Notre Blog Actualités



Posté le 12 juillet 2012 - Rubrique Culture et patrimoine

Depuis le 12 mai dernier et jusqu’au 31 août 2012, l’association « Saint Bénigne, des racines aux fruits », en collaboration avec les différentes institutions culturelles de la ville, propose un riche parcours culturel autour de l’histoire de saint Bénigne. Intitulé « Sur les pas de saint Bénigne », ce parcours vous propose une (re)découverte du martyr, à travers de nombreuses pièces issues du patrimoine de l’abbaye Saint-Bénigne et de son abbatiale, devenue plus tard cathédrale.

Ce parcours comprend cinq étapes, dans cinq lieux différents.


 

 

 

1)      Le musée archéologique de Dijon


Il est installé dans ce qui subsiste des bâtiments conventuels de l’ancienne abbaye Saint-Bénigne.

Formant un angle avec l’église, l’aile orientale du cloître abritait la salle capitulaire, le scriptorium (niveau 0 du musée) et le dortoir (niveau 1). Les autres bâtiments (cuisine, réfectoire, bibliothèque, logement de l’abbé) ont disparu en élévation. Le palais abbatial abrite l’Ecole nationale supérieure d’art de Dijon.

C’est un voyage, à travers des éléments de sculpture, dans l’histoire de l’abbaye qui est proposé aux visiteurs, depuis l’évocation de l’abbaye de Guillaume au XIè siècle jusqu’à celle d’Hugues d’Arc au XIVè siècle.

 

2)      Les archives départementales de la Côte d’Or


Plus que de la spiritualité des moines, les archives départementales, recueillies à la suppression de l’abbaye en 1790, rendent compte pour l’essentiel, de la gestion de l’abbaye Saint-Bénigne de Dijon. Par leur volume, sans doute (près de 1800 articles), mais aussi par la qualité même des documents, elles forment l’un des fonds religieux les plus importants conservés aux Archives Départementales de la Côte d’Or.

 

3)      Le musée des Beaux-Arts de Dijon


Le musée des Beaux-Arts conserve plusieurs fonds d’artistes bourguignons, parmi lesquels ceux de deux sculpteurs dijonnais qui ont rendu hommage à saint Bénigne : Jean Dubois (1625-1694) et Henri Bouchard (1875-1960).

 

4)      La Bibliothèque Municipale


Parmi les plus anciens manuscrits conservés à la Bibliothèque Municipale de Dijon (IXè-XIIè siècles), plusieurs sont liés à l’abbaye de Saint-Bénigne : le papyrus de la bulle du pape Jean XV, un pontifical, des commentaires de Raban Maur et de saint Jérôme, la chronique et le cartulaire, enfin l’énorme Bible sacrée. La présentation propose également quelques imprimés de l’ancienne bibliothèque et le tableau de la « démolition de la rotonde en 1792 ».

 

5)      Le musée d’Art Sacré


Si le musée d’Art Sacré est créé en 1980, c’est bien pour suppléer à l’absence de trésor de cathédrale puisque le siège de l’évêché n’arrive à Dijon qu’en 1731. En effet, selon la loi de 1913 sur les monuments historiques, un trésor de cathédrale accueille les œuvres en péril dans le diocèse.


Autour de la personnalité de saint Bénigne, le patrimoine conservé permet d’évoquer l’homme avec ses reliques, le rayonnement de l’abbaye, le patronage des églises et des hommes, et le siège de la cathédrale.

 


 

Horaires des visites :


Musée Archéologique :  Dimanche 22 juillet, 5 août et 19 août à 15h

Musée des Beaux-Arts : horaires habituels

Archives Départementales : tous les mardis à 10h, jusqu’au 28 août.

Bibliothèque Municipale : visites guidées – lundi 6 et 27 août à 14h30, jeudi 19 juillet et 16 août

Habituellement, découverte de quelques manuscrits, dans la salle de lecture, les mardis et samedis, 10h-12h et 14h30-17h30.

