Notre Blog Actualités



Posté le 06 novembre 2013 - Rubrique Pèlerinage

Les 26 et 27 octobre 2013, Victor Larger, délégué épiscopal à la famille du diocèse de Dijon et organisateur des prochaines Universités de la Famille (voir plus bas), était avec sa femme et sa dernière fille sur la place Saint-Pierre à l’invitation du Pape François à un pèlerinage. Quelque 100 à 150 000 personnes les accompagnaient. Il raconte :

 


Nous avons été frappés par la simplicité du Pape tant dans ses paroles que dans ces gestes. Voici quelques-unes des phrases et propositions du Pape qui nous ont touchés (traduction : Zénit)


«Venez à moi, familles du monde entier – dit Jésus – et je vous donnerai le repos, afin que votre joie soit complète. Et cette parole de Jésus, portez-la chez vous, portez-la dans votre cœur, partagez-la en famille. Il nous invite à venir à Lui pour nous donner, pour donner à tous la joie...

« Ce qui est le plus pénible ...c’est le manque d’amour. C’est pénible de ne pas recevoir un sourire, de ne pas être accueilli. Ils sont pénibles certains silences, parfois aussi en famille, entre mari et femme, entre parents et enfants, entre frères. Sans amour, la peine devient plus pesante, insupportable. Je pense aux personnes âgées qui sont seules, aux familles qui peinent de ne pas être aidées à soutenir ceux qui, à la maison, ont besoin d’attentions spéciales et de soins. « Venez à moi vous tous qui peinez sous le poids du fardeau », dit Jésus.

«Une phrase de la liturgie du mariage :« Je promets de te rester fidèle, dans le bonheur et dans les épreuves, dans la santé et dans la maladie, et de t’aimer tous les jours de ma vie ». Les époux, à ce moment, ne savent pas ce qui arrivera, ils ne savent pas quelles joies et quelles peines les attendent. Ils partent, comme Abram, ils se mettent en route ensemble. Et c’est cela le mariage ! Partir et marcher ensemble, main dans la main, s’en remettant entre les mains du Seigneur. Main dans la main, toujours et pour toute la vie ! Et ne pas prêter attention à cette culture du provisoire, qui morcelle notre vie !"

Trois expressions fondamentales de la vie familiale :

"S’il te plait, merci, pardonne-moi"

« Ecoutez-vous les grands-parents ? Ouvrez-vous le cœur à la mémoire que nous donnent les grands-parents ? Les grands-parents sont la sagesse de la famille, ils sont la sagesse d’un peuple. Et un peuple qui n’écoute pas les grands-parents, est un peuple qui meurt ! Écoutez les grands-parents !

"Je voudrais vous demander, chères familles : priez-vous parfois en famille ?"

Et il faut de la simplicité : prier en famille, il faut de la simplicité ! Prier ensemble le « Notre Père », autour de la table, n’est pas quelque chose d’extraordinaire : c’est facile. Et prier le Rosaire ensemble, en famille, c’est très beau, ça donne beaucoup de force ! Et aussi prier les uns pour les autres : l’époux pour l’épouse, l’épouse pour l’époux, tous les deux pour les enfants, les enfants pour les parents, pour les grands-parents… Prier les uns pour les autres. C’est prier en famille, et cela renforce la famille : la prière !

"Comment va la joie, chez toi ? Comment va la joie dans ta famille ?"

«La vraie joie que l’on goûte en famille n’est pas quelque chose de superficiel, elle ne vient pas des choses, des circonstances favorables… La vraie joie vient d’une harmonie profonde entre les personnes, que tout le monde ressent en son cœur, et qui nous fait sentir la beauté d’être ensemble, de nous soutenir mutuellement sur le chemin de la vie. Mais à la base de ce sentiment de joie profonde, il y a la présence de Dieu, la présence de Dieu dans la famille, il y a son amour accueillant, miséricordieux, respectueux envers tout le monde"

 

                                                                 Victor Larger
                                                         Délégué épiscopal pour 

                                                        la pastorale de la famille

 

Crédits photos : Victor Larger

 



Samedi 7 décembre 2013 : les 3èmes Universités de la Famille du diocèse de Dijon
 

Les 3èmes Universités de la Famille du diocèse de Dijon se dérouleront le samedi 7 décembre 2013, au CUCDB.

Des idées, des mots voire des slogans nouveaux apparaissent dont la naissance, les attendus et l’utilité sont difficiles à saisir. Parmi elles se trouvent les études sur le genre qui sont également le sujet d’un enseignement. 

Les troisièmes Universités de la Famille porteront le titre « Le mélange du genre et la distinction des sexes ». 

Ce colloque regroupant sociologues, sexologues, philosophes, juristes et théologiens, sera l’occasion d’un effort de compréhension pour situer les idées sous-entendues par le mot dans le contexte philosophique et social actuel. On s’y efforcera de discerner des perspectives pour le futur.

