Notre Blog Actualités



Posté le 19 septembre 2014 - Rubrique Pèlerinage

Le pèlerinage annuel à Notre-Dame d’Etang, organisé comme chaque année en septembre, est sans doute le dernier qui se soit déroulé  sans la présence de la  statue de la vierge. Entrepris depuis deux ans, les travaux du monument progressent. Sous de volumineux échafaudages, on procède actuellement à la reconstruction et au renfort des  contreforts dont les pierres gélives ont dû être remplacées.

La monumentale statue est quant à elle en cours de réfection. Elle se trouve actuellement dans la banlieue de Périgueux entre les mains d’une entreprise spécialisée. Il a fallu décaper cette volumineuse statue et procéder à la réparation de certains éléments qui avaient subi les affres du temps. On se souvient par exemple de la chute de la main de l’enfant Jésus qui avait entrainé l’isolement complet du monument jusqu’à son interdiction aux promeneurs et pèlerins. La statue une fois décapée va être traitée avec des produits isolants qui n’existaient pas lors de la construction du monument en 1892. Après ce traitement de protection, on procédera à une dorure à la feuille qui donnera à Notre-Dame un aspect encore jamais atteint.

La statue réparée, traitée et dorée va revenir en Bourgogne. La remise en place au-dessus du monument consolidé est envisagée au premier semestre 2015.

Une messe en haut de la montagne

Le dernier pèlerinage sans la statue a donc eu lieu le 14 septembre en présence de nombreux  pèlerins y compris de jeunes scouts et guides venus d’Is-sur-Tille avec leur aumônier le père Sauer. La messe fut concélébrée par le curé du lieu,  le père Athénor et les pères Richard et Desjoyaux . On espère de tout cœur pouvoir prier Notre-Dame d’Etang au mois de juillet 2015 sous sa parure rajeunie et remise en place.

 

                                         Jean Clerc


Photos : © Jean Clerc 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 18 septembre 2014 - Rubrique Pèlerinage

A Fontaine-lès-Dijon, on n’oublie pas saint Bernard. Depuis l’année 2003, au cours de laquelle une succession d’événements ont célébré le 850ème anniversaire de sa mort, une fête est organisée chaque année le premier dimanche de septembre sur la colline qui vit sa naissance.

Cette année, dimanche 7 septembre, la journée commença par un pèlerinage à pied pour les familles - première édition - de l’église de Hauteville jusqu’à l’église Saint-Bernard. La valeureuse petite troupe put pèleriner à travers champs, avec les très belles bannières de saint Bernard et de la bienheureuse Aleth, profitant de la vue magnifique de la Sainte-Colline, but de la marche. A l’arrivée, une messe célébrée par le père Eric Millot, vicaire général, se termina par la distribution de la brioche d’Aleth, autour du verre de l’amitié, selon une tradition désormais bien établie. Puis un déjeuner sous les ombrages réunit les participants qui le souhaitaient, rejoints par Mgr Minnerath, les prêtres de la Fraternité Saint-Pierre, et les prêtres de la paroisse de Saint-Bernard de Dijon, invités par le père Vincent Richard, curé de Fontaine.

Se succédèrent ensuite une visite de la maison natale de saint Bernard, une procession ponctuée de belles méditations à l’école du saint, sur le thème de la famille, à la suite du Grand Reliquaire et une bénédiction des enfants.

La journée se terminait par l’office des vêpres, magnifiquement chanté par des membres du Chœur des Ambrosiniens et un Salut du Saint-Sacrement.

Belle journée d’amitié et de prière, dans les pas de ce géant de la foi ayant rayonné dans toute l’Europe, sur le lieu même qui le vit naître.

 

                                                    Hélène Chéron



Photos : © Marie-Aleth Trapet

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 17 septembre 2014 - Rubrique Vie des Paroisses

Le 11 septembre, jour anniversaire de la libération de Dijon en 1944, était le point culminant de la Neuvaine à Notre-Dame de Bon Espoir (qui se déroule jusqu’au 18 septembre).

Une messe solennelle a été présidée en l’église Notre-Dame de Dijon par Mgr Minnerath. Cinq prêtres et un diacre entouraient l’archevêque dont  le curé du lieu, le père Didier Gonneaud et le père François Guynard, aumônier honoraire des armées.

