Notre Blog Actualités



Posté le 22 fvrier 2013 - Rubrique Vie des Paroisses

Le 25 décembre, comme chaque année, l’Eglise universelle fêtait en grande pompe la fête de Noël : la descente du Ciel sur la terre par la naissance de l’Enfant-Dieu…

Le 25 janvier, comme chaque année depuis 1636, l’Eglise locale de Beaune vivait en grande simplicité la neuvaine à l’Enfant Jésus : la montée des âmes au Ciel par la voie de l’Enfance spirituelle !

C’est l’Enfant Jésus Lui-même qui a désiré confié aux Carmélites puis à la paroisse de Beaune la grâce et la mission de réveiller et de révéler les trésors et les vertus de Son Enfance : en effet, ce cadeau reçu à Noël que l’on aurait trop vite fait de remiser au fond des placards entre crèche, sapin et autres décorations, nous est donné pour se déployer dans tous les recoins de notre vie durant toute l’année !

Initiée par la Vénérable Marguerite du Saint Sacrement au XVIIème siècle et portée depuis fidèlement par les Carmélites, notre neuvaine avait connu un nouvel élan en 2005 grâce à Sr Jehanne d’Arc et au Père Card qui ont su lui donner une plus grande dimension paroissiale, ainsi que profondeur et unité dans les prédications et démarches proposées.

Mais la neuvaine de cette année a revêtu une dimension supplémentaire en s’inscrivant profondément et volontairement en union avec l’année de la Foi ouverte par le Saint Père.

Elle a ainsi permis à tous ceux qui le désiraient de vivre pleinement et très concrètement ce que Benoit XVI appelait de ses vœux en lançant l’année de la Foi:

*« exposer à tous les fidèles la force et la beauté de la Foi » (chapitre 4 in Porta Fidei)

* vivre « une conversion authentique et renouvelée au Seigneur » (chapitre 6)

* aspirer « à confesser la foi en plénitude et avec une conviction renouvelée, avec confiance et espérance » (chapitre 8)

* « rendre plus solide la relation avec le Christ Seigneur » (chapitre 15)

Et cela grâce au Credo récité au début de chaque soirée et aux enseignements qui ont nourri notre Foi, aux démarches qui l’ont incarnée dans notre vie, à l’exemple concret des différents modèles de Foi offerts par l’Eglise qui nous ont encouragés sur la voie de la sainteté, de la charité et de la mission.

Le point d’orgue a été la Messe de la Présentation de Jésus au Temple le 2 février au soir, où, à la lumière des cierges, nous avons pu tous ensemble renouveler la Foi et les promesses de notre Baptême, notre amour de l’Eglise, et notre offrande au Père.

Chacun a pu, à sa mesure, recevoir « les surprises que le Seigneur lui préparait » (comme le promettait le Père Vincent Sauer le premier soir), et recevoir la nourriture nécessaire pour approfondir, fortifier et fructifier la Foi reçue à son baptême.

Il était si beau de voir l’unité paroissiale ainsi réalisée par la présence chaque soir d’une bonne centaine de paroissiens, représentant chaque état de vie : prêtres, diacres et religieuses, retraités  et jeunes professionnels ou personnes sortant tout juste du travail pour foncer à l’église, confirmands et recommençants, parents se relayant pour pouvoir venir un soir sur deux , ou bien venant avec tous leurs enfants le dimanche !

Et voilà, au terme de ces 9 jours, une paroisse aux liens  fraternels renforcés, renouvelée dans sa Foi, profondément unie à l’Eglise du Ciel et de la terre, envoyée en mission dans le monde qui l’entoure !

La neuvaine est achevée, mais la mission ne fait que commencer : à chacun, durant toute cette année de la Foi, « de porter du fruit à 100, 60 ou 30 pour 1 » (Mt 13, 23), selon ce qu’il aura reçu !

 

Demandons à l’Enfant Jésus de continuer à veiller sur cette paroisse qu’Il a choisie, et de travailler avec douceur et persévérance dans les cœurs de ceux qui veulent vivre à Son école afin de faire la Volonté de Son Père.

C’est Sa plus grande joie, et la nôtre !

