Notre Blog Actualités



Posté le 04 fvrier 2015 - Rubrique Chrétiens dans la société

Pour préparer le deuxième synode sur "La famille", en octobre 2015, les diocèses sont invités à « repenser avec une fraîcheur et un enthousiasme nouveaux à ce que la révélation, transmise dans la foi de l' Eglise, nous dit sur la beauté, sur le rôle et sur la dignité de la famille » (Relatio Synodi 2014, n.4). 

 
Il s’agit de trouver des réponses concrètes aux innombrables défis que les familles doivent affronter aujourd’hui.
 
 
 
 
 
 
 
Les thématiques suivantes pourront être approfondies :

1. Beaucoup de catholiques ont une connaissance imparfaite de la doctrine de l’Eglise sur le mariage et la famille. Il faut donc commencer par rappeler les fondamentaux et approfondir nos connaissances sur ce que l’Eglise a toujours enseigné. 

2. Beaucoup de catholiques vivent hors des liens du mariage religieux. Comment les aider à découvrir la beauté du mariage selon le dessein de Dieu ?

3. Beaucoup de catholiques divorcés au plan civil et remariés pensent être exclus de l’Eglise. Comment les aider à y trouver leur juste place ?
 

Pour nourrir la réflexion et le travail en groupe, le dossier ci-dessous en PDF permettra de bien se pénétrer de la pensée de l’Eglise et d’articuler une parole crédible en direction des couples et des familles blessés par les épreuves de la séparation, de la solitude ou de l’indifférence face aux questions de la vie matrimoniale et familiale.
Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 03 fvrier 2015 - Rubrique Culture et patrimoine

Les deux villages de Gilly-les-Cîteaux et de Vougeot avaient accepté de relever un dur défi, celui de préparer en à peine un an la 71è Saint Vincent Tournante. Pari réussi dans tous les domaines.

Les décorations des deux villages ont recueilli l'admiration des 40 000 visiteurs par leur diversité, leur délicatesse et  leurs couleurs. Les habitants ont redoublé d'efforts pour répondre parfaitement au thème de la fête « Sur le chemin des moines »  et célébrer les 900 ans de la mise en valeur des premières vignes par les moines de Cîteaux.

Chaque quartier devait travailler sur des sujets précis : le défrichage, le potager, le miel, l'élevage, le fromage, la pêche, la vigne, le vin, et bien entendu saint Vincent et la prière. Les résultats furent exceptionnels, certains propriétaires allant jusqu'à rénover la façade de leurs maisons et à faire peindre des scènes viticoles ou des portraits de moines sur les pignons, ou encore sur les portes de grange, oeuvres d'art qui seront offertes encore de longues années au regard des touristes. Les  mises en scène de moines  à la prière ou au travail  -ora et labora- dans des décors remarquablement reconstitués ont eu la palme des photographes. Les villages étaient vraiment au coeur du message de la fête religieuse.

Message fort bien souligné par un office empreint de piété et de bonheur dans une église de Gilly et une Grange de Saulx, bondées comme jamais, où il était retransmis sur grand écran. Devant les nombreux  officiels, les membres de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin emmenés par le Grand Maître Vincent Barbier, et surtout les 83 sociétés de Saint Vincent,  Mgr  Roland Minnerath en présence de Mgr Joseph de Metz-Noblat, évêque de Langres, et de nombreux prêtres, présida l' Eucharistie à l'église, secondé par le père Eric Millot à la Grange. De très beaux chants exécutés par la chorale de Gilly renforcée par des éléments  de Gevrey et de Nuits, une flûtiste et un trompettiste aidaient à la prière. Mgr Joseph de Metz-Noblat dans son homélie évoqua la signification du miracle des noces de Cana, en particulier tout ce que représente le vin dans notre foi.

Les participants, croyants ou non-croyants, ont tous été saisis par le recueillement des assemblées. Nous vivions vraiment une communion fraternelle qui présidera tout au long de ces deux journées.

