Notre Blog Actualités



Posté le 10 fvrier 2017 - Rubrique Chrétiens dans la société

La journée mondiale du malade est célébrée chaque 11 février, commémorant le jour de la première apparition de Notre-Dame à Lourdes le 11 février 1858. Cette journée se décline aussi dans les diocèses en un dimanche de la santé qui aura lieu cette année le 12 février.

 A la veille de la journée mondiale du malade, le docteur J. Girardier nous donne son témoignage de soignant et son regard sur les soins palliatifs.

« Mon expérience de médecin soignant au contact des grands malades, que ce soit en chirurgie ou en soins palliatifs, me permet d’affirmer aujourd’hui que la Foi est une chance. Jadis en effet elle était peut être une source d’angoisse tant pesait le poids de la culpabilité et la crainte du jugement dernier et de la damnation éternelle. Aujourd’hui, le discours insistant sur la miséricorde de Dieu devrait bien transformer les choses.

La vie du malade se déroule en plusieurs étapes

C’est d’abord l’annonce du diagnostic grave qui plonge la personne bien portante dans le monde de la maladie. S’ensuit la phase des traitements avec ses épreuves, ses souffrances multiples, ses espoirs et ses déceptions et ce long temps passé dans l’incertitude. C’est ensuite la rémission avec tous ces espoirs, mais aussi l’anxiété toujours présente de la rechute. Heureusement il y a souvent la guérison et la paix retrouvée. Mais hélas, il y a aussi les cas qui tournent mal et qui ouvrent la phase de la fin de vie et des soins palliatifs et la proximité de la mort.

Quoiqu’on en dise, le malade vit seul sa maladie, même s’il est l’objet de l’attention de tous les siens et des soignants qui s’en occupent à chaque instant avec efficacité et tout le dévouement nécessaire. C’est sa peau qui est en jeu et même sa vie qui est menacée. Alors il réagit de multiples façons au fil du temps, allant du déni à la colère, du silence à la plainte, de la tristesse à la peur, du renoncement à  l’acceptation. Ces réactions ne se font pas dans un ordre chronologique comme on a pu le croire, mais vont de l’une à l’autre, d’un jour à l’autre, avec des retours en arrière, laissant souvent l’entourage dans le désarroi et l’incompréhension.

Trouver en Dieu un interlocuteur ultime

Le malade qui a la Foi ou même seulement une culture religieuse trouve en Dieu un interlocuteur ultime qui peut peut-être encore l’écouter, le comprendre et lui venir en aide. Oh ! il risque parfois de bien le malmener, de l’invectiver, de lui  reprocher son silence ou encore de le tenir responsable de la situation présente, mais il sait qu’il est là et que lui seul peut faire quelque chose pour lui. Je me souviens de ce malade en soins palliatifs qui s’acheminait vers sa fin et que je trouve un matin en grande excitation. Rien ne va et après un moment de discussion et d’écoute, il m’avoue que c’est « la révolte de la créature contre son créateur… » N’est-ce pas là une belle marque de Foi !

Quand les choses s’arrangent et qu’une rémission survient ou encore que la guérison est au bout de la route, il est touchant d’être témoin des marques de gratitude exprimées par les malades. Je me souviens d’un patient qui avait invité tous ses amis à une messe d’action de grâce.

A l’inverse lorsque le malade s’achemine vers sa fin la souffrance est présente chez tout le monde. Cette phase ultime s’accompagne d’un renforcement des convictions avec pour tous une intense activité de prières et de supplications. Dans cette situation, les longs temps de silence peuvent étonner. Ce que l’entourage prend parfois pour du délire n’est-t’il pas plutôt, pour le malade le moment d’une intense activité cérébrale pendant lequel il fait la relecture de sa vie, peut être à la lumière de sa Foi, entre doutes et certitudes. Dans ces moments ultimes, il faut absolument que les médecins s’efforcent de soulager les symptômes et spécialement la douleur pour que cette démarche puisse se faire dans la paix. Seule la croyance en un Dieu aimant et compatissant peut être source de sérénité et nous pouvons faire notre, la prière du poète brésilien Ademar de Barros : "mon fils, tu m’es tellement précieux ! je t’aime ! je ne t’aurais jamais abandonné, pas même une seule minute ! les jours ou tu n’as vu qu’une seule trace dans le sable, ces jours d’épreuves et de souffrances, eh bien : c’était moi qui te portait" »

