Notre Blog Actualités



Posté le 15 mai 2014 - Rubrique Culture et patrimoine

Les paroissiens de la paroisse Saint-Michel de Dijon sont habitués à bénéficier de la qualité de son chant tout au long de l’année mais peu savent que la Chorale Saint-Michel est centenaire ! Elle est, avec la Maîtrise de la Cathédrale, une des plus anciennes formations vocales du diocèse et du département. Elle est riche d’une histoire et d’un répertoire illustrant toutes les périodes de la musique religieuse.

 


Chorale à quatre voix mixtes dirigée par Colette Lamy, la chorale Saint-Michel compte actuellement une cinquantaine de choristes. Et depuis cette année, elle comporte aussi un chœur d’enfants.

 

Dimanche 18 mai à 17 h

Le concert de ce dimanche permettra de (re)découvrir des œuvres polyphoniques sacrées de France et d’Europe, allant de la Renaissance jusqu’à l’époque contemporaine… à travers des formations différentes : chœur d’hommes, chœur de femmes, et chœur mixte.

Au programme notamment …

- le Psaume 114 pour chœur mixte et orgue de Zoltan Kodaly, un compositeur hongrois du XXème siècle, qui évoque par une musique imagée et puissante la traversée de la Mer Rouge.

- un Ave Maris Stella d’Elgar, le compositeur anglais mondialement connu pour sa célèbre marche Pomp and circumstance… mais dont on méconnaît les autres œuvres.

- Des œuvres françaises et italiennes de grande valeur (Palestrina, Gouzes, Dubois…)


Chorale et Orgues

Au cours de ce concert, nous pourrons aussi écouter des improvisations au grand orgue par l’organiste titulaire, Jean-Bernard Guiboux. En effet, entre les pièces interprétées par la chorale, il improvisera quatre pièces qu’il présente ainsi : « Chaque pièce mettra en œuvre des sonorités particulières de l’orgue et un style différent à chaque fois. Elles seront improvisées dans l’esprit d’un office religieux : Entrée (prélude) sur les fonds et le plein jeu de l’orgue ; Offertoire sur des sonorités du XVIII (cornet, quinte, tierce) ; Communion (dans un esprit méditatif : sur des jeux de solo -flûtes, gambe, voix céleste...- ) ; Sortie (finale) sur le tutti de l’orgue (la pièce commençant par un solo de pédalier pour mettre en valeur ce clavier à part entière (tellement réservé habituellement à faire les basses). »

 

Ce dimanche 18 mai sera une belle occasion d’entendre et la chorale Saint-Michel et le grand orgue dans ce site magnifique de l’église Saint-Michel.

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 05 mai 2014 - Rubrique Culture et patrimoine

C’est le samedi 10 mai qu’aura lieu la nouvelle édition de la Nuit des Cathédrales.

Pour la troisième année consécutive, le diocèse de Dijon participera à cet évènement grâce à son service culturel.

L'idée d'origine de ce projet de "Nuit des Cathédrales" était de réaliser un projet d’Église au-delà des frontières diocésaines et nationales: montrer que la culture et la spiritualité appartiennent bel et bien aux sources de la vie commune dans une Europe qui s’unifie de plus en plus. 

Quels autres lieux que les cathédrales, monuments religieux, culturels et historiques à la fois pouvait-on trouver pour symboliser cette présence dans la vie publique ? 

Quels meilleurs lieux que les cathédrales sont capables de renfermer en elles aussi bien les souvenirs des générations passées que les désirs et les espoirs des générations présentes?

Dans chaque cathédrale participante, une équipe s’est chargée indépendamment des autres de la préparation et de l’exécution d’un programme adapté aux besoins et possibilités du diocèse en question. La Nuit des Cathédrales devenait ainsi à la fois un signe d’unité et un signe de diversité culturelle et spirituelle.

 

Programme à la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon  :

14h et 15h : Visite du site Saint-Bénigne, par le musée archéologique (14h : départ du musée  - 15h : départ de la cathédrale).
Réservations : 03 80 65 37 89 – visite.sitesaintbenigne@yahoo.fr

17h45 : concert d’orgues des élèves de Sylvain Pluyaut

A partir de 20h30 :

- « Histoires de la Sainte Chapelle à la cathédrale », par Catherine Gras (conservateur au musée des Beaux-Arts)

- concert du chœur Ica Onna (du Miserere d’Allegri à l’Alleluia de Whitacre)

- complies chantées par les Ambrosiniens (chœur grégorien)


Entrée libre et libre participation pour toutes ces activités.

 

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 24 avril 2014 - Rubrique Culture et patrimoine

La Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs (PRTL) est une mission d’évangélisation, d’une part vers les personnes qui visitent nos églises pendant leurs vacances, et vers les personnes qui travaillent dans le monde de l’accueil des touristes.

Plus de 40% des touristes entrent dans les églises pour les visiter. Ils y recherchent très souvent des éléments du patrimoine historique de notre région, racine chrétienne de la civilisation occidentale.

