Notre Blog Actualités



Posté le 21 janvier 2013 - Rubrique Mgr Roland MINNERATH

L’Eglise n’est pas en reste dans ces nombreux échanges de vœux le premier mois de l’année. Mgr Minnerath avait convié à la maison diocésaine les prêtres et les diacres, les religieux et religieuses, les laïcs en mission ecclésiale ainsi que les responsables des services et mouvements.

Il y avait beaucoup de monde pour cette réunion amicale dans la salle à manger . Selon la tradition, le discours introductif fut prononcé par celui qui a été ordonné au cours de l’année : le Père Franck Molard, vicaire à Auxonne.

«  2012 -dit-il- restera pour moi profondément gravée, c’est l’année où j’ai été appelé au sacerdoce, cette ordination fut et restera pour moi un moment de grand bonheur ». Il associa les  trois nouveaux diacres ordonnés le même jour : Joseph Diyas, Antoine Amigo et Oscar Ruiz.. Il rappela trois évènements majeurs de 2012 : le lancement de Diaconia, de l’année de la foi et du catéchisme pour tous les âges le 22 septembre, mais aussi la grande réunion en octobre à Paray-le-Monial en lien avec le 50ème anniversaire du Concile Vatican II. Le Père Molard termina son propos en ayant une pensée pour ceux qui combattent et de reprendre la bénédiction d’Aaron : « Que le Seigneur te bénisse et te garde, que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi et qu’il t’apporte la Paix ».

Dans une allocution très simple, Mgr Minnerath rappela quelques grands évènements de l’année et les projets futurs, le succès du « catéchisme pour tous les âges », l’arrivée prochaine du complément du mobilier de la chapelle. Il se réjouit de la place de plus en plus importante de la maison diocésaine rénovée, et la qualité des prestations qui sont réalisées. Il insista enfin sur la nécessité pour les chrétiens engagés de s’épauler, ne serait-ce que pour compenser l’insuffisance du nombre de prêtres et de diacres : "nous avons besoin -dit-il- de nous épauler les uns et les autres et de formuler des vœux pour chacun et chacune".

Cette réunion se termina par l’éloge de Madame Alberte Charton qui part en retraite et à laquelle succédera  Mademoiselle Camille Lagoutte au service de gestion du personnel. Il appartenait à l’économe du diocèse, Monsieur Jean-Dominique Baer, d’évoquer les qualités de celle qui fut durant quatorze ans l’une de ses plus fidèles collaboratrice.

 

                                                                   Jean Clerc

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 18 janvier 2013 - Rubrique Mgr Roland MINNERATH

C’est au Centre Catholique Universitaire de Bourgogne (CUCDB), ce jeudi 17 janvier, qu’ont eu lieu les traditionnels vœux de Mgr Minnerath aux autorités civiles, militaires et religieuses du département de Côte d’Or.

De nombreux élus, les responsables militaires et religieux, les autorités académiques, judiciaires ou encore responsables de la sécurité du département sont venus écouter le message de l’archevêque.

Dans son intervention d’une quinzaine de minutes, introduite et conclue par un moment musical brillamment interprété, Mgr Minnerath a souhaité rappeler la position de l’Eglise contre le projet de loi dit « mariage pour tous ».

Justifiant tout d’abord la prise de parole de l’Eglise dans ce débat, considérant qu’il était « un devoir » pour les religions de se prononcer sur un sujet touchant la « vision de la condition humaine » et « l’avenir de la société », le prélat a rappelé que l’élément commun à tous les hommes était leur nature.

Mgr Minnerath a également évoqué la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, qui se référait à la « dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine ».

«  Les droits qui découlaient de cette dignité étaient considérés comme non négociables, inaliénables, car ils faisaient corps avec l’être humain, et ils étaient conçus pour le protéger. Or, parmi les droits humains inaliénables, il y a celui de l’homme et de la femme de se marier pour fonder une famille. Le mariage suppose l’altérité homme femme pour transmettre la vie. Dans la Déclaration, à côté de la personne individuelle, la famille est le seul sujet de droits. Une Convention internationale ultérieure proclamera également le droit de l’enfant de connaître son père et sa mère et de recevoir la protection de la société. S’attaquer au socle des droits qui protègent l’humanité de l’homme, dans un monde globalisé incertain et souvent menaçant, est un choix lourd de conséquences » a affirmé l’archevêque.