La foule nombreuse où s'étaient mêlés de nombreux étrangers d' Europe, du Canada, de Chine et d'ailleurs, garda toujours le sourire, la bonne humeur et une tenue irréprochable. La neige qui voulut bien attendre l'après-midi pour tomber très modérément ajouta une touche hivernale fort bienvenue aux décorations.

Je n'oublierai pas les manifestations traditionnelles qui ponctuèrent les différents moments de la journée: le défilé très fourni du château du Clos de Vougeot jusqu'à l'église, le recueillement devant le monument aux morts de Vougeot, les intronisations des anciens vignerons et des personnalités des deux villages, les dégustations dans les caveaux et les banquets comme il se doit. A la Grange de Saulx fut projetée une vidéo pédagogique sur l'abbaye de Cîteaux. Des tableaux du peintre Prégaldiny et une centaine de photographies récentes ou anciennes des deux villages traversés par la Vouge permirent aux visiteurs déjà admiratifs de la qualité de leur patrimoine de repartir avec une excellente impression.

Ce fut une très belle fête où le caractère religieux occupa la place centrale qui lui est due. Les équipes de la paroisse peuvent en être fières. Formons le voeu que cette tradition bourguignonne de la Saint Vincent Tournante garde toujours cet esprit.

 

                                                                           Jean David

 

Photos© Marie-Dominique et Marie-Aleth Trapet

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 02 fvrier 2015 - Rubrique lire, écouter, regarder

C'est aujourd'hui qu'est paru votre numéro d'Eglise en Côte-d'Or du mois de février. Ce mois-ci, nous avons souhaité approfondir un sujet souvent méconnu mais qui suscite toujours beaucoup d’intérêt. 

Le dossier

Le diable, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’est pas un fantasme ou un personnage mythologique mais bien un esprit réel. Mais comme nous le rappelle notre archevêque dans son édito, « le diable est totalement impuissant si nous lui fermons la porte de notre cœur » !

Le péché et le mal restent présents dans notre vie quotidienne puisqu’ils font parties de notre humanité.

Dans ce dossier du mois de février, vous pourrez redécouvrir la manière dont est abordé le mal dans la Bible, comment discerner le bien et le mal, mais aussi quels sont les visages du mal aujourd’hui.

La représentation du diable dans l’art et la littérature est également abordée, et la libération du péché par le ministère de miséricorde ou dans des cas plus rares, par le rite de l’exorcisme, ne sont pas oubliées.

Visages de Prêtres

Dans ce numéro du mois de février, vous ferez plus ample connaissance avec l'abbé Xavier Garban, prêtre de la fraternité Saint-Pierre, qui était l’invité de l’émission « Visages de Prêtres », diffusé  le mois dernier sur RCF en Bourgogne.

Le père Garban, délégué épiscopal à la pastorale de la santé et chapelain de la communauté Ecclesia Dei, revient pour nous sur son ministère de prêtre qui l’a conduit à Dijon. Il évoque entre autres ses années de travail comme courtier en assurance avant son entrée au séminaire de la Fraternité Saint-Pierre à 35 ans, mais aussi le monde de la pastorale de la santé et notamment son rôle d’aumônier des cliniques de Fontaine-lès-Dijon et de Talant.

De nombreux comptes-rendus des évènements diocésains

Dans ce numéro d’Eglise en Côte-d’Or du mois de février, vous retrouverez un compte-rendu de l’envoi en mission de l’Equipe d’Animation Paroissiale des 4 paroisses du Châtillonnais, compte-rendu de la Saint Rémi de Selongey ou encore de la rencontre des évêques de la Province Bourgogne qui s’est déroulée le 15 janvier dernier à Nevers.

Vous retrouverez aussi dans votre revue diocésaine un compte-rendu des vœux de Mgr Minnerath au diocèse, une nécrologie du père Bernard Gourier, prêtre du diocèse de Dijon décédé en décembre dernier,  ou encore, dans le cadre de l’année de la vie consacrée, une présentation de la communauté des filles de la charité de Fain-lès-Moutiers.

