Notre Blog Actualités



Posté le 09 janvier 2013 - Rubrique Chrétiens dans la société

Le Gouvernement a l’intention de faire voter le projet de « mariage et d’adoption aux couples de même sexe » début 2013.

Pour la première fois dans son histoire, l’homme et la société sont à même de remettre en question un des piliers de leur identité : c’est un appel qui nous est fait à nous former, afin de comprendre les enjeux du débat.

C’est pourquoi les Universités de la Famille, les Associations Familiales Catholiques, l’UDAF de Côte d’Or, le CLER et l’Alliance Vita vous invitent à participer à une conférence à deux voix, visant à éclairer notre compréhension de l’importance de la complémentarité père + mère au regard de l’expérience de spécialistes de l’enfance, pédopsychiatre et pédiatre spécialiste de l’adoption.

Les deux intervenants, membres du Conseil Supérieur de l’Adoption, seront Madame Fanny Cohen-Harlem et Monsieur Jean-Vital de Monléon (voir ci-dessous).

 

Cette conférence à deux voix se tiendra ce jeudi 10 janvier, de 20h15 à 22h30 au CUCDB (69, boulevard Aristide Briand) à Dijon.

 

 

 

Fanny Cohen-Herlem est psychiatre, pédopsychiatre et psychanalyste. Elle a été Directrice du Service Adoption de Médecins du Monde, et a dirigé l’Arbre Vert – structure d’accueil et d’écoute pour les parents et futurs parents adoptifs et leurs enfants. Elle est membre du Conseil Supérieur de l’Adoption et membre ressource du CIR/SSI centre de recherche et d’information pour l’enfant privé de famille.

 

Jean-Vital de Monléon est pédiatre au CHU de Dijon depuis 1998, lieu où il a fondé en juin 1999, la Consultation d'Adoption Outremer, première consultation de France pour l'accueil et l'accompagnement pour les enfants adoptés. Chercheur en anthropologie (DEA à Aix en Provence), spécialisé dans les adoptions dans d'autres cultures et tout particulièrement aux Iles sous le Vent (Polynésie Française). Membre du Conseil Supérieur de l'Adoption depuis 2003.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 12 dcembre 2012 - Rubrique Chrétiens dans la société

Après les manifestations du 17 novembre et du 8 décembre qui ont rassemblé des centaines de milliers de personnes à Paris, Lyon, Marseille, Lille, Laon, Nancy, Montpellier, Toulouse, Dax, Mont-de-Marsan, Reims, Bordeaux, Nantes, Rennes ou encore Le Mans, les catholiques sont à nouveau invités à manifester leur désaccord sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, le dimanche 13 janvier 2013 à Paris.

Le diocèse se mobilise pour aider chaque personne souhaitant se rendre à cette grande mobilisation à y participer.

 

Ci-dessous, quelques lignes de notre archevêque :

Beaucoup de diocésains souhaitent participer à la manifestation parisienne du 13 janvier contre le "Mariage pour tous". A ceux qui le désirent, le diocèse offrira toute l’aide logistique nécessaire.

Le dépliant "Choisir la vie" distribué dans toutes les paroisses, pourra alimenter la réflexion.

Votre Archevêque

† Roland Minnerath

 

 

Pour vous inscrire, deux possibilités :

-          Le site internet  www.lamanifpourtousbourgogne.fr

-          La fiche d’inscription qui se trouve dans le document ci-joint en PDF

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 27 novembre 2012 - Rubrique Chrétiens dans la société

Vous trouverez ci-dessous (et en PDF) un message de Mgr Behnan Hindo, archevêque syrien catholique de Hassaké-Nisibe (Syrie), au nom des trois évêques de la région (syrien catholique, syrien orthodoxe et assyrien oriental), adressé à Mgr Pascal Gollnisch, Directeur Général de l'Oeuvre d'Orient.

 

 

 

APPEL URGENT

 

Au nom des trois évêques de la région, syrien catholique, syrien orthodoxe et assyrien oriental, ainsi qu'au nom des différentes composantes ethniques: syriaques, arabes, kurdes, yazides, arméniens et autres, je lance cet urgentissime appel à :
 
S.S le Pape Benoît XVI, à tous les chefs d'État, surtout à ceux qui ont une influence dans ce qui se passe dans la région et surtout en Syrie, au secrétaire général de l'ONU et à toutes les personnes de bonne volonté, de vouloir fermement intervenir pour que notre région, la préfecture de Hassaké au Nord-Est de la Syrie, demeure encore et reste un havre de sécurité et de paix, elle est, à ce moment la seul en partie épargnée en Syrie.

Cette région de la Jézireh, dont les deux plus grandes villes sont Kamichli et Hassaké, abritent plus de quatre cents mille réfugiés venus de toutes les régions du pays: Alep,Idlib, Homs, Der-Ez-Zor… etc. ainsi que les anciens réfugiés irakiens généralement oubliés.
 
Ce que nous voulons, et avec insistance, c'est que tous ceux à qui nous lançons cet appel urgent fassent pression sur les différents groupes armés et l'Armée libre pour qu'elles n'entrent pas dans notre région afin qu'elle demeure toujours ce qu'elle est:le seul havre de paix et de sécurité en Syrie. 
 