 

                                                                  Une paroissienne de Beaune

 

 

Crédits photos : Gilles Brebant

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 21 fvrier 2013 - Rubrique Vie des Paroisses

C’est le 17 février, premier dimanche de carême, que l’Equipe d’Animation Paroissiale (EAP) de la paroisse Sainte-Chantal de Dijon a été envoyée en mission.

La célébration a commencé par un mot d’accueil du Père Richard Kasay, curé de la paroisse. Lors de la cérémonie, le curé était entouré du Chanoine André Nurdin, de monsieur Hung Cao Thanh, diacre permanent, et du Père Eric Millot, vicaire général, qui présidait l’évènement.

Après que le diacre ait lu la lecture l’Evangile des tentations, le Père Millot a prononcé l’homélie. Ce dernier a notamment insisté sur le rôle de la prière dans cette période du carême, « seule force pour vaincre ce qui est difficile ». Le vicaire général n’oublie pas non plus les deux autres piliers du carême : le jeûne (« si nous acceptons de manquer, nous pouvons avoir faim de Dieu ») et le partage (« si nous acceptons de partager ce que nous possédons, nous pouvons créer un nouveau monde de Dieu »).

Après l’homélie, le Père Kasay a appelé les membres de la nouvelle EAP, envoyée en mission par Mgr Minnerath jusqu’au 17 février 2016 : Dominique Fantino (coordinatrice), Simon Foviaux (annonce), Hombeline Balson (célébrer) et Martial Konga-Dekou (servir).

La transmission du bâton de pèlerin de l’ancienne équipe d’animation à ses nouveaux membres a été un autre temps fort de cette joyeuse célébration.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 01 fvrier 2013 - Rubrique Vie des Paroisses

Ce dimanche 3 février, une messe sera célébrée en différentes langues en l’église Saint-Just de Talant, à 11h. Cette célébration, présidée par Mgr Minnerath, archevêque de Dijon, marquera notamment la fin des travaux de rénovations et d’embellissement de l’église. 

C’est la 19ème année consécutive que la paroisse de Talant célèbre une « messe en toutes langues ».

A cette occasion, une relique de saint Just de Bretenières y sera installée.

L'église Saint-Just

C’est en 1990 que la première pierre de l’église Saint-Just de Bretenières a été ­posée par Mgr Coloni.

Depuis plusieurs années, une communauté chrétienne existait dans ce nouveau quartier de Talant. Cette église Saint-Just est venue concrétiser cette présence. Et cette construction a incontestablement marqué une étape importante dans la vie paroissiale de ­Talant. Depuis 20 ans, tous les chrétiens de Talant ont fait sienne cette église non seulement pour les messes mais aussi pour toutes sortes de rencontres et de réunions. 

Saint Just de Bretenières

Just de Bretenières est né à Chalon-sur-Saône le 28 février 1838. Il descend d'une lignée de magistrats au Parlement de Bourgogne.

Dès son plus jeune âge, Just éprouve une attirance pour la vie missionnaire. En 1861, il entre au séminaire des Missions Etrangères de Paris, rue du Bac. Ordonné prêtre le 21 mai 1864, il s'embarque pour la Corée le 19 juillet suivant pour une traversée maritime de près d'un an.

Dès son arrivée, Just se donne à sa mission. Au bout de six mois à peine, il parle, prêche et confesse en coréen. Les catéchumènes viennent de loin pour se faire baptiser ou recevoir la communion.

Rapidement éclate une persécution contre les Européens et les Chrétiens. Just est arrêté le 26 février 1866. Sauvagement supplicié avec plusieurs autres prêtres, il meurt décapité le 8 mars 1866. Son corps mutilé est rapatrié en France par son frère pour être inhumé dans le caveau familial.

Le 6 mai 1984, il est canonisé par Jean-Paul II avec les 103 martyrs de Corée. Il repose dans une châsse installée dans le chœur de l'église de Bretenière en Côte d'Or.


Dates principales :

-Entrée au Séminaire d'Issy-les-Moulineaux en novembre 1859

- Entrée au Séminaire des Missions Etrangères le 21 septembre 1861

- Ordonné prêtre le 21 mai 1864

- Embarquement pour la Corée le 19 juillet 1864

- Arrivée en Mandchourie (Chine) le 28 octobre 1864

- Entrée en Corée le 29 mai 1865

- Arrêté le 26 février 1866

- Décapité sur une plage au sud de Séoul le 8 mars 1866.

