Notre Blog Actualités



Posté le 28 mars 2014 - Rubrique Vie des Paroisses

Autour d’une dizaine de tables, soixante fidèles des oratoriens (membres de la congrégation de l’Oratoire de Dijon) se retrouvent trois fois par an le dimanche en fin de journée pour prier ensemble.

Nous les avons rencontrés le 23 mars, troisième dimanche de carême, avec les trois prêtres de la communauté. L’évangile de ce jour-là était particulièrement propice pour extraire quelques phrases du texte, les méditer et prier le Seigneur. Saint Jean relatait l’entrevue entre la samaritaine et Jésus au bord du puits, qui vient lui demander à boire. 

Après une demi-heure d’échanges, le porte-parole de chaque table fut invité à citer ce que les uns et les autres avaient retenu. Cet évangile était riche, citons quelques extraits: « Serais-tu plus grand que notre père Jacob ? », « Tout homme qui boit de cette eau aura encore soif, mais celui qui boira l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif » ou bien encore «  Dieu est esprit, et ceux qui l’adore, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent  l’adorer ».

La mise en commun de ces idées puisées dans l’évangile n’a pas duré moins d’une heure.

On partage ensuite quelques gâteaux arrosés d’un cidre de Normandie. Les échanges se poursuivent jusqu’à la fin de la rencontre avant de chanter ensemble les vêpres du dimanche.

Le prochain rendez-vous oratorien aura lieu exceptionnellement un jour férié et non pas un dimanche : ce sera le 8 mai, jour de la saint Désiré, une belle occasion pour ces fidèles de saint Philippe Néri de prier ensemble en méditant les textes évangéliques.

 

                                                  Propos recueillis et illustrés par Jean Clerc




Site internet de l'Oratoire de Dijon : http://oratoire-dijon.fr/

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 26 mars 2014 - Rubrique Vie des Paroisses

Damas ! C’est sur la route entre Jérusalem et cette ville située en Syrie que saint Paul s’est  converti. C’est de cette ville qu’est venu à Is-sur-Tille, le 12 mars dernier, l’archevêque maronite Mgr Samir Nassar. Temps exceptionnel vécu par la rencontre de cette personne et par son partage.

Maronite ? C’est lié à la liturgie chrétienne orientale créée par saint Marron au Vème siècle en Syrie. La communauté maronite s’est rattachée à l’Eglise catholique au moment des croisades. En Syrie, ils étaient 4.5% de la population (soit environ 1 million sur 22 millions d’habitants) avant la guerre. Combien maintenant? De nombreuses églises ont été détruites ; évêques, prêtres, religieux sont enlevés ou martyrisés. Les fidèles ont peur en cette terre biblique. Ils se posent la question de fuir comme l’a fait saint Paul lorsqu’il s’est senti en danger dans cette ville, ou au contraire rester.

Mgr Samir Nassar nous a montré des photos de désolation concernant la ville de Damas. Bombardements et guérilla vident la ville de ses habitants et poussent les chrétiens à fuir le pays. 2 millions de  logements détruits créant 12 millions de réfugiés dont 3 dans les pays voisins et 9 déplacés au sein du pays.

Les moyens caritatifs des paroisses sont largement insuffisants pour subvenir aux réfugiés. La liste des souffrances est sans fin (absence de scolarisation, monnaie dévaluée de 300%, économie détruite, violence grandissante, blocus étouffant le minimum comme le secteur hospitalier…)

Et malgré tout cela l’Eglise porte un regard d’Espérance :

- Mouvement d’entraide et de solidarité même des plus pauvres avec les réfugiés,

- Foi dynamisée où la parole, l’eucharistie, l’adoration retrouvent une place très importante,

- Abondance de vocations comme défi à la mort et soif de prêcher la Vie et l’Avenir,

- Pastorale familiale basée sur l’écoute et l’accompagnement. Sans famille, pas d’Eglise.

 

Et tout cela malgré les contraintes imposées aux chrétiens par les musulmans telles que tout prosélytisme interdit ou conversion à l’Islam de tout(e) chrétien(ne) se mariant avec un(e) musulman(e)…

Au cours de cette rencontre nous avons prié l’Ave Maria de Lourdes en arabe. Ce fut certainement le moment fort de la soirée.

