Notre Blog Actualités



Posté le 17 mars 2017 - Rubrique Nominations

Communiqué de Mgr Roland MINNERATH, archevêque de Dijon :

« Monsieur Jean-Claude Fourmaux-Lainé, actuellement chef d’établissement coordinateur de l’Institution Sainte-Marie d’Antony, est nommé directeur diocésain de l’enseignement Catholique à partir de la rentrée de septembre 2017.

A Dijon, le 17 mars 2017.

+ Roland Minnerath »

 

 

Monsieur Jean-Claude Fourmaux-Lainé succédera à M. Gilbert Girieu qui remplit cette mission par intérim depuis septembre dernier.

Nous remercions vivement M. Fourmaux-Lainé d’avoir accepté de recevoir cette mission au service des 35 établissements scolaires catholiques de Côte d’Or qui accueillent 13 000 élèves.

Nous lui souhaitons beaucoup de joie dans cette nouvelle fonction et dans la découverte de notre diocèse et de notre région.

 

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 16 mars 2017 - Rubrique Jeunes

Chaque jeudi  les étudiants peuvent se retrouver au CCU de Dijon (Centre Catholique Universitaire) pour prier en l’église Sainte-Jeanne-d’Arc (adoration à 18h40, puis messe à 19h) et partager un repas. Puis débute la soirée permettant de se former, d’échanger, d’écouter différents témoins, de se donner une respiration et une nourriture dans cette vie d’étudiant chrétien souvent bien chargée.

Les élections

La semaine dernière, le CCU proposait aux étudiants un temps pour parler de l’actualité, et plus précisément de l’actualité politique : les élections.

Un petit sondage avait circulé avant la soirée. "Les étudiants pensent-ils aller voter aux élections présidentielles ?" Sur 185 répondants plus de 94% ont l’intention d’aller voter…
La parole était aux étudiants pour le début de la soirée : l’aumônier, le Père Raphaël Clément, leur a demandé ce qui avait de l’importance dans un programme, ce sur quoi on peut réfléchir avant de voter, quelles questions il est intéressant de se poser.
Beaucoup de thèmes, de sujets furent donnés par les étudiants : l’immigration, la famille, l’avortement, le bien commun, la dignité de la personne.

Lire et s’informer

A cela ils ont échangé sur différents textes pour éclairer leurs réflexions : des textes du Catéchisme de l’Eglise Catholique : « Responsabilité et participation », de la Doctrine sociale : « La démocratie, l’Etat et la société civile », et plus récemment sur un texte du Padreblog : « Politique chrétienne ou chrétien en politique ? ». Les Evêques de France nous ont aussi interpellés avec leur texte : « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». A travers les échanges on notait une prise de conscience que « jeunesse » fonctionne avec « idéal » et « absolu », que « politique » va avec « art du compromis » tout en s’appuyant sur le dialogue.

Le Père Raphaël invite les étudiants à lire, à prendre de la hauteur, et à voter pour le meilleur possible non la perfection. Une soirée qui amène sûrement beaucoup de questions qui pourront être posées aujourd'hui, car les soirées continuent : ce jeudi 16 mars c’est une soirée FAQ (« Foire aux questions ») qui est prévue où elles seront toutes bienvenues !

Josiane Kerscaven
étudiante, secrétaire du CCU

Photos © Josiane Kerscaven
 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 15 mars 2017 - Rubrique Vie des Paroisses

Mardi 7 mars, une quarantaine de personnes se sont retrouvées à Meursault, autour du père Dominique Garnier, pour une étape sur le chemin du Carême.

Les chrétiens de Terre Sainte

Monsieur Gérard Drexler, de l'Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, nous a présenté la situation difficile des chrétiens de Terre Sainte.  Que ce soit pour le travail, le logement, ils se sentent citoyens de seconde zone. Une vidéo nous a permis de les écouter nous raconter leur quotidien, et déplorer la tentation de fuir ce pays… Ce sont eux qui gardent vivante la foi, là où Jésus a vécu.

Nous apporterons donc notre aide au séminaire de Beit Jalah, pour la formation de 70 séminaristes ; ainsi qu'au village de Taibeh, seul village 100% chrétien de Palestine.

Les enfants n'étaient pas présents au bol de soupe, mais chaque famille a reçu un "kit Carême" pour vivre ensemble la préparation à Pâques. Dans ce kit, une enveloppe permet aux  enfants de déposer, au long du Carême, les économies qu'ils parviennent à faire, en se privant, en aidant… Leur partage ira à la construction d'une école à Ramalah.

Les œuvres de miséricorde et la visite aux malades

Au cours de la deuxième partie de la soirée, nous avons réfléchi aux œuvres de miséricorde,  pour continuer à mettre en œuvre l'Année jubilaire.  Nous nous sommes arrêtés sur la visite aux malades.

