Notre Blog Actualités



Posté le 14 dcembre 2016 - Rubrique Evénements

C’est sous ce nom que la Maitrise de la cathédrale a présenté son concert de Noël les samedi 10 et dimanche 11 décembre. Quelle belle tradition que ce temps où élèves de l’école primaire, élèves du collège et « anciens maitrisiens » assidus aux répétitions se rassemblent pour offrir un temps de communion vocale.

Le programme proposé chaque année fait à la fois une place aux « grands classiques » de Noël, ces chants qu’il est si difficile de ne pas fredonner en même temps que le chœur tant ils tiennent une place particulière dans notre mémoire, et à quelques œuvres plus rarement chantées, parfois beaucoup moins connues, que le chef de chœur, Etienne Meyer, veut faire découvrir au public dijonnais.

Et pour chacune de ces pièces qui se succèdent, le plaisir est le même : découverte d’une savante programmation, travail et union des voix, plongée dans la belle inspiration musicale de Noël qui a traversé les siècles et recherche d’une mise en œuvre, voire d’une mise en scène quasi liturgique comme ce petit chœur rassemblé au baptistère d’où les voix inondent toute la cathédrale.

Il suffisait de voir les sourires de satisfaction sur les visages des choristes tout autant que sur les visages de tous ceux qui avaient la chance de pouvoir écouter ce moment de grâce musicale, pour comprendre que le chant choral peut aussi nous faire entrer dans le Mystère de l’Incarnation célébré à Noël : « le Fils de Dieu se fait homme pour nous faire Dieu » (Saint Athanase).

Le concert de Noël de la Maitrise de la cathédrale est vraiment le moment de l’année où les mélomanes de la région et les amateurs du chant choral se redisent unanimement : quelle chance nous avons d’avoir un tel chœur d’enfants à Dijon !

 


 

Nous pourrons écouter et prier avec la Maitrise de la Cathédrale pour la Solennité de Noël :

Dimanche 25 décembre :

-        messe pontificale à 10 h à la cathédrale Saint-Bénigne (Dijon)

-        Vêpres pontificales à 17h à la cathédrale Saint-Bénigne (Dijon)


 

photos : © Diocèse de Dijon

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 13 dcembre 2016 - Rubrique Evénements

Comme chaque année, c’est en l’église Notre-Dame de Dijon que beaucoup de chrétiens de Dijon et de tout le diocèse ont tenu à célébrer la solennité de l’Immaculée Conception. La messe présidée par l’archevêque a rassemblé une grande foule qui a été particulièrement surprise par la lumière de l’église si chère aux dijonnais. L’éclairage électrique avait en effet fait place à des milliers de bougies déposées dans tout l’édifice et qui venaient apporter une douce lumière à toutes les pierres séculaires et mettait ainsi en évidence celle qui était particulièrement mise à l‘honneur pour cette célébration : Notre-Dame de Bon-Espoir qui a marqué de sa protection l’histoire de la capitale de la Bourgogne.

Avec l’archevêque, de nombreux prêtres et diacres ont pris place dans la procession qui suivait la statue de la mère du Sauveur, et installés dans le chœur, ils ont pu rehausser de leur présence et leur prière une célébration particulièrement chantante et animée de la prière d’une assemblée recueillie.

Au cours de son homélie, Mgr Minnerath a voulu commenter la lettre aux Ephésiens en soulignant que ce qui pouvait être attribué à la Vierge Marie « choisie avant la fondation du monde » était aussi la présentation de notre vocation. Cette longue méditation de l’histoire du dogme concernant la Vierge Marie a ainsi pu souligner la vérité et la grandeur du culte marial.

A l’issue de la célébration de la messe, chacun a pu suivre la statue de la Vierge jusque sous le porche de l’église où nombreux ont été ceux qui, malgré le froid, ont souhaité témoigner que la pénombre de l’édifice illuminé de toutes ces petites flammes avait facilité le recueillement et leur prière.

Une fois encore, on a pu constater l’attachement des dijonnais à Notre-Dame de Bon-Espoir et combien la dévotion à la Vierge Marie rassemble les chrétiens aujourd’hui autant qu’autrefois.

 

Photos © Marie-Aleth Trapet

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 12 dcembre 2016 - Rubrique Chrétiens dans la société

Dans le cadre de la semaine nationale de la solidarité internationale (SSI), onze associations beaunoises dont quatre associations catholiques, se sont rassemblées pour une semaine de sensibilisation du public à la solidarité au niveau du monde.

