Notre Blog Actualités



Posté le 19 septembre 2012 - Rubrique Pèlerinage

Un peu plus de monde qu’à l’ordinaire s'est réuni ce dimanche 16 septembre pour célébrer la fête de Notre Dame de la Serrée, mise  sous le patronage de Notre Dame des Douleurs. Mgr Philippe Ballot, archevêque de Chambéry, évêque de Maurienne et de Tarentaise, a présidé l'Eucharistie, entouré des pères Pierre Lallement et Yves Frot ainsi que d'Antoine Amigo, nouveau diacre.

Sous un soleil radieux, chacun a pu entendre résonner en lui les paroles de l'homélie, rappelant la proximité liturgique des fêtes mariales avec celles du Christ, les souffrances vécues par l'une et l'autre, la confiance de Marie dans les événements même douloureux et la joie de donner sa vie pour les autres.

Après le chapelet médité, Mgr Ballot a inséré dans l'autel de la chapelle de Notre-Dame de la Serrée des reliques d'Elisabeth de la Trinité, dont certains membres de la famille étaient présents pour cette occasion.


                                                                                  
                                                                                                              Yves FROT




Notre-Dame de la Serrée : L’histoire religieuse locale raconte qu’« à deux kilomètres de Nuits-Saint-Georges, sur le flanc d’une colline escarpée qui borde la vallée du Meuzin, chassait un gentilhomme bourguignon, Guy de Villers. C’était en 1261. Tout à coup, son cheval glisse sur une roche et l’entraîne dans sa chute : « Ô vierge Sainte, sauvez-moi » s’écrit-il. Aussitôt sous son pied une racine l’arrête. Ainsi sauvé d’une mort certaine, Guy de Villers fit construire en cet endroit une chapelle à ­Notre-Dame des Sept-Douleurs ».



Crédits photos : Emmanuel Turmel



 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 18 septembre 2012 - Rubrique Mgr Roland MINNERATH

Mgr Roland Minnerath, Archevêque de Dijon, vient de publier une tribune dans le Nouvel Observateur, en réaction aux propos de Madame Christiane Taubira dans le journal La Croix, à propos du pré-projet de loi pour un mariage entre deux personnes du même sexe.


Veuillez trouver ci-dessous le texte de l'Archevêque : 
 

 






PEUT-ON ENCORE ARGUMENTER ?

 
Pour les catholiques comme pour la presque totalité du genre humain d’hier et d’aujourd’hui (et de demain), le mariage est l’union entre un homme et une femme en vue d’instituer une famille, union qui a un statut social protégé par la loi.
 
-L’expression « mariage homosexuel » est une contradiction dans les termes. Le mariage suppose l’altérité sexuelle. Il n’y a pas de discrimination à exclure de la catégorie du mariage d’autres types d’union. Il n’y a pas d’inégalité à traiter différemment des réalités différentes.
 
-L’institution du mariage n’est pas la reconnaissance par la société de l’amour que se portent deux personnes, mais de la volonté des époux de s’engager réciproquement, de donner stabilité à leur union et garantir la filiation.
 
-L’expression « droit à l’enfant » prête à confusion. C’est l’enfant qui a des droits, y compris le droit d’avoir une relation structurante avec un père et une mère. L’enfant n’est pas un objet destiné à combler un manque ou un désir.
 
-On annonce comme une conquête le « mariage pour tous », comme si le mariage n’était pas ouvert partout à tous les couples homme-femme « en âge nubile, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, qui sont aptes à contracter mariage » (Déclaration universelle des droits de l’homme, art. 16).
 
Ce texte laisse pressentir la reconnaissance d’un ordre naturel -pour les croyants l’ordre de la création- sur lequel sont construits la société et le droit. Y renoncer nous mènera à quoi ?
 

Roland Minnerath
Archevêque de Dijon
14.09.2012
Bookmark and Share
Commentaires (1)
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...
CAILLET
Le 22 septembre 2012 à 12H29
Merci Monseigneur de rappeler des évidences avec force et courage.
Comment allons-nous nous mobiliser pour dénoncer la volonté manifeste de détruire la famille , lieu de sécurité et de croissance pour l'enfant ?


Posté le 17 septembre 2012 - Rubrique Vie des Paroisses

« Annoncer, célébrer, servir » : les trois missions de chaque paroisse ont pu être rappelées ce samedi 15 septembre en l’église Saint-Just de Talant, à l’occasion de l’envoi en mission de son Equipe d’Animation Paroissiale (EAP).


Présidée par le Père Eric Millot, vicaire général du diocèse, entouré des Pères Côme de Malliard, curé de la paroisse et François-Xavier Vallée, la célébration a donc officialisé l’envoi en mission de cette équipe, composée de Sylvie Clémence (coordinatrice), Bernard Duffe (responsable du pôle "Annoncer"), Catherine Senée ("Célébrer") et Michel Pesney ("Servir").


Rappeler les trois missions


Précisant qu’une EAP n’a pas pour rôle de tout faire mais de « rappeler » aux autres paroissiens les missions d’annonce, de célébration et de service qui leur incombent, le Père Millot a invité l’assemblée à « dire en vérité qui est le Christ pour nous » et rappeler « notre volonté de le suivre jusqu’au bout dans toute notre vie », en réponse à la question posée par saint Jacques lors de la deuxième lecture du jour : « Si quelqu’un prétend avoir la foi, alors qu’il n’agit pas, à quoi cela sert-il ? » (Lettre de saint Jacques 2,14-18)

La lettre d’envoi en mission rédigée par Mgr Minnerath, archevêque de Dijon, a ensuite été lue à la nouvelle EAP (en charge de cette responsabilité jusqu’en septembre 2015) et à tous les fidèles.

La célébration s’est terminée par un moment convivial devant l’église, afin de partager encore la joie apportée par ce moment important de la vie paroissiale.
 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 14 septembre 2012 - Rubrique Culture et patrimoine

La Commanderie Sainte Jeanne d’Arc de Dijon de l ’Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem a le plaisir de vous convier à une soirée tout à fait exceptionnelle dont la totalité du produit sera reversée aux œuvres  pour aider les Chrétiens de Terre Sainte.



En effet le 14 octobre  prochain, c’est-à-dire dans un mois jour pour jour, elle organise un concert donné en la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon. A cette occasion, les Chœurs et solistes de l’Opéra de PRAGUE interpréteront le Messie de Haendel C’est donc une occasion rare de redécouvrir  cette œuvre superbe dans des conditions uniques.

En Terre Sainte, l’Ordre du Saint-Sépulcre  soutient directement des  écoles, des hôpitaux, des dispensaires et des orphelinats, le développement économique, la création de  petites entreprises individuelles, l’envoi  de  coopérants… Il aide à la hauteur de 90% le séminaire de BEIT JALAH qui forme chaque année une trentaine de prêtres. C’est dire l’importance de l’aide attendue et  fournie.

Votre présence à cette manifestation sera pour vous l’occasion de passer une très belle soirée musicale  et elle  vous permettra également, vous-même et directement,  de maintenir les aides  à ceux qui en ont tant besoin.

Des places sont disponibles à la boutique HARMUNIA MUNDI (22, rue Piron à Dijon - Tel 03 80 30 14 76), à la FNAC et en divers points de vente indiqués sur l’affiche (ci-dessous en illustration et en PDF).

Merci de réserver cette soirée.

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...