Musée d’Art Sacré : horaires habituels

Bookmark and Share
Commentaires (1)
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...
Marie-Paule Rolin
Le 19 juillet 2012 à 16H51
Attention ! pendant l'été la salle de lecture de la bibliohtèque municipale est ouverte du mercredi au samedi, de 10h à 12h et de 14h30 à 18h30 (17h30 le samedi). Les manuscrits ne sont présentés que lors des visites guidées.


Posté le 09 juillet 2012 - Rubrique Culture et patrimoine

Dans le cadre de la Nuit des églises, évoquée ces derniers jours sur notre site, l’église Saint-Aignan de Gevrey-Chambertin ouvrait ses portes en cette soirée du 7 juillet.


Un parcours en cinq étapes était proposé à la cinquantaine de paroissiens ou simples curieux venus découvrir la richesse de cet édifice.

Animé par le curé de la paroisse, le Père Louis de Raynal, et par Monsieur Henri Magnien, fin connaisseur de l’histoire locale, ce parcours d’environ une heure a permis à l’assemblée de (re)découvrir avec un autre œil (un jeu de lumière était opéré pour mettre en valeur les œuvres au fil des explications) les joyaux contenus dans l’église.

Parmi ceux-ci, les statues de Notre-Dame la Blanche, sainte Catherine d’Alexandrie, saint Jean-Baptiste, saint Vincent, sainte Thérèse de Lisieux, le curé d’Ars ou encore les fonts baptismaux (voir photos dans le diaporama ci-dessous).

Vers 22h, les visiteurs ont eu un temps de visite libre de l’église, propice à de nombreux échanges avec leurs « guides » de la soirée.

La soirée s’est achevée un peu plus tard par l’office des complies.

 

 

Photos ci-dessous (intérieur de l'église Saint-Aignan de Gevrey, datant de 1500 dans son aspect actuel) : vue du choeur,  sainte Thérèse de Lisieux, fond du choeur/tabernacle, saint Claude, l'assemblée dans la nef, Notre-Dame la Blanche (1363), fonts baptismaux (XVè), saint Jean-Baptiste (fin XVIè), saint Vincent, sainte Thérèse de Lisieux et le curé d'Ars (derrière le Père de Raynal), le Christ sans bras, le curé d'Ars.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 06 juillet 2012 - Rubrique Culture et patrimoine

La deuxième édition de la "Nuit des églises", parrainée par le comédien Michael Lonsdale,
se tiendra ce samedi 7 juillet un peu partout en France, pour mieux faire connaître l'alliance
entre culte et culture.

Au vendredi 6 juillet, 536 églises ont déjà manifesté leur désir d'y participer, désireuses de faire connaître leur patrimoine d'art sacré, via des concerts, visites, mini-conférences. 

 


 

Parmi elles : l'église Notre-Dame de Dijonla collégiale Saint Jean-Baptiste de Rouvres-en-Plaine, la basilique Saint-Andoche de Saulieu et l'église Saint-Aignan de Gevrey-Chambertin.


Les programmes :


Samedi 7 juillet


Eglise Notre-Dame de Dijon

- 21h : accueil par le Père François-Xavier de Guibert, vicaire à Notre-Dame de Dijon
- 21h10-21h30 : jeux d'orgue, par Dominique Geniau
- 21h30-21h 45 : présentation générale de l'église, par Véronique Menvielle
- 21h45-22h00 : chants à la Vierge 
Reine Bergerot : Ave Maria, Giulio Caccini (1551-1618) ; Ave Maria, César Franck (1822-1890) ; Cujus animam (Stabat Mater), Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736)
Jeanne Bernier : Ave Maria, Jacques Arcadelt (v. 1504 ? - 1568) ; Ave Maria, Camille Saint-Saëns (1835-1921) ; Quia respexit (Magnificat), Jean-Sébastien Bach (1685-1750).
- 22h00-22h30 : présentation des peintures murales, par Marie-Gabrielle Caffin
- 22h30-22h45 : chants méditatifs
Reine Bergerot : Laudate Dominum (Vêpres d'un confesseur) et Agnus Dei (Messe du couronnement), Wolfang-Amadeus Mozart (1756-1791)).
Jeanne Bernier : Pie Jesu (Requiem), Gabriel Fauré (1845-1924) ; I know that my Redeemer liveth (Messie), Georg Friedrich Haendel (1685-1759). 
Reine Bergerot et Jeanne Bernier, Pie Jesu (Requiem), Andrew Lloyd Webber (né en 1948).
- 22h45-23h : présentation des vitraux, légendier, par Martine Chauney-Bouillot
- 23h00-23h30 : psaumes, par Chantal et Philippe Dufouleur
- 23h30 : messe, célébrée par le Père François-Xavier de Guibert

