Notre Blog Actualités



Posté le 13 mai 2016 - Rubrique Evénements

Avant de se réunir le 10 mai à la foret de la mémoire de Chamblanc, une délégation de Mana (Guyane) a vécu un séjour sur les pas de la bienheureuse Anne-Marie Javouhey, fondatrice des Soeurs de St-Joseph de Cluny et qui a a tant fait pour la libération d'esclaves de Guyane. Le samedi 7 mai, en l'église de Chamblanc, c'est une messe présidée par l'archevêque de Dijon qui a réuni paroissiens, religieuses, maire des communes environnates pour rendre grâce pour l'action d'Anne-marie Javouhey.

Ferveur et joie, dans l’église de Chamblanc ! C’est le temps de l’Eucharistie présidée par Mgr Minnerath accompagné du Père abbé de Cîteaux, des pères Helmbacher et José Mbiyavanga.

Un même cœur pour fêter la femme qui a su répondre à l’appel de l’Esprit et travailler à la libération de nombreux esclaves.

C’était en 1838 à Mana en Guyane : éduquer, enseigner, libérer, aimer, faire connaître Dieu, c’est la mission d’Anne-Marie Javouhey.

Une délégation d’habitants de Mana est là, invitée par les membres de l’Association « Sur la route des libertés de Chamblanc à Mana »*

Pour les accueillir, des habitants de Chamblanc, en costume d’époque, reconstituent la famille d’Anne-Marie. Des jeunes participent à l’animation. « Anne-Marie tu as tant de choses à nous dire » retentit sous les voutes de l’église.

La délégation reçue dans les familles, est là pour cinq jours. Elle découvre la région et surtout se prépare avec la population à la grande manifestation du 10 Mai, à la forêt de la mémoire. M. PATIENT, Sénateur-Maire de Mana, et Madame la Sous-Préfète seront là.

Sr Agnès THEVENIN

*Présidée par Mr Bourdot, Maire de Chamblanc, des Maires de Jallanges, Seurre, Grosbois, Lanthes, Sr Agnès Thevenin, Provinciale des sœurs de St Joseph de Cluny France/Suisse et de bénévoles. 

 

photos : Agnès Thévenin.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 12 mai 2016 - Rubrique Chrétiens dans la société

Fêter en musique les 70 ans du Secours Catholique : pari tenu et réussi pour l’équipe de Beaune en ce jour de l’Ascension !

Aux pieds de la Vierge noire de la basilique Notre-Dame, son responsable, Jean-Guy BECHE, a introduit la soirée en relatant les origines du Secours Catholique jusqu’à ce jour et vivement remercié le dynamisme de ses bénévoles dans les différentes actions menées sur son territoire.

Prenant la parole à son tour, Mme Chantal SUR, présidente de la délégation Bourgogne, a insisté sur l’aspect « fraternel » indissociable de tout accompagnement, précisant que cette soirée entame la première des festivités organisées dans le cadre du 70ème anniversaire.

Place fut donnée ensuite à la chorale du Touvet (commune entre Grenoble et Chambéry) qui a enthousiasmé les 250 personnes venues pour l’occasion.

Quelques 50 choristes, dirigés joyeusement par Aude MOUSSY, ont charmé l’auditoire avec des chansons de variétés surtout, mais aussi gospels et chants liturgiques. Un programme éclectique qui, s’il n’avait été donné dans ce lieu sacré, aurait sans doute donné envie d’allier la musique à la danse !  

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 11 mai 2016 - Rubrique Chrétiens dans la société

Dans la belle organisation de la fête du 70ème anniversaire du Secours Catholique, il était partuculièrement attendu. Et le Père Guy Gilbert y a apporté son témoignage du terrain qu'il connait bien : les jeunes de la rue. C’est tout un week-end que les responsables du Secours Catholique dans l’Ouest de la Côte d’or avaient programmé pour fêter les 70 ans de l’œuvre de Mgr Rodhain au lendemain de la seconde guerre mondiale. Dans un tel contexte, Guy Gilbert qui a commencé par avouer que c’était la première fois qu’il intervenait pour le Secours Catholique ne pouvait que reconnaître que le travail de toute sa vie auprès des jeunes de la rue était tout à fait complémentaire de tout ce que le Secours Catholique fait au quotidien, dans toute la France et dans le monde entier.

Des rencontres déterminantes.

A 80 ans, Guy Gilbert continue à raconter les rencontres déterminantes qui l’ont conduit à s’occuper de ces jeunes plus ou moins abandonnés, en marge de la société, mais pour qui un geste, une parole, un encouragement peuvent tout changer, les remettre debout et leur permettre d’exprimer le meilleur d’eux-mêmes.