Les communautés paroissiales des édifices visités doivent être accompagnées, dotées d’outils de communication professionnels pour faire découvrir l’histoire de ces monuments, mais aussi proposer aux visiteurs la (re)découverte de la Maison-Dieu.

Une petite équipe autour de la Délégation diocésaine à la Culture a pris en charge cette mission et a déjà déployé des actions ponctuelles, mais réussies pour la Nuit des églises ( 1° week end de juillet), les Journées du Patrimoine. En 2013, l’opération « Poussez la porte ! » d’accueil des touristes pendant la période estivale a été un succès.

Des paroissiens des communautés paroissiales rurales ou urbaines ont déjà acquis un savoir-faire dans l’accompagnement des touristes dans « leur »   église : maintes initiatives ont été mises en œuvre.

Toutes ces personnes, des quatre coins du diocèse se sont retrouvées jeudi 3 avril, à l’église Sainte-Bernadette de Dijon, pour une journée de rencontres, d’échanges, et d’approfondissement afin de bâtir une campagne estivale 2014, encore plus réussie.

Cas pratique : les participants à cette journée ont pu constater que l’équipe de Sainte-Bernadette, autour du Père Févotte, était opérationnelle pour la célébration du cinquantenaire de leur église (17 et 18 mai prochains) !

Cette journée a permis de tisser des liens de sympathie, de complicité amicales entre toutes les équipes, en vue d’une meilleure efficacité, d’échanges d’informations pratiques, mise en commun de carnet d’dresses…

A travers un exposé de la Direction de l’Office du Tourisme de Dijon, venue présenter ses activités, mais aussi son organisation, nous avons découvert toutes les potentialités des synergies à mettre en place avec les offices de tourisme locaux, les mairies..

La proposition d’outils de communication sur les églises a été accompagnée d’un  exposé approfondi sur les richesses architecturales, picturales, statuaires de nos églises qui sera réutilisé pour la formation.

En effet, chacun est reparti avec la mission de rechercher des correspondants locaux pour chaque paroisse afin d’étendre la couverture du diocèse par des volontaires de l’accueil des touristes dans nos églises les plus belles et dignes d’intérêt.

 


Photos : © PRTL

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 11 avril 2014 - Rubrique Culture et patrimoine

La restauration de la petite église de Beaulieu, à une trentaine de kilomètres au sud de Chatillon-sur-Seine, s’est achevée en mai 2012 par la pose d’un nouveau Chemin de Croix, créé spécialement pour cette église par l’artiste Linet Andrea.

Ce sont les photographies des quatorze stations, prises par l’artiste elle-même avant de les encadrer, qui sont exposées du 8 au 28 avril, pendant le temps de Pâques, dans le hall de la Maison diocésaine, à l’initiative de la Commission diocésaine d’art sacré (CDAS).

L’église de Beaulieu (1850) étant très pauvre en statuaire et mobilier et le coût de la restauration du Chemin de Croix du XIXe siècle excédant la valeur de celui-ci, c’est la commune elle-même qui prit la décision d’en faire créer un nouveau qui puisse prendre  place dans les cadres, remis en état, de l’ancien.

Linet Andrea, artiste d’origine anglaise, est établie depuis une quinzaine années à Perrigny-sur-Armançon, non loin de Montbard. Non chrétienne, ouverte au dialogue et habituée à dessiner au fusain et au pastel des corps d’enfants et d’adultes en mouvement ou en souffrance, elle résume ainsi l’approche de l’œuvre qui est ici présentée :

« A travers les attitudes du Christ, j’ai voulu exprimer son acceptation de sa souffrance et sa sérénité face aux pires épreuves, ainsi que sa profonde humanité en tant qu’être vivant, « ordinaire » c’est-à-dire fait de chair et d’os, avec toutes les contraintes que cela implique.

Jésus ne porte pas physiquement la croix, afin de renforcer l’aspect symbolique de celle-ci : il la porte plutôt au plus intime de lui-même. Il est représenté seul, pour évoquer l’idée que l’être humain se construit dans la solitude.

Derrière lui la croix, signe du croisement des chemins des hommes et de la rencontre des éléments qui font la vie, en se redressant peu à peu, puis en s’effondrant au sol, représente le temps qui passe et mesure, par son mouvement circulaire, les cycles de cette vie, ponctuée par les épreuves, les temps de relèvement et de rencontres et la mort, dans l’éternité de la foi, de génération en génération »


Cette œuvre a été très bien reçue par les habitants de la paroisse d’Aignay-Baigneux, qui ont célébré à Beaulieu en 2013 la liturgie du Vendredi Saint.

 

                                                           Françoise Vignier
                                              Secrétaire générale de la CDAS

 


Nouveau Chemin de Croix de l’église de Beaulieu (canton d’Aignay-le-Duc)

Photographies exposées du 8 au 28 avril dans le hall de la Maison Diocésaine, 9bis boulevard Voltaire, à Dijon

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...