 

Informations complémentaires :

servicefamille21@gmail.com - www.facebook.com/Universitesdelafamille

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 28 aot 2013 - Rubrique Pèlerinage

900 ans se sont écoulés depuis l’arrivée de saint Bernard à Cîteaux. Pour la deuxième année consécutive, le diocèse de Dijon organisait une marche entre la maison natale du saint (à Fontaine-lès-Dijon) et l’abbaye de Cîteaux, le week-end des 24 et 25 août.

Samedi 24 août, rendez-vous était donné à la maison natale de saint Bernard à 8h30, pour une petite présentation du lieu par Madeleine Blondel, conservateur en chef du patrimoine, et par Sigrid Pavèse, présidente des Amis du Vieux Fontaine. Une célébration d’envoi a ensuite eu lieu, animée par le chœur des ambrosiniens.

A 9h30, les pèlerins se sont élancés vers Gevrey-Chambertin (arrivée de la première étape) sous l’orage, accompagné d’une pluie battante. Les 70 courageux ont emprunté le « chemin des moines » pour atteindre Chenôve, où ils ont pu faire une pause pour le déjeuner. Le moral était au beau fixe d’autant plus que l’accueil des paroissiens Cheneveliers fut remarquable et apprécié.

Après le repas, le groupe a rejoint l’église Saint-Nazaire, où le Père Luc Lalire, curé de la paroisse, est intervenu quelques minutes. Le prêtre a notamment expliqué l’importance de la démarche de pèlerinage, « expérience physique qui nous permet d’être à l’unisson avec l’esprit ». « Il est important de faire pèlerinage, de quitter notre confort, pour faire route à la suite du maître » a souligné le Père Lalire.

C’est sous un beau soleil que les marcheurs reprirent la route. Les derniers kilomètres furent l’occasion de  faire de nouvelles connaissances, puis à partir de Fixin, de prendre un temps de réflexion en silence.

Le lendemain, dimanche 25 août, la journée a commencé par une messe en l’église Saint-Aignan de Gevrey-Chambertin. Le temps était nuageux mais sec.

Après une pause-déjeuner à Gilly-lès-Cîteaux, les pèlerins ont rejoint l’abbaye de Cîteaux, où ils furent accueillis par les moines et le Père Abbé, Don Olivier Quénardel.

C’est par l’office des vêpres dans l’abbaye que le pèlerinage s’est achevé. En deux jours, le groupe a parcouru 42 kilomètres ! Et malgré la fatigue, les sourires pouvaient se lire sur tous les visages de ces pèlerins, qui, l’espace d’un week-end, ont abandonné leur confort du quotidien pour se mettre en marche, comme le fit saint Bernard, à la suite du Christ.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 27 aot 2013 - Rubrique Pèlerinage

Du 20 au 25 aout août s’est déroulé le pèlerinage annuel du diocèse de Dijon à Lourdes. Un train spécial a permis de transporter 575 personnes dont une centaine de malades dans de bonnes conditions même si la durée du voyage aller fut un peu longue.

Douze prêtres entouraient Mgr Roland Minnerath, et représentaient un grand nombre de paroisses. Une cinquantaine de jeunes - la plupart servants d’autel - étaient  aussi du voyage.

Pour assister les malades, 200 hospitaliers ont largement contribué à leur procurer soins et réconfort.   

Le prédicateur de ce pèlerinage était le Père Lionel Canat, curé de Châtillon, qui s’apprête à rejoindre sa nouvelle paroisse : Venarey-les-Laumes

Douze évèques pour la messe internationale

Le thème de cette année était « Une année pour la foi ». Les cérémonies  ont commencé le mercredi par la messe internationale.

6700 pèlerins y participaient dont plus de 800 malades. La basilique Saint Pie X était à peine marquée des graves inondations qui avaient vu en ce lieu souterrain plus de trois mètres d’eau.

A l’exclusion des grands écrans, il ne manquait rien à ce sanctuaire. Douze évêques  ont concélébré sous la présidence de Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg. Tous ces fidèles représentaient neuf nationalités.

Dans l’homélie, l’accent fut mis sur « Marie Reine du ciel » - les textes étaient choisis dans le livre d’Isaïe et l’évangile de l’annonciation de saint Luc. « Que le règne vienne –dit le prédicateur- incitant à faire une confiance absolue en Dieu », ce qui s’inscrivait dans le thème de cette année et plus particulièrement de ce pèlerinage.

Le lendemain (jeudi), la messe célébrée à la grotte était animée par le diocèse de Rouen dont les fidèles étaient groupés autour de leur archevêque, Mgr Descubes. C’est l’archevêque de Dijon, Mgr Minnerath, qui prononça l’homélie.

La conférence du prédicateur

Le jeudi après-midi, en l’église Sainte-Bernadette, rendez-vous avait été donné aux pèlerins de Côte d’Or pour la conférence du prédicateur. Le Père Canat a fait preuve d’éloquence ne laissant pas les auditeurs somnoler en ce début d’après-midi, mais les incitant à se lever plusieurs fois pour faire le signe de la croix ou pour marquer les points forts de ce pèlerinage : de façon significative en évoquant la conversion, la prière, le témoignage de la charité, la relation de l’un à l’autre et en terminant par cette  affirmation en cette année de la Foi : « je crois en Dieu » »  et demandant à Marie « d’ouvrir nos cœurs ».