Le prêtre du diocèse de Paris, reconnaissant pour ses archevêques successifs qui lui ont permis d’exercer ce ministère atypique, est intarissable quand il s’agit d’expliquer comment d’un bâtiment en ruines dans les Alpes de Haute-Provence il a fait une bergerie qui accueille aujourd’hui des jeunes en réinsertion et leur permet de travailler auprès des animaux, au sein d'une exploitation agricole. Anecdotes, récits de vie, photographies rendent vivants tous ces visages de ceux qui ont découvert la joie de travailler et de se donner des règles de vie.

Servir à tout âge.

Le Père Guy Gilbert a aujourd’hui 80 ans et il le sait. Evoquant au passage un accident de santé, expliquant qu’il doit désormais aussi être attentif à sa manière de vivre, son discours traverse les âges : il fait venir sur l’estrade les jeunes de l’assemblée (et ils étaient nombreux tout au long de ce week-end avec le Secours catholique), il apostrophe amicalement « les vieilles » qui sont loin de s’en offusquer, il est attentif à chacun. Le prêtre de Paris écoute avec surprise le dynamisme de ce rural qui ne se laisse pas abattre : éducateurs, agriculteurs, responsables locaux, chacun lui pose des questions pertinentes qui l’obligent à nuancer son discours, à dire ses hésitations et parfois ses échecs, à reconnaître les aides dont il a pu bénéficier grâce à sa présence dans les médias et auprès de certains responsables politiques.

Mais le P. Guy Gilbert est prêtre, et il ne cesse de le rappeler. Et paradoxalement, ce sont des questions sur sa foi, sur la vie et la discipline de l’Eglise, sur le Mal et la présence de Dieu qui fusent et qui le conduisent à rappeler que, par toute l’œuvre de toute sa vie, c’est le Christ qu’il annonce et c’est lui qui le guide.

C’est donc bien naturellement que tout ce public nombreux du samedi soir est devenu une assemblée tout aussi nombreuse le dimanche matin pour la messe que le P. Guy Gilbert a présidée avec le curé du lieu, le P. Etienne Hache, ainsi que le Père Pierre Salvert et le diacre Yvan Siegrist.

 

A venir : Reportage complet de Maguy Minonzio sur ces 70 ans du Secours Catholique à Pouilly-en-Auxois dans « Eglise en Côte d’Or » de Juin 2016.

Dans le pdf ci-dessous, les prochaines étapes du 70ème anniversaire du Secours Catholique en Côte d'Or.

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 10 mai 2016 - Rubrique Mouvements et associations

Les 14, 15 et 16 avril a eu lieu à Lourdes le Rassemblement national et les 70 ans d'Espérance et Vie, mouvement chrétien pour les 1ères années du veuvage et l'accompagnement des veufs et des veuves. Le thème en était "Cherchons des chemins d'Espérance et de vie".

Nous étions 7 veuves de Côte d'Or sur 1212 veufs et veuves de 32 à 96 ans, venus de 80 diocèses différents.

Célébrations, choix de conférences de haute qualité, veillée festive, chants, découverte de Lourdes ont ponctué nos journées trop vite passées...

L'ouverture du Rassemblement était sous le thème : "ME VOICI". En inscrivant le prénom de notre conjoint décédé sur un petit rond blanc en forme d'hostie, nous avons déposé un peu de notre chagrin et de notre deuil au pied du cierge pascal. L'après-midi, nous avons passé la Porte de la Miséricorde puis inscrit, sur un papier mauve déposé ensuite dans une urne devant l'autel, ce que nous n'avions pas encore pu régler avec notre conjoint. Ces pardons non reçus ou non donnés seront priés pour nous par une congrégation religieuse.

Le thème du 2ème jour était : "LÈVE-TOI". Des conférences nous ont éclairés sur notre place de veufs et veuves avec nos proches, dans la vie sociale et associative, sur notre foi et fait réfléchir sur le vieillissement et la santé : "Souffrir et vivre quand même" de Marie-Jo Thiel, "Deuil et foi" avec Mgr Pansard ou "Vivre une maladie grave dans le veuvage" par Marie-Claire Moissenet, entre autres. Le soir, une célébration festive et très animée mit en place un chemin d'Espérance, avec nos pas tournés vers un "à venir".

Nous avons terminé le troisième jour par : "VA EN CONFIANCE !". D'autres conférences furent proposées dont une sur le Père Caffarel, fondateur des Équipes Notre-Dame mais aussi d'Espérance et Vie.

Lors de la messe d'envoi, un message particulier du Pape François nous a été lu par Mgr Pansard, évêque de Chartres, avant de partager cadeaux (bougies avec le logo du rassemblement) et petits  gâteaux pour marquer les 70 ans du mouvement sur un pas de danse...

Trois jours inoubliables, de belles rencontres, profondes et vraies, nous lient d'une amitié qui va nous permettre de mieux supporter notre solitude retrouvée...  

                                                           F. ROBIN, E. VOINCHET et J. ZAK

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...