Notre Blog Actualités



Posté le 11 aot 2016 - Rubrique Vie du diocèse

 

Parmi les prêtres qui viennent servir au cours de l’été, le diocèse a accueilli cette année le P. Vital MUDIMBE, prêtre du diocèse de Kabinda (RCD) comme un autre prêtre que nous connaissons bien, le P. Marcel Luedi NGOYI (curé de Marsannay et délégué à la pastorale des migrants).

Le P. Vital Mudimbe est né en 1982 et a été ordonné en 2012. Après avoir été chargé de l’année de propédeutique des futurs séminaristes, il est depuis octobre 2015 en études en sciences du mariage et de la famille à l’Institut Jean-Paul II de Cotonou (Bénin).

Le 28 juin dernier, il est arrivé dans notre diocèse pour se mettre durant un mois au service de la paroisse d’Arc-sur-Tille et de la Visitation. Accueilli chaleureusement par le P. André Jobard, il a eu beaucoup de plaisir à découvrir la pastorale de notre pays mais aussi l’accueil qui est vécu dans le cadre des repas organisés à la Visitation comme dans d’autres paroisses à l’intention des demandeurs d’asile.

S’il a noté que, contrairement à ce qu’il connait dans son pays, les chrétiens de Côte-d’or ne viennent pas aussi spontanément et quotidiennement au presbytère pour rencontrer le prêtre, il a apprécié de pouvoir aller au-devant d’eux pour les rencontrer. Durant ces semaines où il a été seul pour servir les deux paroisses d’Arc et de la Visitation, il a connu et aimé tout autant les petites assemblées de Remilly ou Couternon que l’assemblée plus nombreuse et plus jeune de l’église de la Visitation, sans oublier les célébrations dans les maisons de retraite.

Un grand merci au Père Vital Mudimbe pour sa participation souriante à la pastorale de notre diocèse.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 10 aot 2016 - Rubrique Carnet

Ce mardi 9 août, l’église de Meursault s’est remplie des visages tristes des paroissiens venus accompagner par la prière celui qui fut curé de leur paroisse durant 13 années. L’archevêque qui présidait cette célébration, entouré d’une cinquantaine de prêtres et diacres, a tenu à redire à la famille du P. Jacques Thomas et à tous ses paroissiens, à la fois l’émotion et l’incompréhension devant ce décès brutal et douloureux pour tous.

Le P. Jacques Thomas aurait eu 73 ans le 19 août prochain. Né à Seurre, ordonné prêtre pour le diocèse de Dijon en 1972, il a d’abord été en stage à Beaune avant de servir à Précy-sous-Thil où il est resté jusqu’en 1977.

Après une année de formation à Lyon, il devient l’aumônier du collège et lycée Montchapet de Dijon de 1978 à 1986, tout en partageant la charge pastorale de la paroisse Saint-Bernard de Dijon à partir de 1982. Nommé directeur adjoint puis directeur de la revue « Eglise en Côte d’Or » à partir de 1986, il a participé à la création de la radio diocésaine.

En 1990, il devient curé de la paroisse d’Auxonne puis en 1997, il est nommé curé de la cathédrale et chanoine titulaire.

Entre 1995 et 2008, il a aussi exercé la fonction de directeur adjoint des pèlerinages chargé de la pastorale. Et on sait combien ce ministère était important pour lui, tant il appréciait le sanctuaire de Lourdes et aimait conduire les pèlerins à la découverte du message de la Vierge.

C’est en 2003 qu’il est nommé curé de la paroisse de Meursault et, en reconnaissance pour les missions qu’il a exercées avec disponibilité, le Saint Père l’a nommé également Chapelain de sa Sainteté.

Alors que sa santé lui donnait beaucoup de soucis, il avait demandé il y a quelques mois à être déchargé de la paroisse de Meursault. C’est alors qu’il avait commencé son déménagement qu’il est décédé ce 4 août.

Au cours de ses funérailles, au nom de tous des paroissiens, M. Vignat a tenu à rappeler tout ce que le P. Jacques Thomas avait apporté à la paroisse et toute l’affection que chacun lui portait.

C’est le P. Didier Gonneaud qui a prononcé l’homélie dont le texte est disponible ci-dessous (en PDF).

Mgr Jacques Thomas a été inhumé à l’issue de la célébration dans le caveau familial du cimetière de Seurre (21).

 

Photos    © P. Raoul Mutin   © Jean Riegel

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 09 aot 2016 - Rubrique Pèlerinage

Nous préparons notre départ pour Lourdes. Les anciens hospitaliers pourraient vous conter comment se faisait cette préparation il y a seulement une trentaine d’années ! Ils emmenaient, par le train, toute l’intendance, les « cantines », etc. Chaque pèlerinage se chargeait de faire les repas sur place pour les pèlerins malades et les hospitaliers.

Actuellement, c’est beaucoup moins imposant. Tout de même, c’est un vrai déménagement.

Début juillet, notre équipe « matériel et bagages » transfère, dans une salle mise à disposition par la Maison Diocésaine, le contenu d’un box où est rangé ce que nous avons rapporté l’année précédente, et là, chaque service vient faire l’inventaire de ses besoins et prépare :

  • la pharmacie nécessaire à Lourdes
  • tout ce qui est indispensable aux infirmières dans le train et à Lourdes
  • l’approvisionnement des tisaneries où les hospitaliers peuvent trouver réconfort et convivialité. Nos tisanières y font une citronnade très réputée.