La procession mariale du diocèse s’est déroulée après un passage à la grotte où malheureusement en raison de l’affluence des pèlerins il fut difficile d’approcher et encore moins d’aller toucher le rocher au dessus duquel la vierge est apparue à Bernadette.

De la Cité Saint-Pierre à la messe de l’hospitalité

Selon la tradition, les Côte-d’Oriens se sont retrouvés dans les hauteurs de Lourdes la veille de leur retour, à la Cité Saint Pierre, magnifique lieu de convivialité du Secours Catholique.

Mgr Minnerath sous l’emblème « Je cois en qui j’ai mis ma foi » donna une conférence sur la vie du diocèse en reprenant les grand thèmes de l’année précédente sur le « mariage pour tous ». Il insista sur ce qui sera plus particulièrement traité cette année : « l’enseignement catholique ». Invitation est aussi lancée par l’archevêque aux diocésains pour militer aux groupes de catéchuménat ou encore aux  groupes Alpha, tous impliqués dans la mission de permettre à des chrétiens militants de rencontrer des gens « qui se sont éloignés de l’Eglise ».

Onze nouveaux hospitaliers

La messe du samedi en l’église Sainte-Bernadette était l’anticipation de la messe dominicale du 21ème dimanche du temps ordinaire. Le Père Canat, en sa qualité de prédicateur, posa cette question : combien d’entre nous seront sauvés, combien réussiront à franchir la porte étroite du ciel pour accéder à la maison du Père qui est « une maison d’amour » ?

Au cours de cette célébration  l’offertoire reprenait cette invocation : « voici l’offrande de nos vies ». C’est à l’offertoire que l’on procéda à l’installation de onze nouveaux hospitaliers à qui Mgr Minnerath remit l’insigne de leur fonction et la concrétisation de leur dévouement vis-à-vis des malades. Il était  aidé et assisté par le Père Jean-Paul Clerc, aumônier de l’hospitalité. On pourra lire ci-dessous la liste des onze nouveaux hospitaliers*.

Le dimanche, c’était le long retour vers la Bourgogne. On pria le chapelet dans le train à la même heure que le sanctuaire de Lourdes. Le recueil des prières remis à chacun des pèlerins invitait à méditer cette ultime recommandation : « notre pèlerinage est une nouvelle étape dans notre marche vers Dieu : Qu’est-ce que le pèlerinage de cette année aura apporté de neuf, et de durable dans notre vie ? ».

Lourdes 2014 est déjà fixé : ce sera du 25 au 30 août.

 

                                                    Jean Clerc

 

* les nouveaux hospitaliers : Jacqueline Chariat, Mireille  Duch, David Guidice, Pierre-Yves Hardy, Colette Lamiral, Daniel  Le  Naour, Marc Nicolas, Sophie Pérène, Claire Salignon, Louis Vaudoisey, Christiane Carmène. 

 

Crédits photos : Jean Clerc

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 19 aot 2013 - Rubrique Pèlerinage

Pour cette première édition, le « pèlerinage jacquaire musical » qui s'est déroulé le 21 juillet dernier a été un succès ! Sous l’égide bienveillante du Service diocésain des Pèlerinages, il était organisé conjointement par le Chœur grégorien diocésain des Ambrosiniens de Dijon, les associations jacquaires de Côte d’Or et de Saône-et-Loire, et l’association locale du Patrimoine de l’église de Jambles.

Dès le matin, ce sont plus de 90 personnes qui ont participé à la messe célébrée dans le cellier du Château de Germolles par le Chanoine Jean-Claude Rochet, et chantée par les Ambrosiniens.

Puis, encadrées par les associations des marcheurs de Saint-Jacques-de-Compostelle, ce sont très exactement 72 personnes qui ont effectué la randonnée pédestre d’une douzaine de kilomètres entre Germolles et Jambles, en profitant de très beaux points de vue sur les vallées boisées, et la côte chalonnaise. Halte musicale pour apprendre quelques refrains, et pique-nique partagé au Hameau de Russille, près d’une chapelle.

Arrivés à Jambles, une très belle exposition attendait les « pèlerins » rejoints par de nombreuses autres personnes, autour de la copie d’une défroque de pèlerin du XVIIIème siècle, dont l’original est conservé dans une famille de ce village : photos, documents, objets de piété relatifs à la spiritualité des « chemins de Saint Jacques ».

Malgré une chaleur écrasante, près de 180 personnes ont assisté au concert spirituel donné par le Chœur des Ambrosiniens dans l’église de Jambles, qui est au vocable de Saint-Bénigne. Le répertoire a fait une bonne place aux chants de Saint Jacques de Compostelle, aux propres de saint Bénigne, et aux antiennes mariales.

La journée s’est achevée autour d’un verre offert par la municipalité de Jambles, et les pèlerins ont pu reprendre le chemin du retour… mais en voiture cette fois-ci.

 

                                       Jean-Christophe Garandeau

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...