Dr J. Girardier

Un dossier spécial sur "Croire quand on souffre" est disponible dans le numéro "Eglise en Côte-d'Or" de février 2017. Vous pouvez vous le procurer au prix de 3 euros à l'archevêché, à la Maison diocésaine, ou auprès de vos paroisses, ou vous abonner en cliquant ici.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 19 janvier 2017 - Rubrique Chrétiens dans la société

Le CCFD-Terre Solidaire, le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement. Depuis 1961, année de sa création, le CCFD essaie de mobiliser chacun dans cette lutte solidaire contre la faim dans le monde.

En ce temps de période électorale en France, le CCFD-Terre solidaire a entrepris une campagne de sensibilisation, pour que la solidarité intervienne au cœur des débats politiques. Tout au long de l’année ils vont agir en insistant sur la nécessité d’un partage juste des richesses pour mettre fin à la pauvreté et aux inégalités, sur le respect des droits humains en France comme dans les pays du Sud, et sur l’importance d’une justice climatique et la souveraineté alimentaire.

Un forum régional à Plombière-les-Dijon

A Plombière-les-Dijon, un forum régional s’est tenu samedi 14 et dimanche 15 janvier, organisé par le CCFD-Terre Solidaire de Bourgogne-Franche-Comté. Au programme, des problématiques telles que « comment agir sur la place publique », « construire un argumentaire », « faire émerger une parole et une conscience citoyenne ».  Le but étant de pouvoir représenter la campagne du CCFD : « Prenons le parti de la solidarité ». (en savoir plus sur la campagne : http://solidarite2017.org/)

Les bénévoles en action, au marché des Grésilles à Dijon

Former nos bénévoles à interpeller les candidats, ce fut aussi l’occasion pour eux d’aller dans la rue à la rencontre de leurs concitoyens. Les bénévoles sont devenus « porteurs de parole ». Dans la rue, ils ont permis aux personnes de s’exprimer, d’écrire sur des pancartes ce qu’ils espéraient pour 2017. Ce fut l'occasion de braver l'anxiété que l'on peut ressentir à aller aborder des étrangers mais aussi c’était permettre aux personnes rencontrées de s'exprimer. Nous gardons leurs paroles en mémoire et tenterons de les transmettre, lors de nos actions futures.

Cliquez ici pour avoir un aperçu du marché des Grésilles, ce samedi 14 février dernier [vidéo]

Les participants ont été ravis par l'action. Seul bémol : le temps dijonnais un peu frais.

D'autres actions sont prévues jusqu'à juin sur toute la région Bourgogne-Franche-Comté pour mettre en œuvre cette campagne « Prenons le Parti de la Solidarité ». La prochaine manifestation serait à prévoir le 24 mars à Dijon. Plus d’informations prochainement.

Manon Comacle
CCFD Terre-Solidaire
contact : 03 80 63 16 82 

 

Vidéo et photo © J-P Champion

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 11 janvier 2017 - Rubrique Chrétiens dans la société

Les paroisses de Gevrey-Chambertin, Gilly-les-Cîteaux et l'Etang-Vergy lancent leur premier parcours « ALPHA CLASSIC » !

Ce lancement est motivé par l’expérience de certains habitants de la paroisse, ayant participé à d'autres parcours Alpha dans le diocèse et qui ont souhaité partager l'expérience qu'ils ont vécue.

Comme les autres parcours « Alpha Classic », ce parcours s'adresse à tous ceux qui souhaitent découvrir la foi chrétienne, quel que soient leur âge, leurs convictions, leurs origines, dans un cadre chaleureux et décontracté, autour d'un bon repas. C'est sans engagement, informel et convivial.

