Notre Blog Actualités



Posté le 07 fvrier 2014 - Rubrique Mouvements et associations

Le 25 janvier dernier, 61 personnes  (des enfants en clubs, leurs parents, des responsables, des sympathisants…) se sont retrouvées à la salle polyvalente de Sennecey-les-Dijon pour l’assemblée générale annuelle.

A l’ACE (Action Catholique des Enfants), nous sommes bien connus pour jouer, ça nous apporte tellement ! Alors même à l’assemblée générale, on joue ! Nous avons découvert le rapport moral, le rapport financier et le rapport d’activité en jouant ! Petits et grands ont ainsi pu s’exprimer, poser des questions, découvrir ou redécouvrir tout ce qui s’est vécu avec l’ACE pendant cette année 2013. C’est une très bonne occasion pour les parents d’expérimenter ce que les enfants vivent en club grâce à la pédagogie de l’ACE.

A la fin des jeux, nous nous sommes retrouvés en assemblée plénière pour reprendre les différents rapports. Nous avons voté pour exprimer notre accord ou notre désaccord par rapport à ce qui se vit à l’ACE en Côte d’Or. Les enfants, étant au cœur du mouvement, ont aussi pu voter pour donner leur avis.

De nouveaux membres ont été élus au comité départemental (conseil administration). Nous accueillons cette année et pour des mandats de 3 ans : Clémentine Gauthier (Top Ado), Orphée Roy (Top Ado) et Vincent Laporte(membre de la commission camps) qui renouvelle son mandat.

A la fin de cette assemblée générale, nous avons accueilli toutes les personnes qui s’étaient inscrites pour le repas de l’ACE. Cette année, nos papilles ont voyagé entre le Mexique et le Texas avec un menu Tex-Mex.

150 personnes ont participé à ce repas. Toujours sous le signe de la fête et de la convivialité, les responsables des clubs et les enfants des clubs ont préparé de super-animations qui ont rythmé la soirée.

 

                                                      Pauline Petit


Photos : © ACE

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 06 fvrier 2014 - Rubrique Prière, veillée, célébration

Le dimanche 2 février dernier, en fin d’après-midi, plusieurs centaines de personnes étaient venues à l’église Saint-Aignan de Gevrey-Chambertin, participer à la soirée « des Racines et la Vigne ». Pour cette rencontre, la paroisse de Gevrey avait fait appel à l’Equipe Missionnaire Mobile du diocèse.

 

Sur le parvis de l’église, le décor était planté : des tonneaux, mais aussi des petites bombonnes, sur lesquelles était inscrite la parole « Goûtez et voyez ». En entrant dans l’église, chacun recevait un petit verre … d’eau. Sur chaque verre, une étiquette offrait une parole biblique : « Je suis la Vigne », « Goûtez et Voyez », « Faites tout ce qu’il vous dira », « Puisez maintenant ». La référence aux Noces de Cana était claire : au cours de cette veillée, nous allions chanter Celui qui peut transformer l’ordinaire de nos vies en un très bon vin !

Après l’accueil du Père Louis de Raynal, curé de la paroisse, un diaporama humoristique nous fit découvrir la ville de Gevrey-Chambertin sous un regard inhabituel. Ces images servirent d’introduction aux deux grandes parties de la  soirée.

Dans un premier temps, des témoignages furent donnés : tout d’abord, une présentation historique de Gevrey, avec l’évocation de ses racines et de son patrimoine. Des vignerons nous racontèrent le long et patient travail de la vigne au long des quatre saisons. Enfin, le Président de l’Association de Secours Mutuel dite de Saint Vincent expliqua le rôle de cette association. Tous ces témoignages furent soutenus par des images sur grand écran, et ponctués par des chants et litanies de « La Messe des Paysans ». Un ancien vigneron chanta même quelques chants bourguignons sur la vigne !

Puis, sur la musique d’instruments traditionnels (vielle à roues, cornemuse, accordéons, tambourin), une procession s’avança : on apportait une coupe bourguignonne, un magnum de vin ; la présence d’un couple qui goûtait le bon vin annonçait le récit des « Noces de Cana ».

Dans le deuxième temps de la veillée, chaque membre de l’équipe missionnaire donna « à goûter » une parole biblique en rapport avec l’univers de la vigne et du vin. Chacun fit résonner le passage de l’Evangile qui l’avait touché, à la manière de quelqu’un qui goûte un bon vin et veut en partager aux autres la couleur, le parfum et la saveur.

La soirée se termina par quelques chants, puis tous les participants, d’une seule voix, dirent ensemble une prière à saint Vincent, patron des vignerons.

Après ces deux heures de partage et de fête, à la sortie, sur le parvis de l’église, des braseros, remplis de sarments, traduisaient la chaleur de l’accueil que nous avons tous reçu à Gevrey ; dans le cœur de beaucoup, le verre, offert à l’entrée, et imprégné de la fraîcheur de l’Evangile, n’avait plus tout à fait le même goût… 

 

                                                                                                          L’Equipe Missionnaire Mobile

Photos © EMM

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 05 fvrier 2014 - Rubrique Mouvements et associations

C’est le 1er février, dans la salle des fêtes de Ma Maison, chez les Petites sœurs des Pauvres, qu’ a eu lieu l’assemblée diocésaine du CCFD-Terre solidaire (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement ). Ce fut l’occasion pour l’équipe d’animation diocésaine, présidée par Didier Thomas, de présenter les grands axes d’action, nationaux et locaux, de cet organisme de solidarité de l’Eglise. Cette association, constituée de 29 mouvements de laïcs et de services d’Eglise, est la première organisation non gouvernementale de développement en France.

