Notre Blog Actualités



Posté le 16 aot 2012 - Rubrique Carnet

Les obsèques du Père Jules SARTI se sont déroulées le mardi 14 août 2012 en l'église Saint-Michel de Dijon.

 
Vous pouvez lire l'intégralité de l'homélie prononcée par le Père Pierre MORTUREUX lors de la cérémonie dans le fichier PDF ci-dessous.
Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 14 aot 2012 - Rubrique Evénements

L’Assomption est sans doute l’une des fêtes religieuses les plus populaires dans notre pays.

Cette fête a la particularité d’être à la fois très ancienne, parce que la dévotion à Marie a commencé dans les premiers siècles, et en même temps assez récente puisque ce n’est qu’en 1950 que le pape Pie XII a voulu donner une définition très précise de l’Assomption de Marie.

Cela signifie que dès les premiers siècles de l’Eglise les chrétiens d’Orient et d’Occident ont tenu à dire la place exceptionnelle que Marie tenait dans l’histoire du salut et qu’en raison de son rôle, elle ne pouvait connaître la mort. En Orient, on va donner le nom de dormition à la fin de la vie terrestre de Marie ; en Occident, on est plus sensible au fait que la Vierge est montée corps et âme au ciel.

Par la proclamation de 1950, l’Eglise catholique est venue ratifier ce qui était déjà la foi du peuple chrétien.

Suite à la proclamation de l’Assomption par Pie XII en 1950, les chrétiens ont pris l’habitude de fêter à la fois la mort (la dormition) et l’entrée dans la gloire de Dieu (l’Assomption) de la Marie.

C’est sans doute aussi dans l’origine de cette fête qui explique combien cette fête est et demeure populaire.

Dans notre pays, par le vœu de Louis XIII tel qu’il a été rappelé sur ce site à l’occasion de la demande de prière pour la France, cette fête est encore mise en valeur par le jour férié qui y est attaché bien sûr, mais aussi par de nombreux pèlerinages organisés dans toutes les régions.

C’est le cas aussi dans notre diocèse.

Ce 15 Août, beaucoup de communautés paroissiales célébreront la messe dans des lieux particuliers, parfois en plein air après des processions ou d’autres exercices de piété comme cela est rappelé ci-dessous.

 

« Dieu éternel et tout-puissant, tu as fait monter jusqu'à la gloire du ciel, avec son âme et son corps, Marie, la Vierge immaculée, mère de ton Fils : fais que nous demeurions attentifs aux choses d'en haut pour obtenir de partager sa gloire. »

Oraison de la messe de l’Assomption.





Pèlerinages dans le diocèse de Dijon à l'occasion de l'Assomption :


Le 14 août :

- Procession aux flambeaux depuis l'église de Talmay jusqu'à la chapelle Notre Dame du Frêne (paroisse de Pontailler)

- Notre-Dame de Toutes Grâces, à Varanges (paroisse de Genlis)

Le 15 août :

- Veillée aux flambeaux au sanctuaire de Domois (paroisse de Fénay)

- Notre-Dame de Toute Grâce, Bar-le-Régulier et Savilly (paroisse de Liernay)

- Pèlerinage à Notre-Dame de la Délivrance à Cirey-les-Nolay (paroisse de Nolay)

- Pèlerinage de Notre-Dame à Fain-les-Moutiers (paroisse d’Epoisses)

- Pèlerinage à Notre-Dame de la Couelle (paroisse de Gevrey)


(informations complètes sur l'agenda du site internet - en bas à droite de la 1ère page)

 


Horaires des messes de l'Assomption dans le diocèse de Dijon (non-exhaustifs) :

 

Agglomération dijonnaise



Cathédrale Saint-Bénigne : Mardi 16h30 - Mercredi  10h et 11h30

Notre-Dame : Mardi 17h30 - Mercredi 10h30 et 18h30

Saint-Bernard : Mardi 18h30 - Mercredi 10h15 (église) - 11h30 (chapelle St François d’Assise)

Sacré-Cœur : Mardi 18h30 au Centre Decourtray - Mercredi  11h à Saint Jean Bosco

Bienheureux Jean XXIII : Mercredi 9h30 Orgeux – 11h St-Apollinaire – 11h Ste-Bernadette

La Visitation : Mercredi 10h30 à la Visitation

Longvic : 10h30 à Ouges

Fénay : 11h Sanctuaire de Domois



Hors agglomération dijonnaise : voir PDF ci-joint.



 

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 13 aot 2012 - Rubrique Oecuménisme

Dans notre diocèse de Dijon, nous avons la chance, grâce notamment aux Carmélites, de respirer spirituellement à pleins poumons, selon l’image du bienheureux Jean Paul II, puisque nous bénéficions à la fois du Carmel de Flavignerot, avec le rayonnement d’Elisabeth de la Trinité,  et du monastère Saint-Elie de Saint-Rémy les Montbard, de rite bysantin, depuis 1974. Par leur accueil, leur prière, leurs initiatives, ces deux communautés témoignent, chacune à leur manière, d’une vocation œcuménique très profonde.

