Notre Blog Actualités



Posté le 25 aot 2016 - Rubrique Evénements

Sainte Reine (236-252), de son nom d’origine Regina, est une gauloise martyre qui a marqué la région d’Alésia. Sa fête est le 7 septembre. Depuis 866 des commémorations dédiées à cette jeune sainte martyre sont organisées : procession au flambeau, vénération de ses reliques, représentation d’un mystère en sa mémoire, célébrations religieuses,… Cette année le Mystère de sainte Reine sera donné les 27 et 28 août 2016 à Alise-Sainte-Reine.

Qui était sainte Reine ?

Sainte Reine est une gauloise qui naît à Autun aux alentours de 236 après Jésus-Christ. Orpheline de mère, sa nourrice va lui inculquer les fondements de la foi chrétienne. C’est adolescente qu’elle demandera à recevoir le baptême.

Son histoire se passe donc 18  siècles plus tôt, au pied du mont Auxois sur le site d’Alexia où elle avait l’habitude de garder son troupeau de moutons. Choisie par Olibrius, le gouverneur romain des Gaules, pour devenir son épouse, elle refuse pour ne pas abjurer sa foi. Regina a alors 16 ans et, par amour pour Dieu,  ne cède ni aux menaces ni aux souffrances qu’il lui inflige : elle est décapitée en 252.

C’est alors qu’un culte à cette jeune fille commença : une basilique fût bâtie sur son tombeau et des miracles, dont des guérisons, furent accomplis.

Depuis l’année 866, un mystère en sa mémoire est donné en représentation dans le village d’Alise-Sainte-Reine qui s’est développé au pied du mont Auxois et pour lequel sainte Reine est la sainte Patronne.

Les reliques de sainte Reine sont conservées dans l’abbaye bénédictine Saint-Joseph de Clairval à Flavigny-sur-Ozerain.

Aujourd’hui encore, un cortège, la vénération de ses reliques, une retraite au flambeau, la représentation théâtrale de la tragédie de sa vie et des célébrations religieuses prennent place en cette commune d’Alise-Sainte-Reine.

Le programme du weekend du 27 et 28 août 2016

Samedi 27 aout

20h : Cérémonie religieuse - Bénédiction des reliques de sainte Reine
Lieu : Chapelle Ste Reine, Alise-Sainte-Reine

20h30 : Retraite aux flambeaux
Lieu : Départ Chapelle Ste Reine puis dans les rues d'Alise-Sainte-Reine

21h : Représentation de la tragédie en 3 actes et en vers"Le Mystère de Sainte Reine"
Lieu : Théâtre des Roches, Alise-Sainte-Reine

Embrasement du Théâtre des Roches

Dimanche 28 août

10h : Procession et représentation des tableaux vivants de la vie de Sainte Reine
Lieu : Cour de l'hôpital Sainte-Reyne

11h : Messe
Lieu : Théâtre des Roches

15h : Représentation de la tragédie en 3 actes et en vers "Le Mystère de Sainte Reine"
Lieu : Théâtre des Roches 

en savoir plus sur le programme

Le 7 septembre prochain, pour la fête de Sainte-Reine,  des vêpres seront célébrées à la chapelle de la Source d’Alise-Sainte-Reine, à 17h.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 08 aot 2016 - Rubrique Evénements

Comme chaque année, la commémoration du départ vers le ciel du prophète Élie a eu lieu sous la canicule, sans doute attisée par les évocations de son char de feu si souvent reprises au long des offices du jour et de la nuit ! Mais la chaleur était aussi celle de l'accueil reçu au Carmel de Saint-Rémy, des retrouvailles fraternelles, des exposés et des discussions : ces deux journées (les 19 et 20 juillet derniers) furent riches en prières et amitié.

La fraternité Saint-Élie fête ses 25 ans

La rencontre débute par la réunion de la fraternité Saint-Élie, qui fête ses 25 ans. Une quarantaine de participants, venus de loin souvent : Belgique, Suisse, Autriche ou Roumanie. La réunion commence par une réflexion née de l'actualité sur les difficultés du dialogue. L'occasion d'un partage fort d'expériences et d'espérance.

De l’importance de l’œcuménisme

Nous écoutons, entre-autres, le témoignage d'Alain Westphal, laïc nommé délégué diocésain à l'œcuménisme dans le diocèse de Nancy, qui nous invite à découvrir la formation qu'il a reçue à l'Institut Catholique de Paris, dans le cadre de l'ISEO (Institut Supérieur d'Études Œcuméniques) pour l’obtention du Certificat d'Études Œcuméniques.

Il nous invite à parcourir, à sa suite, différentes facettes de sa réflexion et de ses recherches : origine du baptême dans l'Écriture et dans l'Église primitive, richesse et diversité des rites pratiqués, signification double de ce sacrement qui marque à la fois le salut apporté par le Christ et l'entrée dans la communauté chrétienne... Si  presque toutes les Églises reconnaissent le baptême comme le premier sacrement qui plonge le Chrétien dans la mort et la résurrection du Seigneur, il reste entre elles bien des divergences et bien des questions : à quel âge peut-on donner le baptême ? Peut-on le refuser à quelqu'un ? Comment être attentif à la demande de baptême d'un tout jeune enfant, ou d'une personne handicapée ? Qu'est-ce qui donne l'accès au salut ?