Nous insistons sur la sortie des groupes armées qui occupent Ras El-Aïn, ville-frontière et aujourd'hui ville fantôme, afin que les trente mille réfugiés qui l'ont quittée, rentrent chez eux.
 
Dans le cas où les différents groupes armés attaquent nos villes et s'y installent, nous verrons les quatre cents mille réfugiés sur les routes de l'exil une deuxième fois et plus de huit cents mille nouveaux réfugiés prendre les routes de l'exil, vers l'inconnu, mais surement, dans une débâcle total, vers la faim, le froid et les massacres. Suite à une entrée préalable, ce qui attend les villes et leurs populations c'est, à part les dangers de mort, la destruction totale des quartiers et des villes car l'armée syrienne, dans sa logique, bombardera partout, c'est alors la désolation de la désolation.
 
Ce qui nous attend, paraît-il, ce sont des camps lugubres qu'on prépare déjà en Turquie, triste sort pour une population qui n'aspire qu'à vivre chez elle en sûreté.
 
A tous nous crions d'intervenir, car, nous avons déjà notre lot d'angoisse, de peines et les souffrances du manque de tout genre, que nous supportons et que supportent les réfugiés eux-mêmes.
 
A tous nous crions : 
 
Epargnez notre région, nos villes et nos villages qui vivent malgré tout, dans la sécurité des personnes et des biens.
 
Epargnez-nous les massacres, les destructions et toutes les affres de la guerre.
 
Au concert des nationsnous crions nos craintes, et nous disons de ne pas vous taire et laisser faire comme jadis en Afrique et aux Balkans, en la présence, dite pacifique, des forces des Nations-Unies.

Epargnez-nous de toute intervention militaire; nous gérons nous-mêmes notre situation. Nos comités civils, hors de toute machination politique, ont en main la situation dans la région. La bonne entente de toutes les composantes de notre société, réalisent la sécurité et la paix. Nous nous occupons aussi à remédier aux manques de tout genre, dans la mesure du possible.
 
Notre travail est neutre et nous ne voulons pas être la chaire aux canons des belligérantes.
 
De grâce épargnez-nous ce supplice. Nous attendons seulement, et seulement des aides humanitaires, et rien d'autre.
 
A vous tous nous crions: Ayez la volonté, ayez le courage de laisser de côté les stratégies politiques et les intérêts et les raisons d'état, pour sauver plus de deux millions d'hommes et de femmes des affres de la guerre.
 
A vous d'agir, à nous d'attendre, avec angoisse, certes, mais avec beaucoup d'espoir.
 
Une dernière fois je lance: SOS, vous ne pourrez pas dire demain avec l'hypocrisie bien diplomatique: nous n'en savions rien.
 
 
Hassaké le 22/11/2012
Behnan Hindo,
Archevêque syrien catholique de Hassaké-Nisibe, Syrie
Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 25 avril 2012 - Rubrique Chrétiens dans la société

Communiqué

Comme responsables des Services diocésains de la pastorale des migrants de la Province de Bourgogne, nous sommes conscients de la situation précaire des demandeurs d’asile dans notre région.

En ce temps de la joie pascale, nous nous adressons à vous, communautés chrétiennes !

Le communiqué du Conseil d’Eglises Chrétiennes en France du 05 octobre 2010 attirait ainsi notre attention :

- Aujourd’hui, face aux situations dramatiques que connaissent les migrants, les préjugés n’ont pas leur place. Un changement de regard est nécessaire.

- Aujourd’hui, un partage solidaire avec tous les déracinés qui ont besoin de notre hospitalité est indispensable et urgent.

- Aujourd’hui, dans une société de défiance, nous réaffirmons que le migrant est une personne humaine avec des droits fondamentaux inaliénables.

- Changer notre regard ; vivre un partage concret avec ceux qui souffrent ; ne pas se taire devant les injustices…..voilà le chemin qui peut être le nôtre…..

« Ce que vous avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 40).

 

Du fait de la régionalisation récente de l’accueil administratif, les demandeurs d’asile se trouvent essentiellement concentrés à Dijon ; dernièrement, 620 d’entre eux étaient sans-toit.

Or le droit à l’hébergement fait partie des obligations de tout Etat recevant des demandeurs d’asile (Convention de Genève).

Parmi d’autres, des chrétiens s’en préoccupent : visites des squatts, apport de l’indispensable pour survivre…

Quelques doyennés ont pris l’initiative d’accompagner et de loger des familles en attente de régularisation !

Nous sommes tous concernés : dans son homélie du 15 août 2010 au Puy en Velay, le cardinal André Vingt-Trois insistait : « Laissons l’amour de Dieu dilater nos cœurs aux dimensions de l’humanité. Apprenons du Christ à nous faire le prochain de l’homme qui voit sa vie se perdre…….et faisons-nous proches de lui plutôt que de vouloir l’éloigner et le séparer de nous-mêmes et de notre société ; Une société fraternelle et responsable est possible si chacun de nous est résolu à aimer davantage ».

 

                                           Les responsables des Services de la pastorale des migrants

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...