 


Au premier rang de l’église, le rabbin de Dijon, les officiers de l’armée de terre et de l’air, Mme Elizabeth Revel, adjointe au maire. Une trentaine de porte-drapeaux des associations  patriotiques et d’anciens combattants servirent d’escorte au clergé à l’entrée de l’église avant de prendre place dans le chœur.

La statue de Notre-Dame de Bon Espoir était vêtue d’une robe blanche  avec  cette formule qui fut mise en exergue en 1944 : « Tant Elle Vaut ».

La première lettre aux Corinthiens et l’évangile de Luc servirent d’ossature à l’homélie de Mgr Minnerath : « «Aimez vos ennemis  et sachez pardonner » : nous trouvons ici une profondeur de vérité et de sagesse, celle qui a permis à notre Europe de sortir de l’inimitié  pour construire un avenir de paix. » (…)  « Lorsqu’on est acculé à une situation de conflit qui menace notre économie, lorsque l’ennemi veut s’emparer de vos biens, ou pire encore vous exterminer, il faut l’arrêter, pour que l’adversaire dans ce cas extrême n’aille pas plus loin » précisa l’archevêque, rappelant ces sentiments d’idéologie qui ont conduit hier au nazisme et aujourd’hui à l’islamisme.

Les prières de la messe ont trouvé tout  leur sens principalement lors du Pater : « Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés».

Cette neuvaine devait se prolonger par une veillée de chants et prières animée par le père Raoul Mutin avec la présentation de son nouveau  CD : « L’espérance t’attend ».

 

                                                                Jean Clerc

 

La Neuvaine se poursuit jeudi 18 septembre avec une veillée de prières avec Florence Viellard, à 20h en l'église Notre-Dame de Dijon.

 

Photos© Jean Clerc

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 16 septembre 2014 - Rubrique Vie du diocèse

Cinq nouveaux prêtres viennent d'arriver dans notre diocèse pour servir nos paroisses, en plus du père Marc Gérault, ordonné en juin dernier.

Le père Marek Rajkowski (coopérateur à Saint-Michel de Dijon), le père Jean-Luc Girard (coopérateur à Saint-Bénigne de Dijon), Don Claude-Noël Desjoyaux (vicaire à Saint-Bernard de Dijon), le père Louis-Emmanuel Meyer (déjà présent l'an passé à Gevrey-Chambertin pour passer son année diaconale, il vient d'être ordonné prêtre cet été et a été nommé vicaire pour les paroisses de Gevrey, Gilly-lès-Cîteaux et l'Etang-Vergy), et le père Jean-Christophe Tshimpaka Bodumbu.


Nous vous proposons aujourd'hui une présentation du père Louis-Emmanuel Meyer.

 

Le père Louis-Emmanuel Meyer entame sa deuxième année dans notre diocèse, puisqu’il a servi la paroisse de Gevrey-Chambertin l’an dernier pour son année diaconale, mais la première en tant que prêtre, puisqu’il a été ordonné prêtre en juin 2014 à Bourg-en-Bresse.

Né dans l’Orne, sixième d'une famille de sept enfants, le père Louis-Emmanuel est entré directement après son bac au séminaire de la Société Jean-Marie Vianney (SJMV) à Ars. 

Durant sa philosophie au séminaire d'Ars, le père Meyer a eu divers stages pastoraux dans le diocèse de Belley-Ars., mais aussi à Gelsenkirchen en Allemagne, et à la co-cathédrale Notre-Dame de Bourg.

Une fois diacre, Louis-Emmanuel a été envoyé pour trois ans auprès du père Louis de Raynal (qui appartient aussi à la SJMV). Il est depuis le 1er septembre vicaire des paroisses de Gevrey, l’Etang-Vergy et Gilly-lès-Cîteaux.

Le père Meyer a beaucoup apprécié l'accueil qu'il a reçu, dans une ambiance familiale qui a été pour lui une belle occasion d'enraciner les engagements de son diaconat.

Merci au père Louis-Emmanuel Meyer pour son service dans notre diocèse.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...