Notre Blog Actualités



Posté le 05 fvrier 2014 - Rubrique Mouvements et associations

C’est le 1er février, dans la salle des fêtes de Ma Maison, chez les Petites sœurs des Pauvres, qu’ a eu lieu l’assemblée diocésaine du CCFD-Terre solidaire (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement ). Ce fut l’occasion pour l’équipe d’animation diocésaine, présidée par Didier Thomas, de présenter les grands axes d’action, nationaux et locaux, de cet organisme de solidarité de l’Eglise. Cette association, constituée de 29 mouvements de laïcs et de services d’Eglise, est la première organisation non gouvernementale de développement en France.

L’après-midi fut introduite par un temps de prière animée par le Père Jean-Claude Mourey.

Bernard Durand a présenté les modalités et les objectifs de l’épargne solidaire « pour faire fructifier son argent en lui donnant un sens », notamment au moyen de la SIDI, entreprise de Solidarité Internationale pour le Développement et l’Investissement. Cette institution de micro finance contribue au développement d’activités économiques dans les pays du Sud et de l’Est, en proposant un appui financier et technique à son réseau de partenaires locaux.

Pascal Bernet et Luc Bregeon nous ont fait partager leur implication dans le« plaidoyer » du CCFD, auprès des décideurs politiques et économiques, français et européens : cette démarche a pour objet de  les  informer et  les convaincre, en vue de  faire bouger les lignes politiques, et de faire évoluer la législation en faveur des populations des pays émergents. Il faut savoir saisir les opportunités politiques pour leur faire partager les expertises. La  campagne de plaidoyer sur deux ans « carton jaune, investissements hors jeux » est en cours actuellement. 

Le point a été fait sur les actions locales et sur les projets pour le carême 2014 dans notre diocèse.

Les membres du CCFD participent à l’accueil et à l’accompagnement des demandeurs d’asile, et à l’organisation de repas de midi dans cinq paroisses de l’agglomération dijonnaise.

Céline Billette  nous a informé des temps forts de la campagne de carême, notamment la venue dans différentes paroisses du diocèse entre le 23 et le 30 mars, d’un partenaire de l’ex-Yougoslavie, membre de Grupa 484, association créée par Jelena Santic, à qui a été décerné le prix international de Pax Christi. Cet organisme travaille plus particulièrement sur quatre domaines : le processus de réconciliation entre communautés dans l’ex-Yougoslavie, les perspectives à donner aux jeunes des nouveaux Etats, le soutien à la petite agriculture familiale, et la prise en comptes des Roms, comme des partenaires à part entière. Mais les échanges pourront également aborder des questions relatives à l’accueil des migrants, leur accompagnement juridique et psychologique, le développement de réseaux de bénévoles engagés, mais aussi la valorisation de leur culture, notamment littéraire et musicale.

La soirée du samedi 29 mars à Sainte-Bernadette de Dijon, sera consacrée aux jeunes de 17 à 25 ans. Le cinquième dimanche de carême, le 6 avril, est quant à lui la journée du CCFD.

 

                                           Jean-François Minonzio


Photos© J-F Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 04 fvrier 2014 - Rubrique Ordination

Mgr Minnerath procèdera à quatre ordinations diaconales le samedi 8 février 2014.

Bernard Duffé, René Gigleux, Victor Larger et Yann Siegrist seront en effet ordonnés diacres permanents à 16h en l’église de la Visitation, à Chevigny-St-Sauveur.

Qu’est-ce qu’un diacre ?

C’est un ministre de l'Eglise catholique qui a reçu le sacrement de l'Ordre

  • pour collaborer avec l'évêque, dans l'Eglise diocésaine, pour leur mission
  • à l'image du Christ, qui s'est fait serviteur du Père et des hommes
  • pour que l'Eglise elle-même soit tout entière "diaconale", c'est-à-dire en posture de service
  • service qui est indissociablement service de Dieu et des hommes, et qui est à vivre selon les axes de la Parole, de la liturgie et de la charité (l'agapè)

Pourquoi diacre « permanent » ?

On précise diacre "permanent" pour distinguer du diacre qui se destine au presbytérat, lequel restera tout de même aussi diacre pour toute sa vie.

Le ministère des diacres existe depuis les premiers temps de l'Eglise, mais depuis plusieurs siècles et jusqu'au Concile de Vatican II, le diaconat ne subsistait plus dans l'Eglise latine qu'au titre d'étape vers le ministère de prêtre.