 

Toutes ses informations, et bien d’autres encore, sont donc à retrouver dans votre revue Eglise en Côte d’Or, dont le numéro du mois de février vient de paraitre aujourd'hui !

 


N’hésitez pas à vous abonner si vous ne l’êtes déjà, et si vous faites partie de nos lecteurs, merci beaucoup pour votre fidélité !

Vous pouvez vous abonner en ligne à ECO ici !

Eglise en Côte d’Or, revue du diocèse de Dijon, est disponible par abonnement (31 euros par an), à l’accueil de l’archevêché, à l’accueil de la maison diocésaine et sur les tables de presse des paroisses.

Tous ces numéros (10 par an + numéros spéciaux éventuels) sont accompagnés de la lettre d'information du diocèse (4 pages), qui annonce les principaux évènements de l'activité diocésaine.

Eglise en Côte d'Or paraît le 1er de chaque mois.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 30 janvier 2015 - Rubrique Oecuménisme

La semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens s’est déroulée du 18 au 25 janvier 2015. Dans notre diocèse, les rencontres se sont déroulées du 10 au 29 janvier.

Retour sur les différentes rencontres dans notre diocèse de Dijon (première partie de ce retour à retrouver ici)

 

 

 

Eglise Saint-Joseph de Dijon, 21 janvier

Au cœur de la semaine de l'Unité, l'Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (ACAT), mouvement oecuménique dès l'origine, colore chaque année la prière pour l'Unité d'une teinte grave et profonde par son charisme propre de soutien et de veille. C'était particulièrement le cas, cette année, à Saint-Joseph de Dijon, le mercredi 21 janvier, grâce au montage visuel qui accompagnait les lectures : ainsi les visages douloureux des personnes que le groupe de Dijon a pris en charge, ou au contraire la joie des prisonniers libérés et des familles retrouvées, se sont superposés au dialogue de Jésus avec la Samaritaine, et c'était à eux qu'on entendait le Christ promettre d'étancher toute soif. Puis, dans une lente procession, l'assemblée vint porter à la croix toutes les intentions de prière  sous forme de lampes allumées, avant de recevoir la bénédiction finale à trois voix, catholique, protestante et ACAT.

Merci à tous ceux qui ont contribué à donner à cette prière l'ampleur qu'elle méritait, en particulier aux responsables de l'ACAT, Michèle Reviron et Claude Lecinq, au père Dominique Nicolas qui a ouvert les portes de l'église, et à Jacqueline Perwez, de l'EAP, qui a guidé les chants, et  enfin à Bruno Perrin, pour sa magnifique projection.


Maison Ozanam, 22 janvier

La  soirée hebdomadaire du CCU à la maison Ozanam a pris une coloration particulière le jeudi 22 janvier : aux nombreux jeunes étudiants se mêlaient  des personnes plus âgées venues de la paroisse Saint Paul-Sainte Jeanne d'Arc, et de l'Eglise adventiste voisine, à l'invitation conjointe du père Clément, aumônier, du père Dufour, curé,  et du pasteur Perreira, nouvellement installé à Dijon.

Après la présentation réciproque des trois communautés, le père Dufour invita à boire ensemble à la même source, offerte par le Christ dans sa parole, et tout particulièrement dans le dialogue avec la Samaritaine : la lecture et le commentaire de ce long évangile furent au cœur de la célébration, en trois étapes, commentées par chacun des célébrants. Chacun des temps était séparé par des interludes musicaux, qui permettaient d'intérioriser. Puis un petit échange en groupes improvisés servit à exprimer les intentions diverses de la prière d'intercession, qui se termina par la lecture du psaume 139, en écho aux tragiques événements de l'actualité. Enfin la proclamation du symbole des apôtres et la récitation du Notre Père suivies de la bénédiction à trois voix, et  le chant rythmé « Evenou shalom alerem » conclurent  le temps de prière.

