Notre Blog Actualités



Posté le 19 avril 2012 - Rubrique Chrétiens dans la société

Alors que la date des élections approche, nous vous proposons de lire ou relire le texte du conseil permanent des évêques de France qui nous rappelle les points auxquels les chrétiens sont appelés à être attentifs.



Ce document est disponible ici :

 

 http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/elections-un-vote-pour-quelle-societe--12713.html "

 

ou en  fichier PDF ci-dessous.

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 19 mars 2012 - Rubrique Chrétiens dans la société

Près de 200 personnes s’étaient réunies ce samedi 17 mars autour de la philosophe Cynthia Fleury et du Président de la Cimade, Patrick Peugeot.


Cette rencontre, qui se tenait dans les locaux de la paroisse Sainte-Bernadette de Dijon, organisée par l’association Chrétiens en forum et à l’initiative des Amis de la Vie, a réuni une assemblée très diverse pour réfléchir autour du thème qui alimente nos médias nuit et jour : les élections présidentielles.

En partenariat avec le Secours Catholique, le CCFD, la Cimade, le CMR et RCF Parabole, cette réunion se voulait axée autour de nos convictions : « 2012 : quelles convictions fondent nos choix ? ».

Cynthia Fleury, philosophe et maître de conférence à Sciences-Po Paris, a ouvert l’après-midi en soulignant la pauvreté des débats politiques actuels : « l’électoralisme réduit le peuple à des statistiques » affirme-t-elle. Puis, citant Alain Badiou, la philosophe constate que « le vote est souvent le moment d’inintelligence par excellence ». Dans cette situation, « ce vote peut mettre en danger la démocratie en l’éloignant de son chemin le plus raisonnable » déplore-t-elle.

Critiquant la montée en puissance de la communication (au point de laisser au second plan les idées), Cynthia Fleury regrette une « instrumentalisation de la parole pour asservir et non libérer l’électeur ».

L’auteur de « La fin du courage : La reconquête d'une vertu démocratique » offre néanmoins des pistes pour que le débat politique puisse être entre les mains des citoyens. D’une part, elle remarque que de nombreux outils de régulation démocratique nous sont offerts depuis l’arrivée du Net. A titre d’exemple, la philosophe propose le site internet « Nos Députés.fr », qui donne la possibilité aux citoyens d’observer l’activité parlementaire de chaque membre de l’Assemblée Nationale (absentéisme, amendements, questions posées…).

Cynthia Fleury estime également qu’il est capital pour les citoyens d’être formé pour faire pression et ainsi participer réellement à la régulation démocratique. « Pour le bien être de la démocratie, il est certain que les citoyens doivent se former » dit-elle. « La citoyenneté, ce n’est pas qu’une évidence ».

Enfin, mettant en exergue sa thèse sur le « courage », la philosophe assure qu’il faut « être l’agent de sa vie. Si on ne bascule pas sur le courage, on tombe dans ce qu’on appelle l’érosion du sujet. Si nous ne respectons pas nos principes, le prix à payer est cher ».

Patrick Peugeot, Président de la Cimade, Enarque et ancien président des assurances La Mondiale, a quant à lui proposé un discours plus « pratique », du fait de son expérience dans son association.

Il a tenu tout d’abord à revenir sur ses propres convictions de chrétien :

- les chrétiens ont des choses à dire et ne peuvent pas se taire
- si les chrétiens sont avec les plus déshérités, ils peuvent interpeller légitimement les politiques puisqu’ils voient les dégâts de la société
- les chrétiens ont une mission de témoignage envers les autres personnes, sur les dérives de la société, pour les pousser à réagir
- si nous constatons qu’il est nécessaire de changer le modèle de société, alors nous devons admettre qu’il faille s’impliquer dans la politique

Le président de la Cimade est ensuite revenu sur le droit des migrants, et sur l’immigration, qui est « un besoin et un bienfait, si elle est maîtrisée. C’est un plus pour notre économie et notre vie sociale ».