Au terme de sa relecture, A.Westphal constate que le BEM ("Baptême, Eucharistie, Ministère", document de 1982) est davantage un texte de convergence entre les Églises plutôt qu'un texte de consensus entre elles.

La célébration liturgique de ces deux journées

La célébration liturgique de la Saint-Élie commence par les offices du soir et de la nuit à l'église paroissiale. La matinée est  consacrée à l'office de Tierce, puis au grand hymne acathiste avec ses joyeux compliments à la Vierge vénérée entre toutes. Ensuite se déroule la sainte liturgie de Saint-Jean Chrysostome, concélébrée par de nombreux prêtres, parmi lesquels la présence des anciens, le père Nurdin et le père Hermann, est particulièrement émouvante.

Après le repas festif préparé par les Carmélites, une dernière réunion : le père É. Marzin  présente son œuvre, un roman de science-fiction   L'esclave des sources, qui vient de paraître aux éditions du Cerf. Le combat spirituel, grâce à l'imaginaire romanesque, devient un thème de réflexion à la portée de tous !

M.C. Roussel fait ensuite revivre avec brio la personnalité de Sainte Hildegarde de Bingen. La conférence se termine par la dégustation des « biscuits de la joie »  préparés  selon  la recette d'Hildegarde. Conclusion aussi originale que la personnalité rayonnante de cette femme, devenue Docteur de l'Église, qui sut allier l'émerveillement devant la nature et l'élan mystique.

Il est temps d'aller rendre grâces à l'office de vêpres avant de nous séparer : à l'année prochaine !

 

Maguy Minonzio

 

Photos : © Maguy Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 27 juillet 2016 - Rubrique Evénements

Que se passe-t-il au Carmel de Dijon/Flavignerot depuis l’annonce de la canonisation d’Elisabeth de la Trinité ?

Une immense joie pour cette Canonisation tellement attendue, mais aussi beaucoup de travail pour toute la communauté !

Pour vous en donner une petite idée, voici ce que nous avons vécu ces jours-ci :

Accueil

Accueil d’une quarantaine de très fervents pèlerins, venant de  différentes villes d’Espagne… longue messe avec eux (1 h 30 tout en espagnol !), prière devant la cellule d’Elisabeth et écoute de notre diaporama sur la vie d’Elisabeth (version espagnole)…

Quelques jours après, c’est encore l’Espagne qui vient sur les traces d’Elisabeth, avec 4 pèlerins et un père Carme, en marche vers les JMJ de Cracovie. Joie d’entendre chanter, avec profonde intériorité, la prière d’Elisabeth en espagnol, pendant l’action de grâce...

Les jours suivants, se retrouvent à l’hôtellerie : 4 amis belges, 2 jeunes femmes suisses, 2 sœurs orthodoxes de Biélorussie. Puis, un prêtre allemand qui n’a de cesse de faire connaître Elisabeth, non seulement en Allemagne, mais en Afrique et en Chine ! Une jeune femme coréenne insiste aussi pour venir passer 4 jours avant de retourner dans son pays. Un prêtre mexicain, accompagnés de ses amis,  célèbre la messe sous le regard d’Elisabeth…

En même temps, Béatrice Soltner, de RCF (national) vient pour enregistrer une heure d’émission sur le cœur de la spiritualité d’Elisabeth (Halte spirituelle : 5 x 12 minutes, qui passera entre le 10 et le 16 octobre 2016).

Nous rencontrons aussi  un réalisateur de film, qui a le projet de faire un nouveau documentaire sur Elisabeth.

Dans quelques jours arrivera d’Italie le Postulateur, Père Romano Gambalunga, pour continuer de préparer la Canonisation à Rome.

Le courrier

Entre temps, le courrier et les mails continuent d’arriver abondement, de partout. De France déjà, et des carmels en particulier, qui nous demandent du matériel (panneaux, livrets, images… et avec les traductions à assurer pour l’étranger) pour faire connaître le message d’Elisabeth (12 paquets sont partis hier !) Mais aussi des mails, venant de tous les pays, comme cette jeune femme Argentine qui veut absolument faire l’aller retour à Rome pour la canonisation et qui nous demande de l’aider à retrouver les pèlerins de Dijon !

D’autres mails aussi pour se mettre d’accord sur la date de la première représentation d’une pièce de théâtre sur Elisabeth (4 novembre 2016) ou d’un spectacle de danse (29 octobre 2016)… ou encore rencontre de l’entreprise Ducherpozat qui taille en ce moment le socle sur lequel sera posée la nouvelle châsse d’Elisabeth à l’église Saint Michel…

Notre joie est grande de voir le message d’Elisabeth toucher tellement les cœurs et les attirer vers Dieu…

« Il me semble qu'au Ciel, ma mission sera d'attirer les âmes en les aidant à sortir d'elles pour adhérer à Dieu par un mouvement tout simple et tout amoureux, et de les garder en ce grand silence du dedans qui permet à Dieu de s'imprimer en elles, de les transformer en Lui-même. » (L 335)

Les sœurs du carmel de Dijon/Flavignerot

http://carmel-flavignerot.fr/

 

Dans quelques jours, ce site vous présentera l'ensemble des célébrations (messes et veillées) qui auront lieu dans notre diocèse à l'occasion de la canonisation d'Elisabeth de la Trinité.