C'est ce concile qui l'a rétabli en tant que ministère exercé de manière permanente : les hommes qui reçoivent l'ordination comme diacres permanents sont appelés, sauf rares exceptions, à exercer le ministère diaconal toute leur vie.

Le ministère est permanent mais il se concrétise par des missions particulières données pour un temps et révisables.

Diacre d’un diocèse

Comme le prêtre, le diacre est "incardiné" dans (= rattaché à) un diocèse : celui dans lequel il a été ordonné ou celui dans lequel il a fixé sa nouvelle résidence.

Le diacre reçoit sa mission directement de son évêque, pour aider celui-ci dans sa charge, au service de l'Eglise particulière qu'est le diocèse. Il lui promet obéissance lors de son ordination.

Les formes de service qu'assument les diacres d'un diocèse sont donc "colorées" par les réalités spécifiques de ce diocèse, dans le cadre, toutefois, des orientations plus larges fixées par la Conférence des Evêques (de France, pour ce qui nous concerne).

Les diacres peuvent dépendre de prêtres dans le cadre de certaines de leurs missions ; l'inverse est tout aussi possible. Mais c'est de l'évêque qu'ils reçoivent ces missions. Le cadre territorial de la mission d'un diacre dépasse généralement celui d'une paroisse.

Source et pour plus d’information : http://www.diaconat.cef.fr/

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 03 fvrier 2014 - Rubrique lire, écouter, regarder

Dans son numéro du mois de février, Eglise en Côte d’Or s’est intéressé au service évangélique des malades dans nos paroisses.

Le dossier

Peut-être sommes-nous malades nous-mêmes, peut-être avons-nous des proches qui souffrent d’un handicap ou peut-être avons-nous la chance d’être épargnés par la douleur et la solitude.

Comme le rappelle notre archevêque dans son édito de ce numéro d’Eglise en Côte d’Or, la qualité de notre santé ne dépend pas entièrement de nous. En revanche, ce qui dépend de nous, ce sont les actions que nous entreprenons pour nous mettre au service de ceux qui souffrent indépendamment de leur volonté.

« J’étais malade et vous m’avez visité », dit l’Evangile selon saint Matthieu. A la suite du Christ, de nombreux chrétiens s’engagent quotidiennement dans nos paroisses à visiter les malades, les personnes âgées, à prier avec elles, à leur porter la communion. Ces chrétiens s’efforcent également à rendre leur communauté attentive à ceux qui souffrent moralement et physiquement, à faire découvrir les valeurs évangéliques vécues par les personnes malades ou handicapées, à signaler aux prêtres les personnes désirant recevoir l’onction des malades et à respecter le cheminement spirituel de chaque personne, croyante ou non.

C’est cette mission extraordinaire que notre revue diocésaine a choisi de mettre en lumière dans ce numéro du mois de février, mois de la Journée Mondiale des Malades et du Dimanche de la Santé.

Visages de Prêtres

Dans ce numéro du mois de février d’Eglise en Côte d’Or, vous ferez plus ample connaissance avec le Père Jacques Bonneviale, prêtre du diocèse de Dijon, qui était l’invité de l’émission « Visages de Prêtres » diffusé  le mois dernier sur RCF Parabole.

Ordonné en 1962, année de l’ouverture du concile Vatican II, le Père Bonneviale revient sur son parcours de vie et sur son ministère de prêtre, évoquant notamment ses passages dans les paroisses de Ste-Bernadette de Dijon, du Châtillonnais ou encore de Talant.

De nombreux comptes-rendus des évènements diocésains

 Dans ce numéro, vous retrouverez des comptes-rendus de l’envoi en mission de l’Equipe d’Animation Paroissiale de Savigny-lès-Beaune, des vœux de l’archevêque aux autorités et au diocèse, des conférences de Don Paul Préaux à la paroisse Saint-Bernard, de Mgr Minnerath sur l’Edit de Milan ou encore du Père Georges Colomb qui évoquait au CUCDB l’évangélisation de la Chine.

Dans ce numéro d’Eglise en Côte d’Or, vous pourrez lire également un compte-rendu des confirmations des paroisses de Semur et Montbard, de la saint Rémi de Selongey ou encore de la messe des peuples célébrée à Saint-Pierre à l’occasion de la 100ème Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié.