L’après-midi fut introduite par un temps de prière animée par le Père Jean-Claude Mourey.

Bernard Durand a présenté les modalités et les objectifs de l’épargne solidaire « pour faire fructifier son argent en lui donnant un sens », notamment au moyen de la SIDI, entreprise de Solidarité Internationale pour le Développement et l’Investissement. Cette institution de micro finance contribue au développement d’activités économiques dans les pays du Sud et de l’Est, en proposant un appui financier et technique à son réseau de partenaires locaux.

Pascal Bernet et Luc Bregeon nous ont fait partager leur implication dans le« plaidoyer » du CCFD, auprès des décideurs politiques et économiques, français et européens : cette démarche a pour objet de  les  informer et  les convaincre, en vue de  faire bouger les lignes politiques, et de faire évoluer la législation en faveur des populations des pays émergents. Il faut savoir saisir les opportunités politiques pour leur faire partager les expertises. La  campagne de plaidoyer sur deux ans « carton jaune, investissements hors jeux » est en cours actuellement. 

Le point a été fait sur les actions locales et sur les projets pour le carême 2014 dans notre diocèse.

Les membres du CCFD participent à l’accueil et à l’accompagnement des demandeurs d’asile, et à l’organisation de repas de midi dans cinq paroisses de l’agglomération dijonnaise.

Céline Billette  nous a informé des temps forts de la campagne de carême, notamment la venue dans différentes paroisses du diocèse entre le 23 et le 30 mars, d’un partenaire de l’ex-Yougoslavie, membre de Grupa 484, association créée par Jelena Santic, à qui a été décerné le prix international de Pax Christi. Cet organisme travaille plus particulièrement sur quatre domaines : le processus de réconciliation entre communautés dans l’ex-Yougoslavie, les perspectives à donner aux jeunes des nouveaux Etats, le soutien à la petite agriculture familiale, et la prise en comptes des Roms, comme des partenaires à part entière. Mais les échanges pourront également aborder des questions relatives à l’accueil des migrants, leur accompagnement juridique et psychologique, le développement de réseaux de bénévoles engagés, mais aussi la valorisation de leur culture, notamment littéraire et musicale.

La soirée du samedi 29 mars à Sainte-Bernadette de Dijon, sera consacrée aux jeunes de 17 à 25 ans. Le cinquième dimanche de carême, le 6 avril, est quant à lui la journée du CCFD.

 

                                           Jean-François Minonzio


Photos© J-F Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 04 fvrier 2014 - Rubrique Ordination

Mgr Minnerath procèdera à quatre ordinations diaconales le samedi 8 février 2014.

Bernard Duffé, René Gigleux, Victor Larger et Yann Siegrist seront en effet ordonnés diacres permanents à 16h en l’église de la Visitation, à Chevigny-St-Sauveur.

Qu’est-ce qu’un diacre ?

C’est un ministre de l'Eglise catholique qui a reçu le sacrement de l'Ordre

  • pour collaborer avec l'évêque, dans l'Eglise diocésaine, pour leur mission
  • à l'image du Christ, qui s'est fait serviteur du Père et des hommes
  • pour que l'Eglise elle-même soit tout entière "diaconale", c'est-à-dire en posture de service
  • service qui est indissociablement service de Dieu et des hommes, et qui est à vivre selon les axes de la Parole, de la liturgie et de la charité (l'agapè)

Pourquoi diacre « permanent » ?

On précise diacre "permanent" pour distinguer du diacre qui se destine au presbytérat, lequel restera tout de même aussi diacre pour toute sa vie.

Le ministère des diacres existe depuis les premiers temps de l'Eglise, mais depuis plusieurs siècles et jusqu'au Concile de Vatican II, le diaconat ne subsistait plus dans l'Eglise latine qu'au titre d'étape vers le ministère de prêtre.

C'est ce concile qui l'a rétabli en tant que ministère exercé de manière permanente : les hommes qui reçoivent l'ordination comme diacres permanents sont appelés, sauf rares exceptions, à exercer le ministère diaconal toute leur vie.

Le ministère est permanent mais il se concrétise par des missions particulières données pour un temps et révisables.

Diacre d’un diocèse

Comme le prêtre, le diacre est "incardiné" dans (= rattaché à) un diocèse : celui dans lequel il a été ordonné ou celui dans lequel il a fixé sa nouvelle résidence.

Le diacre reçoit sa mission directement de son évêque, pour aider celui-ci dans sa charge, au service de l'Eglise particulière qu'est le diocèse. Il lui promet obéissance lors de son ordination.

Les formes de service qu'assument les diacres d'un diocèse sont donc "colorées" par les réalités spécifiques de ce diocèse, dans le cadre, toutefois, des orientations plus larges fixées par la Conférence des Evêques (de France, pour ce qui nous concerne).

Les diacres peuvent dépendre de prêtres dans le cadre de certaines de leurs missions ; l'inverse est tout aussi possible. Mais c'est de l'évêque qu'ils reçoivent ces missions. Le cadre territorial de la mission d'un diacre dépasse généralement celui d'une paroisse.

Source et pour plus d’information : http://www.diaconat.cef.fr/

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...