Après les propos des deux intervenants, de nombreuses questions furent posées par l’assemblée. Un temps de débat fut peu après proposé au public, divisé en une dizaine de groupes.

Après une heure de solides échanges, les différents groupes se sont réunis afin de profiter d’une collation précédant une synthèse de l’après-midi.

Pour conclure ce débat de plusieurs heures, Julien Motte, secrétaire général de Chrétiens en Forum, a mis en avant les trois grandes préoccupations qu’il a pu constater au cours des différentes conférences ayant eu lieu sur ce thème dans le pays (il s’agissait du 11ème forum organisé sur ces élections) : la place de l’Homme et la vie en société, la démocratie et la politique, et l’économie et la finance.

Après avoir visité chaque petit groupe de réflexion, Julien Motte a notamment remarqué l’importance pour chacun des valeurs de dignité, d’humilité, de tolérance, de travail, de partage, de justice. Mais également dans la politique, les valeurs de vérité, d’intégrité et de courage. En quelque sorte, les valeurs soutenues par l’Eglise.

Cet après-midi d’échanges aura donc permis à chacun, grâce aux intervenants mais aussi aux participants, de réfléchir sur les convictions qui fondaient nos choix électoraux. Une chose semble certaine : la parole des chrétiens a toute sa place dans la société actuelle. Si nous nous donnons les moyens de nous faire entendre.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 13 mars 2012 - Rubrique Chrétiens dans la société

A l’occasion de la prochaine élection présidentielle, les associations : Chrétiens en Forum, les Amis de La Vie, le CCFD, la CIMADE, le CMR et le Secours Catholique, avec l’appui de RCF Parabole, vous invitent à venir échanger à partir des propos de Cynthia Fleury, philosophe, qui parlera du courage en politique et de Patrick Peugeot, président de la CIMADE, sur l’engagement chrétien au profit de la cité.



Cette rencontre, qui aura pour thème "Elections présidentielles ; quelles convictions fondent nos choix ?" se déroulera :




 

Samedi 17 mars de 15h à 19h

Salles de la paroisse Sainte-Bernadette à DIJON

(entrée et parking : Bd des Martyrs de la Résistance)

 

 

Interventions de :

- Cynthia Fleury

- Patrick Peugeot 

- Eric Millot



Cynthia Fleury est  professeur de philosophie politique à l'American University of Paris, enseignant-chercheur à l'Institut des sciences de la communication du CNRS, ,maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris et enseignante à lEcole Polytechnique.

Patrick Peugeot, ancien élève de Polytechnique et de l’ENA, il a été président du groupe d’assurance La Mondiale. Il est président de la CIMADE.

Le Père Eric Millot est vicaire général du diocèse de Dijon.

 




Déroulement
 

15h00 : Accueil

15h10 : Conférence à deux voix, Cynthia Fleury et Patrick Peugeot

17h00 : Carrefours en 6/6 pour permettre l’expression et l’échange des convictions

18h00 : Pause collation

18h20 : Synthèse par le père Eric Millot

19h00 : Fin







POUR PARTICIPER À CETTE RENCONTRE :

Inscription souhaitée sur le site de Chrétiens en Forum : www.forum.cef.fr, ou par téléphone au 03 80 56 24 16
Participation aux frais d’organisation et de buffet : 5 € minimum (à régler sur place).

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 01 juin 2011 - Rubrique Chrétiens dans la société

La discussion du texte de révision des lois de bioéthique s'est déroulée à l'Assemblée nationale les 24 et 25 mai 2011. A travers la révision de ces lois, l'Eglise catholique rappelle qu'un choix de civilisation est en jeu. Eclairage de Mgr Bernard Podvin, Porte-parole de la conférence des évêques de France.
 

