Notre Blog Actualités



Posté le 31 mai 2016 - Rubrique Chrétiens dans la société

“Accueillez-vous les uns les autres, comme le Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu” (Rm 15.7)

Bénévoles, salariés et personnes prises en charge par l’association, tous ont participé avec joie aux festivités organisées ce week-end (28-29 mai) dans toute la France dans le cadre des 70 ans de la création du Secours Catholique.

Dans l’agglomération dijonnaise, ils étaient plusieurs centaines à marcher depuis Chenove, Fontaine-les-Dijon, Talant et l’église Ste-Chantal de Dijon pour atteindre à midi, le Jardin Darcy où un pique-nique attendait tous les randonneurs afin de profiter ensemble d’une après-midi festive, animée par des spectacles, concerts et tables rondes.

A noter la présence de Mme Chantal Sur, Présidente de la Délégation Bourgogne du Secours Catholique, Thierry Ferferberg, Vice-président du comité Secours Catholique en Côte-d’Or, Mme Edith Balestro, Première djointe et Déléguée à l’action sociale de la mairie de Talant, Mme Emmanuelle Coint, Conseillère départementale et Monseigneur Minnerath, Archevêque du diocèse de Dijon. Leurs interventions, soulignant la gratitude qu’ils éprouvent pour toutes les belles actions qui ont déjà réalisées, ont été très applaudies.
Mme Françoise Tenenbaum, Adjointe au maire de Dijon et Déléguée à la solidarité, à la santé et aux personnes âgées, a demandé à être excusée.

 

Le secours catholique dans l’agglomération dijonnaise

Sur Dijon et son agglomération, ce sont sept équipes (secteurs de Dijon, Fontaine d’Ouche, Longvic, Quetigny/Chevigny, Chenôve, Talant, Fontaine-les-Dijon), regroupant plus de 250 bénévoles, qui donnent de leur temps pour accueillir et se mettre au service de leurs prochains.

La volonté du Secours Catholique est d’être présent à un niveau local en proposant, par exemples, un accueil, la création de groupes conviviaux, une aide à la recherche d’emploi, un accompagnement budgétaire, des accompagnements scolaires, des ateliers à la maison d’arrêt, des cours d’alphabétisation ou d’apprentissage de la langue française, ou encore une aide aux migrants. Chacun essaye ainsi d’être à l’écoute de l’autre et, comme le rappelle un slogan du Secours catholique, être « ensemble pour un monde plus juste et fraternel ».

Chantal Sur, présidente de la délégation Bourgogne du Secours Catholique-Caritas France, rend grâce parce que les personnes qui ont été écoutées, entendues, soutenues ou aidées par le passé, se mettent, à leur tour, en marche pour redonner ce qu’elles ont reçu : « C’est ce qui est magnifique et très fort dans notre démarche, il y a ce partage de ce qui a été reçu ».

 

Un petit retour sur l’histoire du Secours Catholique

C’est au sortir de la guerre, le 8 septembre 1946, que le prêtre vosgien Jean Rodhain crée le Secours Catholique, association à but non lucratif,  dans l’espoir d’aider les personnes pauvres et exclues de la société en promouvant la justice sociale.

En 1962, le Secours Catholique est reconnu association d’utilité publique, et est décrété « grand cause nationale » en 1988.

Pour les 70 ans de l’association, des milliers de personnes se sont retrouvées pour marcher ensemble aux quatre coins de la France. Les équipes de l’Ouest de la Côte d’Or avaient vécu cette marche le 7 mai dernier à Pouilly-en-Auxois. A Dijon et à Cîteaux pour les équipes du vignoble et du Val de Saône, ainsi que dans les autres départements de Bourgogne, c’est ce samedi 28 mai que ces marches ont eu lieu.

Aujourd’hui, le Secours Catholique en France regroupe près de 1000 salariés et 67 000 bénévoles dispersés en 4 000 équipes locales.
Cette association est aussi actuellement présente dans 70 pays et territoires.

