Notre Blog Actualités



Posté le 22 septembre 2016 - Rubrique Evénements

Les religieuses présentes sur le diocèse se rencontrent deux fois par an : pour célébrer le 2 février, fête de la Présentation du Seigneur, jour qui a été dédié à la Vie Consacrée, et elles organisent une autre journée de rencontre et de détente dans l’année en variant les lieux et les communautés accueillantes.

Direction, le carmel de Dijon-Flavignerot

Cette année pressentant la canonisation de Sœur Elisabeth de la Trinité, elles avaient demandé aux carmélites de Dijon de les recevoir le 15 septembre. Ce qui fut acté.

Une cinquantaine de religieuses se sont rendues au Carmel de Dijon-Flavignerot en ce jeudi 15 septembre. Elles ont retrouvé leurs Sœurs Carmélites qui sont toutes venues les rejoindre à 10 h pour regarder ensemble le diaporama consacré à Elisabeth de la Trinité et partager les nombreuses nouvelles et informations concernant la canonisation le 16 octobre 2016 à Rome.

Plusieurs Sœurs se rendront à Rome pour cette fête et les autres pourront participer à l’une des manifestations locales.

Célébrer, partager, prier

La messe fut célébrée à 11 h par le Père Chadeuf, délégué épiscopal auprès des Communautés religieuses.

Un buffet convivial avait été ensuite préparé et fut bien apprécié.

Puis nous retrouvions Sœur Claire-Marie, Prieure du Carmel, pour nous commenter admirablement la prière d’Elisabeth : « Ô mon Dieu, Trinité que j’adore ».

Nous recevions une lettre d’Elisabeth, « L 333 A madame de Bobert », et après un temps de réflexion personnelle, cinq groupes se sont formés pour partager, une Carmélite était présente dans chaque groupe. Ce fut un temps d’échange riche et nourrissant avant de repartir chacune dans sa communauté. Les vêpres nous rassemblèrent une dernière fois pour celles qui pouvaient rester encore un peu ! Et de cette maussade journée pour le temps,  chacune est repartie le cœur rempli de chaleur par l’accueil de nos Sœurs Carmélites qui partagent leur joie et l’action de grâce pour la canonisation d’Elisabeth de la Trinité.

Sœur Marie-Pierre Maigrot,
Fraternité franciscaine de Jésus prêtre
Brochon

Photos : © Sœur Marie-Jeanne Augey, Communauté Action Partage

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 21 septembre 2016 - Rubrique Culture et patrimoine

Parmi les nombreux édifices religieux ouverts à l’occasion des journées du patrimoine, la collégiale Saint-Jean-Baptiste de Rouvres-en-Plaine méritait une visite le 18 septembre, à double titre : l’intérêt architectural du monument et la beauté de ses statues, mais aussi la solennité de la messe célébrée à l’occasion de la fête de la Croix glorieuse au cours de laquelle furent aussi  bénies les semences.

L’église de Rouvres-en-Plaine

L’église de style gothique cistercien, construite au XIIIème siècle, à l’initiative de la duchesse Alix de Vergy, a été classée dès 1862. Parmi les nombreuses statues remarquables qu’elle renferme, il faut noter le groupe de la chapelle nord de la fin du Moyen Age, attribué à Jean de la Huerta (1412-1462) représentant saint Jean l’évangéliste, la Vierge, et saint Jean Baptiste.

La Croix glorieuse

La liturgie dominicale était celle de la Croix glorieuse, fêtée habituellement le 14 septembre, en souvenir de la découverte de la Croix par sainte Hélène, en 326, et de la consécration de la basilique du Saint-Sépulcre le 14 septembre 335. L’église conserve, en effet, une croix reliquaire datant du début du XIIIème, rehaussée de vermeil et de pierres précieuses, renfermant un morceau de la Croix. Cette très belle pièce d’orfèvrerie provient du prieuré d’Epoisses, de l’ordre limousin de Grandmont qui a été supprimé en 1772. La croix a été transférée à l'église de Rouvres le 9 janvier 1771. La vénération de cette croix était considérée traditionnellement comme pouvant entraîner la pluie en période de sécheresse ; une telle prière a encore eu lieu le 4 juillet 1976.

Une belle célébration

La célébration, à laquelle participaient de très nombreux fidèles de tous âges dans une église très bien fleurie, fut particulièrement solennelle grâce aux chants de la chorale Saint Michel, dirigée par Mesdames LAMY et LADRET, et par Monsieur Jean-François NAPPEY et Boris DEGRAEVE, et grâce au talent de l’organiste M. Bernard de QUILLACQ. La messe fut célébrée par le Père Paul CHADEUF qui a tenu la croix précieuse au cours de la procession d’entrée, qui a béni devant elle les semences en présence des agriculteurs et qui a prononcé l’homélie.
Après la messe, Ruben, Lucas et Alexandre furent baptisés.

Si vous passez par le village de Rouvres-en-Plaine, n’hésitez à visiter sa belle église, vous ne le regretterez pas.

J.-F. Minonzio

 

Photos : © J-F Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 20 septembre 2016 - Rubrique Culture et patrimoine
Pour une dixième édition, la délégation à la culture du diocèse a proposé une balade le samedi 17 septembre, journée du patrimoine.
Ils étaient nombreux : 84 personnes se sont inscrites et devant le succès nous avons dû établir une liste d’attente. 
Malgré la pluie, tous ont été heureux de découvrir Vézelay et sa colline éternelle, Montréal : sa collégiale et le village médiéval, ainsi que la collégiale de Semur. 
 
Les guides passionnés qui nous ont fait connaitre ces perles du patrimoine : ils nous ont ouverts des portes d’histoire, de spiritualité.
 