A Gevrey-Chambertin, le diner de présentation du parcours aura lieu le mardi 17 janvierà la Maison Saint-Louis, 10 rue Gaston Roupnel. Plus de renseignements et inscription au 06 81 88 88 23 ou par mail parcours.alpha21220@gmail.com

Nathalie Méo

En savoir plus : www.classic.parcoursalpha.fr

 

Début d’un parcours « ALPHA COUPLE » à Dijon

Ce parcours « Alpha Couple » est destiné à tous les couples mariés depuis au moins deux ans ou vivant ensemble depuis quelques années, chrétiens ou non, qui souhaitent prendre un temps ensemble pour consolider leur amour et permettre de mieux se retrouver, autour de pistes de réflexion chrétienne.

Il commence ce vendredi 13 janvier, à la Maison Diocésaine de Dijon, 9 bis Boulevard Voltaire à Dijon de 20H00 à 22H30. Une participation de 14 euros par personne et par soirée est demandée pour le repas. 

 

Renseignements et inscriptions : Aymar et Isabelle de BARMON - Tel : 03.80.55.36.08

 

Dates et thèmes : 

13 janvier : Poser de bons fondements
20 janvier : L'art de la communication
3 Février : La résolution des conflits
10 Février :La puissance du pardon
10 Mars : L'impact de la famille
17 Mars :Une sexualité de couple épanouie
24 Mars : L'amour en action
7 Avril :Soirée clôture

Pour en savoir plus : www.couple.parcoursalpha.fr

 

Photo : équipe de préparation du parcours Alpha Classic de Gevrey-Chambertin, Gilly les Citeaux et l'Etang-Vergy,  © Père Patrick Giraud

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 03 janvier 2017 - Rubrique Chrétiens dans la société

Communauté Foi et Lumière, qu’est-ce que c’est ?

« Foi et Lumière » est un mouvement fondé en 1971 à l’initiative de Jean Vanier (fondateur de l'Arche) et de Marie-Hélène Matthieu. Il est né du désir d’aider la personne handicapée mentale à trouver sa place dans l’Eglise et dans la société. Il est organisé en communautés de rencontre qui regroupent des personnes ayant un handicap mental, leurs familles et des amis, qui se retrouvent régulièrement (en moyenne une fois par mois) dans un esprit chrétien pour partager leur amitié, partager, prier ensemble, fêter et célébrer la vie.

A Dijon, notre aumônier est le père Jérôme Richon.

 

A Dijon : retour sur le spectacle-veillée-prière « Un Sauveur nous est né »

Le spectacle-veillée-prière « Un Sauveur nous est né » que nous avons présenté le dimanche 11 décembre à l'église Sainte-Elisabeth-de-la-Trinité de Dijon, a été le fruit d'une aventure humaine et spirituelle magnifique réunissant toutes les générations, la communauté « Foi et Lumière Soleil de Dijon » mais aussi des personnes plus ou moins proches de notre communauté qui avaient accepté de nous suivre avec enthousiasme et simplicité.

Cette veillée autour du spectacle « Un Sauveur nous est né » a été belle, priante, joyeuse et empreinte de simplicité, chacune et chacun y mettant tout son cœur.

Ce spectacle était composé de 13 scénettes mimées (ainsi amis avec un handicap et personnes valides étaient tous au même niveau) accompagnées de voix off et jalonnées de chants avec instruments plus méditatifs ou plus joyeux en rapport avec les scénettes et que chacun pouvait reprendre.

A la fin de la veillée, beaucoup de personnes nous ont remerciés et nous ont partagé leur émotion.

Nos amis avec un handicap mental et/ou physique avaient toute leur place, avec leur cœur si beau, simple et vrai à la fois, et les uns à côté des autres, nous avons ainsi construit et présenté, je crois, un spectacle authentique, priant et rempli d'émotions, préparant les cœurs à cette belle fête de la Nativité, au milieu de ce temps de l' Avent.

Un grand merci à chacune et chacun pour sa participation joyeuse !

A renouveler une autre fois sûrement !

Marc Bienvenu

 

En savoir plus sur la communauté Foi et Lumière en Côte-d’Or : contacter Marc Bienvenu : 07.60.83.41.93

 

 

Photos : © Marc Bienvenu

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...