En voyant ce "Capharnaüm", certains diront que c’est une histoire de fou, et d’autres, les intéressés, vous répondront que c’est un grand bonheur de se retrouver pour préparer ces 6 jours que nous passerons auprès de Marie.

Nous remercions Sainte Bernadette pour avoir si bien transmis le message que nous ne nous lassons pas d’entendre. C’est pour nous, pèlerins, malades et hospitaliers, un moment d’apaisement et même de plénitude.

Sur le quai de la gare, ce 17 août, ce sont 220 hospitaliers qui accompagneront 90 personnes fatiguées, malades ou handicapées dans un même esprit d’amour et de miséricorde. Les pèlerins valides et les jeunes sous la responsabilité du père Antoine Amigo complèteront notre T.G.V.

Vous, qui n’êtes pas de ce voyage, venez à notre rencontre par la prière, nous ne manquerons pas de confier tout notre diocèse à Marie.

 

Claude Lenoir
Présidente de l’Hospitalité de Lourdes

Photos : © Claude Lenoir

Bookmark and Share
Commentaires (1)
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...
JimmiXS
Le 09 aot 2016 à 17H32
tffSVJ http://www.FyLitCl7Pf7kjQdDUOLQOuaxTXbj5iNG.com


Posté le 08 aot 2016 - Rubrique Evénements

Comme chaque année, la commémoration du départ vers le ciel du prophète Élie a eu lieu sous la canicule, sans doute attisée par les évocations de son char de feu si souvent reprises au long des offices du jour et de la nuit ! Mais la chaleur était aussi celle de l'accueil reçu au Carmel de Saint-Rémy, des retrouvailles fraternelles, des exposés et des discussions : ces deux journées (les 19 et 20 juillet derniers) furent riches en prières et amitié.

La fraternité Saint-Élie fête ses 25 ans

La rencontre débute par la réunion de la fraternité Saint-Élie, qui fête ses 25 ans. Une quarantaine de participants, venus de loin souvent : Belgique, Suisse, Autriche ou Roumanie. La réunion commence par une réflexion née de l'actualité sur les difficultés du dialogue. L'occasion d'un partage fort d'expériences et d'espérance.

De l’importance de l’œcuménisme

Nous écoutons, entre-autres, le témoignage d'Alain Westphal, laïc nommé délégué diocésain à l'œcuménisme dans le diocèse de Nancy, qui nous invite à découvrir la formation qu'il a reçue à l'Institut Catholique de Paris, dans le cadre de l'ISEO (Institut Supérieur d'Études Œcuméniques) pour l’obtention du Certificat d'Études Œcuméniques.

Il nous invite à parcourir, à sa suite, différentes facettes de sa réflexion et de ses recherches : origine du baptême dans l'Écriture et dans l'Église primitive, richesse et diversité des rites pratiqués, signification double de ce sacrement qui marque à la fois le salut apporté par le Christ et l'entrée dans la communauté chrétienne... Si  presque toutes les Églises reconnaissent le baptême comme le premier sacrement qui plonge le Chrétien dans la mort et la résurrection du Seigneur, il reste entre elles bien des divergences et bien des questions : à quel âge peut-on donner le baptême ? Peut-on le refuser à quelqu'un ? Comment être attentif à la demande de baptême d'un tout jeune enfant, ou d'une personne handicapée ? Qu'est-ce qui donne l'accès au salut ?

Au terme de sa relecture, A.Westphal constate que le BEM ("Baptême, Eucharistie, Ministère", document de 1982) est davantage un texte de convergence entre les Églises plutôt qu'un texte de consensus entre elles.

La célébration liturgique de ces deux journées

La célébration liturgique de la Saint-Élie commence par les offices du soir et de la nuit à l'église paroissiale. La matinée est  consacrée à l'office de Tierce, puis au grand hymne acathiste avec ses joyeux compliments à la Vierge vénérée entre toutes. Ensuite se déroule la sainte liturgie de Saint-Jean Chrysostome, concélébrée par de nombreux prêtres, parmi lesquels la présence des anciens, le père Nurdin et le père Hermann, est particulièrement émouvante.

Après le repas festif préparé par les Carmélites, une dernière réunion : le père É. Marzin  présente son œuvre, un roman de science-fiction   L'esclave des sources, qui vient de paraître aux éditions du Cerf. Le combat spirituel, grâce à l'imaginaire romanesque, devient un thème de réflexion à la portée de tous !

M.C. Roussel fait ensuite revivre avec brio la personnalité de Sainte Hildegarde de Bingen. La conférence se termine par la dégustation des « biscuits de la joie »  préparés  selon  la recette d'Hildegarde. Conclusion aussi originale que la personnalité rayonnante de cette femme, devenue Docteur de l'Église, qui sut allier l'émerveillement devant la nature et l'élan mystique.

Il est temps d'aller rendre grâces à l'office de vêpres avant de nous séparer : à l'année prochaine !

 

Maguy Minonzio

 

Photos : © Maguy Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...