Notre Blog Actualités



Posté le 04 dcembre 2013 - Rubrique Vie du diocèse

C’est le 31 décembre prochain que se terminera la campagne 2013 du Denier de l’Eglise.

A moins d'un mois de cette échéance, le diocèse de Dijon fait appel aux fidèles pour parvenir à l’équilibre budgétaire nécessaire au bon fonctionnement de l’institution (traitements des prêtres actifs et retraités, des laïcs en mission ecclésiale, vie des paroisses -baptêmes, mariages, obsèques, messes-, entretien de l’immobilier, taxes diverses...).
 
Il manque à l’heure actuelle près de 500 000 euros pour parvenir à cet équilibre. Il est aujourd’hui important de faire appel à la responsabilité de tous, en rappelant que le diocèse de Dijon - comme les autres diocèses - ne reçoit ni aide du Vatican ni subvention de l’Etat.
 
 
 
Qu’est-ce que le Denier de l’Eglise ?
 
C'est une libre participation annuelle des catholiques d'un diocèse et chacun donne selon ses possibilités. Il est destiné à assurer la vie matérielle des prêtres, la rémunération de laïcs salariés en mission dans l'Église et la formation des futurs prêtres.
 
Pourquoi donner ?
 
Parce que j’aurai peut-être besoin de l’Eglise à un moment de ma vie. Que ce soit à l’occasion d’un baptême, d’un mariage, ou d’obsèques, j’ai besoin d’une paroisse pour m’accueillir et me renseigner, de personnes autour de moi pour m’aider, d’un prêtre pour m’accompagner et d’un lieu pour célébrer ! Tout cela a un coût important et ne peut être réalisé sans le Denier.
 
Le diocèse de Dijon, comme les autres diocèses, ne reçoit ni aide du Vatican ni subvention de l’Etat. L’intégralité du fonctionnement des services du diocèse est financé par les donateurs.
 
Combien donner?
 
Vous pouvez par exemple donner l'équivalent de 1% de vos revenus annuels, ou encore 10% de votre impôt, ou bien la valeur de 2 ou 3 journées de travail. De plus, si vous êtes imposables, vous pouvez déduire 66% de votre don du montant de votre impôt.
Ainsi, en donnant 200€, vous bénéficiez, si vous êtes imposables, d'une remise d'impôt de 132€, et votre don vous revient en fait à 68€.
 
Comment donner ?
 
Il est possible d'effectuer votre don en ligne ici.
 
Vous pouvez également envoyer votre chèque à l'Association Diocésaine de Dijon - 20 Rue du Petit Potet - BP 57989 - 21079 DIJON CEDEX
 
Ligne directe pour toute information : 03 80 63 16 71
 
Quelques chiffres
 
- L’an dernier, 14 200 donateurs ont répondu à cet appel à don (1% de moins qu’en 2011).
Au 30 novembre 2013, le nombre de donateurs est de 11 700 sur l’année.
 
- 2 656 266 euros ont été reçus en 2012 (1% de moins qu’en 2011).
Au 30 novembre 2013, 2 159 425 ont été reçus.
 
- 137 prêtres et 59 salariés sont à la charge de l’association diocésaine
 
 
 
La Campagne du Denier n’est pas réservée à des spécialistes. C’est l’affaire de chacun d’entre nous. Soyez assurés de notre vive reconnaissance pour votre soutien !
 
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 03 dcembre 2013 - Rubrique Prière, veillée, célébration

Les gendarmes honorent chaque année celle qui est leur patronne : sainte Geneviève, par décision de Jean XXIII. Pas moins de quinze cérémonies religieuses ont été célébrées  dans la région Bourgogne, rassemblant chacune les gendarmes territoriaux, les gendarmes mobiles et les retraités.  

A Dijon, c’est dans le quartier de la Maladière, lieu d’implantation de l’unité la plus conséquente que s’est déroulée le jeudi 28 novembre la célébration la plus importante.

En l’église du Sacré-Cœur, pas moins de 650 hommes et femmes, gendarmes en activité et retraités se sont retrouvés parmi lesquels de nombreux officiers et des personnalités civiles ou des élus : le préfet de la Région Bourgogne, le premier adjoint au maire de Dijon et plusieurs parlementaires prirent part à la cérémonie. A l’entrée de l’église, un  impressionnant cortège  précédait le clergé, composé de trente-cinq drapeaux des associations patriotiques et anciens combattants.