Ceux qui souhaitent se rendre à Rome pour la canonisation peuvent consulter cette page des renseignements sur le pèlerinage organisé par le diocèse.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 12 juillet 2016 - Rubrique Evénements

Dans le diocèse de Dijon, le samedi 2 juillet, comme annoncé précédemment sur le site internet du diocèse, cinq églises ont ouvert leurs portes et préparé différentes sortes d’animation pour les paroissiens et tous les amis de la culture, de la musique, de l’histoire, du patrimoine, de l’art, etc. à l’occasion de cet événement national de « La nuit des églises ». Quelques églises confient leurs soirée et retours.

 

Un moment autour du travail de l’église d’Esbarres avec intermèdes

Un important projet de restauration de l’église Notre-Dame de la Nativité d’Esbarres est lancé et porté par la commune et l’association Notre-Dame d’Esbarres. La nuit des Eglises, organisée en partenariat avec l’association Saône Nature & Patrimoine, a permis de présenter cet édifice, sauvé par la restauration de l’architecte Alfred Chevrot (1854-1857).

Le retable du couronnement de la Vierge (début XVIème siècle) est un des joyaux de cette église. Ses volets peints sont exposés au musée d’Art Sacré de Dijon. Ils présentent des épisodes de la vie de la Vierge. Un montage photographique réalisé avec les clichés mis à disposition par le musée a permis de montrer le retable complet avec ses volets ouverts et fermés.

Après des intermèdes musicaux (cor, piano) et une explication du vocable « Notre Dame de la Nativité » par le Père Theuret, curé des paroisses de Brazey-en-Plaine/Saint-Jean-de-losne, Madame le maire a présenté le projet de restauration de l’église.

Cette soirée qui a attiré un public nombreux s’est terminée autour du verre de l’amitié offert par l’association Notre-Dame d’Esbarres.

Pour en savoir plus :

http://saint-jean-de-losnetourisme.blogspot.fr/2016/07/belle-nuit-des-eglises-2016-esbarres-ce.html

Une souscription est ouverte pour la restauration :

https://www.fondation-patrimoine.org/fr/bourgogne-5/tous-les-projets-292/detail-eglise-notre-dame-de-la-nativite-a-esbarres-42871

 

Pierre Marie Guéritey

Photos : © Pierre Marie Guéritey

 

Musique et sculpture à l’église Notre-Dame de Dijon

Une assistance de qualité, 150 personnes environ, s’est donné rendez-vous à l’église Notre-Dame de Dijon pour écouter les auditions d’orgue prévues à l’issue de la messesous le signe de la reine de Saba.  L’orgue était tenu par le P. Christian Baud qui a interprété le répertoire suivant : "Entrée de la reine de Saba", extrait de l'oratorio Salomon, de Georges Frédéric Haendel, Basse et dessus de trompette de Jean-François Dandrieu, Pare-toi, chère âme et O Jésus que ma joie demeure de Jean-Sébastien Bach, Allegro du concerto en si mineur de Johann Gottfried Walter, Pastorale en la majeur d'Alexandre Guilmant, Communion sur deux airs d'opéra de Bellini d'Alphonse de Vilback et Toccata en ré mineur d'Albert Renaud.

Puis Eric de Laclos, auteur de la sculpture de la Reine de Saba, en a fait sa présentation : elle a été inspirée duLivre des Rois. Cette œuvre acquise par la paroisse sera prochainement installée près de la porte méridionale.

 

Martine Chaunet-Bouillot

Photos : © Martine Chaunet-Bouillot

 

Visite de l’église du Sacré-Cœur de Dijon et rencontre amicale

La nuit des églises au Sacré Cœur a été suivie par plus de cent personnes bien qu'elles n'aient pas été présentes toutes en même temps. Une moitié a découvert la crypte de l'église et ses caractéristiques assez étonnantes, ses mosaïques, son déambulatoire, son plafond couvert de graffitis, ses perspectives horizontales destinées à faire entrer dans la méditation et ses couleurs chaudes en bas et froides en haut pour que le regard ne puisse se disperser.

Cette visite fut suivie de la découverte de l'orgue monumental, démesuré dirons certains, en tout cas remarquable parce qu'on peut tout jouer dessus autant la musique baroque que les symphonies de la fin du XIX° siècle. Mais, comme beaucoup, il mérite des restaurations car certains jeux ne sont plus utilisables.

Ensuite, quelques-uns des mêmes, mais aussi d'autres, se réunirent pour un barbecue. Des enfants, des jeunes, des familles et quelques anciens à la cuisson.

Beaucoup de nos visiteurs nous étaient inconnus jusqu'alors, ce sont devenus des amis.

 

P.Jean Lamblot

Photos : © P. Jean Lamblot

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...