Toutes ses informations, et bien d'autres encore, sont donc à retrouver dans votre revue Eglise en Côte d’Or, dont le numéro du mois de février vient de paraitre ! 

 

N’hésitez pas à vous abonner si vous ne l’êtes déjà, et si vous faites partie de nos lecteurs, merci beaucoup pour votre fidélité !

Vous pouvez vous abonner en ligne à ECO ici !

Eglise en Côte d’Or, revue du diocèse de Dijon, est disponible par abonnement (31 euros par an), à l’accueil de l’archevêché, à l’accueil de la maison diocésaine, dans les librairies la Procure et Lib de l'U à Dijon et sur les tables de presse des paroisses.

Tous ces numéros (10 par an + numéros spéciaux éventuels) sont accompagnés de la lettre d'information du diocèse (4 pages), qui annonce les principaux évènements de l'activité diocésaine.

Eglise en Côte d'Or paraît le 1er de chaque mois.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 31 janvier 2014 - Rubrique Vie du diocèse

Initiative de Jean-Paul II en 1997, la journée mondiale de la vie consacrée se déroulera, comme chaque année, le 2 février.

Pourquoi une journée de la vie consacrée?

Lors de la 1ère journée de la vie consacrée en 1997, Jean-Paul II soulignait les trois buts de cette journée.

Une journée placée en premier lieu sous le signe de l'action de grâce "parce qu'il est beau et juste de remercier le Seigneur pour le grand don de la vie consacrée, qui enrichit et réjouit l'Eglise par la multiplicité des charismes et le dévouement de tant de vies totalement données au Seigneur et aux frères".

L'objectif de cette journée est aussi de mieux connaître et apprécier la vie consacrée. "En contemplant le don de la vie consacrée, l'Eglise contemple sa vocation la plus profonde, celle de n'appartenir qu'à son Seigneur, soulignait Jean-Paul II. La vie consacrée a pour mission prioritaire de garder vivante dans l'Eglise la forme historique de vie assumée par le Fils de Dieu quand il est venu sur cette terre".

Cette journée est enfin une invitation pour toutes les personnes consacrées "à célébrer ensemble et solennellement les merveilles que le Seigneur a accomplies en elles. Pour cela elles sont conviées à réfléchir sur le don reçu, à découvrir, dans un regard de foi toujours plus pur, le rayonnement de la beauté divine diffusé par l'Esprit dans leur forme de vie, à prendre conscience de leur mission incomparable dans l'Eglise pour la vie du monde".
 

Pourquoi cette journée se déroule-t-elle le 2 février ?

La journée de la vie consacrée est célébrée en la fête de la Présentation du Seigneur au temple. La présentation de Jésus au temple, consacré selon la prescription rituelle de l'époque au Seigneur comme tout garçon premier né, annonce le don de Jésus par amour de Dieu et des hommes et l'offrande suprême de la Croix. Cette journée a donc une importance particulière pour toute personne consacrée, qui, inspirée par le don bouleversant du Christ, aspire à son tour à donner sa vie et à tout abandonner pour marcher à sa suite.

Source : site internet de la CEF – www.eglise.catholique.fr

 

Dans le diocèse de Dijon

Voici un extrait d’une lettre du Père Paul Chadeuf, délégué épiscopal à la vie consacrée, adressée aux religieuses et religieux du diocèse :

« Chaque année, l’Église fête la vie consacrée à l’occasion de la célébration de la Présentation de Jésus au Temple. En 2014, cette fête tombe un dimanche. Nous avons pensé, avec le conseil diocésain des religieuses et en accord avec notre archevêque, qu’il convenait de laisser les consacrés célébrer cette journée dans leurs paroisses et leurs doyennés (contrairement aux autres années où une célébration réunissait les consacrés du diocèse). »

 Père Paul Chadeuf

Délégué épiscopal à la vie consacrée

 

Exposition

Depuis le 10 janvier jusqu’à la fin du carême, une très belle exposition couleur avec photos et texte concis sur « la vie consacrée, une aventure à la suite du Christ » est mise à disposition des paroisses.

 Pour plus d’informations, contacter le Père Chadeuf au 03 80 28 84 94

 

 

Photos ci-dessous : Journée mondiale de la vie consacrée 2013 à Dijon (© Jean Riegel)

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...