Notre Blog Actualités



Posté le 15 fvrier 2012 - Rubrique Culture et patrimoine

Le départ de la semaine culturelle diocésaine a été donné vendredi 10 et samedi 11 février, avec la magnifique exposition des « métiers de Cathédrale » qui avait lieu à Saint-Bénigne.

La foule s’est déplacée nombreuse pour admirer les différents ateliers sur les « métiers de Cathédrale » proposés par l’Association St Bénigne, des Racines aux Fruits.

Plusieurs ateliers étaient proposés :

- l’entreprise Hory-Marçais présentait les travaux de restauration sur la tour nord de la cathédrale ainsi qu’un atelier de taille de pierre.

- le lycée professionnel des Marcs d’Or exposait des ouvrages de taille de pierre. On y apprenait notamment que le travail du tailleur de pierre consiste à dresser les parements de la pierre, à la tailler sur toutes ses faces d’après le tracé, à tracer les épures et à utiliser au mieux les blocs bruts de la carrière.

- Elisabeth Mayol, doreur et ornementiste, racontait son intérêt porté sur la beauté des objets et surtout la vie qui les lie à une histoire humaine.

- la bibliothèque diocésaine Gustave Bardy, qui se trouve au cœur de la Maison diocésaine de Dijon, présentait ses services (plus de 70 000 ouvrages s’y trouvent, concernant la théologie l’histoire des religions, l’histoire de l’Eglise, la spiritualité, la philosophie, les témoignages de vie chrétienne, ainsi qu’une quarantaine de revues d’actualité religieuse).

- Véronique Drigny présentait sa passion pour la reliure, dont elle a fait son métier.

- Jean-Pascal de Rocheprise, lauréat de l’Institut Saint Luc de Tournai (Belgique) exposait son métier d’ébéniste.

- Elisabeth Réveillon, conservateur du patrimoine, présentait des pièces d’orfèvrerie et des vêtements liturgiques datant du XIXè et début du XXè siècles.

- Jean Deloye a quant à lui présenté son métier si particulier, celui de facteur d’orgues. Il a reçu le prix d’  « un des meilleurs ouvriers de France ».

- Arnaud Larger, et gérant de société et diplômé de l’Ecole Supérieure des Jeunes Dirigeants du Bâtiment, a expliqué son métier de charpentier.

- Yves Maire-Sebille racontait comment, à 40 ans, il décida de consacrer sa vie professionnelle à la ferronnerie.

- Pierre-Alain Parrot, quant à lui, a exposé à l’aide de divers vitraux et documents de présentations visuelles, son métier d’artiste et maître verrier.


L’exposition proposait également trois visites :

- Saint Bénigne dans sa cathédrale (visite animée par Catherine Gras, conservateur du musée des Beaux-Arts)

- Les peintures dans la cathédrale Saint-Bénigne (visite animée par Marie-Gabrielle Caffin, historienne de l’art et experte en peinture murale)

- Visite de la crypte et du tombeau de saint Bénigne (visite animée par Sébastien Carcel, sacristain de la cathédrale)




Ainsi, le départ de la semaine culturelle a été un succès. Trois autres évènements, à ne pas manquer, sont prévus ces prochains jours :


- Conférence : Chantal Delsol et Jean-François Mattéï – « Les racines de l’Europe »

Jeudi 16 février : 18h – Dédicaces dès 17h

(salle de l’Académie – 5, rue de l’école de droit)

-Concert aux 1500 chandelles : « le Plain-chant dans tous ses états »

Maîtrise, Cuivres anciens, Grandes Orgues

Samedi 18 février : 20h30

(à la cathédrale Saint-Bénigne)

- Messe des Artistes

Mercredi 22 février : 18h30

(à l’église Notre-Dame) 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 14 fvrier 2012 - Rubrique Vie du diocèse

Vendredi 10 février avait lieu, au cœur des Hospices de Beaune, une messe célébrée pour la journée mondiale des malades. A cette occasion, le sacrement de l’onction des malades était donné à quatre paroissiennes.

