Notre Blog Actualités



Posté le 24 mars 2017 - Rubrique Mgr Roland MINNERATH

Ce dimanche soir 19 mars, l’archevêque de Dijon, Mgr Roland Minnerath, a prononcé dans la cathédrale de Dijon, sa troisième conférence de carême sur le thème de la trinité. Elle fut consacrée à la divinité du Saint-Esprit.

En introduction et rappelant que sa méthode est historique, il précise que sa démarche consiste à exposer comment l’Eglise est arrivée à la conscience de la trinité au travers notamment les premiers conciles œcuméniques.
Ainsi, le concile de Nicée ne présentait pas la personne du saint Esprit et se limitait à exprimer la foi au saint esprit. Attente étonnante que celle qui court jusqu’à la fin du 4 siècle pour que soit définit l’Esprit Saint. En effet, Il se trouve largement présent dans l'Ecriture et non seulement dans le Nouveau Testament mais également dans l’Ancien Testament. 

Vous pouvez lire dans le document PDF ci-dessous le résumé de cette conférence.

Relire :

Prochaine et dernière conférence : Dimanche 2 avril, 18 h 30, cathédrale Saint-Bénigne : "La Trinité dans l'histoire"

Photos © Trapet, diocèse de Dijon

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 23 mars 2017 - Rubrique Vie du diocèse

Le premier dimanche de carême, le 5 mars dernier, Mgr Roland Minnerath présidait la célébration de l’Appel décisif en l’église Saint-Pierre de Dijon. 19 catéchumènes adultes du diocèse ont cheminé et recevront le sacrement du baptême à Pâques.
Nicolas, témoigne ici de son cheminement.

« Lorsque je suis allé à la messe à l’église Saint-Michel de Dijon en ce dimanche de juin 2014, je n’imaginais pas le chemin qui s’ouvrirait devant moi et me conduirait jusqu’au baptême à Pâques 2017, à l’âge de 39 ans.

Des rencontres humaines

En effet, j’étais venu simplement assister à une messe par « curiosité », sans être ni totalement fermé ni totalement ouvert à la croyance en Dieu. Aujourd’hui cependant, je ne crois plus au hasard, mais à un appel du Seigneur. Ce jour-là il s’est manifesté par son représentant : au moment de me bénir à la Communion, le Père Antoine Amigo m’a fait un signe de croix sur le front. Ce contact m’a fait ressentir une chaleur apaisante à laquelle je ne m’attendais pas, certainement une manifestation de l’Esprit-Saint… C’est à ce moment-là que se sont posées mes premières questions sur ma foi : Comment se dire incroyant et pourtant avoir ressenti une telle chaleur apaisante lors de cette bénédiction ?
Au fil des semaines je suis donc revenu à la messe à Saint-Michel, et mon ressenti s’est confirmé, le Seigneur s’est fait de plus en plus proche de moi. De plus, ma compagne Emilie (rencontrée en septembre 2014) m’a proposé de l’accompagner à l’Adoration du Saint-Sacrement. Là aussi une sensation d’apaisement spirituel et de profonde proximité avec Lui.
C’est donc tout naturellement qu’au bout de quelques mois d’un tel cheminement, je pris contact avec le Père Bernard Card, prêtre à la Paroisse Saint-Michel, pour débuter mon parcours de catéchumène, en octobre 2015. C’est par ailleurs au cours de cet entretien que je fis par hasard (ou plutôt par l’intervention du Seigneur) la connaissance de Mme Anne Misserey, qui sera alors mon accompagnatrice tout au long de ce magnifique parcours jusqu’au baptême.

Pour moi, le catéchuménat a véritablement opéré un changement progressif de ma personnalité : au fil des mois j’ai fait des rencontres tellement enrichissantes : Hommes de Dieu, baptisés, catéchumènes, accompagnateurs… de tous milieux et tous âges, dans une grande union de partage. J’y ai appris au cours des assemblées que nous n’étions pas là pour être jugés sur ce que l’on pouvait dire ou faire, une grande tolérance qui m’a redonné une grande confiance en moi-même, et me permet aujourd’hui d’apporter ce témoignage.

Des rencontres spirituelles

A côté de ces riches rencontres humaines, de véritables rencontres spirituelles : saint Paul qui m’a permis de comprendre par sa vie, ses voyages et ses écrits la miséricorde de Dieu sur nos erreurs passées envers Lui et nos frères humains ; Sainte Elisabeth de la Trinité pour tous ses messages d’un Christ d’amour en nous et nous en Lui, elle qui a à cœur « d’attirer les âmes en les aidant à sortir d’elles pour adhérer à Dieu par un mouvement tout simple et tout amoureux » (L 335). Ayant vécu sa canonisation pendant mon catéchuménat au cours de cette année jubilaire de la Miséricorde, je serai finalement baptisé dans sa propre paroisse, à côté d’elle. Que puis-je alors demander de plus pour vivre des émotions aussi intenses ?

