Notre Blog Actualités



Posté le 08 septembre 2014 - Rubrique Vie des Paroisses

L’église Saint-Michel de Dijon était pleine ce dimanche 7 septembre pour un événement marquant de sa vie paroissiale : l’installation de son nouveau curé.

Le père Bernard Card a en effet été nommé à la tête de cette paroisse, en remplacement du père Eric Millot, administrateur depuis février 2013 en plus de sa fonction de vicaire général du diocèse.

 

 

C’est Mgr Minnerath qui présidait cette célébration. L’archevêque de Dijon était entouré du père Antoine Amigo et du père Marek Rajkowski (tous deux également au service de la paroisse Saint-Michel), ainsi que des pères Pierre Cunier (qui continue à rendre des services à la paroisse) et Elias (prêtre indien, professeur de droit canon à Rome en séjour à Dijon).

Au tout début de la messe, Mgr Minnerath a accueilli le père Bernard Card à l’entrée du chœur. L’ancien curé de Beaune a professé sa foi devant l’assemblée et a reçu le registre et les clés de la paroisse. Il recevra un peu plus tard le livre de la Parole.

Après la proclamation de l’évangile par Philippe Chorier-Pichon, diacre permanent au service de Saint-Michel, Mgr Minnerath a prononcé l’homélie. L’archevêque a notamment tenu à rendre hommage à l’action des trois derniers curés de la paroisse, les pères Marcel Bourland, Christian Forster (décédé en 2013) et Eric Millot.

Mgr Minnerath a rappelé le rôle de pasteur du curé, collaborateur de l’évêque et signe de Jésus-Christ, à la suite des apôtres. En plus de son rôle d’enseignant de la Bonne Nouvelle et de pasteur, le curé a également pour mission de célébrer les sacrements et de gouverner sa paroisse. « C’est une mission de plénitude que celle de curé » a affirmé l’archevêque.

A la fin de la célébration, Philippe Mangold, coordinateur de l’Equipe d’Animation Paroissiale (EAP) de Beaune, a présenté brièvement le père Card, qui était curé sur la Côte depuis 2003.

Monsieur Mangold a mis en avant « la  vitalité et la joie de vivre » du père Card, « son opiniâtreté », « sa capacité à déléguer », « sa présence discrète mais structurante », et son amour des gens, « quels que soient leur milieu social ou leur condition ».

Après un mot de remerciement du nouveau curé, les paroissiens se sont retrouvés devant l’église Saint-Michel pour partager un moment de convivialité, prêts à ouvrir une nouvelle page de leur vie paroissiale.

 

Bookmark and Share
Commentaires (1)
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...
narjollet brigitte
Le 10 septembre 2014 à 21H10
Absents lors de votre intronisation à St Michel, parooisse qui nous est chère, nous vous souhaitons une action pastorale dense à l'image du père Bourland qui vous a marqué par sa force et son écoute de l'Esprit Saint.
Unis dans la prière
J p et b narjollet


Posté le 28 aot 2014 - Rubrique Vie des Paroisses

Ces prochains jours, deux événements mettront à l’honneur sainte Reine dans la paroisse de Venarey-lès-Laumes.

Le Mystère de sainte Reine (samedi 30 et dimanche 31 août) et la fête de sainte Reine (dimanche 7 septembre).

 

 

 

 


La passion de sainte Reine

Reine est née à Alise dans la première moitié du IIIe siècle en 236. Fille d’un païen nommé Clément et orpheline de mère depuis sa naissance, elle fut confiée à une nourrice qui lui inculqua la foi chrétienne. Elle fut baptisée au cours de son adolescence.

C’est alors que se déchaine, sur la Gaule, la 7e persécution romaine.

Olibrius, gouverneur des Gaules, se rend de Marseille en Belgique et rencontre la jeune fille qui garde ses moutons près des trois ormeaux.

Le proconsul la fait appréhender et s’efforce de la séduire par des promesses amoureuses puis par des menaces. Espérant vaincre ses résistances, Olibrius la fait emprisonner en attendant son retour de Belgique. 

La martyre

Revenu de Belgique, Olibrius la cite à son tribunal. Rien ne l’ébranle, ni les menaces, ni la souffrance. Reine préfère la mort au reniement de sa foi.

Elle est condamnée à être décapitée hors de la ville à l’endroit même où se trouve la source miraculeuse.

