Notre Blog Actualités



Posté le 11 fvrier 2015 - Rubrique Chrétiens dans la société

Le titre choisi par Guy Aurenche pour sa conférence du 4 février au Conseil Général de Côte-d'Or, « Solidarité et égalité au cœur de ce monde », caractérise sa vie : homme d'engagement, il a toujours lutté, dans sa profession d'avocat comme dans les associations qu'il a présidées, notamment l'ACAT et le CCFD actuellement, contre les injustices et les inégalités, convaincu qu'un monde du « vivre ensemble » est possible.

Loin de chausser les lunettes roses de l'optimiste naïf, il a choisi de voir les mains qui implorent secours, et de tendre la sienne, au côté de tous ceux qui, comme lui, n'acceptent pas l'inacceptable. Il voit clairement les grands défis de notre temps : interdépendance des pays du monde, toute puissance de la science et des médias, finitude des ressources terrestres, idolâtrie de l'argent, perte des repères, accroissement de la misère. Contre la tentation mortifère du repli sur soi, il en appelle à un sursaut de la conscience.

Les chemins de la solidarité sont les seuls porteurs d'espérance. S'appuyant sur la Déclaration Universelle des droits de l'Homme de 1948 (qui proclame  l'égalité des droits de tous à la nourriture, au logement, à la santé, à l'éducation), ils commencent par un changement d'attitude personnel - refus de toute discrimination -, et par des gestes concrets : liens qui brisent la solitude des victimes pour lutter contre l'injustice, partenariats qui mettent en route des projets de développement pour lutter contre la misère. Ils vont jusqu'à l'action politique, pour alerter les pouvoirs publics et dénoncer les facteurs d'inégalité.

C'est un appel à une véritable révolte spirituelle que le président du CCFD-Terre Solidaire a lancé à son public, venu nombreux malgré le froid hivernal : 250  personnes ont applaudi à cet exposé nourri de chiffres et d'exemples, et aussi témoignage personnel.

 

                                                                    Maguy Minonzio



Photos : © CCFD-Terre Solidaire et Maguy Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 10 fvrier 2015 - Rubrique Jeunes

Les 31 janvier et 1er février, une bonne quarantaine d'étudiants de l'aumônerie de Dijon ont participé à Ecclesia Campus 2015, le rassemblement national des étudiants catholiques de France. Des mini-JMJ qui rassemblaient cette année près de 3000 étudiants des quatre coins de la France et leurs aumôniers à Grenoble autour de thème : « Ose la confiance ».

Dans un monde où la défiance est prédominante, comment faire confiance à nos politiques, nos médias, nos institutions, notre voisin de palier ? Dans un monde où l’avenir peut paraître sombre et incertain, comment avoir confiance en nous-mêmes et en Dieu ?

Grâce à des conférences, des tables rondes, des temps de prière, des célébrations et des ateliers organisés par les différentes aumôneries participantes, ce week-end nous a permis de faire un pas vers la confiance. D’apprendre ou de réapprendre à faire confiance au monde qui nous entoure, mais aussi à Dieu, bienveillant, qui nous guide sur notre chemin de vie.

Nous avons vécu de très bons moments de recueillement, lors des messes célébrées par Mgr de Kerimel, évêque de Grenoble et Mgr Percerou, évêque de Moulins et accompagnateur de la pastorale étudiante. La fête était aussi au rendez-vous avec une veillée de louange le samedi soir et d’échanges avec les familles grenobloises qui nous ont accueillis pour la nuit.

Nous avons même eu la surprise de recevoir un message du Pape François qui nous a invités à « rester solidement ancrés et unis au Christ par la prière, la lecture et la méditation de l’Écriture sainte, la vie sacramentelle, la vie en Église, le service du prochain ».

Deux jours riches en émotions, enseignements et en rencontres.

Osons la confiance !

 

                                                    Sarah Jourdan


Photos : © Ecclesia Campus et CCU

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 09 fvrier 2015 - Rubrique Vie du diocèse

Une journée un peu inédite pour la Vie consacrée du diocèse avait lieu le lundi 2 février à la Maison diocésaine, en cette année où notre Pape François invite l’Eglise toute entière à accompagner et prier particulièrement pour les consacrés, mais qui demande aussi aux consacrés « d’être des hommes et des femmes capables de réveiller le monde ».

Malgré la neige et le froid, nous nous sommes retrouvés une bonne centaine de religieuses, religieux, prêtres diocésains vivant d’une spiritualité, veuves consacrées et vierge consacrée. Mais la nouveauté de cette rencontre était aussi la participation d’une vingtaine de laïcs qui dans l’Eglise qui est en Côte d’Or vivent leur foi dans le sillage d’un fondateur.

Le thème retenu pour la matinée : « Laïcs associés - Visages diocésains » (les Familles Spirituelles liées aux Congrégations)

Que recouvre donc cette réalité de Laïcs Associés ?