L'orchestre improvisé, qui unissait avec bonheur un violoniste  et une violoncelliste adventistes aux jeunes musiciens catholiques fut un symbole fort d'une harmonie fraternelle, au même titre que le joyeux brouhaha qui suivit : rires, sandwichs et discussions animées pour continuer la soirée ! Pour beaucoup ce fut une première, sans doute à renouveler !


Venarey-Les Laumes, 23 janvier

La belle tente de l'église Sainte Chantal de Vénarey- Les Laumes a accueilli, le vendredi 23 janvier, les chrétiens de l'Auxois-Nord pour une fervente veillée  sous le signe de l'eau.

En effet, la rencontre de Jésus avec la Samaritaine, c'est d'abord une longue pause  au bord d'un puits, et un dialogue à partir de l'eau, source de vie spirituelle autant que matérielle. C'est ce thème de l'évangile qui a été évoqué dans le chant  d'entrée « Réveille les sources de l'eau vive », éclairé dans la prédication, et rappelé dans l'invitation à se laver les mains les uns aux autres à la fontaine placée au pied de l'autel, pendant que se déroulait un magnifique  diaporama de sources, de torrents et de cascades .

Il était aussi très beau de percevoir que la préparation de la soirée était une œuvre commune :  le père Canat, curé de la paroisse, apporta la chaleur des mots d'accueil et de l'invitation finale, le père Zoungrana, délégué à l'oecuménisme, assura la présidence de l'assemblée, et madame Gwenaël Boulet , pasteur de l'EPUdF, la lecture de l'évangile et la prédication ; de même les intentions de prière furent présentées tour à tour par des voix catholiques et par des voix protestantes ;  seule manquait cette année la présence du père Nicolas, prêtre orthodoxe résidant à Semur, empêché par la maladie.

Tous les organisateurs se donnèrent la main, dans le choeur, au moment du Notre Père, puis les  célébrants bénirent ensemble l'assemblée, nombreuse et recueillie.

 

Le produit de la quête de cette soirée sera envoyé à trois monastères féminins du sud de la France, un orthodoxe, un catholique, un protestant, pour soutenir leur même effort écologique.


Beaune, 24 janvier

Les pierres de la vieille église Saint-Nicolas de Beaune, avec son porche accueillant et  son choeur flamboyant illuminé, doivent se souvenir des temps anciens où les chrétiens chantaient d'une même voix. En tout cas, elles offrent un cadre propice à une veillée oecuménique.

Si le temps était à la neige, en cette froide  veillée du samedi 24 janvier, c'est avec chaleur que le père Yves Frot, curé de Beaune, accueillit madame Gwenaël Boulet, jeune pasteur tout récemment installée, comme lui, dans ses nouvelles fonctions. Les deux communautés, protestantes et catholiques, s'associèrent dans la prière et dans les chants, soutenus par l'orgue, dans l'écoute de l'évangile, lu par le diacre Jean-Paul Renevret, et dans celle de la prédication, centrée sur le dialogue de Jésus et la Samaritaine. Cette longue pause au bord du puits fut présentée par madame Boulet comme l'occasion d'une révélation à eux-mêmes de chacun : si la Samaritaine peut se découvrir en vérité, elle est aussi la première qui donne à Jésus le titre de Messie. Présenté comme une grâce inattendue dans deux vies très occupées, le texte prit des couleurs contemporaines : savons-nous prendre le temps de la rencontre avec la source de l'eau vive ?

Après la proclamation de la foi commune, les intentions de prière ouvrirent à l'universel, et il fut proposé d'envoyer l'offrande aux chrétiens d'Orient, soutenus depuis longtemps par la paroisse de Nuits-saint-Georges. La bénédiction finale, donnée à la fois  par le père Frot et le pasteur Boulet, fut le point d'orgue de ce temps de prière, préparé et vécu en toute amitié.

 

                                                   Maguy Minonzio

 

Photos ci-dessous (dans l'ordre) : Saint-Joseph (x1), Maison Ozanam (x1), Venarey-Les Laumes (x2), Beaune (x2)

© Maguy Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...