Notre Blog Actualités



Posté le 22 fvrier 2017 - Rubrique Mgr Roland MINNERATH

Pour nous aider à cheminer vers Pâques, Monseigneur Roland Minnerath proposera quatre conférences de Carême sur le thème :

« La Trinité ».

Vous êtes tous invités à y participer : elles auront lieu le dimanche à 18 h 30 en la Cathédrale Saint-Bénigne de Dijon, et seront suivies de la messe de 20 h.

1ère conférence de Carême
Dimanche 26 février 2017

Le Père, origine sans origine

 

2ème conférence de Carême
Dimanche 5 mars 2017

La divinité du Fils

 

3ème conférence de Carême
Dimanche 19 mars 2017

La divinité du Saint-Esprit

 

4ème conférence de Carême
Dimanche 2 avril 2017

La Trinité dans l’histoire

 

Cette année, le temps de carême commencera le mercredi 1er mars, mercredi des Cendres. 
L’archevêque présidera la célébration d’entrée en Carême du Mercredi des Cendres à l’église Notre-Dame de Dijon, à 18h30. Dans le diocèse de Dijon, cette célébration est traditionnellement la messe des artistes.

Retrouvez les horaires et lieux des célébrations du Mecredi des Cendres de l'agglomération Dijonnaise en cliquant ici.

 

Photos © Diocèse de Dijon

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 21 fvrier 2017 - Rubrique Vie des Paroisses

Le 14 février dernier, à l'occasion de la Saint-Valentin, la paroisse Dijon Notre-Dame a proposé à ceux qui le souhaitaient un dîner en couple, accompagné d'une petite animation.
L'initiative a remporté un grand succès : on a refusé du monde... C'est sans doute le signe que toute occasion de prendre du temps en couple, sans les enfants et loin des soucis du quotidien, est la bienvenue.
Ce souci du couple, c'est aussi celui de Jésus, pour qui le lien entre les époux est le lien par excellence sur lequel est fondée la vie de famille. Le seul enseignement qu'il donne sur le mariage est un passage du livre de la Genèse : "L'homme quittera son père et sa mère, il s'attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu'un." Il y a là une vraie originalité, qui reste encore aujourd'hui, dans un monde où l'enfant est au centre de toutes les attentions, et où le travail est roi.
Prendre soin de son couple, aider à le guérir quand il va mal, accompagner sa croissance vers le meilleur : la mission de l'Eglise dure bien plus qu'une soirée de Saint-Valentin !

La Saint-Valentin, une affaire commerciale ?

C'est en tout cas bien le hasard si un prêtre romain, mort martyr au II° siècle de notre ère, est devenu le patron des amoureux : la coutume de fêter les couples le 14 février est due à une croyance médiévale… maisSaint-Valentin ou pas, l'amour a depuis toujours quelque chose à voir avec le christianisme. C'est pourquoi, en paroisse, nous avons décidé d’organiser ce temps spécifique en amoureux lors d’un repas.

 

Père Emmanuel Pic
Curé de la paroisse Dijon Notre-Dame

Photos © P. Emmanuel Pic

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 20 fvrier 2017 - Rubrique Jeunes

Samedi 28 janvier a eu lieu, à la maison diocésaine de Saint-Désert (diocèse d’Autun), une formation pour tous ceux qui accompagnent les jeunes de la 6ème à la Terminale, sur « Comment regarder le monde d’aujourd’hui avec le regard du Christ ? ». Cette formation réunissait une quarantaine de personnes des quatre diocèses de Bourgogne, dont huit de Côte-d’Or.

Le dernier rassemblement de ce type avait eu lieu il y a cinq ans.

Une journée de formation originale

La journée a débuté par une prière. Puis nous avons assisté à une conférence de Luc AERENS, qui est diacre, pédagogue, professeur en pédagogie religieuse à Bruxelles et… comédien ! Un homme de grande qualité qui, avec beaucoup d’humour, nous a apporté un éclairage sur la manière d’accompagner les jeunes avec et dans le Christ.  En effet, Luc AERENS nous a donné de véritables pistes à mettre en œuvre avec nos jeunes : en suivant la pédagogie de notre Seigneur avec les différentes personnes qu’il a rencontrées tout au long de sa vie publique, il faut prendre le temps de cheminer, de questionner, de dialoguer (comme par exemple avec les disciples d’Emmaüs). Il s’agit de se mettre au niveau des jeunes pour ensuite les inviter à rejoindre Jésus.

Ce qui m’a réellement touché, c’est de réaliser que je suis l’une et l’autre des personnes de la Bible que Jésus rencontre.