Cette cérémonie religieuse était présidée par Mgr Minnerath qui fut accueilli par le Père Jean Lamblot, curé de la paroisse. Au chœur, il faut aussi nommer le Père Guynard, aumônier honoraire des Armées, et le diacre aumônier militaire de la gendarmerie pour la région Bourgogne : Philippe Chorier-Pichon. C’est lui qui prit le premier la parole pour évoquer le souvenir de sainte Geneviève qui sauva la ville de Paris  : « Geneviève - dit-il - est crédible parce qu’elle a tout donné, la force et le souffle qui l’habitent lui ont permis de mettre en cohérence sa foi et sa vie. »

Les chants étaient assurés par la chorale de Saint-Michel sous la direction de Colette Lamy, les orgues tenues par M. Richaud. Les différentes lectures ont été assurées par des gendarmes, la prière universelle par des militaires dont une représentante des femmes qui étaient particulièrement nombreuses dans l’assemblée comme elles le sont dans les différentes unités. On cita les noms de ceux qui sont décédés depuis l’an passé.

Dans l’ homélie qui suivit l’évangile de saint Luc, Mgr Minnerath évoqua bien sûr la mémoire de sainte Geneviève, mais il rappela la place que tiennent les gendarmes dans la vie. « Il faut - dit-il - que chaque chose reste à sa place » et d’insister sur  la difficulté de la mission des militaires. « Nous ne devons pas désespérer de l’aventure humaine, » en rappelant l’exemple de Sainte Geneviève , « Vierge consacrée »  qui  doit nous guider et nous servir d’inspiration.

La messe se termina par la lecture de la prière du gendarme adressée  au  «  Dieu d’Amour, de Justice et de Paix »  (…) : «  s’il me faut aller jusqu’au sacrifice de ma fierté, de mon bien être, de ma vie, donne moi une confiance profonde en toi Seigneur par l’intercession de sainte Geneviève ».

La matinée se termina par une réception au quartier Deflandre. Avant de céder la parole au préfet, le colonel Favier, commandant de la région Bourgogne et du groupement de Côte d’Or, délivra à chacun dans une allocution très solide ce qu’il appela sa «  feuille de route », en insistant sur trois points : le refus de l’inertie, l’exigence des missions, et la nécessité du respect des méthodes. « Suivons  l’exemple de sainte Geneviève qui a refusé la voie facile - dit-il - ce qui permet à chacun de garder le cap avec fierté ».

 

                                                                                          Jean Clerc 


Photos
© Jean Clerc

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 02 dcembre 2013 - Rubrique lire, écouter, regarder

Dans son numéro du mois de décembre, Eglise en Côte d’Or s’est intéressé à l’art sacré dans notre diocèse.

Le dossier

 « Parmi les plus nobles activités de l’esprit humain, on compte à très bon droit les beaux-arts, mais surtout l’art religieux et ce qui en est le sommet, l’art sacré. Par nature, ils visent à exprimer de quelque façon dans les œuvres humaines la beauté infinie de Dieu, et ils se consacrent d’autant plus à accroître sa louange et sa gloire qu’ils n’ont pas d’autre propos que de contribuer le plus possible, par leurs œuvres, à tourner les âmes humaines vers Dieu. […] L’Église a veillé avec un zèle particulier à ce que les objets sacrés contribuent de façon digne et belle à l’éclat du culte, tout en admettant, soit dans les matériaux, soit dans les formes, soit dans la décoration, les changements introduits au cours des âges par les progrès de la technique ».

Voici ce qu’affirme la Constitution sur la sainte liturgie Sacrosanctum Concilium du Concile Vatican II (dont le diocèse a fêté les 50 ans ce samedi 30 novembre) à propos de l’art sacré.

Dans notre diocèse de Dijon, l’art sacré occupe une place importante, comme le prouvent le dynamisme de sa Commission, pionnière dans ce domaine, ou encore la richesse des collections entreposées dans le musée municipale qui lui est dédié.

Après le rappel du rôle de la Commission Diocésaine d’Art Sacré (CDAS) par sa secrétaire générale, vous pourrez lire dans ce dernier dossier de l’année 2013 une explication concrète sur la conservation et la restauration des objets d’art sacré, des témoignages sur des œuvres ou restaurations récentes effectuées dans notre diocèse, un retour sur l’inventaire des sacristies mené en Côte d’Or il y a quelques années ou encore une présentation de l’exposition « Une spiritualité au féminin » actuellement proposée au musée d’art sacré de Dijon.

