Notre Blog Actualités



Posté le 14 juin 2017 - Rubrique Formation

La Bible fut le premier texte imprimé. C’est, actuellement, le livre le plus diffusé dans le monde. C’est le fondement de notre foi chrétienne. Elle nous dit la présence de Dieu dans nos vies.

Naissance il y a 40 ans

Dans la dynamique du concile Vatican II, il y a 40 ans, deux religieuses dominicaines missionnaires des campagnes de notre diocèse, sœur Jean-Denis et sœur Maria-Joseph, chargées de la catéchèse des enfants, ont mis au point une méthode pédagogique pour mieux lire, comprendre, goûter et partager la Parole de Dieu, destinée aux adultes laïcs, notamment les responsables d’aumônerie : c’est la petite Ecole de la Bible à laquelle ont participé environ 1700 personnes depuis sa création.

De nombreux participants se sont retrouvés le 10 juin pour un après-midi festif d’action de grâces au Lycée Saint Joseph de Dijon. Leur attention était d’abord attirée par des panneaux présentant l’historique, le contenu de la démarche, les sujets traités, des photos et des témoignages de cette aventure.

Spectacle de l’équipe missionnaire mobile

Ce fut d’abord la présentation joyeuse de « la Petite Ecole » dans un spectacle élaboré par l’équipe missionnaire diocésaine,  animé par les chants et les lectures du Père Raoul Mutin et un montage vidéo réalisé par Odile Branchet, qui s’articulait autour de thèmes rappelant cette aventure de 40 années, comme  « petite école » : « écouter et entendre », « oser se mouiller », et « rendre grâce ».

Action de grâce

La célébration eucharistique de la solennité de la Sainte Trinité fut concélébrée par trois prêtres responsables de l’enseignement : les Pères Paul Chadeuf et Jacques Bonneviale de 1978 à 1987, et le Père Denis Marion depuis 1999. Dans son homélie, celui-ci a souligné que la Petite Ecole était le miracle de la Parole partagée et un lieu où se construisait l’Eglise.

Puis, dans la salle de spectacle du Lycée, seule sur scène, Mireille Brunon a montré, avec beaucoup d’humour, comment les femmes de la Bible nous parlent aujourd’hui.

Enfin un apéritif convivial acheva cette riche rencontre, en permettent d’échanger et de mieux se connaître.

Une nouvelle année déjà en préparation

La Petite Ecole de la Bible reprendra ses activités le mardi 28 septembre pour l’année d’initiation, et le mardi 10 octobre pour le parcours d’approfondissement qui aura pour thème : trois regards sur la Passion de Jésus, Marc, Matthieu, Luc.

J.F. Minonzio

 

Photos : © Michèle Rabain

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 30 mai 2017 - Rubrique Formation

Plus d’une centaine de visiteurs de malades se sont retrouvés lors de la dernière journée de formation pastorale santé de l’année autour de la question de la laïcité, ses contours et ses limites.

Dans les hôpitaux publics

Angélique Dalla Torre, responsable juridique du CHU de Dijon et responsable hiérarchique de l’aumônerie du CHU, est intervenue dans une première partie pour nous faire réfléchir sur les divers textes de lois, nombreux, qui s’ordonnent autour de la loi fondamentale de 1905, celle de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.  Cette loi de 1905 constitue le fondement du «vivre ensemble » dans la République avec toutes nos différences, dans le respect de nos différences, mais sans jamais que l’une de ces différences ne dicte sa loi aux autres.

Les autres textes n’en sont que des précisions. Nous avons évoqué dans cette perspective la circulaire du 2 février 2005 qui encadre le principe de laïcité dans les établissements publics de santé ainsi que la charte de la laïcité dans les services publics du 13 avril 2007.

Une loi de liberté

Nous retiendrons que la Loi de 1905 est source de libertés puisqu’elle valide la liberté de conscience et de religion des citoyens, et ainsi celle des usagers du CHU. Il est à noter que la neutralité des agents publics est la règle pour les intervenants en établissement. L’aumônerie est justement le signe de cette liberté de cultes des usagers. De nombreuses questions illustrées de situations concrètes ont souligné que la laïcité dans nos établissements publics de santé se vit plutôt bien en Côte d’Or, basée sur la confiance réciproque, et le bon sens.

Vincent Boggio, dans un second temps, a témoigné comment par sa vie professionnelle et son état de diacre, son parcours de médecin et d’homme ordonné se sont enrichis mutuellement et se déploient encore aujourd’hui.

En conclusion, la laïcité n’est pas une opinion mais le cadre qui les permet toutes. Être laïc, c’est adhérer à des lois et des principes On peut donc être chrétien et laïque, juif et laïque, musulman et laïque, athée et laïque…

Cette journée conviviale, appréciée de tous les visiteurs, s’est terminée par la célébration eucharistique où nous avons porté dans notre prière tous les visiteurs qui ne peuvent plus visiter et les malades de l’ensemble de nos établissements, nous remettant dans les mains de Celui qui a fondé le principe de laïcité : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ».

Blandine Arbor

photos : DR

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 15 mai 2017 - Rubrique Formation

Le 10 juin 2017, la Petite Ecole de la Bible fête ses 40 ans.

La naissance

Dans les années 70, dans l’Eglise catholique, une plus grande place a été donnée à la Bible et, parallèlement, les laïcs se sont davantage investis dans la vie ecclésiale.