L'ACAT, le CCFD Terre Solidaire avec sa filiale financière la SIDI et le Secours Catholique ont présenté leurs actions et leurs projets à la Chapelle de l'Oratoire.

Travaillant sur des thématiques spécialisées, l'ACAT, contre la torture et tous les crimes contre l'humanité, le CCFD Terre Solidaire pour des actions de plaidoyer, d'éducation à la citoyenneté et d'appui à ses partenaires dans de nombreux pays,  le Secours Catholique par son soutien aux plus fragiles ici et dans le monde, la SIDI (Solidarité Internationale pour le Développement et l’Investissement) par l'accompagnement de projets avec la finance solidaire, ont tous pour objectif de dire que chacun peut agir pour un monde meilleur.

Lors de la semaine de solidarité internationale (du 21 au 28 novembre)

Parmi les évènements organisés, soulignons notamment :

- une sensibilisation du jeune public avec le film "Sur les chemins de l'école" suivi d'un débat avec des enseignants maliens.

- la lecture de contes sur le thème de la solidarité.

- un film "La mécanique des flux" sur la difficile situation des réfugiés qui a permis un débat animé par Amnesty International et la Cimade, organisations particulièrement engagées sur ce sujet.

Ce  documentaire a permis à une association beaunoise, « Engagement Citoyen pour Beaune » (E.C.B.), de présenter son projet "Odyssée" pour un accueil de familles de réfugiés, projet soutenu par les équipes locales du CCFD Terre Solidaire et du Secours Catholique.

 

Monique Petit

 

 

Pour tous renseignements :

ACAT   Claire Puppetto 03 45 63 57 95

CCFD Terre Solidaire   Monique Petit 06 21 43 28 27

ECB   engagementcitoyenpourbeaune@gmail.com

Secours Catholique   03 80 24 74 36

SIDI Claude Petit   06 58 18 58 63

 

 

 

Photos © Monique Petit

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 09 dcembre 2016 - Rubrique Evénements

A l’invitation des  « Amis de la Vie » et des groupes « communauté de Vie chrétienne » (CVX), le Père Michel Quesnel a donné le 5 décembre une conférence à Dijon sur son expérience du sacrement de Pénitence et de réconciliation.

Le Père Michel Quesnel est actuellement l’un des chapelains de l’église Saint-Bonaventure, un sanctuaire urbain en plein centre de Lyon, où son ministère le conduit à confesser en moyenne quatre heures par semaine.  Mais auparavant le Père Quesnel a enseigné l’exégèse biblique à l’Institut catholique de Paris dont il a été aussi le vice-recteur. Il est devenu ensuite recteur de la faculté catholique de Lyon.

Auteurs de nombreux ouvrages sur la Bible, il a également publié dernièrement un ouvrage sur son expérience actuelle de confesseur à l’église Saint-Bonaventure de Lyon : La Grâce du pardon donné. Propos d’un confesseur aux éditions Salvator.

Devant un auditoire attentif, le Père Quesnel a d’abord témoigné de son expérience de confesseur aujourd’hui et de son souhait d’être dans ce ministère particulièrement attentif aux personnes qui viennent vers lui pour cette démarche sacramentel : être témoin de la miséricorde divine, inviter à vivre cette démarche en présence du Christ et de l’Eglise, donner toute sa place à la Parole de Dieu, vivre le dialogue sous le signe de la douceur et de la vérité.

Cela a conduit le conférencier à proposer quelques convictions fortes : il faut savoir pardonner pour vivre du pardon ; pardonner est un geste fondamental de la vie chrétienne, le pardon de Dieu nous oblige à ne pas rester dans la rancune.

Après cette intervention, de nombreuses questions ont appelé des éclaircissements sur la nécessité pour un baptisé de vivre le sacrement de pénitence et de réconciliation, les différentes manières de le célébrer, sans oublier tous les cas particuliers évoqués dans le droit de l’Eglise.

Cette conférence a pu montrer qu’au-delà du jubilé de la miséricorde qui vient de se conclure, le temps de la miséricorde continue et la réflexion sur le sacrement de pénitence peut être prolongée pour être toujours mieux compris et vécu.

 

Michel QUESNEL, La grâce du pardon donné : propos d'un confesseur, éditions Salvator, Paris, 2016.

 

Photos © DR

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...