Notre Blog Actualités



Posté le 25 novembre 2011 - Rubrique Jeunes

Fondé par le Père Daniel-Ange en 1984, Jeunesse Lumière propose à des jeunes de 18 à 30 ans venant de toutes nationalités de prendre une année sabbatique pour prier [Contemplation], apprendre à vivre ensemble avec le Christ [Communion], se former dans beaucoup de domaines[Formation] et partir évangéliser spécialement les autres jeunes du monde entier [Mission].


Huit d'entre eux étaient à Gevrey-Chambertin cette semaine, encadrés par le Père Louis de Raynal. Ils viennent de Vilnius, de Bruxelles, de Paris, de l'Ardèche, du Vaucluse, de la Drôme, des Alpes-de-Haute-Provence, de Lourdes... Rencontre avec Anne-Gaëlle, Filomena, Cindy, Gaëtane, Marc, Louis, Marie-Ange et Marie-Laure.



Comment vous-êtes vous sentis concernés par Jeunesse Lumière ?


Anne-Gaëlle : « Je pense que l'on a tous eu une manière différente de connaître Jeunesse Lumière. Pour ma part, j'ai rencontré des anciens Jeunesse Lumière aux JMJ cet été, et ce qui m'a frappé, c'était ce qu'ils dégageaient : leur vie, leur joie... Et en plus de vouloir approfondir ma Foi, je voulais connaître mieux Dieu et la Bible afin de pouvoir répondre aux questions que l'on me posait dans la vie de tous les jours et auxquelles je ne pouvais pas forcément répondre ».

Louis : « Pour ma part, je me suis converti ou reconverti il y a deux ans. Et à partir de ce moment là, cette rencontre avec Dieu était si évidente dans ma vie que je ne voulais plus passer à côté, je souhaitais creuser cela. C'est tout d'abord passé dans ma vie d'étudiant à travers la messe ou l'aumônerie, mais au fond de moi, je souhaitais quelque chose d'encore plus concret.
 Quelques mois plus tard, j'ai entendu parler du prêtre fondateur, Daniel-Ange. Puis, de l'école, une première fois. Ensuite, j'ai entendu parler de Jeunesse Lumière par des gens très différents, en France, à l'étranger... C'était une sensation très bizarre. Même dans ma campagne perdue ! Mes proches ont également commencé à en parler, alors qu'ils ne sont pas forcément croyants. Cela m'a interpellé et je suis venu voir ce que c'était. Et en allant dans cette école pour discerner, j'ai vu la joie qui les habitait, la lumière qu'ils dégageaient. C'était donc finalement un peu comme un appel, avec toutes les fois où j'en avais entendu parlé ! Je me suis dit que j'avais peut-être envie de vivre la même chose pour avoir cette même lumière, cette même joie, m'enrichir dans ma Foi.
Cette expérience humaine et fraternelle avec des gens qui viennent du monde entier est unique ».


Quelles sont vos principales activités cette semaine ?


Anne-Gaëlle : « On anime un petit temps de prière tous les soirs à 18h dans les églises de tous les villages de la paroisse. Auparavant, on fait du porte-à-porte, et on propose aux gens de venir. On les informe simplement que nous sommes là et que s'ils veulent venir ils sont les bienvenus. »

Marie-Laure : « Hier, par exemple, nous sommes allés visiter trois groupes de catéchèse, et un groupe d'adultes handicapés. Nous avons pu avoir un temps de prière et de lecture de la Parole avec eux ».


Qu'est-ce qui vous aura marqué le plus dans cette session ?


Marie-Laure : « Au foyer, avec les adultes handicapés. On était comme des enfants à qui on apprenait des choses. J'avais l'impression que c'était moi qui me faisait Evangéliser. L'animatrice était un exemple de Foi, malgré toute la complexité de sa tâche, et elle avait un amour pour les personnes handicapés incroyable. Même entre eux, c'était magnifique ».

Cindy : « Moi c'était en parlant avec les jeunes des lycées. On a bien pu témoigner, avoir de réels temps de partage avec eux ».

Louis : « Les conversations très profondes avec les gens que nous avons rencontré. Il y avait parfois du rejet au premier abord, et puis ensuite l'échange s'installait ».

Père de Raynal : « Je retiens deux points important de cette semaine avec eux. Le premier, c'est que beaucoup de mes paroissiens sont venus me voir pour me dire qu'ils étaient touchés par leurs témoignages. Le second, c'est la joie qui se lisait sur leur visage lorsqu'ils revenaient de mission. Ils étaient fatigués mais joyeux ! ».