 

 

Crédits photos : Philippe Jacqueson et diocèse de Dijon

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 25 janvier 2013 - Rubrique Vie des Paroisses

L’Enfant Jésus de Beaune, "le Petit Roi de Grâce", est l’un des quatre principaux  « Enfant Jésus » miraculeux. Il en existe trois autres : le "Santo Bambino" de Rome, "l’Enfant Jésus" de Prague et le "Bon Jésus" de Braga au Portugal.

 C’est une statuette en bois, haute de 58 cm, peinte et articulée, habillée de vêtements somptueux venus des quatre coins du monde. Elle fut offerte à Sœur Marguerite du Saint-Sacrement à Noël 1643, par le Baron de Renty, Normand Gaston, en remerciement de leur amitié spirituelle. La statue du « Petit Roi de Grâce » ayant été vraisemblablement sculptée par ce dernier, signe de sa dévotion à l’enfance spirituelle.

Après le décès de Soeur Marguerite en 1648 à l'âge de 29 ans, a dévotion au Petit Roi de Grâce se propagea très rapidement et son rayonnement se manifesta spécialement pour les accouchements difficiles, la guérison des enfants, les vocations,…

 

Lors de  la Révolution, les religieuses expulsées, mirent la statue du Petit Jésus à l’abri chez des courageuses âmes dans une armoire en bois.

Il y fut vénéré en secret jusqu’au 28 décembre 1873, où, à l’instigation du curé de Saint-Nicolas, une fête solennelle en présence de l’évêque de Dijon, marqua la reprise du culte public du Petit Roi de Grâce.

 Il faut aussi souligner l’importance de l’école française de spiritualité, fondée par le Cardinal de Bérulle sur le dogme de l’Incarnation, « le Fils de Dieu se faisant homme ».

 Cette école apporte un souffle nouveau. Il faut d’abord partir de l’homme Jésus, qui a une existence historique et qui a laissé des traces et, à partir de Lui, remonter à Dieu. Une vie de Foi centrée sur le Verbe incarné, Christ naissant, Christ mourant sur la croix, Christ ressuscitant, Christ le même hier, aujourd’hui et demain. De nombreux témoignages prouvent que l’Enfant Jésus continue sa mission de miséricorde et de protection.

 

Chaque année, une neuvaine à l'Enfant Jésus de Beaune est organisée du 25 janvier au 2 février. 

Voici le programme de cette année :

 

NEUVAINE À L’ENFANT JÉSUS DE BEAUNE

« Augmente en nous la foi. »  Luc 17, 5

du vendredi 25 Janvier au samedi 2 Février 2013

à l’église Saint-Nicolas de Beaune à 18h30 (sauf samedi à 20h00 et dimanche à 17h00)

Chaque jour : vêpres, enseignement, démarche.

 

Vendredi 25 janvier à 18h30       

            Introduction à la Neuvaine : pourquoi une « année de la foi » ? qu’est-ce que la foi ? (par le Père Vincent Sauer)

Samedi 26 janvier à 20h00

            Avec Marie, modèle de foi, accueillir la Parole (par Séverine Dufouleur)

Dimanche 27 janvier à 17h00   SPÉCIAL FAMILLES !

            Avec les Apôtres, vivre en communion avec Jésus (par le Père Bernard Card) - Louange, enseignement, bénédiction des familles

Lundi 28 janvier à 18h30

            Avec les disciples, vivre en Eglise et nourrir la foi (par le Père Bernard Card)

Mardi 29 janvier à 18h30

            Foi et charité (par le Père Vincent Sauer)

Mercredi 30 janvier à 18h30

            Des témoins de la foi (par le Père Vincent Sauer)

Jeudi 31 janvier à 18h30

            La nouvelle évangélisation (par Oscar Ruiz)

Vendredi 1er février à 18h30

            Pauvreté du fidèle et miséricorde de Dieu (par Oscar Ruiz).

            à 20h00 : confessions et nuit d’adoration

Samedi 2 février à 20h00

Messe de la Présentation de Jésus au Temple. Envoi (par le Père Bernard Card).

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...