« Bâtir une société de frères ne saurait rester à l'état de programme. Chacun, là où il est, y a sa part de responsabilité. Chacun y a sa place. » Mgr Rodhain

 

Pour avoir plus de renseignements sur le Secours Catholique en Bourgogne, cliquez ici.

 

crédit photo : Diocèse de Dijon

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 30 mai 2016 - Rubrique Evénements

En la fête de Saint Philippe Néri, le 26 mai dernier, l’église Sainte Jeanne d’Arc de Dijon a accueilli de nombreux paroissiens et amis de l’Oratoire pour célébrer la clôture du jubilé du cinquième centenaire de la naissance de Saint Philippe Néri. En effet, dans cette paroisse Saint-Paul/Sainte Jeanne d’Arc, animée de la joie des pères de l’Oratoire, cette fête y prend une place toute particulière.

Saint Philippe Néri (1515-1595)

Philippe Néri, fondateur de la communauté des pères de l’Oratoire, est né à Florence en 1515 : « Philippe avait pour habitude quotidienne de prier spécialement le Saint Esprit et de lui demander en toute humilité ses grâces et ses dons... Tandis qu’il priait ainsi un jour de l’an 1544 avec grande ardeur, il sentit soudain dans son cœur une telle explosion du grand amour du Saint Esprit qui le submergeait, que le cœur se mit à battre si fort dans sa poitrine qu’on pouvait l’entendre du dehors.» (Père Gallonio, prêtre de la congrégation de l’Oratoire, 1559-1605)

Il fonde l’Oratoire dans les années 1550, prônant la charité fraternelle dans un but d’évangélisation. Aujourd’hui, on compte près de 85 Oratoires de Saint-Philippe Néri réunissant plus de 600 membres à travers tous les continents.

Mort à Rome le 26 mai 1595, le père Philippe Néri est béatifié en 1615 par le pape Paul V et canonisé en 1622 par le pape Grégoire XV.

« Que la joie dans le Seigneur augmente toujours. Que la joie selon le monde diminue toujours jusqu’à ce qu’elle disparaisse. Je ne dis pas cela parce que, vivant en ce monde, nous ne devrions jamais nous réjouir. Mais afin que, même vivant en ce monde, nous soyons joyeux dans le Seigneur » Saint Philippe Néri, appelé « Saint de la joie ».

Messe à Sainte-Jeanne d’Arc : clôture du jubilé

Jeudi dernier, une messe très vivante et chantante a donc été célébrée par le père Raphaël Clément, prévôt, entouré des Pères de l’Oratoire de Dijon, les Pères Bruno Dufour et Matthieu Delestre,  et concélébrée par de nombreux prêtres du diocèse dont le P. Paul Chadeuf, délégué épiscopal à la vie consacrée. Cette célébration fût suivie d’un buffet concocté par chacun, sublimé par le partage d’un gigantesque gâteau d’anniversaire !

Plus de 500 ans après sa naissance, Saint Philippe Néri a encore rassemblé dans la prière et la joie. Et huit ans après leur arrivée dans le diocèse de Dijon, les Pères de l’Oratoire de  Dijon ont eu beaucoup de plaisir à vivre ce jubilé avec tous ceux qu’ils servent dans leurs différents ministères à la paroisse Saint-Paul/Sainte Jeanne d’Arc, à l’aumônerie étudiante et auprès des malades.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 27 mai 2016 - Rubrique Pèlerinage

Le 21 mai, veille du dimanche de la Sainte Trinité, une trentaine de paroissiens de la paroisse Saint-Pierre de Dijon ont participé à un voyage au  pays Beaunois.

Première étape : le Carmel de Beaune. Ils furent accueillis par les carmélites et le Père Yves Frot. La porte de la chapelle du Carmel a été admise comme Porte sainte : ce fut pour les dijonnais l’occasion de franchir cette porte et de se recueillir.
La dévotion au Saint Enfant Jésus, le « Roi de Grâce » fut commentée par des carmélites. La messe fut ensuite célébrée par le père Emmanuel Pic qui commenta  les textes de ce samedi : la lettre de Saint Jacques et l’évangile de Saint Marc.

