Notre Blog Actualités



Posté le 16 octobre 2011 - Rubrique Evénements

 

Petit rappel des faits : le Saint Siège, par rescrit en date du 15 juillet 2011, a érigé la communauté de Dijon en Congrégation de l’Oratoire de Dijon.
Quelques semaines plus tard, le 8 septembre, les pères de Dijon ont élu le Père Raphaël Clément comme leur 1er Prévôt.

C'est ainsi qu'une messe avait été organisée
 par la Congrégation, ce dimanche 16 octobre en l'église Sainte Jeanne d'Arc, afin de célébrer sa fondation canonique.

La messe a été présidée par le Très Révérend Père Edoardo A. Cerrato, Procureur Général de la Confédération de l'Oratoire Saint Philippe Néri.

Il a insisté durant son homélie sur les valeurs de fidélité et de générosité que les membres de l'Oratoire se doivent d'embrasser, ainsi que sur la nécessité de vivre la communion dans la vie quotidienne.

Citant le Pape Benoît XVI pour conclure, le TRP Cerrato a rappelé l'importance de la vie commune dans l'expérience sacerdotale, qui en est "l'expression du don du Christ, une aide que le Christ nous donne dans notre existence. Vivre avec les autres, c'est accepter sa propre conversion".


Note : suivant le charisme de saint Philippe Néri (1515-1595), fondateur de leur congrégation, les Oratoriens reçoivent la vie communautaire et la charité fraternelle comme école de sanctification, en vue d'un apostolat commun qui participe à l’évangélisation de la ville où ils sont implantés (source et pour en savoir plus : http://oratoirededijon.hautetfort.com/).


 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 13 octobre 2011 - Rubrique Jeunes

 C'est dans une église Sainte Jeanne d'Arc comble que Monseigneur Minnerath a célébré la messe de rentrée des étudiants, ce jeudi 13 octobre.

Au cours d'une célébration animée par le Centre Catholique Universitaire de Dijon, notre Archevêque a invité les jeunes à vivre l'Evangile au quotidien, et à s'appuyer sur le don de l'Esprit Saint pour ne pas succomber aux idoles de nos sociétés contemporaines (l'argent, le pouvoir...).

Monseigneur Minnerath a également encouragé nos jeunes à se laisser envahir par la joie de la Parole du Christ, afin de faire découvrir à d'autres la joie de suivre le Seigneur.

A la fin de la cérémonie, l'Archevêque a remis un cierge à chaque membre de la nouvelle équipe d'animation de l'aumônerie. Nous leur souhaitons bon courage pour cette nouvelle année qui commence !

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 12 octobre 2011 - Rubrique Ordination

Dimanche 9 octobre, l’Eglise Notre Dame d’Auxonne avait mis ses habits de fête : remplie de visages souriants de tous âges, elle a vibré aux chants et à la musique d’instruments les plus variés. La célébration d’ordination diaconale de Franck Molard restera assurément dans les annales de la paroisse d’Auxonne.

C’est en effet dans cette paroisse que Franck Molard s’est préparé ces derniers mois à devenir diacre en vue de l’ordination presbytérale.

Pour cette occasion, Franck a rassemblé autour de lui tous ceux qui l’ont accompagné dans les différentes paroisses où il a vécu (Brazey, Fénay,…) et où il a commencé à se préparer à devenir prêtre (Chatillon sur Seine et Saulieu) ainsi que ses amis du séminaire interdiocésain d’Orléans.

