Notre Blog Actualités



Posté le 28 mars 2012 - Rubrique Evénements

Six jours avant la Pâque juive, Jésus retourne à Jérusalem. La foule a tapissé le sol de rameaux verts pour acclamer Jésus lors de son entrée dans la ville : c'est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux  (de buis, oliviers, lauriers ou palmiers, selon les régions). Ces rameaux , une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession : marche vers Pâques du peuple de Dieu à la suite du Christ.


Le dimanche qui précède la fête de Pâques, appelé « dimanche des Rameaux  et de la Passion », l'Église célèbre solennellement, avant la messe, l'entrée messianique du Seigneur à Jérusalem, telle que les quatre évangiles la rapportent : « La foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur » (Jn 12, 12-13).

Ces paroles sont chantées comme Antienne d'ouverture au lieu, différent de l'église, où les fidèles se sont réunis : après une brève allocution, le célébrant bénit les rameaux (en Occident, il s'agit ordinairement non de palmes, mais de buis ou de lauriers) ; le diacre ou, à son défaut, un prêtre, lit le récit évangélique de l'entrée messianique de Jésus et l'on se rend en procession jusqu'à l'église.

La messe de la Passion commence alors par la Prière d'ouverture. La tradition chrétienne veut que l'on emporte, après la messe, les rameaux bénits, pour en orner les croix dans les maisons : geste de vénération et de confiance envers le Crucifié.

Source : Dom Robert Le Gall - Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD



Quelle est l'origine et l'histoire de la fête des Rameaux ?

À Jérusalem, on célébrait dès le IVe siècle l'entrée de Jésus dans la ville. L'église de Jérusalem en 383 invitait les pèlerins à participer à une procession "mimant" l'entrée triomphale du Christ à Jérusalem. Cette fête venait sans doute de Constantinople. Cependant cet évènement n'a pas donné lieu à une des douze grandes fêtes liturgiques orientales et les icônes de l'entrée à Jérusalem se sont développées seulement au XVIe et XVIIe siècle. 
À Rome, au moins depuis le VIe siècle, le dimanche précédant Pâques était celui de la Passion. La fête des Rameaux s'est répandue en occident au Moyen Âge au IXe siècle. On trouve des représentations de l'entrée de Jésus à Jérusalem au Xe et XIe siècle.
La liturgie d'aujourd'hui a associé la célébration romaine de la passion et la célébration des Rameaux.


 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 27 mars 2012 - Rubrique Vie du diocèse

Ce 17 mars, comme il le fait plusieurs fois dans l’année, Mgr Minnerath a réuni le conseil diocésain de Pastorale afin de réfléchir à la manière dont les paroisses, services et mouvements sont attentifs à la dimension du service.

Cette journée de réflexion a commencé par trois présentations de ce qui se fait déjà dans notre diocèse : le Père Matthieu Delestre, aumônier au Centre Leclerc de Dijon, a expliqué comment une équipe d’aumônerie d’hôpital est présente auprès des personnes malades ; M. Claude Chauby, président du Secours Catholique, a présenté l’activité et les moyens de ce grand organisme de l’Eglise ; M. René Zuber a montré comment les paroisses de Chatillon-sur-Seine, Montigny-sur-Aube, Laignes et Ste Colombe sur Seine ont mis ensemble leurs forces pour que tous les chrétiens demeurent attentifs aux pauvretés locales et à la dimension du partage.

Après des temps de carrefours durant lesquels a été évoqué tout ce qui se réalise et imaginé d’autres moyens d’action, l’assemblée a commenté la présence de nombreux chrétiens dans des associations d’entraide non confessionnelles. L’ensemble des membres du conseil a également pu recevoir des informations sur le prochain rassemblement Diaconia.

Une nouvelle rencontre du conseil Diocésain de Pastorale aura lieu le 10 novembre2012.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 26 mars 2012 - Rubrique Evénements

Les voilà revenus ! La trentaine de Côte d’Oriens réunie à Lourdes pour célébrer le cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II, est rentrée à Dijon dans la nuit de dimanche à lundi, après une douzaine d’heures de car.


La dernière matinée dans la cité mariale proposait notamment la célébration des laudes, un témoignage du Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des Evêques de France, ainsi que l’eucharistie dominicale.

Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille, vice-président de la CEF et ancien vicaire général du diocèse de Dijon, avait un peu plus tôt pris la parole pour accueillir un invité de marque : le nonce apostolique en France Luigi Ventura. Mgr Ulrich a également salué la présence dans l’assemblée du diocèse de Cayenne, qui a traversé l’Atlantique pour se rejoindre ce rassemblement.

Après une brève présentation de son parcours par son vice-président à la CEF, le Cardinal André Vingt-Trois a pris la parole pendant une quarantaine de minutes sur le thème « l'homme est la route de l'Église ». Il a notamment souligné les points cruciaux du dialogue et de l’écoute, pour l’homme et pour l’Eglise.

Puis, l’eucharistie a été célébrée en fin de matinée. Une longue procession de tous les évêques, prêtres et diacres présents a ouvert la cérémonie : « ce n’est pas sans rappeler l’ouverture du Concile Vatican II ! » a même remarqué le Cardinal Jean-Pierre Ricard.

Mgr Ricard, archevêque de Bordeaux, présidait cette cérémonie qui concluait le rassemblement.
Il a affirmé dans son homélie que ce qui le « frappait dans l'expérience du Concile Vatican II, ce qui a habité ses acteurs et ce qui affleure dans la plupart de ses textes, c'est cette passion d'accueillir le salut de Dieu et de le proposer, à frais nouveaux, aux hommes et aux femmes de ce temps. On a parlé d'un « esprit du Concile ». Je préférerais parler d'un « souffle » conciliaire, d'une « passion », d'une « passion évangélisatrice ». Et cette passion n'a pas pris une ride ».

