Notre Blog Actualités



Posté le 26 janvier 2016 - Rubrique Oecuménisme

La semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens s’est déroulée du 18 au 25 janvier 2016. Dans notre diocèse, les rencontres se sont déroulées du 15 au 24 janvier (une dernière veillée oecuménique aura lieu le jeudi 4 février à Marsannay-la-Côte).

 

Retour sur les différentes rencontres dans notre diocèse de Dijon (première partie de ce retour à retrouver ici)

 

Dijon, 21 janvier

En l'église Saint-Joseph de Dijon, le père Dominique Nicolas a présidé la veillée préparée par l'ACAT dans le cadre de la semaine de l'Unité. L'attention particulière de cette association aux souffrances des persécutés pour la justice, a permis d'élargir les intentions de prière à tous les horizons du monde, ce que soulignait aussi le magnifique montage photographique accompagnant la méditation.

L'originalité de cette prière fut la procession de l'assemblée vers la croix du Christ, afin d'y placer chacun une lumière, comme une promesse. Quant à l'extraordinaire, ce fut la générosité des participants, qui a permis au Groupe oecuménique de Dijon d'envoyer un don de près de six cents euros à l'ordre de Malte pour  les sauvetages en mer de Lampedusa, selon la suggestion préconisée par les chrétiens de Lettonie.

 

Genay, 22 janvier

Les chrétiens de l'Auxois-Nord se réunissaient à Genay, en une assemblée nombreuse et priante qui a fait résonner les murs de l'église Saint-Loup de ses chants :« Viens Esprit de Sainteté ! » La célébration était présidée par le père Nicolas Soldatenkoff, pour les orthodoxes, les pères Ardiet et Zoungrana, pour les catholiques, et B.Schweisguth, pour l'Eglise Protestante Unie. Pendant la proclamation de l'évangile de saint Mathieu (5, 13) : « Vous êtes le sel de la terre,...vous êtes la lumière du monde », les cierges allumés témoignaient de la foi partagée. Le père Albert, dans son homélie, développa le symbole du sel. Rappelant les prescriptions de l'ancien testament, selon lesquelles les prêtres devaient mettre du sel sur les victimes offertes en sacrifice, il montra qu'il s'agissait, pour les disciples du Christ, de joindre l'offrande de leur vie à celle de l'Agneau de Dieu. Il rappela aussi avec humour que quelques grains suffisent pour donner saveur à un plat !

Chacun reçut en partage un morceau de pain et un petit sachet de sel, à emporter dans sa poche ou dans son sac, afin de ne pas oublier dans les jours à venir de donner du goût à la vie et aux autres.

Une longue bénédiction finale fut prononcée par chacun des célébrants ainsi que par le père C.Baud, desservant de Genay, qui avait ouvert sa belle église. Après quoi, un bol de soupe bien agréable donna courage aux participants pour repartir vers Semur, Vitteaux, Les Laumes, Epoisses, Montbard ou Dijon.

Les dons généreux de la quête seront envoyés aux chrétiens d'orient.

 

Dijon, 24 janvier 

La paroisse Saint-Michel de Dijon accueillait à la messe de 11h le pasteur G. Boulet  et toute sa communauté de l'Eglise Protestante Unie  (rappelons que le culte dominical est supprimé à cette occasion). Le père B. Card, curé de la paroisse, célébrait avec le père D.Erazmus, chargé de l'information oecuménique pour le diocèse.

Le pasteur, dans sa prédication, commenta le verset bien connu de l'évangile de Mathieu (5,13) : « Vous êtes le sel de la terre. » A qui Jésus adressait-il ces paroles ? Non à la fine fleur des lettrés de son temps, mais à des hommes simples, rugueux, plus prompts à rivaliser entre eux qu'à comprendre vraiment son message. Et pourtant, par l'Esprit, ils sont vraiment devenus ses disciples, et pourtant ils sont devenus des saints. Aujourd'hui c'est le même appel  pour les Chrétiens, celui de vivre en peuple saint, un peuple qui prie et témoigne ensemble, avec la richesse de sa diversité.

Les intentions de la prière universelle,  présentées par les protestants, le geste de paix entre toute l'assemblée,  le chant final « A Toi la gloire » furent l'occasion de vivre cette communion de cœur, qui ne peut encore aboutir à la pleine communion eucharistique, mais qui en donne un désir profond.