Le partage d’un repas tiré du sac a eu pour cadre l’ancien jardin du Carmel malheureusement en friche. Ces touristes d’un jour sont ensuite allés au cœur de Beaune : la visite de la basilique fut pour beaucoup une découverte.

Myriam d’Ussel,  paroissienne de Saint Pierre est une érudite des chefs-d’œuvre de la Bourgogne : elle commenta avec éloquence cette basilique, particulièrement les tapisseries exposées dans le chœur.

La dernière étape fut les Hospices de Beaune, dont on ne cesse d’admirer la beauté. Fondés par Nicolas Rolin – chancelier du Duc de Bourgogne – au XVe siècle, pour venir en aide aux « pauvres malades »,  cet édifice a été parfaitement entretenu et a pu conserver sa beauté inégalée. La visite des Hospices a été commentée par Sœur Louise, l’une des religieuses qui résident encore dans cette merveille architecturale. Ce lieu accueille chaque année une foule de touristes qui veulent bénéficier  d’une découverte d’un édifice qui reste le témoignage d’un hommage religieux.

 

Cette journée  a été une réussite et a bénéficié d’un exceptionnel beau temps.

 

Jean CLERC

 

Crédit photos : Jean CLERC

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 26 mai 2016 - Rubrique Chrétiens dans la société

Afin de développer l’action catholique à travers  l’ACE (Action Catholique des Enfants) et le CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) sur la paroisse Alésia-Venarey-Les Laumes, le Père Lionel Canat a répondu favorablement à l’appel en proposant de démarrer un club ACE pendant les vacances de Pâques.

Pour ce premier club, animé par Pauline et Sylvie, 12 enfants, âgés de 7 à 13 ans, sont venus découvrir l’ACE. Yannick Dupin, qui a fait son service national au sein de l’ACE au niveau départemental et plus particulièrement sur le quartier des Grésilles, et le séminariste Augustin étaient également présents.

 

Au programme :

- Découverte des uns des autres.

Ce n’est déjà  pas facile de se rappeler des prénoms de tout le monde, mais en plus il fallait se rappeler une chose importante pour chacun.  Nous nous sommes rendu compte que les activités ont une place importante dans la vie des enfants !

- Découverte de l’ACE avec le jeu « dessiner c’est gagner » pour comprendre ce qu’il est possible de vivre à l’ACE.

- Réflexions sur notre façon d’occuper une journée et de prendre ou non le temps, en lien avec le thème d’année de l’ACE.

En effet, on ne se rend pas toujours compte de tout ce qu’on fait dans une journée. Les disputes et l’ennui ont aussi leur place dans la journée des enfants entre les devoirs, les repas, les activités, le jeu, l’école, les moments d’hygiène, les temps spirituels, les moments de détente (lecture, jeux vidéo …) et le plus long, le sommeil !

- Jouer. Mais avant de pouvoir jouer, il a fallu se mettre d’accord et prendre en compte tous les avis !

- Goûter : chacun a aidé pour distribuer ou ranger dans la bonne humeur. Quel plaisir !

- Et pour finir, un temps de relecture autour du texte de l’Ecclésiaste pour se rendre compte qu’il y a un temps pour tout dans la vie et que c’est important.

Parole d'enfants : «  On rit à une blague » et « on pleure quand on est triste, mais ça fait du bien de pleurer » ;  « On garde un souvenir » et  « On jette les choses dont on ne se sert plus, on trie » ; « Chez moi, on a détruit un mur pour avoir plus de place » et « On construit des objets mais aussi l’amitié » ; « C’est un peu la guerre quand on s’énerve, mais après on fait la paix en se réconciliant ».

Les enfants sont repartis enchantés de cet après-midi. Il a été décidé, en lien avec le Père Canat, que l’ACE pourrait être proposée sur des temps de vacances scolaires. Le prochain rendez-vous a donc été pris et aura lieu pendant les vacances de Toussaint (soit au début soit à la fin).

La rencontre avec les parents a permis d’envisager la prochaine rencontre avec leur concours.

 

Pauline Petit et Yannick Dupin

 

Crédit photo : ACE/CMR 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...