Enfin, souhaitant à l’assemblée une année 2013 dans laquelle « le débat rationnel, dépassionné, argumenté sera possible », Mgr Minnerath a rappelé que « les croyants n’auront aucun complexe à parler clair ».

Après ce discours que vous pouvez retrouver en intégralité dans le fichier PDF ci-dessous, les invités ont pu partager un moment de convivialité où chacun a pu échanger avec l’archevêque et les responsables des doyennés et services qui accompagnaient Mgr Minnerath.

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 17 janvier 2013 - Rubrique Vie du diocèse

Pour nous chrétiens, faire vivre l'Eglise, c'est au fil des ans donner avec le denier et, à la fin de sa vie, donner avec le legs.

 

Pourquoi faire un legs?

Donner, à la fin de sa vie, c'est exercer sa liberté et sa maîtrise sur ses biens matériels, en s'offrant la possibilité de réserver une part au plus faible (association caritative), ou aux valeurs spirituelles et missionnaires (l'Eglise). C'est aussi une dernière façon de continuer à faire du bien, comme nous l'avons fait tout au long de notre vie.


 

Pourquoi léguer à l'Eglise?

Le choix est vaste pour aider les plus démunis à travers des associations caritatives. Le legs à l'Eglise est cependant d'une autre nature :

  • Il permet à l'Eglise de fonctionner, tout simplement.
  • Il est un témoignage de notre attachement, de notre appartenance à cette Eglise, et de notre souci de la soutenir. C'est une garantie pour l'avenir de notre Eglise et pour les générations qui nous suivent.
  • Il est, pour ceux qui nous entourent, une affirmation de notre foi, de nos convictions profondes, de nos choix et de nos priorités.

A noter : Le legs à l'Eglise est exonéré de tout droit de succession

 

Que fait l'Eglise de ces dons?

Ces dons permettent de financer la vie des paroisses et des prêtres, d'accompagner les jeunes et les adultes dans l'approfondissement de leur foi, de former les séminaristes, les prêtres de demain, et d'assurer l'entretien, la réparation et la construction des lieux de rassemblement : églises, locaux paroissiaux, équipements pour les jeunes, aumôneries, séminaires, maisons de retraite pour les prêtres âgés...

Ils sont donc essentiels pour la vie matérielle de l'Eglise et pour pouvoir développer de nouveaux projets.


Comment faire un legs à l'Eglise?

Il faut rédiger un testament et léguer à « l'Association Diocésaine » de votre département. Pour l'Eglise catholique, ce sont en effet les Associations Diocésaines qui sont habilitées à recevoir les legs. Il en existe une dans tous les départements, au sein de chaque Evêché (ou la Mense épiscopale des diocèses de Metz et Strasbourg).


Le Service diocésain des Dons et Legs se tient à votre disposition en toute confidentialité pour tous renseignements, y compris pour la mise en place de solutions juridiques élaborées, et adaptées à votre situation familiale et patrimoniale.

Vous pouvez contacter Me Jean-Christophe GARANDEAU, ancien notaire, à l’Archevêché de DIJON, 20 rue du Petit-Potet, par téléphone 03.80.63.16.73 ou par courrier électronique jcgarandeau@eveche-dijon.com

Me GARANDEAU peut vous recevoir sur rendez-vous, ou se rendre à votre domicile.

 

Télécharger la brochure "Eglise catholique : Legs - Donations - Assurances-vie" dans le PDF ci-joint.

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 16 janvier 2013 - Rubrique Culture et patrimoine

C’est durant la semaine du 7 au 15 février 2013 que se dérouleront les rencontres culturelles annuelles du diocèse de Dijon.

Organisées comme chaque année par la délégation à la culture de notre diocèse, elles sont une rencontre d’artistes, un échange avec le public.

Ces rencontres se fondent sur la dynamique de mise en valeur des hommes. Nous pouvons nous réjouir que la beauté soit au rendez-vous des hommes de 2013, et qu’elle permette des rencontres riches d’échanges et de découvertes…

 

 

"Ce monde dans lequel nous vivons a besoin de beauté pour ne pas sombrer dans la désespérance. La beauté, comme la vérité, c'est ce qui met la joie au coeur des hommes, c'est ce fruit précieux qui résiste à l'usure du temps, qui unit les générations et les fait communiquer dans l'admiration."                   