Contact : Martine Chauney-Bouillot -martine.chauneybouillot@orange.fr 



Collégiale Saint Jean-Baptiste de Rouvres-en-Plaine

Ouverte dès le matin.

Concert avec le" Brass Pearl ", formation de cuivres en provenance des Vosges.
A remporté en janvier 2012 le premier prix à la 8ème édition du championnat national des brass band à Amiens 

Contact : J-F Nappey 03 80 39 82 67  



Basilique Saint-Andoche de Saulieu


17h : Départ des marcheurs rassemblés sur le parvis de la Basilique Saint-Andoche

Parcours d’environ 10 km : Saulieu – Collonchèvres – Lavault – tour du lac de Chamboux

Et retour par : Montigoy – Collonchèvres – Maison Rouge – Bellevue jusqu’au parvis de Saint-Andoche.

Prévoir boisson et petite collation pour le chemin

20h : Arrivée sur le parvis de Saint-Andoche au son du violon d’Isabelle Parmentier.

Ceux qui ne veulent pas faire la marche peuvent arriver directement à Saint-Andoche pour 20h. Accueil des marcheurs  -  Saynète relatant l’histoire de la basilique

20h30 : Parcours dans la basilique et présentation de quelques chapiteaux accompagnés d’intermèdes musicaux : violon et orgue.

Présentation de l’orgue et interprétation de quelques pièces par Mr Wenzel. Possibilité de découvrir l’instrument.

21h : Partage du verre de l’amitié offert par la municipalité à l’occasion de l’inauguration des chemins Pèlerin de Vezelay à Autun

Contact : Tél. : 03.80.64.07.03     E-mail : psaulieu@aol.com



Eglise Saint-Aignan de Gevrey-Chambertin

21h : Parcours de lumière dans l'église

Un parcours avec 5 haltes nous permettra d'aller à la rencontre de cette magnifique église. 
Des explications historiques, culturelles et spirituelles nous aideront à entrer dans son mystère.
Des jeux de lumières et la musique d'orgue accompagneront le parcours (durée : environ une heure). 

L'église sera ouverte jusqu'à 23h. L'office des complies concluera la soirée.

Contact : Père Louis de RAYNAL - Mr Henri MAGNIEN
Tél. 03 80 34 31 42 / E-mail : gevrey.paroisse@sfr.fr
 






Organisée par Narthex, revue culturelle "bi-média" (site internet et publication "papier") du Service national de Pastorale liturgie et sacramentelle (SNPLS), la 1ère "Nuit des églises" avait réuni plus de 100 participants en 2011. La revue culturelle Narthex, créée en 2009, et placée sous l'égide de la Conférence des Evêques de France (CEF), rend compte des actualités dans le domaine de l'art sacré sous toutes ses formes: peinture, architecture, musique, cinéma.


Pourquoi une nuit des églises ?

 


Emmanuel Bellanger et le P. Gilles Drouin expliquent en quelques mots l’intérêt de l’évènement "la Nuit des églises" proposé depuis 2011.
 

Les deux idées forces qui ont présidé à notre réflexion avant de lancer cette proposition de la « nuit des églises» étaient : ouvrir ne serait-ce qu’une fois dans l’année des édifices chrétiens qui sont fermés ou très peu ouverts, et s’adresser en priorité aux communautés chrétiennes locales et aux habitants dont ces églises sont le cadre de leur vie quotidienne et qu’ils ne connaissent pas forcément.

Pour les chrétiens, le patrimoine accumulé au fil des siècles témoigne de la foi, de la prière et de la liturgie tels que les ont vécues les générations dont nous sommes les héritiers. Pour ceux qui n’entrent jamais dans nos églises et qui en ignorent à peu près tout du sens véritable qu’elles expriment, c’est une occasion de découverte et peut-être d’approfondissement.

