Notre Blog Actualités



Posté le 19 juin 2017 - Rubrique Vie des Paroisses

Récemment s’est tenue une nouvelle Table Ouverte Paroissiale (TOP) dans la belle salle de Merceuil, qui faisait suite à celle de Montagny en janvier.

Table ouverte à tous

Le rythme est bien pris : à chaque TOP (80/90 personnes), l’équipe se renforce de participations volontaires. Elle est devenue très efficace, très organisée, particulièrement en cuisine où la tâche est rude. Adaptation à de nouvelles salles, nouvelles contraintes, nouveaux thèmes, nouveaux invités.

C’est ce brassage permanent qui entretient la dynamique et crée les conditions de nouvelles ouvertures, de nouveaux accueils en restant fidèles à la capacité de se faire proche, d’être solidaire, dans ces moments fraternels.

Il est étonnant d’observer cette ambiance de joie simple, qui réchauffe les cœurs, éclaire les visages et annonce déjà l’espérance de se retrouver à la prochaine occasion. Et pourtant que de différences entre les convives, personnes âgées, familles, enfants, personnes en situation de handicap ou de difficultés sociales, amis etc. Mais, ça marche !

Pour construire la "maison commune"

Préparé par l’équipe d’animation autour de notre diacre, le thème concernait cette fois la construction de la "maison commune" (selon l’expression du Pape François dans « Laudato Si »). Chaque table était composée d’artisans du bâtiment qui avaient pour tâche de dessiner la maison imaginaire idéale, puis chaque convive, « les ouvriers », ont   exprimé en les mimant, les gestes de leur métier.

Chaque maison, expression des souhaits pour notre planète: Paix, Ecologie, Amour, fut collée sur une banderole, portée à la procession des offrandes, au cours de la messe qui a ponctué la journée à l’église Saint-Nicolas à Beaune.

Pour information, l’organisation matérielle et financière de nos repas est assurée pour partie par la participation volontaire de certains invités, par un appel sous forme de quêtes et l’organisation prochaine d’une brocante qui sera organisée le 10 Septembre à la cure St Nicolas à Beaune, pour laquelle nous avons fait un appel aux dons d’objets et petits meubles.

Alain Vieillard Baron

 

 

Photos : © Renée Rousseau

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 31 mai 2017 - Rubrique Vie des Paroisses

Dans les deux paroisses de Brazey-en-Plaine et de Saint-Jean-de-Losne, c’est le Père Eric Ardiet, ancien curé, qui a relancé la bénédiction et la procession des rogations.

Le mot « rogations », du latin « rogatio », veut dire une prière de demande. « Les Rogations » sont une prière de demande liturgique, accomplie par la communauté chrétienne. La date traditionnelle, ce sont les trois jours qui précèdent la fête de l’Ascension. Le lundi, on prie pour la fenaison ; le mardi, pour les moissons ; le mercredi, pour les vendanges.

Les origines de la tradition des "Rogations"

Les Rogations avaient été instituées vers 474 par Saint Mamert. A l'époque, il y avait des calamités de tous ordres, non seulement agricoles, mais aussi tremblements de terre, destructions, incendies et guerres. Saint Mamert proposa donc au peuple chrétien trois jours de prières, processions, litanies et jeûne. On dit que, plus tard, Charlemagne suivait lui-même à pied cette procession.

Les chrétiens se rassemblent en un lieu donné en principe à une croix. Là, c’est le début de la messe avec demande de pardon et liturgie de la Parole. Puis vient la prière qui accompagne la bénédiction avec l’eau bénite.

Ensuite tout le monde se dirige vers l’église. La procession se met en route avec la litanie des saints. Pour la fin de la procession, nous disons une ou plusieurs dizaines de chapelet. A l’église, on reprend à l’offertoire.

Cette année.

Cette année, nous avons décidé quelques spécificités. D’abord, une nouvelle croix qui marche devant la procession ; et le mardi nous avons bénéficié d’un très beau pain pour le partage du pain béni.