Paul VI

 

Le programme :
 

1 ) Jeudi 7 février : ciné-débat

Dans cette église, ornée de vitraux créés par Jacques Colas Guérin en 1969, Vincent Lauth (réalisateur) Pierre Alain Parrot (maître-verrier), Emmanuelle Grand (peintre, verrier), présenteront le documentaire « D’art et de lumière ».

Pierre Broussolle, prêtre dans cette paroisse au moment de la création en rapportera le contexte.

DIJON, église Saint-Pierre (place Wilson), 18h30


2) Vendredi 8 et Samedi 9 février : exposition

La photographie joue aujourd’hui un rôle important. Chacun avec les moyens modernes, appareils numériques, téléphones, smartphones, cherche les souvenirs, la mémoire de l’œil et de la vie.

Des professionnels, des artistes, dans le cadre de leur passion creusent les chemins de beauté qui leur sont propres. Ils apportent leur regard aigu sur la vie et sur l’histoire.  Les rencontrer nous enrichit et nous fait progresser. A leur contact, nous sommes presque renouvelés dans le regard que nous portons sur la vie.

Au fil de cette exposition, vous pourrez découvrir les plus belles photos, qu’elles relatent la vie des familles du siècle passé de France ou du bout du monde, l’Inde, le patrimoine avec les Pleurants du tombeau des Ducs de Bourgogne ou la beauté des couleurs à partir des milles feux que distille le jus des raisins...

Nous pourrons aussi revoir deux audiovisuels qui nous feront connaître l’histoire des appareils photos, et revoir tous les événements de 2011 et 2012 qui ont jalonné les 1500 années de culte et de culture autour de l’année saint Bénigne.

Enfin, pour nous refaire vivre l’expérience de la bobine de photo fixe, nous présenterons pour les enfants et les adultes restés encore enfants, les histoires de Tintin et Milou…..

DIJON, Cathédrale Saint-Bénigne, Vendredi de 14h à 18h / Samedi  de 10h à 12h et de 14h à 18h

 

3) Mercredi 13 février : messe des artistes (messe des cendres)

Avec la participation des Fiori Musicali sous la direction d’Etienne Meyer
Grandes Orgues : Monsieur de Quillac et Dominique Geniau
Orgue positif: Mathieu Legay

Depuis une tradition presque séculaire, chaque année les artistes et tous ceux qui les aiment se retrouvent pour prier, offrir leurs passions et leurs œuvres à Dieu et penser à tous ceux qui dans l’année sont passés de l’autre côté de la rivière…  Ils se retrouvent très nombreux en l’église Notre Dame…

A cette occasion ils renouvellent le vœu de Willette, dans lequel ils redemandent à Dieu d’accueillir leur pauvreté, leur fragilité et toute la sensibilité qui les rend acteurs d’art…pour la beauté du monde.

Sous la présidence de Mgr Minnerath, archevêque de Dijon.

DIJON, église Notre-Dame, 18h30


4) Vendredi 15 février : concert

 

Avec les Fiori Mucicali sous la direction d’Etienne Meyer

Avec la présentation patrimoniale de Catherine Gras, conservateur du musée des Beaux-arts et  Marie-Gabrielle Caffin, historienne d’art.

 

L’église Notre Dame renferme des peintures murales des XVème et XVIème siècles, d’une très grande beauté et  d’un intérêt historique de tout premier plan.

L’habitude nous a totalement fait oublier ces œuvres majeures de l’histoire et incomparables pour le sens et l’émotion des sujets  qu’elles présentent.

Notre propos est donc de nous faire sortir de l’habitude qui efface et redécouvrir l’émotion de l’homme en face des œuvres du Crucifiement et de la Vierge à l’enfant.

Les musiques vocales de cette époque vibreront  de la même Harmonie, dans un climat d’attention, de recueillement et d’émotion que donne cette église.

N’en doutons pas, nous savons que tous les êtres humains sont sensibles à ces instants d’extases pour certains et de simple recueillement pour d’autres. Ce temps promet un grand bonheur !

Réservation à l’espace Notre-Dame (16, rue des Forges) ou bien par mail : acj.jmp@sfr.fr

DIJON, église Notre-Dame, 20h30

 

 

 

        avec le concours :       du service audiovisuel du diocèse de Dijon

                                               de la ville de Dijon, ses musées

                                               du musée Nicéphore Niepce de Chalon-sur-Saône

                                               des photographes professionnels

                                               de La Cathédrale, des Eglises Notre-Dame et Saint-Pierre

                                               et le soutien de RCF Parabole

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...