions ce dimanche lors de la messe de 11h. Il succède au Père Albert Zoungrana, curé de Recey depuis 2008, qui est quant à lui nommé dans les paroisses de Vitteaux et de Précy-sous-Thil.

La célébration d’installation a été présidée par le Père Jean Lamblot, curé de la paroisse d’Is-sur-Tille/Grancey et doyen du doyenné Seine-et-Tille (qui regroupe les paroisses de Saint-Seine-l’Abbaye, Selongey, Is-sur-Tille/Grancey, Aignay/Baigneux, Laignes, Sainte-Colombe-sur-Seine, Montigny-sur-Aube, Châtillon-sur-Seine et donc Recey-sur-Ource).

Rappelant le nom de toutes les communes dont le nouveau curé aura la charge (voir plus bas), le Père Lamblot a commencé la cérémonie par une brève présentation du Père Ciesla (qui est originaire du même doyenné polonais que le Bienheureux Jean-Paul II), avant de lui remettre les registres de la paroisse.

Dans son homélie, le Père Lamblot a rappelé l’importance de l’accueil dans notre vie de chrétien (accueil d’un nouveau curé, d’un nouvel élève, d’un nouveau voisin…), source de pureté et d’évolution positive.

Les paroissiens, qui remplissaient presque intégralement les bancs de l’église de Recey, ont ensuite été invités à un verre de l’amitié par le maire de la commune, pour faire plus ample connaissance avec leur nouveau curé.





Note : la paroisse de Recey-sur-Ource comporte 16 clochers : Bure-les-Templiers, Buxerolles, Chambain, Chaugey (desservie actuellement par le diocèse de Langres), La Chaume, Essarois, Faverolles-lès-Lucey, Gurgy-le-Château, Gurgy-la-Ville, Leuglay, Lucey, Menesbie, Montmoyen, Recey-sur-Ource, Terrefondrée, Voulames-les-Templiers.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 30 aot 2012 - Rubrique Vie des Paroisses

Jour de fête ce dimanche 26 août dans la paroisse de Saint-Seine-l’Abbaye : le presbytère, qui est aussi la maison paroissiale, a été inauguré à l’issue de la messe de 10h30.


Après le départ du Père Paul Choublier (qui était présent pour l'évènement) en 2008, la municipalité de Saint-Seine-l’Abbaye avait souhaité récupérer le presbytère communal pour y réaliser des travaux bien nécessaires. Le nouveau curé, le père José Mbiyavanga a alors été hébergé (gratuitement) dans le logement du percepteur, dans l’attente de la rénovation d’un logement de type 3 dans l’ancienne cure. Le financement de ces travaux par l’opération « cœur de village » ayant pris un retard d’une durée indéterminée, le diocèse avait alors pris la décision, en accord avec la paroisse, d’acquérir une maison située en plein cœur du village, juste à côté de la pharmacie et à proximité de l’église.

Les paroissiens ont retroussé leurs manches pour permettre au père José d’emménager dans un logement confortable, mais on a dû aussi faire appel à des artisans pour les travaux de plomberie, électricité et placo, ainsi que pour le système de chauffage qui s’est avéré défectueux (changement de la chaudière).

L’inauguration de cette maison paroissiale était donc attendue avec impatience par les différents acteurs de la communauté locale.

Ce dimanche, le symbolique ruban inaugural a été coupé par le Père Eric Millot, vicaire général du diocèse, entouré du Père José et de Madame Marie-Thérèse Dieu, adjointe au maire.

Un rassemblement avec une cinquantaine de personnes a alors suivi dans l’ancienne étable qui borde le presbytère, qui a permis au Père José et au Père Millot de remercier les collectivités locales (mairie et communauté de communes) et bien entendu tous les bénévoles. Monsieur Michel Géliquot, un des initiateurs de ce projet de rénovation, a également pris la parole quelques minutes pour rappeler le déroulement des travaux.

La matinée s’est terminée par une visite des locaux pour tous ceux qui le souhaitaient, ainsi qu’un moment convivial autour d’un buffet préparé par les paroissiens.




Historique


L’emplacement de ce nouveau presbytère était idéal, avec des commodités de parking (grand terrain) mais il a fallu adapter la distribution intérieure aux besoins que l’on attend d’une maison paroissiale. A savoir :

- salle de réunion et secrétariat au rez de chaussée, avec WC handicapé (à créer)

- logement du prêtre à l’étage avec cuisine (à créer), 2 chambres et salle de bains

- cloisonnement de l’entrée arrière pour permettre un accès indépendant au logement.

Ainsi, la fonction « logement du prêtre » et la fonction « pastorale » de cette maison sont clairement séparées.
Au total, pour ces travaux d’adaptation et de rénovation, fournitures comprises, la paroisse a dû débourser 32 000 euros, ce qui est supérieur à ses réserves.

Vos dons sont donc toujours les bienvenus pour remettre les finances paroissiales « à flot »…






Photos ci-dessous : le Père José Mbiyavanga, le Père Paul Choublier, une partie des bénévoles qui se sont mobilisés pour la rénovation du bâtiment, le presbytère (vues extérieure et intérieure), inauguration par le Père Millot entouré du Père José et de Mme Dieu, durant la messe dans l'abbatiale qui a précédé l'inauguration.

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 17 aot 2012 - Rubrique Vie des Paroisses

 En ce jour de l’Assomption, la paroisse d’Aignay/Baigneux proposait aux fidèles une journée autour de l’Ermitage du Val de Seine, récemment restauré.