Et le Cardinal de conclure : « Frères et sœurs, cet anniversaire du Concile Vatican II nous invite ainsi, aujourd'hui plus que jamais, à participer à la charité du Bon Pasteur, à l'amour de Celui qui se « dessaisit de sa vie pour ceux qu'il aime ». Et nous savons que c'est du sacrifice eucharistique, comme nous le rappelle le Concile, que découle cette charité. Puisse cette eucharistie que nous célébrons ensemble ce matin faire de nous ces témoins joyeux et ces frères attentifs dont notre monde a tant besoin ».

Après cette matinée, la délégation diocésaine a repris le chemin de Dijon, où elle est arrivée vers 3h du matin. Des images plein la tête, et remplie d’un nouveau souffle.





Photos ci-dessous :

- membres de la délégation du diocèse avec Mgr Minnerath et Mgr Ulrich
- membres de la délégation du diocèse avec Mgr Coloni
- le Cardinal André Vingt-Trois
- la délégation du diocèse de Dijon

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 24 mars 2012 - Rubrique Evénements

Journée dense et belle pour la délégation diocésaine de Côte d'Or pour ce rassemblement à Lourdes, autour des évêques de France.


Les 2500 évêques, prêtres, laïcs et diacres se sont rassemblés dès 8h en l'église Sainte-Bernadette. Après l'ouverture prononcée par le Cardinal André Vingt-Trois, Président de la Conférence des Evêques de France, l'assemblée a pu visionner une vidéo du Pape Benoît XVI, s'adressant à tous les participants de cette rencontre. Selon le Saint-Père, "le Concile Vatican II a été et demeure un authentique signe de Dieu pour notre temps". "Si nous savons le lire et le recevoir à l’intérieur de la Tradition de l'Église et sous la direction sûre du Magistère, il deviendra toujours plus une grande force pour l'avenir de l'Église. Aussi, je souhaite vivement que cet anniversaire soit, pour vous et pour toute l'Église qui est en France, l'occasion d'un renouveau spirituel et pastoral" (le texte complet du Pape est à retrouver ci-dessous en PDF).

Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille et ancien vicaire général du diocèse de Dijon, a ensuite présenté le déroulement des évènements du week-end.

Puis, le Cardinal Roger Etchegaray, qui fut un des principaux collaborateurs de Jean-Paul II, a offert son témoignage à l'assemblée, lui qui était déjà expert lors du Concile Vatican II. Il a notamment souligné qu'"à l’heure où le Concile parait à certains s’éloigner d’un horizon qui, à vrai dire, n’est plus le même aujourd’hui, la seule route praticable est d’y entrer encore plus profondément prendre le large à partir de sa lettre et de son esprit saisis ensemble". Ses propos ont été très chaleureusement applaudis.


Deux films ont ensuite été diffusés : l'un, réalisé par le Jour du Seigneur, retraçait l'histoire et le déroulement de Vatican II. L'autre, réalisé par KTO, présentait plusieurs témoignages de spécialistes du Concile ou des acteurs de celui-ci.

Mgr Claude Dagens, évêque d'Angoulême et membre de l'Académie française, a ensuite pris la parole. Il a notamment évoqué l'importance capitale de l'ouverture de l'Eglise au monde, et qu'elle soit "toujours plus transparente à la lumière du Christ".

Après quelques instants d'échanges entre les participants, une eucharistie a été célébrée, présidée par Mgr Ulrich. 

Après un retour rapide à l'hôtel pour le déjeuner, notre délégation dijonnaise a pu assister l'après-midi aux interventions du Métropolite Emmanuel, Président de l'Assemblée des Evêques Orthodoxes de France, qui a lu le message du Patriarche Oecuménique Bartolomée 1er adressé à l'assemblée. Celui-ci a notamment "souhaiter la meilleure réussite à ce Rassemblement", et à assurer les participants de sa prière au Seigneur "pour qu’Il vous accorde l’esprit prophétique qu’il convient de posséder afin de faire fructifier les germes du Concile Vatican II".

C'est ensuite le Pasteur Claude Baty, Président de la Fédération Protestante de France, qui a pris la parole. Voici un extrait de son élocution : "Par le Concile, l’Église catholique est entrée en mouvement avec des chrétiens de différentes confessions. Il ne faut pas rester sur ces « acquis » ; en effet, il ne s’agissait pas d’atteindre un certain niveau et de s’arrêter - d’ailleurs certains estiment qu’il est atteint depuis longtemps - mais de se mettre en route ensemble et de poursuivre le chemin jusqu’à la fin. Le mouvement oecuménique d’aujourd’hui a besoin de nous pour trouver un nouvel élan".

Puis, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire de Paris, est intervenu, traitant notamment des apports du Concile Vatican II sur les thèmes de la primauté, de la collégialité, du laïcat, des religieux et religieuses, et de l'oecuménisme. Il a notamment souligné que ce Concile, qui "n'a pas essayé de tout dire sur l'Eglise, en a dit suffisamment pour que celle-ci traverse les prochains siècles" malgré les difficultés.

L'après-midi s'est terminée par un temps de prière, laissé libre selon la volonté de chacun (vêpres, prière à la grotte,...).

Après le dîner, la veillée mariale a permis à tous de vivre un des temps forts de ce rassemblement à Lourdes.

C'est donc bien fatigués mais heureux de cette belle journée que nos Côte d'Oriens se couchent ce soir, en attendant la dernière demi-journée de ce rassemblement, avec notamment l'intervention du Cardinal Vingt-Trois et bien entendu l'eucharistie dominicale.

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...