Notre Blog Actualités



Posté le 26 janvier 2015 - Rubrique Culture et patrimoine

Le monde, vous-même, êtes sans cesse informés de vies de femmes qui s’engagent pour l’évolution de la science, de la paix, de la vie ou de la survie de leurs proches ou créatrices d’emplois et de richesses.

Au sein de l’Eglise catholique, le synode sur la famille cherche les mots et les chemins pour en parler.

Sur tous les continents, inlassablement ces femmes initient des chemins, cherchent, donnent de la tendresse et de la sagesse, ouvrent de nouvelles perspectives pour les communautés de vie. Voilà bien les raisons qui nous ont conduits à choisir comme thème des semaines culturelles :

              « Des femmes au cœur du monde »

 

Elles sont au cœur du monde, comme ces trois femmes de l’histoire humaine, que nous avons prises pour phares :

- Sainte Hildegarde de Bingen, religieuse bénédictine du XII° siècle et Docteur de l’Eglise

- Sainte Thérèse d’Avila, dont nous fêtons le 500ème anniversaire de la naissance

- La bienheureuse Elisabeth de la Trinité, dont le procès de canonisation est en cours.

 

Du jeudi 29 janvier au mercredi 18 février 2015, les semaines culturelles du diocèse vous accueilleront.

 

Au  programme :

· une conférence de Chantal Delsol qui présentera son dernier livre « Le féminisme chrétien » le 29 janvier à 18h15 à l’amphithéâtre Drouot rue Chabot Charny. Dédicace de ce livre.
 

· l’exposition sur Hildegarde de Bingen, du 29 janvier au 13 février à la maison Rhénanie Palatinat (29 rue Buffon à Dijon)
 

· une Table ronde « Des passions de Femmes » : autour de Laurence Ligier, fondatrice de l’ONG Caméléon aux Philippines ; Marie-Claude Vincent, médecin psychiatre chargée de la précarité ; Emmanuelle Grand peintre-vitrailliste ; Anne-Catherine Loisier femme politique. Le 9 février 18h15, à l’amphithéâtre Drouot.
 

· l’exposition « Des femmes de convictions » le 14 février de 10h à 12h et de 14h à 17h30, ainsi que le dimanche 15 février de 14h à 17h en l’église Saint-Michel et à la maison Elisabeth. Présentation de peintures, photographies, Icônes, vidéos pour découvrir une large palette de femmes engagées  au cœur du monde.
 

· « Voix de femmes, Voies du ciel ».  Un concert aux chandelles, dans l’église Saint-Michel de Dijon le 14 février à 20h30, nous fera entendre des musiques d’Hildegarde, des motets de la renaissance dédiés à la Vierge Marie, des pièces solistes femmes et orgues du XIXème. Chaque temps sera scandé par des textes d’Hildegarde, de Thérèse d’Avila, d’Elisabeth de la Trinité, lus par une comédienne.
 

· le mercredi  18 février 18h30 en l'église Notre-Dame de Dijon, la semaine se conclura par la messe des cendres, « prières des artistes ». Elle sera présidée par Mgr Minnerath.

                              

   Venez nombreux,  vous imprégner de ce regard sur la vie pour aujourd’hui !

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 21 janvier 2015 - Rubrique Culture et patrimoine

Il y a un an, les villages de Vougeot et de Gilly-les-Cîteaux acceptaient de pallier la défaillance de plusieurs villages de la Côte de Beaune frappés par la grêle. Le délai de préparation s'annonçait très court. Le défi est en passe d'être relevé. Des personnes volontaires se sont réparties dans diverses commissions de préparation sous la houlette de la présidente, Élisabeth Vincent.

Les travaux de la  commission « liturgie » lancés par le père Yves Frot, repris par le père Louis de Raynal, occupent une douzaine de membres très assidus. L'office de la Saint Vincent le samedi 24 janvier à 9h30 sera présidé par Mgr Minnerath, assisté de Mgr de Metz-Noblat, évêque de Langres. La chorale de Gilly sera renforcée par celle de Gevrey. Un flûtiste,  un trompettiste et un  organiste rehausseront l'ensemble. La prière universelle sera rédigée par toutes les équipes de la paroisse.

Afin d'accueillir le maximum de fidèles, un prêtre officiera aussi à la Grande de Saulx pour un « duplex » avec l'église Saint-Germain, de telle sorte que tous puissent prier ensemble et entendre l'homélie prononcée par Mgr Minnerath.

 

                                                           Jean David

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 19 dcembre 2014 - Rubrique Culture et patrimoine

Le 12 décembre, la maison diocésaine a accueilli 150 participants qui ont entendu plus de vingt intervenants au cours du colloque régional sur "Les églises rurales, un patrimoine et une opportunité", organisé par Gérard Drexler, délégué régional de l’association Patrimoine-environnement.

La christianisation de notre pays a entraîné la construction d’églises dans nos villages. Rares sont les communes qui n’en possèdent pas, certaines en ont même plusieurs. Des édifices ont plus d’un millénaire comme l’église de Fixey, chaque époque nous a laissé des constructions à l’architecture caractéristique : l’art roman dans le Brionnais, ou l’art gothique dans l’Yonne : plus d’un tiers des églises datent du XIXème siècle.

L’exode rural depuis 1850, et l’évolution de la pratique religieuse a provoqué une moindre utilisation des églises dans nos campagnes qui risquent de disparaître ; mais, dans chaque commune, l’église reste un signe fort pour tous, celui d’une communauté enracinée dans une histoire, le lieu qui en symbolise son unité et la fraternité entre ses habitants, son âme et son visage.