                                 
                                                                         Propos recueillis par Jean Riegel
 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 24 novembre 2011 - Rubrique Vie du diocèse

Dans chaque diocèse, le conseil presbytéral est l'un des conseils de l'évêque prévus par le code de droit canonique : "Dans chaque diocèse sera constitué le conseil presbytéral, c'est-à-dire la réunion des prêtres représentant le presbyterium qui soit comme le sénat de l'Evêque, et à qui il revient de l'aider selon le droit dans le gouvernement du diocèse, dans le but de promouvoir le plus efficacement possible le bien pastoral de la portion du peuple de Dieu confiée à l'Evêque." (droit canon 495.1) 


Le vendredi 18 novembre s'est tenue à la maison diocésaine l'une des trois sessions annuelles du conseil presbytéral de Dijon. Après avoir participé à la messe d'obsèques de Mgr Gaidon, ceux qui ont été élus comme représentants des prêtres du diocèse se sont retrouvés autour de l'archevêque pour aborder un certain nombre de questions liées au ministère et à la vie des prêtres du diocèse.

"Comment faisons-nous vivre nos églises ?"

C'est l'une des questions qui a donné lieu à un échange. Les églises, surtout dans les paroisses rurales, peuvent parfois n'être que des lieux de célébration de funérailles ou de quelques mariages ou baptêmes. Il convient que les églises, même sans messe régulière, demeurent des lieux vivants où les chrétiens se réunissent pour un temps de prière ou de réflexion, organisent des temps d'ouverture et de visite, proposent certaines animations qui permettront à ces bâtiments de demeurer des lieux habités et signifiants. Certains prêtres ont pu présenter les difficultés qu'ils peuvent parfois rencontrer avec des organisateurs d'événements culturels, d'autres ont exposé quelques initiatives prises dans des paroisses de Côte d'Or à l'occasion des différents temps liturgiques. 


Un long temps d'information a permis également aux prêtres de mieux connaître les projets diocésains auxquels ils sont appelés à collaborer : le rassemblement Diaconia dans le diocèse, l'année St Bénigne, la réalisation d'un recueil de chants liturgiques, le 50ème anniversaire de l'ouverture du concile Vatican II, la promulgation du guide catéchétique... Une variété de thèmes sur lesquels chacun a pu donner son avis et recevoir les informations nécessaires.

C'est en février prochain qu'aura lieu la prochaine session du conseil presbytéral.


 Père Eric Millot

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 23 novembre 2011 - Rubrique Vie du diocèse

C’est la basilique de Vézelay, que notre groupe d’aumônerie hospitalière de Beaune a choisi cette année comme destination pour sa sortie annuelle.

C’est une journée privilégiée qui donne le temps d’être ensemble, aux visiteurs des malades de l’hôpital, et aux visiteurs des personnes âgées, de l’Hôtel Dieu, de la Charité et du Centre Nicolas Rolin.

 

Frère Grégoire, prieur de la Fraternité de Jérusalem, nous a conduit comme pèlerins, du narthex roman, carré et sombre, symbole de l’humanité prisonnière des ténèbres, à la pleine lumière du chœur gothique, symbole du Ciel, de Jésus Christ, lumière du monde, à travers le jeu subtil de la lumière dans la longue nef romane.

Dans la crypte, près des reliques de Sainte Marie- Madeleine, Frère Grégoire fait le parallèle entre l’itinéraire dans la basilique et l’itinéraire spirituel de la Sainte Femme avec son retournement radical.

Le Prieur répond à nos questions sur la Fraternité monastique de Jérusalem, communauté contemplative dans la ville.

Au cours de l’Office du milieu du jour, nous écoutons la beauté céleste des chants des Frères et Sœurs réunis.

 

Après un déjeuner partagé dans la bonne humeur, la messe est célébrée par notre aumônier, le Père Bernard Latour, dans la chapelle du cloître de la basilique.

Si la plupart d’entre nous avaient déjà visité cette basilique, la lecture spirituelle qui nous en a été faite fut unique et nous laissa totalement émerveillés.


                                                                   
                                                           Mireille Robert

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 22 novembre 2011 - Rubrique Prière, veillée, célébration

Pas moins de 8 prêtres étaient présents samedi soir à Marsannay-la-Côte pour entourer les dix-sept confirmands. Le Père Eric Millot, vicaire général, présidait la cérémonie.


Le célébrant a rappelé aux fidèles que nous fêtions également à cette occasion le Christ-Roi, qui nous invite à aimer comme lui aime. « Être disciple de ce Roi de l'univers, c'est vouloir agir comme lui : c'est à dire agir pour les tout petits. Être disciple du Christ, c'est le suivre sur le chemin de l'Amour inconditionnelle ».

Puis, s'adressant aux futurs confirmés : « Nous voulons rendre grâce pour tous ceux qui vous ont permis de répondre à l'appel de Dieu : parents, amis... Que cette confirmation offre un réel élan dans votre Foi ». Et le vicaire général de conclure : « L'Eglise a besoin de chaque chrétien. Elle a besoin de votre joie, de votre dynamisme ! Le Christ vous appelle à le suivre. Soyez attentif au chemin du bonheur qu'il vous montre ».

Les confirmands (quatorze jeunes et trois adultes) ont ensuite reçu un à un le sacrement de confirmation.

Ces derniers ont ensuite remercié les prêtres, leurs accompagnateurs, parrains, marraines, amis et familles pour les avoir soutenus dans cette démarche.

Un verre de l'amitié concluait chaleureusement cette soirée festive.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...