La célébration, initialement prévue dans la salle des Pôvres, s’est finalement déroulée dans la salle St-Nicolas (les 7 degrés de la salle rendue célèbre par « La Grande Vadrouille » ont découragé les organisateurs). Le Père Bernard Latour, aumônier du centre hospitalier de Beaune, présidait la cérémonie en compagnie du curé du lieu, le Père Bernard Card.

« Dieu est amour » commença le Père Latour dans son homélie. « Dieu nous demande d’incarner son amour dans nos vies, avec les autres. Dieu aime les malades, les pauvres, les exclus, ceux qui pleurent. Il a toujours accordé une attention particulière aux souffrants, une écoute, une compassion, et mis en œuvre toutes ses capacités pour relever, sauver ces personnes ».

Le célébrant a tenu à rendre hommage aux personnes s’occupant des malades avec bonté (soignants, aumôniers…), pour « leur présence, leur écoute, et aussi tous les soins prodigués avec professionnalisme mais aussi avec cœur ».  Il a également rappelé le sens du sacrement de l’onction des malades : « le Seigneur nous met à disposition deux sacrements de guérison : le sacrement de réconciliation et le sacrement des malades (rappelé aussi dans le message du Pape Benoît XVI dans son message à l’occasion de cette XXème journée des malades). A travers ces sacrements de guérison, le Seigneur nous donne sa force, nous donne sa paix ».

Et le Père Latour de conclure : « Que le Seigneur rejoigne toutes les personnes malades, abandonnées, souffrantes, car il veut nous faire le don de sa présence, le don de sa vie ».

Après le Credo, l’aumônier du centre hospitalier de Beaune a rappelé les deux circonstances permettant aux personnes de demander le sacrement des malades : « lorsqu’une maladie met en danger la vie humaine, et lorsque la vieillesse s’installe et que nous nous décourageons : dans ce cas, ce sacrement est là pour nous redonner courage, force et garder la joie dans notre cœur ».

Il a ensuite procédé au sacrement : l’imposition des mains et l’onction avec l’huile des malades.

Que cette journée des malades célébrée partout dans le monde ait pu offrir chaleur et réconfort à tous ceux qui souffrent de la maladie et de la solitude. Que le Feu de l’Esprit jaillisse dans leur cœur !

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 13 fvrier 2012 - Rubrique Jeunes

Le week-end d’Ecclesia Campus, qui s’est déroulé à Rennes, s’est achevé la semaine dernière (4-5 février). Rencontre avec quelques-uns des 24 Dijonnais ayant participé à l’expérience.

« C’était un week-end génial avec beaucoup, beaucoup de jeunes. C’était magnifique, simplement magnifique » : les propos de Marie-Cécile résument bien l’engouement que ces deux jours à Rennes ont provoqué chez nos jeunes Dijonnais.

« C’était un week-end inoubliable », « c’était un rassemblement joyeux avec beaucoup de monde et en même temps on était au centre de l’évènement », « un week-end joyeux et à la fois très priant »…

Tous sont unanimes. Ce week-end, qui a rassemblé pas moins de 2500 jeunes, 200 aumôniers (religieux, religieuses, laïcs), 5 évêques et 57 intervenants a été chargé en émotion. Leur plus grand souvenir ? « La soirée louange, un très grand moment avec le concert de Glorious » répondent en chœur deux étudiantes. « En sortant du concert, je n’avais plus de voix ! » confie l’une d’elle.

Les autres temps forts ont été les enseignements (« nous avons appris énormément de choses »), les ateliers (36 au total : l’aumônerie de Dijon s’occupait d’un atelier autour du thème de Vatican II, atelier qui a d’ailleurs été suivi de très près par la direction du « Jour du Seigneur ») et les rencontres : « ce week-end fût très enrichissant sur le plan spirituel et sur le plan des rencontres, car nous avons eu à fréquenter de nombreuses personnes qui nous étaient étrangères et avec qui nous avons pu tisser des liens ».

Puis, Jean-Baptiste a expliqué ce que les jeunes chrétiens peuvent espérer de ce genre de rassemblement : « ce très bon week-end était dans la continuité des JMJ. Ce genre d’évènements nous rappelle que nous ne sommes pas seuls dans la foi chrétienne, que nous sommes de nombreux jeunes à partager cette foi ».

