Notre Blog Actualités



Posté le 27 juillet 2012 - Rubrique Prière, veillée, célébration

 

Il y a 30 ans avait lieu ce terrible accident qu’on a appelé l’ « accident de Beaune ».

Cet accident de la route survenu le 31 juillet 1982 sur l’autoroute à Merceuil fut particulièrement meurtrier puisqu’il a fait 53 morts dont 44 enfants de 6 à 15 ans, tous originaires de la commune de Crépy-en-Valois dans l’Oise.

Tous les enfants voyageaient alors à bord d’un autocar qui a pris feu en percutant un autre véhicule.

30 ans après les témoins de cet accident n’ont pas oublié l’horreur de ce drame. D’ailleurs un impressionnant mémorial a été érigé sur l’aire de repos de Curney, tout près du lieu de l’accident.

Ce lundi 30 juillet 2012 à 10 h 30 en l’église de Merceuil aura lieu une messe présidée par le Père Bernard Card, curé de la paroisse de Beaune. Ce sera l’occasion pour tous ceux qui y participeront de prier pour les victimes de cet accident, leurs familles et toutes les victimes des autres accidents, en particulier tous ceux qui ont encore récemment endeuillé plusieurs familles de notre diocèse.

Cette messe sera suivie de temps de recueillement sur le lieu de l’accident, puis sur l’aire de Curney et le lendemain à Crépy-en-Valois

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 26 juillet 2012 - Rubrique Culture et patrimoine

Jusqu’en novembre prochain se poursuit l’année St Bénigne à l’occasion du 15ème centenaire du culte rendu à celui qui est considéré comme l’évangélisateur de la Bourgogne. Après différentes célébrations et des concerts marquants, au cours de cet été, ce sont plusieurs expositions qui peuvent retenir notre attention. Même pendant l’été, l’année St Bénigne continue à la cathédrale bien sûr, mais aussi dans certains musées de la ville.

MUSEE ARCHEOLOGIQUE

ouvert tous les jours de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 18h00 sauf le mardi. (Entrée gratuite)

- Exposition permanente sur l'abbaye bénédictine Saint-Bénigne : initiation à l'art médiéval (architecture, sculpture)

- Visites guidées : Autour de l’abbaye Saint-Bénigne : présentation des collections médiévales provenant de l’ancienne abbaye Saint-Bénigne.
Dimanche 5 et 19 août : 15h

 

Musée d’Art Sacré :

Exposition de pièces provenant de l’abbatiale ou de la cathédrale St Bénigne et signalées dans le musée par le visuel de l’année St Bénigne ci-dessus (« des racines aux fruits »)

Musée d'Art Sacré17 rue Sainte-Anne 21000 DIJON

Entrée gratuite ; ouvert de 9 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 18 h (sauf le mardi).

 

  

ARCHIVES DEPARTEMENTALES

Exposition présentée en 2012 par le service des Archives départementales "Sur les pas de Saint-Bénigne"

 Présentation aux Archives départementales : mai - août 2012.

Plus que de la spiritualité des moines, les archives de Saint-Bénigne recueillies aux Archives départementales après la suppression de l'abbaye en 1790 rendent compte pour l'essentiel de la gestion même de l'établissement, tant dans son implantation dijonnaise qu'à travers ses prieurés. Par leur volume sans doute (près de 1800 articles), mais aussi par la qualité intrinsèque des documents, elles forment l'un des fonds religieux les plus importants conservés aux Archives départementales de la Côte-d'Or.


Leur ancienneté tout d'abord est remarquable : elles remontent en effet à l'époque carolingienne, sous la forme d'une exceptionnelle série de « diplômes » émanant de la chancellerie des descendants de Charlemagne et s'ouvrant sur un acte de Louis le Pieux (836).


Sous l'angle de l'esthétique aussi, bien des pièces sont à signaler : plans des bâtiments projetés ou existants (XVIIIe siècle), actes enluminés, comme l'association de prières avec les chartreux de Champmol (1411), le terrier de l'aumonier (1522), le livre des anniversaires (1588), etc.

Exposition ouverte aux visiteurs tous les mardis sur réservations à 10 h 00, 8 rue Jeannin, Dijon, de mai à août 2012.

Le catalogue des pièces exposées peut être consulté sur le site des archives départementalesou directement  ici.