La parabole du Bon Samaritain nous invite à contempler le Christ qui se penche vers les blessés que nous sommes et qui vient à notre secours. Cet Evangile nous appelle à retrouver le sens profond de notre baptême, de notre confirmation, qui nous identifient au Christ : à nous de prendre soin de nos frères malades, de prendre le temps d'être avec eux. « Le temps passé à côté du malade est un temps sacré, nous a rappelé le père Garnier. Lorsque nous nous approchons avec tendresse de ceux qui ont besoin de soin, nous leur apportons l’espérance et le sourire de Dieu dans les contradictions du monde. »

Pour terminer, nous avons évoqué des moyens concrets pour les garder reliés à la communauté paroissiale : les visiter, leur porter la communion, mais aussi les confier à la prière de tous.

En attendant le prochain bol de soupe, le 4 avril à Nolay, nous méditons sur cette  citation d'un évêque du 4ème siècle,  Astérius d’Amasée :

« Nous avons le même créateur, la même mère la terre dont nous avons été formés, la même dignité spirituelle, et la même espérance de vie future… Quand tu vois un homme, c’est toi-même que tu vois en lui. Aussi les malheurs, les maladies, les épreuves d’autrui, faut-il les regarder avec bonté comme douleurs et dommages personnels. »

 

Sœur Maryvonne Sampic

Photos © Sœur Maryvonne Sampic

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 14 mars 2017 - Rubrique Mouvements et associations

Le 14 mars 1957, l’Assemblée des cardinaux et archevêques de France créait la Mission ouvrière pour l’évangélisation du monde ouvrier. 60 ans après, elle reste d’actualité, forte des membres qui la constituent : les mouvements d’Action catholique A.C.O (adultes), J.O.C (jeunes), A.C.E (enfants), et les groupes de prêtres, diacres, religieux et religieuses, laïcs en mission ecclésiale. Ses deux terrains de présence privilégiés sont les réalités du travail et la vie dans les quartiers populaires, avec une attention particulière aujourd’hui aux migrants.

Depuis deux ans, de nouvelles orientations ont été définies à l’occasion d’une Rencontre nationale qui a rassemblé plus de 1 000 participants. La Mission ouvrière veut ainsi écouter « les petits, les oubliés » ; s’engager au service de la dignité de tout être humain ; partager la joie de croire au sein des lieux de travail, d’habitation, et au cœur des événements ; adopter le regard du Christ vers son Père et sur le monde ; développer la communion avec toute l’Église.

La Mission ouvrière existe depuis 60 ans

Pour marquer ces 60 ans, la Mission ouvrière organise tout au long de l’année 2017 quelques dizaines de rassemblements ouverts aux personnes qu’elle rejoint et accompagne, ainsi qu’à ses réseaux et partenaires. Ces rassemblements se vivent au plan local, diocésain ou régional. Intitulés « Fêt’ Ensemble », ils célèbrent le vivre ensemble, en proposant tout à la fois un moment de mémoire, d’engagement et de témoignage. Une liste de dates est disponible sur le site de la mission ouvrière (cliquez ici).

L’anniversaire de la Mission ouvrière est également marqué par les résultats de son enquête « L’humain au cœur du travail» (cliquez sur le lien pour découvrir les résultats), des propositions de rencontres sur la dimension politique à l’approche des échéances électorales, et une recherche sur les rôles des prêtres, diacres, laïcs au sein de ce lieu d’Église.

La Mission ouvrière en Côte-d’Or

Sur le diocèse de Dijon, la Mission Ouvrière est présente à travers les différents mouvements. De nombreux membres sont impliqués, sans toujours se faire connaitre, dans les paroisses. Ils sont aussi présents dans les associations, syndicats, partis politiques. Leur action se situe souvent dans le quartier où ils habitent, dans leur entreprise,…

La révision de vie, avec le « Voir, Juger, Agir », reste au cœur de la pratique des mouvements.  On regarde nos vies, avec les difficultés mais aussi les joies. On l’éclaire à la lumière de l’Evangile. Et on essaie de mettre en œuvre des actions pour améliorer la vie.  Les actions peuvent être tout simples : proposer un temps régulier de café dans la cage d’un immeuble permet déjà de se connaitre, de partager.  Les actions peuvent être aussi plus importantes, menées dans le cadre d’organisations syndicales ou associatives.  Le temps de reprise, de relecture de ces rencontres de ces actions est toujours important et permet de voir le chemin parcouru.

Un exemple concret que l’on peut mettre en avant est l’action en direction des demandeurs d’asile. Avec le collectif des mouvements d’action catholique, l’ACO a lancé (en même temps que la paroisse de La Visitation) les premiers repas à l’intention de ces personnes. D’autres lieux ont rejoint l’aventure. Et aujourd’hui ce sont six paroisses, en lien avec d’autres pour certaines, qui proposent des repas aux demandeurs d’asile et personnes en difficulté.

Emmanuel Clémence
Laïc en mission éclésiale
pour la Mission ouvrière
et la Pastorale des Milieux populaires 


Contacter la Mission ouvrière et la J.O.C : 03 80 63 14 48 mission.ouvriere21@wanadoo.fr
Contacter l’A.C.O : 03 80 51 40 45 josiane.gros@wanadoo.fr
Contacter l’A.C.E : 03 80 63 14 47 fedeace21@wanadoo.fr

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...