Et en ce temps de carême il nous a été proposé un partage financier avec nos frères chrétiens du Moyen Orient, tout particulièrement de Syrie. Il n’est jamais trop tard pour y apporter son obole.

 

                                          La paroisse d'Is-sur-Tille

 



Prière pour la paix en Syrie :

Dieu de compassion, écoute les cris du peuple syrien, réconforte ceux qui souffrent de la violence, console ceux qui pleurent leurs morts, fortifie les pays voisins de la Syrie dans leur secours et hospitalité pour les réfugiés, convertis les cœurs de ceux qui ont pris les armes, et protège ceux qui se dévouent à la paix.

Dieu d’espoir, inspire les dirigeants de choisir la paix au lieu de la violence et de chercher la réconciliation avec leurs ennemis, inspire de la compassion à l’Eglise Universelle pour le peuple Syrien et donne-nous l’espérance d’un avenir de paix fondé sur la justice.

Nous te le demandons par Jésus Christ, Prince de la Paix et lumière du Monde. Amen.

 

                                            

Photos : © Paroisse d'Is-sur-Tille

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 14 mars 2014 - Rubrique Vie des Paroisses

Les paroisses de Pontailler-sur-Saône et Mirebeau-sur-Bèze proposent quatre représentations d’un spectacle de la Passion du Christ durant ce carême 2014.

Plus d’une quarantaine d’acteurs de 5 à 70 ans, une quinzaine de couturières pour 80 costumes, une quinzaine d’ingénieux bricoleurs pour un superbe décor tournant, une impressionnante croix de bois grandeur nature… sans compter ses petites mains discrètes qui ont nourri les acteurs avant et après le spectacle. Et un prêtre : le Père Joseph Nkouka, qui a su mobiliser tout un monde, chrétiens ou non, autour de son projet.

Cela a donné au final, un beau spectacle riche en couleurs et en émotion. Venue de Dijon pour le voir, j’avais des larmes aux yeux au vu de certains tableaux tels le lavement des pieds, le reniement de Pierre, la crucifixion... Je crois savoir que je n’étais pas la seule d’après les commentaires des uns et des autres.

Si ce n’était que cela, ce serait déjà une formidable réussite par tout le travail d’équipe et les liens tissés entre tous, mais c’est bien plus encore car à travers cette belle mise en scène, cette Passion du Christ nous percute, nous interpelle et nous touche au cœur. Alors, si vous le pouvez, courez vite voir ce spectacle, c’est une bonne et belle préparation à Pâques !

 

                                                       Dominique Richaud

 

Programme des représentations ici.



Photos : © Paroisses de Pontailler et Mirebeau

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 10 mars 2014 - Rubrique Vie des Paroisses

Chaque année, l'Antenne Vocation locale propose aux chrétiens du Châtillonnais un dimanche d'entrée en carême "hors-les-murs".

Ce 9 mars, accompagnés de notre curé, le Père Paul Houdart, nous étions 44 à prendre la route de Dijon pour une journée très riche.      

Riche en émotion d'abord, dans le car, après les laudes, avec le témoignage de Martine, baptisée à 34 ans en 1995, qui nous faisait entrer de plain-pied dans la belle célébration de l'appel décisif par notre archevêque des 16 catéchumènes du diocèse, dont deux jeunes mamans du Châtillonnais, à l'église Elisabeth de la Trinité.

Riche en amitié et en convivialité lors du repas avec les catéchumènes et des paroissiens de la Fontaine d'Ouche.

Riche de découvertes historiques, architecturales et artistiques de l'église Saint-Michel à la cathédrale par un guide hors pair : notre curé !

Riche de cet après-midi qui nous replaçait dans notre histoire chrétienne sur les pas d'Elisabeth de la Trinité, de Bénigne Joly, de sainte Jeanne de Chantal et enfin de saint Bénigne, premier évangélisateur de notre région.

Après les vêpres dans la crypte de la cathédrale, nous avons repris la route, dynamisés dans notre marche vers Pâques par les visages rayonnants des catéchumènes.

                                                                                             

                                                    Marie-Claire Moissenet



Photos ci-dessous : les vêpres dans la crypte de la cathédrale Saint-Bénigne, le groupe avec ses deux mamans catéchumènes (© M-C Moissenet)

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...