Notre Blog Actualités



Posté le 19 mai 2017 - Rubrique Culture et patrimoine

« Trinité que j’adore », « A la louange de sa gloire », « habitée par l’amour »,...

50 choristes ont entonné avec émotion les chants d’Elisabeth de la Trinité, ce samedi 13 mai, à St-Seine-l’Abbaye, dans l’acoustique remarquable de la belle église abbatiale.

L'abbatiale de Saint-Seine

En octobre 2016, lors du pèlerinage, à Rome, pour la canonisation de notre carmélite, le Père Franck Molard faisait  la connaissance de la chorale St-Michel et l’invitait à célébrer Elisabeth en venant chanter en concert, dans sa paroisse de St-Seine : « aux beaux jours » a-t-il dit, « car le climat est sévère, et l’église, très fraiche ! » (c’est bien vrai !)

Le rendez-vous est pris pour le samedi 13 mai à 16 h, sur le même programme chanté le 29 janvier à l’église St-Michel de Dijon, avec l’accompagnement chaleureux, à l’orgue, de Jean-Bernard Guiboux, organiste de St-Michel.

Cette année 2017 est riche en manifestations en l’honneur d’Elisabeth. Concerts, pièces de théâtre, beau film de Jean Claude et Anne Duret : bien s’en faut, car Elisabeth de la Trinité, comme Ste Thérèse, est maintenant bien connue hors frontières, mais l’est-elle assez en Bourgogne?

Faire connaître Saint Elisabeth de la Trinité en chantant ses textes

La chorale St Michel, quant à elle, sera en concert, à l’invitation des Carmélites, le samedi 27 mai, à 16h 30, dans la chapelle du Carmel,  pour leur weekend end « Crois toujours à l’amour »organisé en l’honneur de Sainte Elisabeth de la Trinité.

Puis, le lundi de Pentecôte, 5 juin, elle chantera la messe de clôture du pèlerinage provincial, à 16h, cette fois dans l’église St-Michel de Dijon, paroisse de la jeune Elisabeth Catez.

Que toutes ces manifestations connaissent la même ferveur : que l’âme ardente d’Elisabeth continue à les inspirer !

 

Colette Lamy, au service de la chorale St Michel.

 

Photos : © Franck Molard

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 23 fvrier 2017 - Rubrique Culture et patrimoine

Le lancement de la « grande semaine culturelle » du diocèse de Dijon approche : elle se déroulera du 1er au 15 mars 2017. Depuis quelques années, un public de plus en plus nombreux l’accueille et participe à ses échanges.

« Ecouter le silence… Ecouter la beauté… » : voilà bien un thème qui en 2017 nous inspirera. En notre temps où chacun cherche la sérénité, une paix intérieure, la semaine culturelle nous permettra d’expérimenter des chemins de Silence.

  • Le 1er mars, à 18h30, en l’église Notre-Dame,la semaine commencera par la messe des Cendres (à Dijon, elle est aussi traditionnellement la messe des artistes). C’est aussi la messe de la solidarité, avec la participation du CCFD-Terre solidaire. Ainsi, dans la joie d’une présence d’artistes et dans l’engagement pour les plus pauvres, le début du carême sera bien lancé en présence de Monseigneur Minnerath.

 

  • Le 8 mars à 18h15, à l’hôtel Odalys, 5 rue Turgot à Dijon (dans l’ancien couvent des Dominicains que beaucoup apprécieront de retrouver), Dom Olivier QUENARDEL, père abbé de Cîteaux, et deux jeunes « Aventuriers du Bonheur » viendront témoigner d’un monde en quête de silence au cœur de leur vie à travers une conférence-témoignage : « Heureux les silencieux, ils annoncent un autre monde ». Entrée libre, participation aux frais.

 

  • Les samedi 11 et dimanche 12 mars, nous proposonsen l’église Saint-Michel de Dijon, un parcours du silence : vous pourrez expérimenter le silence à travers des paysages à couper le souffle et un circuit sur les 5 sens (ouïe, goût, toucher, odorat et vue). C’est aussi en découvrant la vie de sainte Elisabeth de la Trinité empreinte du silence du carmel, par l’exposition de Viola MONTENOT, peintre, intitulée « Migration »  ou celle de Bruno ROTIVAL, photographe inspiré, avec ses superbes clichés noir et blanc sur la vie des moines et des moniales ou encore grâce à Anne LEMAITRE, aquarelliste et poète, que vous pourrez apprécier la qualité du silence. Pour terminer, nous approcherons l’expérience du cercle de silence, place François Rude à Dijon : « En quoi le silence est un cri plus fort que la parole ou le vacarme ? ».

 

  • Lemercredi 15 mars à 20h en l’église Saint-Michel de Dijon, pour conclure la semaine, dans une atmosphère de retour sur soi, loin des distractions, et sous le regard de sainte Elisabeth de la Trinité, les chandelles nous y conduisant, nous aurons un merveilleux concert donné par les voix célestes des enfants de la Maîtrise et du chœur d’hommes. Deux organistes inspireront les voûtes.