La très grande richesse de ce colloque, fut non seulement le grand nombre des orateurs partenaires pour faire vivre nos églises rurales, mais surtout leur qualité et leur compétence, qu’ils soient curés, élus, fonctionnaires, membres d’associations ou autres,  et qu’ils traitent d’aspects pastoraux, administratifs, financiers ou techniques, d’animation touristique ou artistique : une rencontre passionnante aux multiples approches pour mieux cerner cette question d’actualité.

C’est d’abord Mgr Minnerath qui a dressé le cadre juridique avec beaucoup de précision, en exposant la réglementation, notamment les lois des 9 décembre 1905, du 2 janvier 1907 et la circulaire du 29 juillet 2011. Il a rappelé  les droits et obligations du maire de la commune propriétaire du bâtiment, chargée de l’entretien, et du curé affectataire qui en reçoit l’usage pour l’exercice du culte. Le régime de l’affectation a permis le maintien en bon état des édifices cultuels et de leur mobilier. La lourdeur et la complexité de la procédure de désaffectation la rend dissuasive.

Quatre curés ont fait part de leur expérience dans le milieu rural : pour notre diocèse, le Père Yves Frot dans la Côte, et le Père Paul Houdart dans l’Auxois puis dans le Châtillonnais. Les curés ont exprimé leur volonté de collaborer avec les municipalités dans le cadre des dispositions de la loi de 1905 et des textes postérieurs, mais surtout d’avoir de bonnes relations personnelles avec les maires. L’église qui est souvent le seul lieu digne d’intérêt dans le village, est d’abord  un lieu de prière qui doit être, si possible ouvert à tous, notamment aux touristes. Il ne faudrait pas seulement y célébrer les funérailles, mais aussi les baptêmes et les mariages.

Des maires ont exprimé leur souci d’entretenir les bâtiments et de valoriser le patrimoine, en collaboration avec les offices du tourisme : pour la Côte-d’Or, M. Bruno Bethenod, président des maires ruraux, a donné son témoignage pour la commune d’Arceau. Il a évoqué les préoccupations financières qu’il a dû surmonter pour financer les travaux de restauration de l’église, mais également sa volonté de maintenir le pèlerinage à Notre-Dame de Bon Secours.

Des responsables des services de l’Etat (Direction Régionale des Affaires Culturelles) ou un architecte des bâtiments de France ont précisé leurs missions de protection, de conservation et l’aide au financement des bâtiments, ou bien de maîtrise d’œuvre . Les départements sont également des partenaires actifs dans la participation au financement des travaux dans les églises, faisant l’objet ou non de protection au titre des monuments historiques. Le conseil général de la Côte-d’Or a édité en 2007 un très bel ouvrage sur le patrimoine spirituel du département "De terre & d'esprit".

Parmi les autres approches évoquées au cours du colloque pour faire vivre nos églises rurales, il faut mentionner les associations chargées de leur valorisation ou de leur animation comme le festival Musique en voûtes qui organise des concert de qualité dans des églises rurales de Bourgogne, le Centre international d’études des patrimoines culturels : les chemins du roman en Bourgogne du Sud qui a son siège à Saint-Christophe en Brionnais, mais également les offices du tourisme.

Enfin, il ne faut pas oublier de souligner le travail très important de deux services diocésains dans ce domaine : la Commission Diocésaine d’Art Sacré (CDAS) qui a notamment des taches de conseil, de documentation et d’information dont la secrétaire générale est Mlle Françoise Vignier, et la Pastorale des Réalités du tourisme et des Loisirs, animée par Jean-Michel Pelotte.


Que ce colloque soit l’occasion d’optimiser la synergie de l’action de tous les partenaires qui oeuvrent à la conservation et à l’animation des églises rurales de la Bourgogne.

 

                                                   Jean-François Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 25 septembre 2014 - Rubrique Culture et patrimoine

Comme chaque année, le diocèse a pris une part active aux Journées du Patrimoine.

A l’invitation de la commission diocésaine de la Culture, une cinquantaine de personnes se sont retrouvées dès le début de martinée du samedi 20 septembre à la maison diocésaine, boulevard Voltaire.

Jean-Michel Pelotte, délégué épiscopal à la culture, avait soigneusement préparé et repéré un itinéraire régional qui allait permettre d’apprécier des vestiges anciens et des réalisations modernes. Plusieurs prêtres participaient à ce voyage en car.

La matinée fut consacrée au village de Bèze, dans le canton de Fontaine-Francaise , comprenant 722 habitants. Scindés en deux groupes, les pèlerins d’un jour ont bénéficié de la compétences de guides locaux connaissant parfaitement l’historique du village.

Ce furent tour à tour la découverte et la visite de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre (classée monument historique), une promenade dans le parc avec des arbres magnifiques, sans oublier des maisons anciennes dont certaines sont restaurées. Une visite de l’église paroissiale placée sous le vocable de Saint-Remy était également prévue, avec en particulier deux très belles statues de Vierge.  

A l’auberge de la Quatr’heurie, un repas fut partagé avant de grouper l’ensemble des participants sur le pont de la Bèze pour réaliser dans une ambiance sympathique la photo-souvenir de cette journée.

Au retour, deux étapes étaient prévues en des lieux diocésains qui, à l’opposé de la matinée, marquèrent le siècle récent : l’église Sainte-Bernadette, dont on a célébré le cinquantenaire récemment, et le Centre Albert Decourtray, plus moderne, implanté dans le quartier de La Toison d’Or.


                                                       Jean Clerc                    


Photos© Jean Clerc                                                                                                                                                                                                                                          

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...