           

Cet été 2012, c’est en Transylvanie que se présentait l’occasion de méditer et de prier pour l’Unité des Chrétiens,  car on y fêtait la mémoire du cardinal Alexandru Todea, primat de Roumanie,  né en 1912 et mort en 2002. Au cœur de cette région des Carpates, « Maïca Eliane », venue du monastère Saint-Elie de Montbard en 1994, a fondé un prieuré ou « skite », à Stânceni dans un très beau site montagnard, au milieu des mélèzes, au bord d’un torrent. Elle a eu l’initiative d’organiser, la première semaine d’août,  un pèlerinage sur les traces du cardinal, et un colloque à sa mémoire, auxquels ont eu la chance de participer, pour le diocèse,  le père Paul Chadeuf, représentant de Monseigneur Minnerath (dont il apportait un message, voir le PDF ci-joint),  le père André Nurdin, qui fut curé de Montbard à l’arrivée de 1979 à 1990, et des membres de la Fraternité Saint-Elie.

            Ce voyage était conçu pour faire découvrir la personnalité exceptionnelle du Cardinal : nous sommes allés de son village natal de Teleac, où nous avons vu la modeste maison de ses parents, et prié avec sa famille et la communauté de sa paroisse, jusqu’à Blaj, sa ville épiscopale, où il fut enterré, cœur battant de l’église gréco-catholique et de l’histoire de la Roumanie, et enfin dans sa petite maison de Reghin, où il a vécu de sa libération de prison jusqu’à sa mort. Par les explications historiques de Monseigneur Florentin, évêque grec-catholique de Cluj, puis le dialogue avec Monseigneur Claudiu Pop, évêque grec-catholique auxiliaire de Blaj, et le témoignage de Maria, sa proche voisine et son élève, à Reghin, nous avons été très émus de découvrir la foi profonde et l’immense courage dont témoigne sa vie. En effet, devenu prêtre en 1939, à la veille de la guerre, puis évêque en 1949 dans une église interdite depuis un an, et dont tous les évêques et le tiers des prêtres étaient en prison, il a vécu son ministère pendant près de 40 ans dans la clandestinité et la persécution, avec huit arrestations et douze années de prison. Après 1989, il incarne la renaissance au grand jour de l’Eglise grecque-catholique, et devient Cardinal en 1991. Malheureusement l’accident cérébral qui le frappe en 1992 prive son Eglise de sa voix forte et calme, alors que de nombreuses tensions s’élèvent avec les orthodoxes, qui sont encore loin d’être apaisées aujourd’hui.

           

Les interventions et les témoignages du colloque International « les Eglises grecques –catholiques et l’œcuménisme », qui s’est tenu à Stânceni le dimanche 5 août, ont permis un riche échange entre partenaires grecs-catholiques, orthodoxes, et catholiques. Si l’uniatisme, c'est-à-dire l’union d’églises orientales avec Rome,  n’est pas une solution à reprendre à l’avenir pour l’Unité de l’Eglise, comme le reconnaît l’accord de  Balamand (Liban) de 1993, il reste que les églises grecques-catholiques d’Ukraine, de Roumanie, de Hongrie et de Slovaquie, existent, sont vivantes, et doivent pouvoir retrouver les lieux de culte dont elles ont besoin et qui leur ont été confisqués. Non seulement elles devraient jouer un rôle de pont spirituel entre le christianisme oriental et le christianisme occidental, au lieu d’être une pomme de discorde décourageante, mais elles appartiennent d’ores et déjà, par le témoignage éclatant de leurs martyrs, à l’Eglise Sainte et Universelle, et constituent pour chacune de nos confessions un vivant appel à la conversion. Tel  fut le sens de la très belle lettre du métropolite orthodoxe Serafim, et de la conclusion de Monseigneur François Garnier, originaire de notre diocèse, évêque de Cambrai, qui tira ainsi la leçon de ce riche voyage.



                                                                                                  Maguy et Jean-François Minonzio






Photos ci-dessous : tombe du cardinal Todea dans la cathédrale de Blaj, accueil devant la maison natale du cardinal Todea, adieux émus de la paroisse de Teleac à nos pèlerins, Chapelle de la Transfiguration au skite de Stanceni, fresque d'Elisabeth de la Trinité dans la chapelle


Crédits photos : M et J-F Minonzio

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 12 aot 2012 - Rubrique Carnet

 Le Père Jules Sarti est décédé ce samedi 11 août 2012 à la maison du clergé à Dijon où il résidait depuis 1987.

Prêtre du diocèse de Dijon, il a servi successivement les paroisses de Laignes, Pothières, Fénay et a été aumônier de l'hopsice d'Athée.

Ses obsèques auront lieu le mardi 14 Août à 15 h en l'église St Michel de Dijon.

Ci-dessous, l'avis de décès du vicaire général, le Père Eric Millot.

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...