Unanimement, ils ont reconnu que cela avait été « dur de rentrer »…

Le Père Raphaël Clément, qui était du voyage en tant qu’aumônier des étudiants, a annoncé qu’un autre évènement réunissant les jeunes chrétiens aurait lieu l’an prochain, probablement cette fois-ci dans le nord de la France. Gageons que nos Dijonnais seront de la partie.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 10 fvrier 2012 - Rubrique Vie du diocèse

La maladie et la souffrance peuvent parfois bouleverser nos vies ou celles de nos proches: pour nous encourager à donner de notre temps, soutenir les malades, être attentif à leurs besoins, une journée mondiale des malades, créée en 1992 par le Pape Jean-Paul II, est célébrée chaque année, le 11 février, jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes.

Avoir le souci des malades

Les malades se sentent très rapidement mis à part de la vie des bien portants, c'est pourquoi les liens de solidarité, et tout ce qui permet aux personnes atteintes de maladie de se sentir écoutées, reconnues est extrêmement important. Bien que cette journée ait un sens tout particulier pour les Chrétiens, il n'est pas nécessaire d'avoir des convictions religieuses pour apporter son aide et sa compassion à des personnes souffrantes, un petit geste suffit !

Le "Dimanche de la Santé" aura lieu quant à lui ce 12 février.

En France, cet événement se vit en paroisse à l'occasion du Dimanche de la Santé, généralement le dimanche le plus proche du 11 février. Mgr Michel Guyard, évêque du Havre, le définit ainsi : «le dimanche de la santé s'adresse aux malades, aux soignants et à tous ceux qui participent à restaurer la santé des malades. C'est une occasion d'inviter tous les chrétiens à réfléchir sur leur santé, ce bien qui nous est donné et que nous devons sauvegarder pour être utiles à nos frères. C'est aussi l'occasion de les sensibiliser à la place de nos frères souffrants et à leur dignité ».

Initié par les diocèses de Lille, Arras et Cambrai, le dimanche de la santé s'est étendu à l'ensemble des diocèses depuis le jubilé de l'an 2000.

Cette proposition qui fait écho à la Journée Mondiale des Malades, se développe de plus en plus et assure désormais un lien fort entre la pastorale de la santé, des communautés ecclésiales diversifiées et de nombreux acteurs du monde de la santé. Le Dimanche de la Santé est célébré non seulement dans certaines paroisses mais aussi dans les maisons de retraite, EHPAD, aumôneries d’hôpitaux.

Dans son message, Benoit XVI dit « Si tout homme est notre frère, d’autant plus celui qui est le plus faible, celui qui souffre, celui qui a besoin de soins, doivent-ils être au centre de notre attention, afin qu’aucun d’eux ne se sente oublié ou marginalisé ».

Le thème de ce dimanche de la santé, en lien avec la liturgie du jour, prolonge cet appel à n’exclure aucune personne en souffrance.


Dans le diocèse de Dijon, certaines paroisses organisent des évènements à cette occasion :


Samedi 11 février :


Pouilly-en-Auxois

Chapelet à 18h15 (sacrement des malades le 28 février à 10h)

Semur-en-Auxois

16h30 : (Ste-Marie) sacrement des malades


Dimanche 12 février :


Laignes et Châtillon-sur-Seine

Le Dimanche 12 Février à l’occasion des messes dominicales de Savoisy et Châtillon-sur-Seine, le sacrement de l’onction des malades sera donné à tous ceux qui le demanderont à la paroisse.

Il y aura au cours de la messe l’envoi en mission pour tous ceux et celles qui portent la communion à domicile et la bénédiction des custodes.

Pour les maisons de retraite, s’adresser aux personnes qui assurent l’aumônerie.

Sainte-Chantal

Partage de l'Eucharistie avec les malades. Possibilité de recevoir le sacrement des malades si on le souhaite.


Ce soir avait lieu une messe aux Hospices de Beaune, où quatre personnes ont reçu le sacrement des malades. Un article autour de cette célébration sera à découvrir prochainement sur ce site.




Ci-dessous en PDF : le message du Pape Benoît XVI pour la XXème Journée Mondiale des Malades

 

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...