8, rue Jeannin 21000 DIJON (FRANCE) Téléphone secrétariat :03 80 63 66 98

 

Bibliothèque municipale de Dijon

UNE HEURE AVEC LES MANUSCRITS DE L'ABBAYE SAINT-BÉNIGNE

Jeudi 16 Août à 12h30 ou les lundis 6 ET 27 Août à 14h30
Bibliothèque patrimoniale et d'étude
 

Découvrez les collections patrimoniales et profitez-en pour pénétrer dans les réserves et dans les coulisses de la bibliothèque...
Découvrez l'un des ensembles fondateurs des collections de la bibliothèque municipale, avec Martine Chauney-Bouillot, bibliothécaire en charge du fonds local.
Les plus anciens manuscrits conservés à la bibliothèque (9e-11e siècles) sont liés à l'abbaye de Saint-Bénigne : le papyrus de la bulle du pape Jean XV, l'énorme Biblia sacra, un recueil d'astronomie, la chronique et cartulaire, le nécrologue, un pontifical, un légendier, un bréviaire du 13e siècle... La présentation inclura aussi des ouvrages imprimés. Découvrez aussi quelques documents dans la salle de lecture.
Public : adolescents et adultes - durée : 45 minutes - réservation conseillée - 03 80 48 82 30
Rendez-vous dans la cour du 5, rue de l'Ecole de Droit, accueil porte D

Site de la Bibliothèque municipale

 

MUSEE DES BEAUX ARTS

Palais des ducs et des Etats de Bourgogne. Ouvert tous les jours sauf le mardi de 9h30 à 18h  (du 2 mai au 31 octobre)

 

 Ci-dessous : affiche de l'exposition des Archives départementales et tableau de St Bénigne (Etienne-Charles POINTURIER - 1839) exposé au musée d'Art Sacré de Dijon.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 25 juillet 2012 - Rubrique lire, écouter, regarder

 

 Marc OUELLET, Actualité et avenir du concile œcuménique Vatican II, Ed. L’échelle de Jacob, Dijon, 2012.

Nous avons bien noté que nous entrons dans le 50èmeanniversaire du concile Vatican II et de nombreux ouvrages sont parus et vont paraître sur l’histoire et les commentaires de cet événement si important de l’histoire de l’Eglise au 20èmesiècle et dont nous continuons à vivre en ce 21èmesiècle.

Edité à Dijon.

Le livre du Cardinal Ouellet a la particularité d’abord d’être édité à Dijon (« L’échelle de Jacob ») et d’être une relecture de concile par l’un des hommes importants de la curie romaine aujourd’hui. Benoît XVI  l’a nommé préfet de la congrégation des évêques et lui a donc confié la mission de la nomination des évêques.

Aussi la relecture du concile que fait le cardinal Ouellet est une relecture marquée par sa connaissance du monde anglo-saxon puisqu’il est canadien, mais aussi par la culture latino-américaine puisqu’il a vécu et enseigné en Colombie. Celui qui fut aussi archevêque de Québec de 2002 à 2010 peut donc à juste titre apporter sa réflexion sur l’Eglise catholique aujourd’hui et les défis qu’elle doit relever pour l’avenir.

Un livre d’entretiens.

Ce qui rend assurément ce livre agréable à lire est le fait qu’il s’agit d’un livre d’entretiens conduits par un curé de paroisse, le P. Geoffroy de la Tousche, qui n’hésite pas à apporter son expérience pastorale dans les questions qu’il adresse au Cardinal. Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’un livre d’analyse des textes du concile mais plutôt d’une relecture de la vie de l’Eglise aujourd’hui dans toute sa complexité et surtout son universalité à la lumière des grands textes de Vatican II.

Le livre est organisé à partir des quatre constitutions apostoliques du concile : si certains chapitres sont un commentaire direct d’un texte du concile à la lumière de la vie du peuple de Dieu d’aujourd’hui, certains sont davantage marqués par les problèmes posés par la réception du concile.

 

Aussi tous les lecteurs de cet ouvrage pourront découvrir que les responsables de l’Eglise n’oublient pas les difficultés concrètes de toutes les communautés chrétiennes d’aujourd’hui. Ils découvriront aussi la personnalité étonnante d’un cardinal de l’Eglise qui réaffirme avec simplicité ses convictions, y compris sur des questions pouvant susciter la polémique.

Au cœur de cet été, ce livre peut donner l’occasion à chaque chrétien de prendre le recul nécessaire pour mieux appréhender tout ce qui fait la vie de l’Eglise aujourd’hui, ses difficultés certes mais surtout ses richesses.