Répondre à l’Appel du Seigneur

Grâce à toutes ces personnes (et bien d’autres) humaines et spirituelles, je n’ai pas douté à un seul moment de ma foi tout au long de ce chemin. Tant de grâces m’ont été données depuis ces quelques années que je désire, par le Sacrement du baptême, pouvoir communier pleinement avec Notre Seigneur, seule chose qui me manque encore pour me sentir véritablement accompli dans ma foi, et vivre pleinement la prière de Sainte Elisabeth « O Mon Dieu, Trinité que j’adore »…
Encore quelques semaines de patience pour moi et pour les dix-huit autres appelés du diocèse avec qui, je crois, j’ai ressenti une grande émotion collective à la cérémonie d’Appel décisif : nous avons tous des parcours bien différents mais sommes ici pour répondre à cet appel commun du Seigneur qui veut nous voir tous devenir ses frères et sœurs adoptifs.

A l’approche du baptême, se pose maintenant la question « et ensuite ? ». Après tout ce que j’ai reçu pendant tous ces mois, j’ai à cœur de pouvoir devenir moi-même un fervent messager de l’Evangile, reste pour moi à trouver la façon de le faire. Je laisse à l’Esprit-Saint le soin de me guider dans cette voie, et je crois que mon premier acte de baptisé sera de faire une neuvaine à saint Pierre et saint Paul, pour me guider sur cette voie en compagnie de ces deux grands apôtres du Christ.

Un grand merci à toutes ces personnes que j’ai croisées, citées et non citées ici (il y en a eu tant), soyez bénies toutes autant que vous êtes : par votre rencontre, je peux affirmer comme saint Paul que si le péché s’est parfois multiplié dans ma vie, la grâce a surabondé aujourd’hui. »

 

Nicolas
catéchumène

Photos © Maguy Minonzio, Jean-Philippe Nolle

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 22 mars 2017 - Rubrique Evénements

Samedi 18 mars a eu lieu à Beaune, au Sanctuaire de l’Enfant-Jésus, la première édition de ce qui sera certainement appelé à devenir un nouveau temps fort dans l’animation du Sanctuaire : une journée de retraite consacrée aux papas. Naturellement placée sous le patronage de saint Joseph, cette journée a été l’occasion de nombreux partages, de témoignages et aussi de questions, d'interrogations profondes sur nos vies, nos missions et nos vocations de pères de famille et d’époux.

Pourquoi une telle journée est-elle importante à vivre ?

Dans un monde qui va toujours plus vite, nous pouvons parfois nous sentir dépassés par l’ampleur des tâches à accomplir, l’insécurité de l’environnement dans lequel nous vivons, et la fragilité apparente de la vie. C’est dans ces moments de questionnement, d’incertitude ou de lassitude que nous avons besoin de retrouver des points de repère pour continuer nos missions et durer.

Quel était le programme de cette journée de retraite ?

Les partages de cette journée, basés sur la lettre apostolique de saint Jean-Paul II « Redemptoris Custos » (« Appelé à veiller », 1989), ont permis à chacun de retrouver en saint Joseph la grande figure tutélaire dont les époux et les pères ont besoin aujourd’hui dans notre monde. Riche en enseignements et en temps de prière, cette journée a aussi été sympathique et conviviale, grâce à la présence et à l’animation généreuse et bienveillante des Soeurs Carmélites de l’Enfant-Jésus.

Nous souhaitons tous que cette journée soit appelée à se renouveler et nous serons heureux qu’un nouveau programme de rencontres et de partages se développe à Beaune, au Sanctuaire de l’Enfant-Jésus, sur les thèmes de la Famille, de l’Enfance et de la Vie.

Denis

 

Une semaine avant avait eu lieu une Retraite d’une journée pour les Mamans au Sanctuaire diocésain de l'Enfant-Jésus de Beaune.

En savoir plus sur le Sanctuaire diocésain de l’Enfant-Jésus de Beaune, en cliquant ici.

 

Photos D.R

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 21 mars 2017 - Rubrique Vie des Paroisses

Invité par la paroisse de Beaune, le Docteur Baruteau, pédiatre au centre hospitalier de Beaune, a tenu devant un large public une conférence sur le thème : « Santé et Jeunesse - Quels repères pour traverser l’adolescence ? ».

Déclinée en grands chapitres tels que « Les enjeux à l’adolescence », « Quels sont nos points forts » mais aussi « Quels sont nos freins », « Les indicateurs de bonne santé » ou « Quand les clignotants passent à l’orange », appuyée sur des exemples concrets, cette conférence a permis à chacun, jeunes, parents et grands-parents de sentir combien cette étape dans la construction de la vie personnelle reste fondamentale.
Ainsi « nourrir une réflexion en conscience et en famille » a permis de s’interroger sur la question du choix : peut-on choisir seul ce qui est bon pour soi ? Sur celle de la parole et de la confiance : besoin de se sentir compris et valorisé. Le conférencier a  aussi donné des conseils afin d’aider le jeune à se construire, transmettre les valeurs pour aider à trouver une « boussole pour la vie », savoir poser des limites et tendre vers une cohérence éducative : voilà pour le côté parental.
Les adolescents ont aussi des gages de confiance à donner à leurs parents, à se poser la question sur ce qui est bien ou mal, la recherche du sens de la vie, la gestion des émotions…
Quand surviennent les difficultés, on peut se tourner vers des personnes qui puissent assurer une fonction de tiers bienveillants : oncle, marraine, prêtre, infirmière scolaire, enseignant, assistante sociale, médecin traitant, psychologue, consultation de pédiatrie.

Enfin il faut savoir témoigner de notre confiance en la vie et en l’adolescent mais également ne pas chercher à tout comprendre s’il s’autonomise.

 

Marie-France Roux

Photos © Marie-France Roux

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...