Cher embryon humain, je te dédicace ce bloc notes, car tu es une personne, et de mon côté j'essaie d'en être une. Je te parle directement, respectueusement, car je ne supporte pas qu'on parle de toi de façon froide et anonyme. Je suis horrifié chaque fois qu'on te qualifie de "surnuméraire, dépourvu de projet parental et voué à la destruction" !

Comment peux-tu être de trop, toi de qui nous venons ? Comment peux-tu être encombrant, toi l'infiniment petit ? Cher embryon humain, tu pèses, hélas fort peu dans le zapping médiatique, mais tu pèseras toujours dans la conscience de ceux qui t'aiment et veulent te protéger.

Certains ténors de la recherche promettent des prouesses thérapeutiques si on libéralise la recherche te concernant. Ces hérauts deviennent étrangement aphones quand on leur suggère d'explorer d'autres voies scientifiques ne portant pas atteinte à ton intégrité. Pourquoi ce décalage ? Des lois économiques non avouables sous-tendraient-elles les choix ? Il n'est pas naïf de le penser. Il n'est pas honnête de ne jamais le dire à l'opinion. Pauvre embryon humain, dire qu'en ce moment même, Bruxelles et l'Europe ont tant de prévenance envers ton..."homologue" animal ! Fera-t-il donc demain, en notre occident, une météo éthique plus favorable à devenir animal qu'à devenir humain ? Pauvre embryon, tu es tellement vulnérable que toutes les puissances du monde peuvent, "sans problème" disposer de toi. Rien de glorieux à cela ! Ce qui est fort n'est pas d'exercer sa toute puissance, mais de la convertir. La civilisation s'honore à préserver le petit. A te préserver.

Les députés votent cette semaine. Ce ne sont pas des textes parmi d'autres ! En un quart d'heure de suffrage parlementaire, ils peuvent, comme dit le Cardinal Vingt-Trois "nous faire changer de civilisation". Sans que nous ne nous en rendions compte. Oui, ni plus ni moins, selon le statut accordé au vulnérable des vulnérables.

Pendant que la plupart des Français s'affairent à leur quotidien, leurs représentants démocratiques décident de choses qui engagent vivement la conscience! Le ministre Xavier Bertrand a ainsi résumé la position du gouvernement : « L'interdiction de la recherche sur l'embryon avec dérogations, reste la bonne et la meilleure position. Elle ne verse pas dans l'obscurantisme. Elle prend en compte la dimension particulière de l'embryon. Elle n'empêche pas la recherche de progresser ». Cette position relativement équilibrée résistera-t-elle aux assauts ? Rappelons qu'il y a déjà eu 69 dérogations depuis 2004.

La grandeur d'une nation n'est pas seulement de mettre un tyran hors d'état de nuire, aussi courageux et nécessaire que cela soit en respect des résolutions des Nations-Unies. La grandeur d'un pays est aussi d'ériger en politique, l'intangible défense de celui qui est sans défenses. Se nommant ici embryon...

Je n'oublierai jamais ces lignes d'Emmanuel Mounier, homme politique s'il en est ! Sa fille est gravement malade. Lui, homme des grands projets collectifs, est tout petit devant sa fille souffrante. Lui, homme des grandes audaces, livre sa méditation émouvante: "Quel sens aurait tout cela, écrit-il en 1940, si notre petite gosse n'était qu'un morceau de chair abîmée, un peu de vie accidentée ? Et non pas cette blanche petite hostie qui nous dépasse tous. Une infinité de mystère et d'amour qui nous éblouirait si nous le voyions face à face ?... Je veux bien endetter mon existence entière pour un regard d'enfant !" La fragilité nous éblouit-elle comme elle bouleversait Mounier? Une vie sans défense ne vaut-elle pas tout l'or du monde?

Puissent nos parlementaires tenir une cohérence plus grande que toute stratégie à courte vue. Cher embryon, tu n'es quasiment rien ? Mais rien de notre mystère ne s'écrit sans toi!

Mgr Bernard Podvin,
Porte-parole de la conférence des évêques de France
 
 
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...