Notre Blog Actualités



Posté le 14 octobre 2013 - Rubrique Vie des Paroisses

Il y avait beaucoup de monde en l’église Saint-Paul de Dijon, dans le quartier des Poussots, en ce dimanche 13 octobre. On célébrait en effet le centième anniversaire de cette église édifiée dans un secteur qui s’est considérablement développé en un siècle.  

En 1913, ce quartier était peu peuplé et le curé de Saint-Pierre venait rencontrer les fidèles et les catéchiser avec de petits moyens. Grâce à un don relativement important, il devint possible d’édifier une église pour le quartier des Poussots et des Péjoces. Depuis un an, la paroisse Saint-Paul s’est jumelée avec Sainte Jeanne d’Arc. .

Le premier curé de Saint-Paul s’appelait Maurice Chevallier. Son nom est resté longtemps en mémoire des habitants du quartier. Parmi les nombreux curés et vicaires qui se sont succédés, il y en a un dont le nom reste gravé dans la pierre de la salle des fêtes : Michel Chauvin. Jeune vicaire dynamique, il conduisit en 1956 les jeunes du « Patro » se baigner dans la Saône, malheureusement il fut noyé en voulant porter secours à l’un des enfants.

Dix prêtres entouraient  le Père Bruno Dufour, curé de la paroisse, pour une messe solennelle que présidait le vicaire général : le Père Eric Millot. Celui-ci concélébra en union étroite avec les trois prêtres oratoriens qui administrent maintenant cette paroisse aux deux clochers : les Pères Bruno Dufour, Raphaël Clément et Matthieu Delestre.

Le représentant de l’archevêque, qui fut lui-même en un temps vicaire de saint Paul, insista sur l’opportunité que rencontrent ceux qui viennent en cette église pour louer le Seigneur comme le font tous les chrétiens de ce quartier depuis un siècle.

Le Père Dufour appela ensuite quatre paroissiens qui constituent désormais l’équipe d’animation paroissiale de la paroisse venant ainsi en aide au curé. C’est ainsi que l’on put assister à l’engagement sollicité par l’archevêque de Chantal Jacquin, Nicole Hulin, Claude Avisse et Jean-Marc Bongrand.

Une religieuse dominicaine est depuis peu installée au presbytère, étant dès lors au service de tous les chrétiens du quartier.

Une journée de fête

Un comité des fêtes a travaillé de longs mois à la préparation de cette journée. Une exposition magnifiquement illustrée fut installée dans la salle des fêtes et un ouvrage a été imprimé  pour immortaliser cette étape de cent ans dans l’histoire locale de la paroisse. Un déjeuner avait été organisé, avant que les participants retournent l’après-midi à l’église. L’évocation de saint Paul incombait aux enfants du catéchisme qui surent fort bien immortaliser et illustrer  ce que fut cet apôtre d’abord combattu puis disciple de Jésus.

Puis, le Pére Gérard Berliet mit son érudition au service de paroissiens avides de connaître ce que fut saint Paul en son temps et ce qu’il représente aujourd’hui encore pour les chrétiens, lors d'une conférence illustrée.

Une exposition de vêtements liturgiques et d'objets sacrés était également organisée, ainsi que des visites commentées de l'église mettant en lumière les oeuvres d'art de l'édifice.

 

                                    Jean Clerc

 

Crédits photos : Jean Riegel

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 10 octobre 2013 - Rubrique Vie des Paroisses

Depuis le 28 septembre, une cinquantaine de caravanes remplissent le parking de la Visitation, à Chevigny-st-Sauveur. Une situation qui pose problème aux paroissiens, qui ne peuvent plus accéder à leur église. Nous avons souhaité interroger le curé de la paroisse, le Père André Jobard, pour comprendre la situation qui dure depuis plus de 10 jours maintenant.

 

 


Jean Riegel : Pouvez-vous nous expliquer la situation qui préoccupe actuellement la paroisse de la Visitation ?