C’est le supérieur du séminaire d’Orléans, le Père Luc Crépy, qui a présenté Franck à l’archevêque de Dijon et à toute l’assemblée en rappelant son parcours avant d’entrer au séminaire et depuis qu’il a entrepris cette formation en vue de devenir prêtre du diocèse de Dijon. Il a rappelé que « de nombreux témoignages nous ont été donnés quant à ses capacités à travailler avec les jeunes et à leur permettre d’avancer dans leurs questions et dans leur foi. » et il a ajouté :  « Franck est un homme ouvert aux autres, et il porte en particulier le souci des plus petits, des malades et des personnes en difficulté. Il est confronté au monde du handicap ; depuis dix ans il s’investit dans l’hospitalité diocésaine de Lourdes. Autant de lieux importants pour un futur diacre. »

Après la longue litanie des saints, Franck a été ordonné diacre par l’imposition des mains de l’archevêque puis a revêtu l’étole et a reçu le livre de la Parole de Dieu qu’il est chargé d’annoncer.

Franck va pouvoir maintenant exercer son ministère diaconal dans la paroisse d’Auxonne avant d’être normalement ordonné prêtre dans quelques mois.

Pour tout ce ministère, il sait qu’il peut compter sur la prière de tout le diocèse.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 10 octobre 2011 - Rubrique Culture et patrimoine

Un retour aux sources qui sonne comme un appel pour notre temps

À l’invitation des associations des amis d’Éphèse de Lyon et Dijon, les pélerins venus des diocèses de Lyon, Valence, Grenoble-Vienne, Besançon, Autun, Langres et Dijon en ce 8 octobre, et qui se sont retrouvés dans l’église Saint-Irénée de Lyon autour de leurs archevêques, évêques et d’abord du cardinal Philippe Barbarin, primat des Gaules, sont rentrés différents.

Dans la crypte des martyrs

Ils étaient venus retrouver “la source” de l’évangélisation de leurs terroirs, et ils l’ont retrouvée : la foi est arrivée grâce aux disciples de saint Polycarpe, évêque de Smyrne/Ephèse et disciple de saint Jean, donc d’Asie mineure. Mgr Minnerath, à l’origine de cette initiative, leur a longuement expliqué comment ces futurs martyrs avaient pu arriver jusqu’à nous, les Irénée, Andoche, Symphorien, Bénigne, Mammes et tant d’autres.

Ils étaient donc venus retrouver la source, retrouver l’ardeur chrétienne de l’évangélisation au II° et III° siècles, et ils ont fini par retrouver leur époque, ce XXI° siècle. Deux leçons sont en effet à retenir de ces courageux saints évangélisateurs, selon Mgr Minnerath, qui a prononcé l’homélie de la messe finale qui s’est déroulée sous la présidence du cardinal Barbarin dans l’église Saint-Irénée en pleins travaux de restauration, au-dessus de cette crypte où sont entassés les restes de bien des martyrs de 177…

Deux leçons à retenir

Première leçon, celle qui vient du témoignage donné par le sang versé des Blandine, Irénée ou Bénigne : “Quelle foi ! Quelle fidélité !” Pour l’archevêque de Dijon, c’est clair : “Si le christianisme s’était peu ou prou accomodé aux moeurs de leur temps, il n’existerait plus aujourd’hui. Et si ces martyrs n’avaient pas résisté, nous ne serions pas libres aujourd’hui”.

Seconde leçon, celle donnée surtout par le premier grand théologien, l’évêque smyrniote et successeur de Pothin, Irénée de Lyon : “Il a apporté une autre vision du monde, des rapports avec la cité, avec la culture ambiante, il a fait comprendre que ce monde biologique et social avait été voulu par Dieu, aimé par Dieu. Irénée, en fait, nous a donné une vision cohérente de l’histoire de Dieu parmi les hommes, une vision cohérente de l’histoire du Salut”.

Ne pas s’adapter en se reniant

On devine que ce retour aux sources a été ainsi l’occasion d’un “envoi” pour notre temps. Évangéliser aujourd’hui, c’est avoir compris que “l’Église ne doit pas s’adapter à ce monde et à sa force, qu’elle ne doit pas s’adapter en se reniant” et que “la tradition qui nous vient des apôtres nous enseigne ce qui ne vient pas de nous mais qui vient de Lui”.

Michel HUVET

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...