A Dijon, un groupe de laïcs catéchistes ont alors senti le besoin de se former. Un travail conjoint de prêtres, religieuses et laïcs a abouti à la création de plusieurs modules de formation. L’objectif était surtout de découvrir et faire découvrir comment, à travers la Bible, des hommes étaient devenus porteurs de la Parole de Dieu, quelles questions ils s’étaient posées, quelles réponses ils avaient trouvées. Ainsi la Bible peut encore répondre aux questions d’aujourd’hui pour des auditeurs réceptifs en toute humilité.

Organisation

Actuellement, il existe une année d’initiation, assurée par des laïcs : découvrir dans la Bible l’histoire d’un peuple et de son alliance avec Dieu, et une année d’approfondissement, assurée par le Père Marion, avec l’étude précise d’un des livres de la Bible.

Témoignages

 « La Petite Ecole de la Bible m’a donné, tout au long de ces dernières années, le désir de travailler les textes bibliques, de façon à ce qu’ils deviennent, pour moi et pour d’autres une Parole vivante ! « Travailler » au sens d’un travail d’enfantement, pour que vienne à la vie et que grandisse Celui que nous portons en nous et qui est en attente de notre « oui », un oui à l’exemple de Marie qui donne chair au Verbe de Dieu « ...et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni… ». Avec toute ma gratitude adressée au Père Marion, pour son travail considérable qui, peu à peu, nous initie à une langue d’interprétation des textes qui renouvelle notre lecture. »

 « Ce que je vis à la Petite Ecole : l’amitié. Nous nous retrouvons en petit groupe, entre deux enseignements pour des échanges simples, sincères, des questions, des remarques sur ce que nous avons entendu le mois précédent. C’est un plaisir de nous retrouver dans une ambiance chaleureuse. Il y a une attention aux autres, un réconfort à l’occasion d’absences pour problèmes de santé. »

La journée du 10 juin 2017.

La journée du 10 juin réunira participants anciens, présents et futurs de « la Petite Ecole ».

14h30 : accueil et exposition

15h : présentation festive de la Petite Ecole par l’équipe missionnaire et le Père Raoul Mutin

16h30 : célébration eucharistique

18h : spectacle sur les femmes de la Bible « Elles sont passées par ici…elle repassera par là ! » En tirant de sa panière les vêtements de son quotidien, Mireille Buron rejoint Marie-Madeleine, Sarah, Marie et bien d’autres. Du passé de ces femmes, elle éclaire notre quotidien. Un spectacle plein d’humour, de cœur, de profondeur et de vapeur… Réjouissant !

19h15 : apéritif

 

Le spectacle sera présenté au lycée St Joseph, 39 rue du Tansvaal à Dijon.

Prix : 10€

Réservation : 03 80 55 21 45 ou 06 20 16 12 33

 

Photos © Michèle Rabain.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 07 avril 2017 - Rubrique Formation

Ce lundi 20 mars, se sont retrouvés à la Maison Diocésaine les Laïques En Mission Ecclésiale du diocèse de Côte d’Or pour leur session de printemps autour de l’exhortation apostolique du Pape François La Joie de L’Amour. Ce thème avait déjà été évoqué en novembre dernier lors de la session précédente avec une présentation très circonstanciée de l’ouvrage par Gilbert Girieu, diacre et directeur diocésain de l’enseignement catholique. Cette fois-ci c’est le Père André Guimet, Vicaire Général du Diocèse d’Autun mais également théologien et moraliste, qui est venu pour donner une autre dimension à l’appréhension de ce document.

Trois chapitres seulement ont été retenus pour cette journée : les chapitres 5, 7 et 8 qui traitent respectivement de la fécondité, de l’éducation des enfants et de la fragilité des situations actuelles. Le parti pris moraliste de cet exposé a permis à chacun, et ceci quelque soit son engagement dans la mission ecclésiale, de mesurer la grande richesse et l’importance de cette exhortation dans l’accompagnement des personnes rencontrées dans les différents lieux d’insertion.

Le Père Guimet a notamment longuement réexpliqué le principe de la loi de gradualité qui sous-tend la proposition du Pape et que l’on retrouve dans le chapitre 8 concernant l’accompagnement et le discernement de la fragilité des personnes : « Personne ne peut être condamné pour toujours parce que ce n’est la logique de l’Evangile ! » (N° 297). Une parole qui vaut pour l’ensemble des situations et qui permet de rappeler que chacun doit accepter d’être en chemin et de se remettre en route.

Après le temps du repas et la fin de l’exposé, l’après-midi a été l’occasion de se retrouver en petits groupes pour laisser circuler librement la parole afin de mieux s’approprier toutes ces notions évoquées au cours de la journée. Une manière également de commencer à se mettre au travail en intégrant les 4 vertus cardinales que sont la force, la tempérance, la justice et la prudence nécessaires pour dépasser la théorie et répondre concrètement à l’invitation du Pape selon le père Guimet qui ajoute que le chapitre 8 pèse sur nos consciences pour nous responsabiliser.

Une belle journée de formation qui donne envie de se plonger, ou de se replonger avec un regard renouvelé, dans l’ouvrage du Pape François.

Brigitte Port, en mission à l’aumônerie du CHU de DIjon.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...