Mise en pratique

Nous avons eu quelques ateliers de réflexion sur le regard, à partir de textes bibliques, puis à partir de séquences de films contemporains ainsi qu’à partir de réseaux sociaux et d’internet tant prisés par les jeunes que nous rencontrons !

Cette journée s’est terminée par une animation comique de qualité,  au cours de laquelle notre conférencier du matin, transformé en clown, nous a donné beaucoup d’idées sur l’animation et l’accompagnement de nos groupes de jeunes.

J’ai vraiment trouvé cette journée bien rythmée, très intéressante et concrète,  avec des réponses à mes questions sur l’animation en aumônerie. Ce que j’ai aimé, c’est la bienveillance et l’humilité des personnes présentes. Et j’ai découvert un regard pluriel de Dieu sur les personnes et finalement une grande tendresse que nous devons essayer de vivre avec nos jeunes. 

 

Aude

Pour contacter la Pastorale des jeunes
9 Bis Boulevard Voltaire
21 000 Dijon
03 80 63 14 55
06 65 79 53 22
jeunesdu21@gmail.com

Photos © Isabelle O'BRIEN

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 17 fvrier 2017 - Rubrique Chrétiens dans la société

L'Aide à l’Église en Détresse a organisé mi-janvier un voyage d'études au Liban pour les prêtres intéressés, afin de mieux connaître ce pays unique en Orient. "Le Liban plus qu'un pays c'est un Message dans le monde" disait saint Jean-Paul II notant la réelle "coexistence et de la rencontre des cultures et des religions". Le Père François Béal s'est laissé séduire par la proposition : "Je me suis donc offert ce beau voyage… qui m'a permis d'avoir un regard renouvelé sur la situation des chrétiens d'Orient."

Un pays en reconstruction qui accueille de nombreux réfugiés

"J'étais déjà allé dans ce pays en 1992, donc il y a bien longtemps ; le Liban sortait de la terrible guerre qui l'a mis à terre entre 1975 et 1990. J'ai trouvé cette fois un pays en reconstruction certes bien avancée, mais toujours fragile et pauvre. L’État est très faible : un président de la République, le général Michel Aoun, vient d'être élu après plus de deux ans de pénible vacance du pouvoir. Surtout, la proximité avec la Syrie se traduit par la présence de près de 2 millions de réfugiés sur le sol libanais, alors que la population du pays s'élève à 4,5 millions d'habitants ; c'est un peu comme si la France accueillait près de 25 millions de réfugiés… Les réfugiés irakiens, tous chrétiens, sont beaucoup moins nombreux (quelques 20 000 personnes), et souvent oubliés."

Volonté de vivre en paix dans la différence

"Dans ce contexte difficile, le « pacte national » qui lie les différentes communautés (12 chrétiennes, 6 musulmanes et druzes) fonctionne tant bien que mal, mais le « message » de ce pays unique, l'art de vivre ensemble et de construire la paix sans compromissions en même temps que dans l'espérance, est porté par de nombreux acteurs. Notre groupe a rencontré les responsables des différentes Églises locales, en particulier le patriarche maronite, le cardinal Raï, mais aussi des musulmans sunnites et chiites qui s'efforcent sincèrement et avec ardeur de promouvoir la coexistence harmonieuse des communautés."

Le projet de carême de ma paroisse : soutenir une école

"J'ai également visité une école sous tutelle de la Société Saint-Vincent de Paul et des Frères des Écoles Chrétiennes, dans la banlieue de Beyrouth, que notre paroisse d'Auxonne s'apprête à soutenir au cours des projets de Carême des trois années à venir, avec d'autres axes de partage en parallèle. Cette école m'a impressionné par la qualité de ses enseignants, et la rigueur du contenu proposé, qui lui a valu un label français en 2014. Comme ils accueillent beaucoup de réfugiés et de familles pauvres, ils méritent notre soutien. Et nous avons été plus généralement témoins de la charité en actes, non seulement auprès des réfugiés, mais aussi auprès des femmes seules, battues, des enfants abandonnés… L’Église catholique au Liban est sur ce plan un modèle de dévouement au nom du Christ !

Notre prière a porté ensemble nos deux pays, le Liban et la France, au sanctuaire Notre-Dame du Liban et au Monastère de saint Charbel, un saint prêtre ermite du XIXème siècle. Elle se poursuit après notre retour, dans l'espérance !"

 

Père François Béal,
curé de la paroisse d’Auxonne

 

Photos : © P. François Béal

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...