Le culte de sainte Reine

Au début du Ve siècle, son corps fut exhumé et transporté à Alésia où l’on construit en son honneur une basilique. Plus tard, fut édifiée une abbaye de moines bénédictins bientôt annexe à celle de Flavigny toute proche. En 864, les moines transférèrent les reliques de sainte Reine à l’abbaye de Flavigny afin de les soustraire de l’invasion des Normands.

Dès 866, une procession fut instaurée entre Flavigny et Alise. La célébration du culte de sainte Reine était née. Depuis 1971, les habitants acheminent les reliques à Alise-sainte-Reine, le jour où les Alisiens ont à cœur de perpétuer une tradition séculaire avec le cortège historiques, la tragédie et les célébrations religieuses.

 

Programmes :

 

MYSTERE DE SAINTE REINE (30 et 31 août)

Samedi 30 août

17h15           FLAVIGNY-SUR-OZERAIN : Prise en charge des Reliques

18h00           GRIGNON (église) : Messe

20h00           ALISE-SAINTE-REINE - Chapelle Sainte-Reine : retraite aux flambeaux et Temps de Prière

21h                Présentation au Théâtre des Roches


Dimanche 31 août

9h45 Cortège historique

11h Messe au Théâtre des Roches

15h Présentation du Mystère

 

FÊTE DE SAINTE REINE (7 septembre)

15h30 : Conférence de M. Claude Grapin : « Pèlerinages de Sainte Reine » à la salle de l’hospice

16h45  : Rendez-vous à la Source avec le verre d’eau

17h : Vêpres à la Chapelle Sainte-Reine avec le Salut du Saint-Sacrement (avec les Ambrosiniens du diocèse)

 


Source (texte et photos) : Blog du Mystère de sainte Reine

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 20 aot 2014 - Rubrique Vie des Paroisses

La fête patronale de Couchey mettra en valeur saint Germain l’Auxerrois. La paroisse le fêtera le samedi 30 Août 2014 à l’heure de la messe de 18h00 célébrée par le curé de la paroisse, le père Michel Pailley.

 
 


A cette occasion l’Association Paroissiale de Couchey met en valeur les œuvres d’art de Madame Linet Andrea de Perrigny-sur-Armançon (89), qui a notamment réalisé le nouveau chemin de croix de l'église de Beaulieu dont nous avons parlé à plusieurs reprises ces deux dernières années.
 
 
Au programme :
 
- Projection : le samedi 30 août de 16h à 17h dans la Salle de Dessin (Place de Gaulle). 
- Exposition : les toiles de Linet Andrea seront exposées le samedi 30 août de 17h à 18h et le dimanche 31 août de 10h à 12h puis de 14h à 18h à l’église de Couchey. Thème : les anges.
 
Le verre de l’amitié offert par l’Association Paroissiale sera servi à l’issue de la messe de 18h.
 
 
L’Association Paroissiale de Couchey organise cette exposition d’art sacré contemporain (peinture ou sculpture) depuis août 2008, au moment où tout le village célèbre la fête patronale. Des dizaines d’artistes et d’artisans d’art exposent dans les rues du village.
 
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 08 aot 2014 - Rubrique Vie des Paroisses

Le père Jean-Claude Nsingi n’est pas un inconnu pour les paroissiens de Saint-Pierre à Dijon. C’est en effet la deuxième fois qu’il vient dans cette paroisse au cœur de la ville pour épauler ou remplacer le curé du lieu : le père Emmanuel Pic.

Le père Jean-Claude nous vient de la République Démocratique du Congo. Il restera 45 jours à Dijon où il apprécie le calme et le charme de la ville avec un jet d’eau de toute beauté qu’il peut admirer depuis le presbytère de Saint-Pierre où naturellement il est logé.  

Prêtre depuis trois ans - il a été ordonné très précisément le 31 juillet 2011 au diocèse congolais de Kisantu - il a été élève du père Pic lorsqu’il était au séminaire et que le prêtre dijonnais venait pendant quelques semaine au Congo enseigner la théologie.

Jean-Claude est très heureux d’être à Dijon, et lorsqu’il retournera chez lui, il fera bénéficier les 50 élèves du collège où il a été affecté par son évêque. 

Le père Jean-Claude célèbre la messe chaque jour à Saint-Pierre, sauf le lundi. Il connaît maintenant les paroissiens dijonnais mais ceux-ci sont moins nombreux que dans son pays où la fréquentation des églises représente 77 % de la population.

Le père Jean-Claude Nsingi terminera son séjour en France  à partir  du 20 aout où il partira à Lourdes.

                                                        

                                    Propos recueillis par Jean Clerc

 

Photos© Jean Clerc

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...