Père André Jobard : Dimanche 28 septembre, dans l’après-midi, est arrivé un premier groupe de caravanes – une vingtaine à peu près - occupées par des gens du voyage. Ils se sont introduits sur le parking de la paroisse de la Visitation. Ce passage n’était plus sécurisé depuis la venue d’un premier groupe au mois d’avril, qui avait provoqué des dégradations. Il n’avait pas été réparé malgré toutes les relances qui avaient été faites auprès des autorités (le terrain appartient au Grand Dijon, NDLR). J’avais notamment expliqué la situation en personne au maire de Chevigny-st-Sauveur, qui devait par la suite prendre contact avec le Grand Dijon. Au 28 septembre, rien n’avait été fait, et donc ces caravanes ont pu s’installer.

Je suis allé au-devant d’eux pour leur dire ma surprise, pour leur demander s’ils avaient une autorisation quelconque. Ils m’expliquent qu’ils n’en avaient pas.Le premier rapport fut bon, les gendarmes étaient là, avaient relevé les identités.

Ils m’ont dit qu’ils étaient originaires du Morvan, qu’il n’y avait pas de terrain de grand passage à Dijon, et qu’ils étaient là pour huit jours : « On s’y engage, dimanche prochain (le 6 octobre, NDLR) on sera parti » m’ont-ils dit.

J’étais absent la journée du lundi 30 septembre. Mais quand je suis rentré le soir, la population avait doublé. Les paroissiens ont ainsi constaté que le parking était pratiquement plein. J’ai même dû faire enlever une voiture qui était sur les marches d’accès à l’église !


JR : Avez-vous fait des démarches particulières pour solutionner le problème ?

AJ : Nous avons tout de suite entrepris des démarches auprès du maire de Chevigny, on a fait une lettre au Grand Dijon en rappelant notre demande de sécuriser le parking dès le départ de ce campement. La lettre est partie le mardi 30 septembre.


JR : Un dialogue a-t-il pu être amorcé avec les gens du voyage ?

AJ : J’essaie personnellement d’être en bon terme avec ces gens-là, même si je n’approuve pas du tout leur sans-gêne. Mais ce sont aussi des gens à aimer.


JR  : Quelle est la réaction des paroissiens ?

AJ : J’ai découvert que beaucoup de paroissiens étaient exaspérés et commençaient à manifester un ras-le-bol, à s’encourager les uns les autres, à se monter contre ces gens du voyage.

Mon souci, et c’est ce que j’ai exprimé beaucoup dimanche lors de la messe, c’est de rappeler que ces gens-là sont ici illégalement, que les démarches étaient à faire pour que la situation s’améliore, mais qu’il ne fallait pas non plus tomber dans la stigmatisation. Ce sont aussi des frères en Jésus-Christ. Un sourire peut parfois faire changer les choses et déplacer des montagnes.

 

Jean-Paul Mourin, aumônier des gens du voyage, est allé à leur rencontre ce jeudi après-midi. « Les gens du voyage m’ont dit que le terrain de grand passage (Boulevard Petitjean, près du cimetière des Péjoces, à Dijon, NDLR) n’était pas accessible. Je suis moi-même aller le vérifier, et en effet, il est en travaux et ne peut en aucun cas recevoir les caravanes. Le problème semble quand même être là ».

 

Ce jeudi 10 octobre au soir, les paroissiens de la Visitation (qui comprend les communes de Chevigny, Crimolois, Quetigny et Sennecey-lès-Dijon) attendent toujours une solution pour pouvoir bénéficier à nouveau de leur parking. Une véritable expérience de patience et d’amour du prochain, même dans la difficulté.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 23 septembre 2013 - Rubrique Vie des Paroisses

Dimanche 15 septembre,  les paroisses de Fontaine-Française et de Selongey étaient réunies pour accueillir leur nouveau curé, le Père Bernard Lachaise.

La cérémonie, qui se déroulait en l’église de Fontaine-Française, était présidée par le Père Eric Millot, vicaire général du diocèse de Dijon.