Le phénomène des laïcs que nous appelons pour certains des Associés, Oblats, Fraternités, Amis, Affiliés, Réseaux… engagés de manières très diverses dans les Instituts Religieux Apostoliques et Contemplatifs, s’amplifie d’année en année. C’est une prise de conscience de l’Eglise de France, il était bon en diocèse de nous mettre à l’écoute de chacun d’eux.

C’est ainsi que les moines de Flavigny et de Cîteaux, le Carmel de Flavignerot et de Montbard de rite byzantin, que 3 Congrégations de Vie Apostolique et des personnes vivant de la spiritualité de saint Ignace, sont venus participer à cette journée accompagnés de laïcs engagés ou proches de ces « Familles Spirituelles ».

Avec beaucoup de simplicité ils nous ont expliqué et témoigné comment le charisme d’un fondateur, d’une fondatrice, pouvait dans le monde d’aujourd’hui les aider à vivre leur baptême avec les valeurs évangéliques, les soutenir dans leur foi, dans leur vie professionnelle et de famille.

« Baptisés, tous appelés à la sainteté » nous dit le Concile Vatican II, attirés par l’esprit du même fondateur, les religieux et associés sont réunis par un appel, pour des projets, mener une action commune, évangéliser et faire Eglise.

Ainsi la Vie religieuse et les laïcs associés ont en commun dans l’Eglise diocésaine un même souffle missionnaire.

Après un excellent déjeuner, nous avons eu la possibilité de découvrir l’exposition sur la vie d’Anne-Marie Javouhey, fondatrice des Sœurs de St-Joseph de Cluny et de sa grande œuvre missionnaire à Mana en Guyane : la libération des esclaves en 1838.

Une autre exposition itinérante du Service des Vocations étant également déployée à la Maison diocésaine.

Pour la seconde partie de la journée nous avons accueilli Mgr Minnerath pour un enseignement sur la Vie consacrée et un temps d’échange avec les participants.

Une petite pause et nous sommes tous invités à nous rassembler et nous laisser guider par la Lumière qui nous conduit vers la chapelle pour une célébration festive et joyeuse.

Fraternité, sourires, échanges, rencontres, joie, richesses, communion, délicatesses... : des cadeaux reçus et offerts en cette Journée de la Vie consacrée 2015.

Merci à chacun et à tous.


« Je voulais vous dire un mot, et ce mot, c’est la joie. Partout où il y a les consacrés, Il y a toujours de la joie ! » (Pape François)

 

                                                  Les soeurs de la communauté
                                           Saint-Joseph de Cluny de Chamblanc

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 05 fvrier 2015 - Rubrique Chrétiens dans la société

Le Dr Xavier Mirabel, cancérologue, ancien président d’Alliance VITA, est intervenu dans le cadre des conférences « J’ai la foi...quelles conséquences dans ma vie ? » proposées par la paroisse Saint-Bernard de Dijon.

Il est intervenu sur le thème de l’euthanasie : « Acharnement thérapeutique – Mourir dans la dignité – soins palliatifs : quelles différences ? Quels repères ? »

 

 

Devant une salle pleine, le Dr Mirabel a d’abord caractérisé ces notions. S’il dénonce les excès de l’acharnement thérapeutique, il condamne aussi l’euthanasie qui se réduit à supprimer la vie, tout comme la sédation et le droit de mourir dans la dignité. Toutes ces pratiques faussent à ses yeux leur but traditionnel qui est le respect de la vie et l’accompagnement médical attentif au malade ou au mourant ; ainsi font les soins palliatifs qui ont pour but de soigner toutes souffrances physiques et morales et de l’entourer chaleureusement.

Le Dr Mirabel explique l’acharnement thérapeutique et la volonté de choisir sa mort par la volonté de toute-puissance, qu’elle vienne du refus de la science à reconnaître sa défaite, de celui de l’individu aveuglé par la perte de sa dignité sociale ou encore de la prétention de la société à régenter la vie et la mort de chacun selon ses vues, son évolution, des visées individualistes ou économiques.

La question essentielle pour le soignant est de déterminer ce qui est bon pour la santé d’une personne : cela suppose l’exercice de sa mission selon sa conscience et les moyens de formation et d’action nécessaires à une relation de confiance avec le patient et son entourage. L’attention au malade, le respect de sa personne même abîmée, la volonté de soulager et de réconforter balisent cette mission, que la société doit servir et non décourager.

Enfin, le Dr Mirabel a invité l’auditoire à combattre la modification de la loi Léonetti sans baisser les bras, en manifestant, en s’informant (SOS fin de vie), en adhérant aux associations (Alliance Vita) et en écrivant aux autorités.

Qu’il soit remercié.


                                    Un paroissien

 

Le programme des prochaines soirées proposées par la paroisse Saint-Bernard de Dijon est à retrouver ici

 

Photos© Paroisse Dijon-Saint-Bernard

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...