 

Is-sur-Tille, 24 janvier

L'après-midi du dimanche 24 janvier, à 16h, à Is-sur-Tille, une cinquantaine  de fidèles, catholiques, évangéliques, protestants et adventistes, se rassemblaient   autour du père Sauer et du pasteur  H.Pereira , ainsi que de JC.Petit, pour l'Eglise de la Toison d'or, et de B.Schweisguth, pour l'EPUdF.

La célébration était organisée, comme toutes les autres, autour de l'épître de Pierre et de l'évangile de Mathieu proposés par les chrétiens de Lettonie, mais comme chaque année à Is, c'est la qualité de l'amitié exprimée et et sa tonalité joyeuse qui lui donnèrent sa marque particulière.

 Ainsi le premier chant, et les photos projetées, rappelaient la rencontre toute proche de l'automne. Le psaume bien connu « Ah ! Qu'il est doux d'être ensemble » fut repris des années précédentes, et soutenu par  de nombreux chants de louange. Après que le père Sauer eut rappelé l'annonce du salut, passage des ténèbres à la lumière, chacun vint entourer le lutrin qui portait la bible, d'une couronne de petits  lumignons. Le symbole du sel fut rappelé par un sel  de l'Himalaya, donnant un goût délicieux aux morceaux de pain à partager avec ses voisins. Et après la bénédiction finale, J.C.Petit eut l'initiative d'un dernier signe d'amitié :  il offrit un vieil antiphonaire restauré par ses soins à la paroisse de Saux-le-Duc qui avait accueilli la prière pour la Création.


                                  Maguy Minonzio


Photos ci-dessous : ACAT (x2), Genay (x2), Saint-Michel (x2), Is-sur-Tille (x2) (© Groupe oecuménique de Dijon)

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 25 janvier 2016 - Rubrique Oecuménisme

La semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens s’est déroulée du 18 au 25 janvier 2016. Dans notre diocèse, les rencontres se sont déroulées du 15 au 24 janvier (une dernière veillée oecuménique aura lieu le jeudi 4 février à Marsannay-la-Côte).

Retour en deux temps sur les différentes rencontres dans notre diocèse de Dijon.

 

 

Monastère de Saint-Elie, 15 janvier

Les Carmélites ont donné le coup d'envoi de la prière pour l'Unité. Une belle occasion pour le groupe oecuménique et la fraternité Saint-Elie de prier ensemble selon le rite bysantin, au cours des vêpres de la fête de saint Pierre aux liens. Ensuite le père E. Fritsch, curé de la paroisse bysantine de Lyon, présenta la longue histoire du christianisme en Ethiopie, où il vient de séjourner plusieurs années.

 Si l'on en croit la tradition orale, ce pays est celui de la reine de Saba, il a reçu la visite du Christ lors de la fuite en Egypte, - on peut voir encore les « traces des pas de Marie » sur un rocher, au bord du lac Tana - , enfin c'est le pays de la reine Candace, dont l'eunuque fut baptisé par Philippe, selon le récit des Actes des Apôtres. Avec les monnaies, les premières traces historiques remontent au IVème siècle ; le premier évêque, Frumence, fut ordonné en 324 par le patriarche Athanase le Grand.Le roi Ezaras, son élève, fut  le premier d'une très longue suite de rois chrétiens, au long des siècles, jusqu'à la mort d'Haïlé Sélassié, en 1975. Des ruines imposantes de monastères et d'églises, des fresques, de très beaux évangéliaires,  témoignent de la richesse de cette transmission séculaire, toujours présente dans les rites et la langue liturgique.

Les chrétiens éthiopiens appartiennent, en grande majorité, à l'Eglise orthodoxe, autocéphale. On compte aussi de nombreux protestants et une toute petite minorité de catholiques.

Un grand merci au père Fritsch de nous avoir fait découvrir cet aspect  du christianisme oriental, héritage si impressionnant et si méconnu.

 

Chenôve, 16 janvier

Les paroissiens de Chenôve ont accueilli, dans  la chapelle Sainte-Thérèse qu'ils viennent de réaménager et de repeindre, une belle délégation de la paroisse évangélique du Tabernacle, leur voisine, avec laquelle ils ont pris l'habitude,depuis plusieurs années, de prier,  au moment de la Semaine de l'Unité.

