Notre Blog Actualités



Posté le 26 juin 2014 - Rubrique Culture et patrimoine

 

En Côte d’Or : les églises s’ouvrent… Poussez la porte !

Cette opération que nous allons conduire ensemble, va nous permettre d’accueillir tous ceux qui vont vouloir entrer dans les églises de nos paroisses.

Au cours de leurs vacances, en famille, avec des amis ou seul, 80% des touristes entrent dans une église. Ils y restent  en moyenne entre 10 et 15 minutes. C’est peu… et pourtant !

Nous le savons bien par notre propre expérience, ils cherchent silence, fraîcheur, repos, beauté et paix. Une jeune femme, rencontrée il y a peu, prenait les devants en disant : « Je ne suis pas chrétienne ! » Mais elle précisait qu'à l'occasion d'un repas avec des amis, elle avait tenu  à leur dire : « Quand je suis dans une église, je me sens bien ».

Que notre accueil, par des fleurs fraîches, par une personne du village qui, sur appel téléphonique, accepte d’ouvrir l’église,  soit au service d’une présence, au service de la présentation des beautés patrimoniales et au service de l’homme qui est en recherche.

Les offices de tourisme, des mairies, les paroisses, vont mettre à disposition les affiches et tracts : « Poussez la porte ». Chacun pourra retrouver les renseignements sur l’ouverture de l’ensemble des églises, soit en se rendant sur le site internet du diocèse, soit en entrant directement sur ce site par le biais d’un QR Code.

Alors permettons que les portes accueillantes de nos églises soient poussées par nos frères humains !

 

                                                                 L’équipe de la Pastorale du Tourisme


Téléchargez le document ici

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 20 juin 2014 - Rubrique Culture et patrimoine

Le 14 juin dernier, la Chapelle de la Providence de Dijon accueillait le Père abbé de Cîteaux, dom Olivier Quenardel, l'Ensemble Joseph-Samson sous la direction de Jean-Louis Gand avec Frédéric Mayeur à l’orgue, sur le thème « Musique et Christianisme ». Une soirée d’enchantement pour l’auditoire.

Dom Olivier, érudit en matière de textes sacrés, mais aussi praticien (chantre pendant 15 ans à Cîteaux, compositeur avec Jean-Louis Gand d’un oratorio pour les 900 ans de l’abbaye…) a révélé le projet de Dieu comme un "projet d’enchantement pour le monde".

Dans le Premier Moment de cette soirée, dom Olivier a exploré la Parole de Dieu et la Tradition de l’Eglise, en commençant par la fin, si on peut dire, l’Apocalypse qui nous révèle la fin de l’Homme et de la Création, en remontant l’histoire du salut et la trame de la pédagogie de l’Amour divin. La célébration de l’Amour qui est Dieu s’exprime par un « chant nouveau ».

Dans le Deuxième Moment, le Père abbé a détaillé la Constitution sur la Sainte Liturgie de Vatican II. Le Christ par son incarnation a introduit dans notre exil terrestre l’hymne qui se chante éternellement dans les demeures célestes. La source de l’enchantement du monde, c’est Jésus.

Dans le Troisième Moment, dom Olivier a exprimé sa reconnaissance au Père Jean-Marie Rolland qui l’a mis sur la piste de Joseph Samson, son œuvre chorale et ses livres :Paul Claudel, poète-musicien, On n’arrête pas l’homme qui chante, et surtout Musique et vie intérieure. Par la volonté du Créateur, l’homme, quel qu’il soit et d’où qu’il soit, est dans sa constitution même un être musical. Pour devenir qui tu es, non impedias musicam, n’empêche pas la musique de durer en toi. Cette affirmation de l’Homme-musique en soi animé par la Source-Christ entraîne pour Joseph Samson, et pour notre cher Père abbé, une nécessité d’estomper l’artificielle (et parfois déchirante) distinction entre profane et sacré. Quelqu’un parle à travers moi. Mais qui ? Dieu le sait. Dieu me tient par la main (Matisse). La musique est résonnance de Dieu en moi. Le concert est cérémonie, hommage rendu par le musicien aux auditeurs, par les auditeurs au musicien ; la musique atteste la Source ; elle rend grâce à Dieu. A travers Mozart, c’est le Dieu musicien que nous rejoignons. Il n’y a pas de musique chrétienne par nature, y compris le merveilleux grégorien. Il y a la Source primordiale, et l’adoption de formes musicales qui permettent d’étancher la soif de l’Homme pour Dieu, d’entrer en contemplation et relation. J. Samson : C’est sur le principe de prière, louange et chant en commun qu’est fondée l’Eglise ; chacun y apporte sa voix. Manquer à la charité : rompre le courant mélodique ; démailler l’harmonie ; déchirer le Corps de l’Eglise. Le chrétien : homo ecclesiasticus, musicus homo, Christus musicus...

Chaque Moment de parole était suivi, prolongé par l’Ensemble Joseph Samson dirigé par Jean-Louis Gand et accompagné par Frédéric Mayeur à l’orgue.

Une soirée d’enchantement qui restera gravée dans l’esprit et le cœur des auditeurs.