Visages de Prêtres

Dans ce numéro du mois de décembre d’Eglise en Côte d’Or, vous ferez plus ample connaissance avec le Père Raoul Mutin, vicaire des paroisses de Genlis et de St Just de Bretenières, qui était l’invité de l’émission « Visages de Prêtres » diffusée le mois dernier sur RCF Parabole.

Le Père Mutin revient sur son parcours de vie et sur son ministère de prêtre, notamment son rôle d’aumônier à la maison d’arrêt de Dijon et sa responsabilité dans l’Equipe Missionnaire Mobile du diocèse, qui se déplace au plus près des gens, proche ou non de l’Eglise, pour annoncer la Bonne Nouvelle.

De nombreux comptes-rendus des évènements diocésains

Dans ce numéro, vous retrouverez des comptes-rendus de la rencontre des responsables des servants d’autel, du pèlerinage des familles à Rome, d’une rencontre régionale du Secours Catholique à Autun, ou encore de la messe de rentrée de la pastorale des migrants.

Vous pourrez lire également un compte-rendu de la rencontre de Taizé qui a réuni 2800 lycéens, de la session annuelle du CMR au Mont Roland, de la dernière rencontre chrétiens-musulmans, ou encore des premiers vœux de sœur Agnès-Marie qui se sont déroulés en l’église de Seurre le 26 octobre dernier.

 

 

Toutes ses informations, et bien d'autres encore, sont donc à retrouver dans votre revue Eglise en Côte d’Or, dont le numéro du mois de décembre vient de paraitre ! 

 

N’hésitez pas à vous abonner si vous ne l’êtes déjà, et si vous faites partie de nos lecteurs, merci beaucoup pour votre fidélité !

Vous pouvez vous abonner en ligne à ECO ici !

 

Eglise en Côte d’Or, revue du diocèse de Dijon, est disponible par abonnement (31 euros par an), à l’accueil de l’archevêché, à l’accueil de la maison diocésaine, dans les librairies la Procure et Privat à Dijon et sur les tables de presse des paroisses.

Tous ces numéros (10 par an + numéros spéciaux éventuels) sont accompagnés de la lettre d'information du diocèse (4 pages), qui annonce les principaux évènements de l'activité diocésaine.

Eglise en Côte d'Or paraît le 1er de chaque mois.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 29 novembre 2013 - Rubrique Evénements

Malgré la neige et le froid, la basilique Saint-Andoche de Saulieu était pleine à craquer pour accueillir 27 jeunes du Doyenné Auxois-Morvan des paroisses de Pouilly et Sombernon, Arnay et Bligny , Liernais et Saulieu. Avec leur parrain ou marraine, ils étaient accompagnés de leur familles et de nombreux paroissiens des différents villages.

Notre archevêque avait fait le déplacement pour échanger avec les jeunes au cours de l’après-midi où il leur a rappelé  la chance qu’ils avaient de recevoir ce sacrement pour vivre pleinement leur vie chrétienne.

Un parent a rappelé, au début de la célébration, combien la communauté chrétienne locale était honorée de la présence de notre archevêque Mgr Minnerath et combien c’était un encouragement à poursuivre notre engagement de foi.

Les jeunes se sont préparés dans les différentes paroisses sous la houlette de leur prêtre et de leurs catéchistes. Des temps forts ont ponctué cette préparation, notamment  pour les jeunes de Saulieu-Liernais , le pèlerinage diocésain à Lourdes où ils ont découvert le service hospitalier auprès des malades ; et pour les jeunes des  quatre autres paroisses, un temps fort de retraite à Fain les Moutiers (village natal de sainte Catherine Labouré), accueillis par la communauté des Filles de la charité à la « maison Sainte-Catherine » , où ils ont fait l’apprentissage de la prière notamment  au cours d’une nuit d’adoration .

Les jeunes se sont exprimés au cours de la célébration pour dire leur désir d’être confirmés, leur souhait de continuer le chemin de leur vie en compagnie du Christ  et la volonté de tenir dans la durée.

Cette journée s’est poursuivie dans l’amitié et dans la convivialité, grâce à la mobilisation  de plusieurs paroissiens  autour d’un verre le l’amitié et d’un buffet préparé pour les familles. Manifestement, la joie était dans les cœurs. Nul doute que cette célébration marquera une étape dans la vie des jeunes. 

 

                                                        Père Maurice Thirault

 

Photos : Droits Réservés

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...