La lecture de l'épître de saint Pierre a été l'occasion d'échanges en profondeur : «  Comment voyons-nous les hauts faits de Dieu dans nos vies ? Comment y répondons-nous ? Comment la communauté nous aide-t-elle à progresser ? »

Après deux témoignages personnels émouvants de guérison, chacun a  répondu  à ces questions, en petits groupes, avant de rendre grâces tous ensemble. La prière de l'assemblée était soutenue par la chorale Gospel « Unity » de la paroisse du Tabernacle : la jeunesse, l'énergie, la qualité musicale de ce groupe ont exprimé dans la joie la parole de l'épître : « Vous êtes un peuple destiné au salut, pour que vous  annonciez les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière ».       

 

Le père Luc Lalire et le pasteur Philippe Montuire ont conclu par un appel à renouveler, l'année prochaine,  ces moments d'amitié fraternelle. Bonne année aux deux communautés !

 

Dijon, 17 janvier

Au temple de l'Eglise Protestante Unie de Dijon, madame le pasteur Gwenaël Boulet et madame Tina Dachary, présidente du Conseil Presbytéral, accueillaient les catholiques  pour le culte, au cours duquel  le père Bernard Card, curé de Saint-Michel  a assuré la prédication, en commentant les versets de l'épître de Pierre choisis pour la semaine de l'Unité : « Vous êtes la race élue, la communauté sacerdotale du Roi, le peuple que Dieu s'est acquis, pour que vous proclamiez les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » (1 Pierre, 2, 9-10).

Après avoir rappelé le sens de l'ensemble de l'épître, « message d'encouragement »  adressé à des chrétiens en butte à l'indifférence ou à la persécution-situation  bien contemporaine -, il a repris le sens théologique de chacune de ces expressions  qui « définissent l'identité et la mission de l'Eglise, et dans l'Eglise, de chaque baptisé», à partir de la figure du Messie crucifié, la pierre d'angle à laquelle il faut toujours s'appuyer. Chacune des confessions  chrétiennes peut méditer ce texte, pour  prendre conscience de la dignité du peuple chrétien et de la vocation commune à être des témoins du salut en Christ.

En conclusion « une bien belle épître qui nous révèle ce qui fait, entre Eglises-soeurs, notre unité profonde, notre identité de chrétiens, notre engagement au service de l'Eglise, et notre mission dans le monde. Voilà de quoi vivre le partage et la communion fraternelle entre nous ».

On peut retrouver l'ensemble de cette belle méditation sur le site de la paroisse Saint Michel.

L'après-midi, à 15 heures, Dom Olivier Quénardel, abbé de Citeaux,

devant un public nombreux et attentif, a longuement évoqué la maturation de leur étonnant projet de fondation monastique cistercienne en Norvège. L'appel entendu par le frère Joël, à l'occasion d'un séjour dans ce pays, a fait l'objet d'un  discernement personnel, et  communautaire, approfondi, à chaque étape de décision, pendant près de dix ans.

Ce témoignage était très fort parce qu'il mêlait des questions et des détails extrêmement précis (comment apprendre le Norvégien ? Comment faire du fromage si on ne peut pas élever de vaches ? Quel rythme donner à la journée , quel horaire pour les repas ? Comment concilier accueil et vie monastique ?...) à l' interrogation spirituelle fondamentale sans cesse renouvelée : est-ce bien la volonté de Dieu ?

Dès lors on comprend qu'il ne s'agit pas tant , dans ce projet de fondation, « d'aller chatouiller les Luthériens » chez eux , selon les termes d'un auditeur justement chatouilleux, mais de  redonner le témoignage de la vie évangélique radicale à laquelle invite la vocation monastique.

Implantée sur le site d'un ancien monastère, la petite communauté de Munkeby vit très simplement et très fidèlement, à la manière des premiers disciples de saint Bernard. Pour le père abbé qui a pris la décision de la fondation, et  pour tout le monastère qui la soutient, cet enfantement est l'occasion d' un renouvellement spirituel.