Cette journée du 15 août était articulée en plusieurs étapes : tout d’abord, pour les plus courageux, une marche était proposée depuis le lavoir de Baigneux-les-Juifs jusqu’à la croix de la ferme de la Corvée, sur l’unique route permettant d’accéder à l’Ermitage. Ensuite, une procession (qui a réunie environ 80 personnes) emmenée par le Père Hubert Naudet et le Père Eric Millot, vicaire général, a conduit les pèlerins munis des bannières des villages au site de l’Ermitage du Val de Seine.

L’Ermitage, dédié à la Vierge Marie, a été construit au XIIème siècle par les moines de l’abbaye d’Oigny, proche de cinq kilomètres. Le domaine fut rattaché au finage de Baigneux au XIVème siècle et subit outrages et reconstructions au cours des siècles (1).

C’est dans un lieu ayant fait peau neuve (2) que la messe a été célébrée à 10h30. Rassemblant près de 200 personnes, la célébration s’est déroulée en extérieur, sous un soleil éclatant et dans une atmosphère recueillie.

Cette belle journée consacrée à Marie s’est ensuite poursuivie avec un apéritif et un repas tiré du sac, puis avec un après-midi de chants et de jeux.



(1) L’Ermitage du Val de Seine : On connaît le nom des ermites, des religieux anachorètes de l’Ordre de saint Antoine, qui habitèrent ce lieu de 1624 à 1792. De Jean Clart à César de Clugny, 31 ermites ont mené ici une vie autarcique.

On sait également que ce modeste sanctuaire était le but de pieux pèlerinage. Le lundi de Pâques de l’année 1732 une procession de 3000 fidèles vint honorer Notre-Dame du Val de Seine. Deux résurrections d’enfants morts sans baptême, consignées dans des procès-verbaux en 1692 et 1694, peut expliquer ces manifestations si imposantes de la foi catholique dans un endroit si éloigné.

Après la Révolution l’ermitage fut loué par la commune de Baigneux à des fermiers. En 1813, la commune vendit l’ermitage à M. Claude-Sébastien Estienne. En 1870, c’est monsieur Girardot, notaire à Baigneux, qui en devint propriétaire.

La famille Thibault l’acquit en 1921. L’Association paroissiale de Baigneux-les-Juifs, qui l’acquit en 1929, œuvre pour la conservation du site et la perpétuation de son pèlerinage, le dernier dimanche du mois d’août. Depuis 2008, l’ermitage est propriété du diocèse de Dijon.

(Jenry Camus)



(2) L’Ermitage a été rénové (drainage, toiture, enduit, création d’un bloc sanitaire, d’un kit d’éclairage solaire…) ces deux dernières années à l’initiative d’André Mercuzot, délégué de la Fondation du Patrimoine du Pays Chatillonnais et de l’association des « Amis de l’Ermitage ». Le diocèse, les dons et les subventions publiques ont permis à ce lieu de retrouver une nouvelle jeunesse, indispensable pour l’accueil de groupes (scouts…), de séminaires, de week-end spirituels, ou de toute manifestation cultuelle et culturelle.




Photos ci-dessous : sur la route entre Baigneux et la croix de la ferme de la Corvée, procession avec les bannières des villages jusqu'à l'Ermitage, messe à l'Ermitage du Val de Seine, Gabriel Robin (Président de l'association des "Amis de l'Ermitage") et André Mercuzot.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 16 aot 2012 - Rubrique Vie des Paroisses

L’équipe d’animation paroissiale de Liernais a organisé cette année encore une randonnée à travers la paroisse. Le parcours, composé d’une

vingtaine de kilomètres, était ponctué de haltes au fil des communes (Brazey, Montot, Blanot, Moulin de la Volère, Vesvres).

Le Père Alain Theuret, curé de la paroisse, est venu saluer les participants au départ, à la maison paroissiale de Liernais. Cette marche dénommée “Une Parole dans la nuit” avait pour thème "la musique liturgique chantée". Cette nouvelle formule a permis aux participants de prendre le temps, en différents lieux, d’écouter quelques notes de musiques diverses et variées, agrémentées de commentaires historiques, et de saisir les différences de styles et de perception selon le lieu, en plein air ou dans une église.

Depuis la liturgie au temple de Jérusalem (presque 900 ans avant Jésus-Christ) jusqu'aux créations contemporaines, c'est toute l'histoire de la musique sacrée qui a été rapidement parcourue : après avoir rappelé quelques textes de l'Ancien et du Nouveau Testament, ont été évoqués successivement la liturgie araméenne, la formation du chant grégorien, l'apparition de la polyphonie, le retour des instruments de musique dans la liturgie... 

Cette soirée a également été l’occasion de faire se rencontrer les marcheurs, rejoints par tous les paroissiens qui le souhaitaient pour la pause pique-nique partagée à Blanot. La dernière étape s'est déroulée de nuit, et en silence, entre Vesvres et Liernais.

Un temps de prière a clos la soirée dans l'église de Liernais éclairée uniquement par des bougies disposées autour du cierge pascal : "Lumière des hommes, nous marchons vers toi, Fils de Dieu, tu nous sauveras !". En ce 10 août, la mémoire de Saint Laurent, dont c'était la fête liturgique, a été honorée dans cette église qui lui est dédicacée, par la lecture d'un texte du bréviaire du jour. Le Père Joseph Balunga, prêtre du Prado originaire d'Afrique et qui passe le mois d'août à Saulieu, a donné la bénédiction finale aux participants.



                                                 Jean-Christophe Garandeau et Elisabeth Berthier

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...