Ainsi, à Vézelay, nos guides nous ont fait toucher du doigt les effets d’un long temps de construction de la basilique Sainte-Marie-Madeline qui a eu pour conséquence d’avoir une nef romane et un chœur du début du gothique. Ils nous ont aussi fait découvrir les deux tympans comme étant des catéchismes : le tympan sur le parvis est une représentation du jugement dernier ; et le tympan du narthex montre le Christ au cœur d’une mandorle, présent dans le monde, irradiant le cœur des apôtres.
 
Des vitraux de la collégiale de Semur, nous ont introduits dans l’histoire de la ville, où les fabriques de tissus ont été une des richesses de son histoire.
 
Lors de cette journée, en visitant la crypte, nous avons pu découvrir, redécouvrir, l’histoire de Sainte Marie Madeleine, sa proximité avec le Christ et son engagement au cœur de l’équipe des apôtres, elle qui fût l’une des premières à recevoir l’annonce de la résurrection du Christ.
 
La convivialité et l’entraide au sein du groupe, ont largement répandu la joie dans les cœurs.
 

Jean-Michel Pelotte

Délégué épiscopal
Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs
 
Photos : © JM Pelotte
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 19 septembre 2016 - Rubrique Jeunes

Dimanche prochain, le 25 septembre, deux mois après avoir vécu les Journées Mondiales de la Jeunesse en Pologne, tous les jeunes partis avec le diocèse de Dijon sont invités à se retrouver pour prier et rendre grâce, témoigner et partager.

Dimanche 25 sepembre à 18h30, ils pourront participer à la messe des jeunes en l’église Notre-Dame de Dijon, suivi par un temps de rencontre.

*      *
*

Les jeunes témoignent : Et vous comment avez-vous vécu les JMJ ?

 

BLANDINE : « Je savais que j’irais !

Dès que j’ai su que les JMJ allaient être à Cracovie, la question ne s’est même pas posée pour moi, je savais que j’irais.

J’avais déjà entendu parler de cet événement auparavant et je savais qu’en y allant j’allais vivre un moment inoubliable, ce qui fut le cas. Les JMJ m’ont beaucoup impacté, que ce soit sur le plan spirituel mais aussi social et culturel. En effet nous avons vécu de nombreux temps forts, des grands rassemblements pour de grandes messes, des temps de prières, de chants, de méditations très intenses qui permettent à chaque jeune de se recueillir tout en sentant autour toute la force et la puissance d’une Eglise jeune et vivante grâce à la présence de tous ces jeunes du monde entier.

Les fruits des JMJ

J’ai pu personnellement réfléchir sur la question des vocations (une question qu’il faut prendre soin de poser) tout en étant soutenue par des prêtres. 

Les JMJ c’est aussi de nombreuses rencontres, que ce soit avec les jeunes du diocèse mais aussi avec des jeunes d’autres pays : j’ai pu faire la connaissance de jeunes libanaises par exemple alors que je cheminais. Il y a un fort esprit de fraternité qui nous amène à tisser des liens forts, et cela nous réhabitue à briser toutes les frontières qui peuvent exister entre les personnes.

Apprendre à se recentrer sur l’essentiel

Enfin, l’immersion totale dans le patrimoine polonais permet aussi d’apprendre à s’adapter, à mettre de côté ses habitudes et à se recentrer sur l’essentiel. On apprend, lorsqu’on séjourne dans un pays étranger, à observer leur manière de vivre, à les respecter et cela permet de vivre mieux.

Ce pèlerinage permet de se recentrer sur sa vie mais aussi de reprendre un grand souffle pour continuer de cheminer dans notre vie spirituelle car voir autant de jeunes rassemblés pour une même cause, l’Eglise catholique réunie par le Pape, procure chez tous certaines émotions!

Allez au Panama !

Je tiens vraiment à dire que si des jeunes ont l’occasion de partir au prochaines JMJ au Panama ou bien hésitent encore, qu’ils saisissent cette chance car c’est un moment fort qu’il faut au moins vivre une fois dans sa vie, et qu’il ne peut procurer que du bon en chacun de nous ! »
 

*      *
*

MARYLOU : « Un départ difficile

Je me suis décidée très tard à partir aux JMJ car j’avais peur des attentats… Le jour J approchait et j’ai finalement fait le grand saut. J’ai donc quitté la France soucieuse, douteuse mais une fois arrivée sur le sol polonais tout s’est envolé.

Nous avons été pris dans un mouvement de joie, de partage, de solidarité et d’amitié incroyable.

L’apport des autres

Nous n’étions pas chacun de notre côté, à vivre les JMJ séparément, non ! Nous étions une véritable famille et nous vivions cette magnifique expérience tous ensemble. Nous avions tous des différences, nous n’avions pas les mêmes goûts, la même façon de prier, les mêmes questions, les mêmes attentes et ce sont toutes ces différences qui nous ont permis de vivre pleinement ces JMJ. 
Nous étions tous attentif au désir des uns et des autres et nous avons trouvé ce que nous étions venu chercher : LA JOIE !
La jolie d’être catholique, le bonheur d’être tous ensemble réuni autour du Pape pour le Seigneur notre Dieu, l’euphorie de rencontrer plein de personnes de tous les pays, la fierté de représenter la France, d’être catholique.

Nous avons eu la chance de visiter des lieux saints et nous avons beaucoup marché malgré la météo parfois capricieuse (canicule, pluie, froid,…) ce qui a eu pour effet de renforcer encore plus notre groupe.

Les fruits des JMJ

Les JMJ ont été une source de bonheur et de fierté. Nous avons la chance d’être catholique alors témoignons notre foi au monde entier. A présent je n’ai plus peur car je sais que Dieu est avec nous et qu’il nous protège ». 

 

 

Photos : © Droits réservés

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...