Concert de clôture
E
ntrée : Prévente 9€   Réservation : acj.jmp@sfr.fr   03 80 65 37 89
Vente à l’entrée 13€    Gratuit pour les enfants de moins de 13 ans

 

En savoir plus en écoutant RCF : cliquez ici

Jean-Michel Pelotte
Délégué épiscopal à la Culture
et à la Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs
Contact : 03 80 65 37 89 acj.jmp@sfr.fr

 

Cliquez ci-dessous pour avoir un aperçu des différents programmes et affiches.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 30 septembre 2016 - Rubrique Culture et patrimoine

Le week-end des 17 et 18 septembre 2016 avaient lieu les traditionnelles journées européennes du patrimoine. Comme chaque année depuis maintenant 4 ou 5 ans, la bibliothèque diocésaine Gustave Bardy a ouvert ses portes le samedi après-midi pour une visite commentée de sa belle salle de lecture (XIXème siècle). Une quarantaine de personnes sont venues découvrir ce lieu, souvent après avoir visité les locaux du Crous, rue du Docteur Maret. En effet, c’est à cet endroit  que se trouvait à l’origine la bibliothèque du séminaire, jusqu’en 1905, à l’emplacement exact de l’actuel réfectoire ! Les visiteurs ont pu découvrir le mobilier d’époque qui abrite les  collections de livres anciens, datant  du XVème siècle pour les plus précieux, en particulier une Bible de 1478, qu’on appelle un incunable, ainsi que d’autres curiosités, comme une collection de livres de piété, dont les reliures  sont réalisées avec différents matériaux (cuir, parchemin, velours, ivoire, bois ou métal), des images pieuses et d’étonnants « canivets », petits travaux à base de papier découpé, spécifiques à un type de piété et de dévotion, aujourd’hui disparu, ainsi qu’une jolie ribambelle datant du XIXème siècle et constituée de gravures représentant tous les personnages qui constituaient à l’époque la Cité du Vatican…

Les visiteurs ont pu découvrir que la bibliothèque proposait également un fond moderne, enrichi régulièrement, à emprunter ou à découvrir sur place !

Ces journées permettent toujours à des personnes éloignées de l’Eglise de découvrir la bibliothèque diocésaine, qui est, rappelons-le, ouverte à tous !

Bibliothèque diocésaine G. Bardy – 9, bd Voltaire à Dijon – 03 80 63 14 78 – bib.diocese21@wanadoo.frwww.bibliothequediocesaine21.fr

 

Maria del Mar DUBOIS
et Véronique DEBALLON

Photos © D. Vandecasteele

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 21 septembre 2016 - Rubrique Culture et patrimoine

Parmi les nombreux édifices religieux ouverts à l’occasion des journées du patrimoine, la collégiale Saint-Jean-Baptiste de Rouvres-en-Plaine méritait une visite le 18 septembre, à double titre : l’intérêt architectural du monument et la beauté de ses statues, mais aussi la solennité de la messe célébrée à l’occasion de la fête de la Croix glorieuse au cours de laquelle furent aussi  bénies les semences.

L’église de Rouvres-en-Plaine

L’église de style gothique cistercien, construite au XIIIème siècle, à l’initiative de la duchesse Alix de Vergy, a été classée dès 1862. Parmi les nombreuses statues remarquables qu’elle renferme, il faut noter le groupe de la chapelle nord de la fin du Moyen Age, attribué à Jean de la Huerta (1412-1462) représentant saint Jean l’évangéliste, la Vierge, et saint Jean Baptiste.

La Croix glorieuse

La liturgie dominicale était celle de la Croix glorieuse, fêtée habituellement le 14 septembre, en souvenir de la découverte de la Croix par sainte Hélène, en 326, et de la consécration de la basilique du Saint-Sépulcre le 14 septembre 335. L’église conserve, en effet, une croix reliquaire datant du début du XIIIème, rehaussée de vermeil et de pierres précieuses, renfermant un morceau de la Croix. Cette très belle pièce d’orfèvrerie provient du prieuré d’Epoisses, de l’ordre limousin de Grandmont qui a été supprimé en 1772. La croix a été transférée à l'église de Rouvres le 9 janvier 1771. La vénération de cette croix était considérée traditionnellement comme pouvant entraîner la pluie en période de sécheresse ; une telle prière a encore eu lieu le 4 juillet 1976.

Une belle célébration

La célébration, à laquelle participaient de très nombreux fidèles de tous âges dans une église très bien fleurie, fut particulièrement solennelle grâce aux chants de la chorale Saint Michel, dirigée par Mesdames LAMY et LADRET, et par Monsieur Jean-François NAPPEY et Boris DEGRAEVE, et grâce au talent de l’organiste M. Bernard de QUILLACQ. La messe fut célébrée par le Père Paul CHADEUF qui a tenu la croix précieuse au cours de la procession d’entrée, qui a béni devant elle les semences en présence des agriculteurs et qui a prononcé l’homélie.
Après la messe, Ruben, Lucas et Alexandre furent baptisés.

Si vous passez par le village de Rouvres-en-Plaine, n’hésitez à visiter sa belle église, vous ne le regretterez pas.

J.-F. Minonzio

 

Photos : © J-F Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...