Jean-Louis Guérin

 

Vous pouvez recevoir le texte intégral du Révérend Père dom Olivier Quenardel en en faisant la demande par courriel à l’Association de Sauvegarde de la Providence.

Photos : © Marie-Dominique Trapet

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 21 mai 2014 - Rubrique Culture et patrimoine

500 curieux d’histoire et amoureux de beauté étaient au rendez-vous à Saint-Bénigne pour la nuit des cathédrales.

Pour la 8ème édition au niveau européen et pour la 3ème à Dijon, le diocèse et l’association « Saint Bénigne des racines, aux fruits » ont uni leurs forces et leur créativité, pour permettre de découvrir ou redécouvrir les sacrés histoires ou les histoires sacrées de notre cathédrale.

Un public nombreux, varié, proche de l’Eglise ou curieux a répondu avec enthousiasme à l’invitation qui lui était adressée.

Cette cathédrale fait partie du patrimoine et de l’histoire de la cité. Chacun la côtoie dans le cadre de sa vie habituelle. On y entre parfois ou souvent pour y trouver le calme et le silence qu’inspire ce bâtiment chargé de la vie et du savoir-faire de nos prédécesseurs.

Toutes les générations d’artistes et d’historiens nous ont introduits sur les chemins de beauté.  Trois jeunes organistes, élèves de Sylvain Pluyaut, les 21 chanteurs du chœur Auxerrois « Ica Onna » sous la direction de Bruno Rastier, le chœur des Ambrosiniens dirigé par Jean-Christophe Garandeau ont entrainé le public sur des cimes de beauté et de bonheur. Nous nous souviendrons longtemps du « Miserere d’Allegri » et des complies dans le silence de la nuit. L’équipe des guides du musée archéologique et Catherine Gras, conservateur au musée des Beaux-arts, nous ont révélé la grande histoire et les petites histoires de cette cathédrale, ancienne église de l’abbaye Saint-Bénigne.

Nous voulons vous faire partager le bonheur de ce projet. Certains d’être encore plus nombreux, nous vous invitons déjà pour notre 4ème nuit des cathédrales 2015 (le deuxième samedi de mai).

Et puisque nous avons découvert l’histoire de la Sainte-Chapelle de Dijon dont l’autel et les statues de saint Jean et saint André sont implantées dans Saint-Bénigne, nous vous invitons à suivre l’exposition du musée des Beaux-arts qui est ouverte depuis le 17 mai jusqu’au 13 octobre.  L’histoire de la Sainte-Chapelle y est présentée.

 

                                      Les équipes de la délégation à la culture du diocèse

                         Et l’équipe de l’association « Saint Bénigne des racines aux fruits »



Photos : © Service culturel diocésain

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 15 mai 2014 - Rubrique Culture et patrimoine

Les paroissiens de la paroisse Saint-Michel de Dijon sont habitués à bénéficier de la qualité de son chant tout au long de l’année mais peu savent que la Chorale Saint-Michel est centenaire ! Elle est, avec la Maîtrise de la Cathédrale, une des plus anciennes formations vocales du diocèse et du département. Elle est riche d’une histoire et d’un répertoire illustrant toutes les périodes de la musique religieuse.

 


Chorale à quatre voix mixtes dirigée par Colette Lamy, la chorale Saint-Michel compte actuellement une cinquantaine de choristes. Et depuis cette année, elle comporte aussi un chœur d’enfants.

 

Dimanche 18 mai à 17 h

Le concert de ce dimanche permettra de (re)découvrir des œuvres polyphoniques sacrées de France et d’Europe, allant de la Renaissance jusqu’à l’époque contemporaine… à travers des formations différentes : chœur d’hommes, chœur de femmes, et chœur mixte.

Au programme notamment …

- le Psaume 114 pour chœur mixte et orgue de Zoltan Kodaly, un compositeur hongrois du XXème siècle, qui évoque par une musique imagée et puissante la traversée de la Mer Rouge.

- un Ave Maris Stella d’Elgar, le compositeur anglais mondialement connu pour sa célèbre marche Pomp and circumstance… mais dont on méconnaît les autres œuvres.

- Des œuvres françaises et italiennes de grande valeur (Palestrina, Gouzes, Dubois…)


Chorale et Orgues

Au cours de ce concert, nous pourrons aussi écouter des improvisations au grand orgue par l’organiste titulaire, Jean-Bernard Guiboux. En effet, entre les pièces interprétées par la chorale, il improvisera quatre pièces qu’il présente ainsi : « Chaque pièce mettra en œuvre des sonorités particulières de l’orgue et un style différent à chaque fois. Elles seront improvisées dans l’esprit d’un office religieux : Entrée (prélude) sur les fonds et le plein jeu de l’orgue ; Offertoire sur des sonorités du XVIII (cornet, quinte, tierce) ; Communion (dans un esprit méditatif : sur des jeux de solo -flûtes, gambe, voix céleste...- ) ; Sortie (finale) sur le tutti de l’orgue (la pièce commençant par un solo de pédalier pour mettre en valeur ce clavier à part entière (tellement réservé habituellement à faire les basses). »

 

Ce dimanche 18 mai sera une belle occasion d’entendre et la chorale Saint-Michel et le grand orgue dans ce site magnifique de l’église Saint-Michel.

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...