Afin de nourrir notre prière, ce sont quelques passages de Laudato si, l’encyclique du pape François, qui ont alimenté notre méditation.

Magny-les-Aubigny

Le lundi soir, à Magny les Aubigny, la bénédiction de la fenaison nous a permis de reprendre ces deux aspects de la création où le Seigneur invite   à ‘‘cultiver et garder’’ le jardin du monde (cf. Gn 2, 15).

 « Alors que « cultiver » signifie labourer, défricher ou travailler, « garder » signifie protéger, sauvegarder, préserver, soigner, surveiller. Cela implique une relation de réciprocité responsable entre l’être humain et la nature. Chaque communauté peut prélever de la bonté de la terre ce qui lui est nécessaire pour survivre, mais elle a aussi le devoir de la sauvegarder et de garantir la continuité de sa fertilité pour les générations futures… » (Laudato Si, n° 67)

Montot

Le mardi soir à Montot, la bénédiction de la moisson avec cette invitation au partage, comme on partage le pain. Cela n’est pas réservé aux travailleurs de la terre mais à nous tous.

 « Reconnaissance que le don de la terre, avec ses fruits, appartient à tout le peuple. Ceux qui cultivaient et gardaient le territoire devaient en partager les fruits, spécialement avec les pauvres, les veuves, les orphelins et les étrangers : « Lorsque vous récolterez la moisson de votre pays, vous ne moissonnerez pas jusqu’à l’extrême bout du champ. Tu ne glaneras pas ta moisson, tu ne grappilleras pas ta vigne et tu ne ramasseras pas les fruits tombés dans ton verger. Tu les abandonneras au pauvre et à l’étranger » (Lv 19, 9-10). » (Laudato Si, n° 71)

Losne

Le mercredi soir, à Losne, bénédiction des vendanges, et aussi du vin. C’est autour des mots « Joie » et « Fête » que nous avons orienté notre méditation. Le vin qui est un moyen pour la fête et la joie nous invite à toujours savoir garder ces temps de fête entre tous, elle est source de joie.

 « Ensemble, avec toutes les créatures, nous marchons sur cette terre en cherchant Dieu, parce que « si le monde a un principe et a été créé, il cherche celui qui l’a créé, il cherche celui qui lui a donné un commencement, celui qui est son Créateur ». Marchons en chantant ! Que nos luttes et notre préoccupation pour cette planète ne nous enlèvent pas la JOIE de l’espérance. » (Laudato Si, n° 243)

Prière pour le monde

Cette année encore, ces rogations ont été pour nous l’occasion de prier pour le monde. Selon l'expression de Saint Pierre (1 Pi 2,9) reprise par le Concile en parlant des laïcs, c'est cela le « sacerdoce royal » de tous les baptisés.

P. Alain Theuret et une équipe de chrétiens
(paroisses de Brazey-en-Plaine et de Saint-Jean-de-Losne)

Photos : paroisses de Brazey-en-Plaine et de Saint-Jean-de-Losne

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 24 mai 2017 - Rubrique Vie des Paroisses

Cette année, 48 enfants, jeunes et adultes se sont préparés à recevoir la confirmation sur les deux paroisses de Genlis et de Saint Just de Bretenières. Ils se sont préparés en équipes puis lors d’une retraite où chacun, selon son âge, a pu approfondir ce que voulait dire «être confirmé», recevoir les dons de l’Esprit, recevoir la force de l’Esprit.

Un grand temps a été pris par chacun pour rédiger une lettre destinée à expliquer à l’archevêque du diocèse de Dijon la raison de sa demande de confirmation : ils ont présenté leur parcours de foi ou demandé au Vicaire général délégué pour présider la célébration de prier pour des intentions très personnelles. Certains des jeunes et des adultes qui peinaient pour rédiger cette lettre se disaient : «De toute façon le vicaire général ne les lira pas, il n’a pas le temps...» La rencontre qui a précédé la célébration de la confirmation ce samedi leur a prouvé que leurs lettres avaient été lues avec attention par le vicaire général et que toutes leurs intentions étaient portées dans la prière.