Nous savons que notre patrimoine artistique (architectural, pictural, musical) est nourri de culture biblique et de liturgie. Dans notre monde contemporain où l’expérience sensible est si importante et où la culture en particulier religieuse est si déficiente, nous pensons que cette proposition d’une nuit des églises est un moyen parmi d’autres de rencontrer des frères que nous ne rencontrons pas habituellement.

« L’évènement permet, à partir d’une initiative clairement ecclésiale, d’engager des partenariats féconds avec les collectivités locales, le monde culturel, de reprendre en quelque sorte l’initiative dans des domaines où l’Eglise, affectataire exclusif de ces lieux apparait souvent comme un frein ou un obstacle.

La nuit des églises permet de donner très concrètement l’image d’une Eglise accueillante. Les portails largement ouverts et éclairés tout au long de la nuit ou de la soirée sont un signe fort, une invitation amicale que perçoivent de nombreux passants qui franchissent le seuil de l’église pour un temps plus ou moins long.

Cette opération permet enfin, au sein de nos communautés, d’élargir le cercle trop étroit des personnes engagées, et porte peut-être en germe des fruits, notamment au plan musical et vocal. »


P. Gilles Drouin, Extrait de la revue Célébrer, n°388, p 61.



"Tout le monde est invité à entrer, averti ou non. C’est à nous, chrétiens, de faire découvrir au plus grand nombre le sens du patrimoine existant. L’Eglise est immergée dans le monde de son temps et donc dans ses fonctionnements et ses manières de penser ; elle est aussi créatrice d’une culture nourrie de son expérience et de ses pratiques cultuelles, qu’elle ne doit pas laisser cachée mais qui peut nourrir la culture environnante".

Emmanuel Bellanger





Photos ci-dessous : basilique Saint-Andoche de Saulieu, église Saint-Aignan de Gevrey, église Notre-Dame de Dijon, collégiale Saint Jean-Baptiste de Rouvres-en-Plaine

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 05 juillet 2012 - Rubrique Culture et patrimoine

Le couronnement de Notre-Dame d’Etang a été célébré le 4 juillet 1912 par l’évêque de Dijon, et par autorisation papale, en présence de 11 évêques, 300 prêtres et 30 000 personnes.

Ce dimanche 1er juillet, l’église de Velars-sur-Ouche, qui avait subi un nettoyage soigneux, une restauration de nombreuses statues et des reliquaires, était décorée de fleurs magnifiques. La statuette de Notre-Dame d’Etang, coiffée de la couronne et vêtue du manteau du couronnement de 1912, était mise en évidence devant l’autel.

L’église était comble : environ 300 paroissiens et amis de Notre-Dame d’Etang avaient répondu à l'appel.

Avant la messe, les fidèles purent écouter un petit commentaire sur l’histoire de l’église, sanctuaire de Notre-Dame d’Etang, et sa riche décoration en l’honneur de la Vierge Marie.

A 10h30, début de la messe présidée par Mgr Minnerath, archevêque de Dijon, accompagné du Père Gabriel Viard, ancien curé de la paroisse et du Père Serge Athénor, son curé actuel.

L'archevêque et les prêtres sont entrés dans l’église en procession et ont célébré la sainte messe en présence de cette foule fervente.

A partir de midi, dans la salle des fêtes aimablement prêtée par la commune de Velars, un apéritif était offert par l’association des Amis de Notre-Dame d'Etang à quelques 200 personnes, suivi d'un buffet froid.

Quelques stands étaient disposés dans la salle pour proposer livres, cartes postales, bibelots… ainsi que des verres souvenirs du centenaire et du vin de Marsannay « cuvée du centenaire », le tout vendu au profit de la restauration de la chapelle de la montagne, restauration qui va commencer dans quelques mois par la dépose de la statue monumentale.


                                                                                                               Alain Striffling

 

Contact : Amis de Notre-Dame d’Etang

Mairie, rue des trois ponts

21370 VELARS-SUR-OUCHE

amis.notredamedetang@yahoo.fr

http://www.notre-dame-detang.fr/

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...