 

Beaune, 17 janvier

Ce même jour, à Beaune, une veillée  était  organisée par le groupe d'amitié oecuménique , ancien et fidèle, au temple protestant, dont la rénovation vient d'être terminée. Le père Y. Frot, curé de Beaune, et madame le Pasteur G. Boulet, présidaient la prière, mais c'était au tour du père Frot, cette année, d'assurer la prédication. S'appuyant sur l'épître de Pierre, puis sur l'évangile de Mathieu ( 5, 13-16) invitant les chrétiens à être le sel  et la lumière du monde, il  insista sur les appels reçus dans ces deux textes : appel à la sainteté, (non  la perfection, mais l'ajustement à l'amour du Seigneur), appel à l'espérance,

- dans les ténèbres du fanatisme et de la violence, attention aux besoins pour procurer le nécessaire,

- dans une attitude discrète et confiante comme celle de Marie à Cana.

Pour signifier leur accord avec la  proposition de cet engagement missionnaire, les participants échangèrent ensuite le pain et le sel.

Le père Frot, sur le point de partir en Terre Sainte avec un groupe de pèlerins, promit en terminant de prier particulièrement pour l'Unité sur les lieux où est né Celui qui est la Lumière du monde.

 

                                      Maguy Minonzio



Photos ci-dessous : Saint-Elie (x2), Chenôve, culte à Dijon (x2), conférence Dom Quénardel, Beaune (© Groupe oecuménique de Dijon)

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 22 janvier 2016 - Rubrique lire, écouter, regarder

Mgr François Garnier, ordonné prêtre en 1970 pour le diocèse de Dijon, est archevêque de Cambrai depuis 2000, après avoir été évêque de Luçon (1990-2000). Il a fêté il y a quelques mois ses 25 ans d'ordination épiscopale. Mgr Garnier vient de publier un livre.

 
Dans ses éditoriaux rédigés pour ses diocésains au fil de plusieurs années, Monseigneur François Garnier nous invite à partager sa foi et ce qui lui
tient à coeur. Rédigées d’une plume pleine d’allant, sans concession mais toujours bienveillante, ses méditations sur les grands moments de l’année liturgique sont simples et originales ; elles s’adressent au public le plus large ; il y trouvera une nourriture spirituelle, morale et intellectuelle en pleine actualité avec le temps d’aujourd’hui.


Monseigneur François Garnier, archevêque de Cambrai, a pour devise épiscopale "Enracinés dans l’amour" (Éphésiens 3,17) : c'est le fil conducteur d’une pensée que l’on retrouve au coeur de ses écrits. Il a été nommé Chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur le 14 juillet 2003.

Yohan Picquart, 32 ans, journaliste, enseignant, diplômé en littérature et en théologie, a publié Entretiens avec le cardinal Albert Vanhoye, et Chrétien avec vous, prêtre pour vous, en collaborati on avec Monseigneur Gérard Defois, évêque et archevêque émérite de Lille.
 
 
« Il est venu le temps du réveil »
Monseigneur François Garnier, archevêque de Cambrai
Yohan Picquart
Saint-Léger Editions - 14,50 €
 
 

Photo ci-dessous : Mgr François Garnier lors de la célébration de son jubilé épiscopal, le 14 novembre 2015 (© Diocèse de Cambrai)
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 21 janvier 2016 - Rubrique Vie des Paroisses

La paroisse Dijon - Sacré-Cœur/St-Jean Bosco a accueilli le dimanche 17 janvier sa nouvelle Equipe d’Animation Paroissiale (EAP).

C’est la troisième fois que la communauté paroissiale a la joie de vivre un tel envoi en mission. Les paroissiens sont donc désormais habitués à ce que leur curé s’entoure de personnes qui, avec lui et les prêtres coopérateurs, partagent sa charge pastorale pendant quelques années avant que d’autres assurent le même service paroissial.

Après avoir vécu une année probatoire, comme le prévoient les statuts diocésains des EAP, chaque membre a pu dire au cours d’une rencontre avec le vicaire général - quelques jours avant la célébration - ce qui l’avait déjà marqué dans cette mission et ses attentes pour les trois années à venir.

C’est durant la messe dominicale, devant toute la communauté paroissiale, que l’équipe a professé sa foi et a reçu du vicaire général la lettre de mission de notre archevêque.

Ainsi, Mme Martine Lachaise, qui sera aussi coordinatrice de l’équipe, Mme Anne-Marie Cabrita, Mme Angela Receiva et M. Bruno Perrin veilleront à ce que toute la paroisse soit attentive à annoncer, célébrer et servir. Et les intentions de la prière universelle proposées par l’équipe au cours de cette messe ont montré que chaque membre porterait cette mission avec détermination.


Photos© Paroisse Dijon - Sacré-Coeur/St-Jean Bosco

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...