« Ce sacrement est une étape dans ma vie de Chrétien »

Au cours de cette rencontre avant la célébration de la confirmation, la parole a été donnée à tous les confirmands. Les adultes se sont exprimés en disant qu’ils avaient demandé la confirmation pour accompagner leur enfant dans la démarche, ou parce qu’ils avaient été touchés, lors de la préparation au baptême de leur enfant. Au cours des préparations de leurs enfants aux sacrements, certains s’étaient rendu compte qu’il leur manquait quelque chose.

« Sois marqué de l’Esprit-Saint, le don de Dieu. »

La célébration qui était concélébrée par le P. Jean-Louis Portay et le P. Raoul Mutin, prêtres des paroisses, avec le diacre Pierre-Jean Thomas, a été un temps fort de la vie paroissiale. La chorale et le Père Raoul Mutin ont permis à chacun de prier avec ferveur et de participer. Les chants ont été choisis avec soin pour permettre aux confirmands d’être acteurs. Tous ont chanté à pleine voix, heureux d’être réunis, comme dans une famille.

A l’appel de leur nom, chacun des confirmands s’est levé en répondant : « Me voici ». Ils ont pu ensuite redire avec ferveur leur foi en Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit.

Un grand silence se fit pendant l’imposition des mains par les prêtres sur les confirmands. C’est un geste dont parle l’évangile, un geste qui a été fait sur les chrétiens depuis les apôtres jusqu’à maintenant. Il signifie le don d’une force qui vient de Dieu.

Lors de la chrismation, le vicaire général a marqué le front de chacun avec le Saint Chrême, une huile parfumée. Par ce geste, chacun est appelé à répandre par l’élan et la joie de sa vie, la bonne nouvelle de Jésus-Christ. A la parole prononcée pour chacun : « Sois marqué de l’Esprit Saint le don de Dieu », le confirmand répond « Amen » avant de recevoir un geste d’amitié et d’encouragement et un mot pour chacun, une phrase qui devient un phare pour le reste de la vie.

A l’issue de la célébration particulièrement fervente, les longs temps d’échanges sur le parvis de l’église de Genlis ont permis à chacun, nouveaux confirmés ou plus anciens, de partager tout ce que cette célébration leur avait apporté.

Les chrétiens des paroisses de Genlis et Saint-Just-de-Bretenières.

Voir aussi le blog de la paroisse de Genlis.

Photos : © Paroisse de Genlis, Raoul Mutin, Aurélien Fourcault.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 11 mai 2017 - Rubrique Vie des Paroisses

Le jeudi 4 mai à 20h30, en l’église Saint-Michel de Dijon, une centaine de mariés a répondu présent à la dorénavant traditionnelle « Messe des couples ».

C’est le Père Alain Dumont, prêtre de la communauté de l’Emmanuel dans le diocèse d’Autun, qui a donné l’homélie au cours de laquelle il a rappelé combien l’époux et l’épouse, image du Dieu-Trinité, avaient à s’enraciner dans le Christ pour tenir dans les épreuves. Il a terminé son homélie par un appel pressant et ardent au témoignage : en tant que parents, les époux doivent témoigner auprès de leurs enfants de la force qu’ils puisent dans le Christ et qui seule leur permet de vaincre les difficultés.

Bénédiction

Après la prédication, chaque couple a été appelé et a pu recevoir la bénédiction d’un prêtre, avant de se voir remettre une enveloppe avec des propositions de résolutions pour la future année : elle leur sera renvoyée dans quelques mois, pour voir l’avancement de la décision prise…

Une fois le « Notre Père » prié avec ferveur, comme durant la célébration du mariage, une bénédiction spéciale a été invoquée par le Père Dumont, le Père Card et le Père Antoine sur l’assemblée présente. Enfin, la célébration s’est achevée par la « prière des couples » et, surtout, un bon verre de l’amitié !

Jean-Philippe Nollé

Photos : © JP Nolle et DR

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...