 

Marc OUELLET, Actualité et avenir du concile œcuménique Vatican II, entretiens avec le père Geoffroy de La Tousche, Ed. L’échelle de Jacob, Dijon, 2012.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 24 juillet 2012 - Rubrique Formation

 

C'est en Province que se vit depuis quelques années la formation des futurs diacres. Ainsi ceux qui, originaires des diocèses d'Autun, de Nevers, de Sens et de Dijon, ont été appelés à suivre cette formation se retrouvent chaque année au cours de l'été pour une session de formation à Nevers. Un couple de participants à la session qui vient de se terminer nous fait le récit de ce qu'ils y ont vécu :

Lundi 16 juillet 9h00, les valises sont bouclées et nous prenons la route pour rejoindre Nevers et la semaine de formation en province. C’est une route que nous connaissons bien, puisque nous commençons aujourd’hui la  4ème année de cette formation. Comme à chaque fois, nous sommes animés par la joie de rejoindre ce groupe où nous nous retrouvons une trentaine : postulants en formation et leurs épouses, équipe d’accompagnement (prêtres et diacres), formateurs. Deux nouveautés pourtant cette année : les « anciens » de notre groupe (dont 4 couples pour le diocèse de Dijon) sont rejoints par les « nouveaux » qui commencent leur 2ème année de formation (avec un couple dijonnais), ce sera l’occasion de nouveaux échanges et d’enrichissements. Et l’implication toujours plus grande dans la vie liturgique de la session, puisque 4 frères ont été ordonnés au printemps dans les diocèses d’Autun et de Sens-Auxerre : nous allons vivre à travers eux de façon plus proche encore le ministère du diacre permanent.

La richesse de ces sessions de formation repose donc sur 2 piliers, vie fraternelle, nous y reviendrons, et formation. Au fil du temps, cette formation nous paraît plus riche et, osera-t-on le dire, plus intéressante et donc, plus profitable. En effet, la variété des sujets abordés (plus qu’étudiés) ne permet pas d’aller très loin dans chaque thème, mais l’enseignement reçu nous donne les fondations pour approfondir le travail réalisé en session (reprise des notes, lectures complémentaires, réflexion…). Au fil du temps, les briques s’empilent, se rejoignent et les nouveaux enseignements enrichissent l’édifice que nous construisons patiemment avec nos formateurs.

Ainsi, et pour ne retenir que quelques unes des interventions, Mgr Minnerath a souligné, sur la doctrine sociale de l’Église, la légitimité pour l’ensemble de la société du discours éthique développé depuis plus d’un siècle, depuis Léon XIII (Rerum novarum, 1891) jusqu’à Benoît XVI (Caritas in veritate, 2009) en passant par Vatican II et Gaudium et spes. Ce discours est soutenu et complété par les enseignements reçus sur les sujets de théologie « appliquée » ou de théologie morale.

Sur le 1er, le Père Philippe Deterre, scientifique à la mission de France, a tracé les liens et les distinctions entre science et foi, en rappelant que la science ne dit pas la loi, ni la morale. Elle dit ce qui est, pas ce qui doit être : « le cœur du cœur, c’est la conscience » (Jean Paul II).

L’intervention du Père Luc Crépy, eudiste, Supérieur et enseignant au grand séminaire d’Orléans, nous a donné quelques éléments de réflexion sur la morale sexuelle, bien utiles au chrétien engagé dans la vie sociale et la formation des jeunes ou la préparation au mariage.

En parallèle, le Père Armand Athias, du diocèse de St Claude, bien connu des auditeurs de RCF Jura pour sa lecture suivie de l’Apocalypse, fait un condensé de l’histoire de l’Eglise, à travers trois crises, qui permet de se faire une bonne idée de sa continuité à travers les siècles.

 

La session se terminera par une introduction à Saint Paul par le Père Denis Marion de notre diocèse. Nous aurons ainsi l’occasion d’améliorer notre connaissance des Ecritures, engagée dès le début de la formation, il y a 4 ans.

La vie fraternelle est aussi un enrichissement et un soutien, à travers les moments de convivialité que nous partageons et les échanges qui les accompagnent, pour assimiler les enseignements reçus et garder un équilibre de vie : reprendre des études à 40 ou 50 ans n’est pas toujours très simple ! Ce contact fraternel est présent dans les joies que nous vivons et les épreuves que nous traversons. Nous avons ainsi tous prié lors de la célébration quotidienne de l’Eucharistie, pour le fils d’une collègue décédé le week-end dernier dans un accident de montagne.

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...