Après un mot d’accueil de la paroisse de Fontaine, ce sont deux paroissiens qui ont proposé à l’assemblée une présentation de la paroisse d’Arnay-le-Duc (dont le Père Lachaise avait la charge jusqu’alors) et du nouveau curé. « Sa gentillesse, sa disponibilité, son attention constante aux uns et aux autres » furent mises en avant.

Le vicaire général a ensuite énoncé l’ensemble des clochers présents sur les paroisses de Fontaine et Selongey, dont le Père Bernard Lachaise a désormais la charge.

Le nouveau curé a ensuite professé sa foi devant ses paroissiens, avant que les membres des deux Equipes d’Animations Paroissiales lui remettent les clefs des églises de son nouveau territoire. Enfin, le livre de la Parole lui fut remis.

Dans son homélie, le vicaire général a tenu à rassurer l’assemblée : « Les changements sont toujours déstabilisants, cela nous perturbe et c’est normal ! Mais le texte du jour nous rappelle pourquoi c’est nécessaire ».

Invitant les paroissiens à « prendre conscience de tout ce que Dieu nous a apporté » et à « ne jamais se contenter du petit nombre que nous sommes », le Père Millot a souhaité que les paroissiens aillent « chercher nos frères les plus loin de Dieu ». Et le prêtre de conclure : « Qu’ensemble, sous la nouvelle conduite de votre nouveau pasteur, nous puissions accomplir cette tâche d’annoncer l’amour infini de Dieu ».

Le mot de la fin est revenu au nouveau curé, le Père Bernard Lachaise, qui a remercié toutes les personnes présentes. Un moment convivial dans la salle paroissiale a suivi la célébration, permettant aux habitants des deux paroisses de mieux faire connaissance avec leur nouveau pasteur.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 20 septembre 2013 - Rubrique Vie des Paroisses

C'est en citant le pape François que le nouveau curé de Saint-Bernard de Dijon, Don Etienne Guillot, prêtre de la communauté Saint-Martin, s'est adressé aux paroissiens à la fin de la messe d'installation présidée par l'archevêque, Mgr Roland Minnerath. "Dans cette parabole de la miséricorde - évangile de ce dimanche 15 septembre - le berger laisse tout son troupeau pour aller rechercher la brebis perdue. Aujourd'hui, il n'y a bien souvent plus qu'une brebis dans la bergerie et c'est tout le troupeau qu'il faut aller rechercher."

Un beau programme pastoral en perspective pour ce jeune prêtre qui a ensuite interpellé les jeunes présents dans l'assemblée: "N'ayez pas peur du Christ, de l'Église!" Son champ de mission s'étend d'ailleurs aux établissements scolaires voisins de la paroisse.

Dans le chœur, le Père Dominique Garnier, curé de la cathédrale et un de ses confrères représentaient le presbytérium, pour signifier l'accueil chaleureux des prêtres du diocèse à la communauté Saint-Martin. 

Le responsable de cette communauté, l'abbé Paul Préaux, a à son tour encouragé le nouveau curé de Saint-Bernard: "Je n'aurais que trois recommandations à te donner: "Sois un prêtre de miséricorde; par ailleurs, tu es maintenant dans une paroisse dédiée à Saint-Bernard: n'oublie pas la Vierge Marie; enfin, tu arrives à Dijon: la ville d'Élisabeth de la Trinité, maître de vie intérieure: sois un homme de prière." 

Concernant cette nouvelle paroisse confiée à la communauté Saint-Martin, l'abbé Paul Préaux a expliqué: "Nous arrivons ici dans l'humilité; nous ne surgissons pas par génération spontanée mais nous inscrivons dans l'histoire de cette paroisse; nous pensons aujourd'hui à ses fondateurs et nos prédécesseurs." 

L'assemblée, très nombreuse, a pu ensuite rencontrer son nouveau curé autour d'un buffet partagé dans une ambiance chaleureuse et détendue.

 


Crédits photos : Régis des Boscs

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...