Notre Blog Actualités



Posté le 31 mars 2015 - Rubrique Culture et patrimoine

Voici un demi-siècle, Jean-François Samson, fils de Joseph Samson, fonde avec Jean-Louis Gand l'ensemble Jean-Philippe Rameau : il s’agissait d’organiser les célébrations du deux-centième anniversaire de la naissance de Jean-Philippe Rameau, célébration voulue grandiose par les autorités municipales. Après le succès rencontré par les concerts en l’honneur du grand musicien dijonnais, il n’était pas question pour ces chefs de chœur, héritiers de la grande tradition de la Maîtrise de la Cathédrale dont Joseph Samson avait été le maître de chapelle pendant plus d’un quart de siècle de ne pas poursuivre une aventure musicale aussi bien inaugurée. Ainsi, dès octobre 1964, naissait  l’Ensemble Joseph-Samson.

Depuis 50 ans, l’aventure chorale continue, sous l’impulsion de Jean-Louis Gand. L’éminent musicien, qui, depuis le décès de Jean-François Samson, en octobre 1972, dirige le chœur avec un rare souci d’exigence et de qualité, n’a eu de cesse, tout au long de ces années, d’entretenir un répertoire qui va du Grégorien aux œuvres les plus contemporaines, notamment celles qu’il a écrites. Compositeur déjà récompensé par plusieurs prix internationaux, Jean-Louis Gand est notamment l’auteur de l’Oratorio pour la paix, commande de Dom Olivier Quenardel, abbé de Cîteaux, à l’occasion du neuvième centenaire de la naissance de saint Bernard, ainsi que des œuvres liturgiques d’usage habituel, notamment pour la cathédrale, tel son Magnificat commandé par Alain Chobert alors qu’il dirigeait encore la Maîtrise.

À l’instar de Joseph Samson, Jean-Louis Gand a consacré sa vie au service de la musique. Directeur du conservatoire national de région de Dijon pendant de très nombreuses les années, titulaire de nombreux premiers prix au conservatoire national supérieur de Paris, il ne cesse de composer des œuvres chorales et instrumentales. L’une de ses dernières créations, Maria Mater, pour soprano solo et chœur, reprend une supplique à Marie attachée à la tapisserie de la Collégiale Notre-Dame de Beaune.  L’œuvre, lumineuse et bouleversante, est dédiée à Jean-François Samson. Elle faisait partie du Concert du jubilé.

Au-delà des multiples pérégrinations du chœur en France et à l’étranger (Italie, Allemagne, Suisse, Belgique, Prague, Pologne, etc…), l’Ensemble Joseph-Samson, qui, pendant près de 40 ans a chanté la messe de 10 heures un dimanche par mois à la cathédrale en remplacement de la Maîtrise, a tenu à conserver une mission liturgique à côté de son activité de concerts, la musique sacrée représentant en outre l’essentiel de son répertoire. Le chœur participe ainsi, parfois avec la maîtrise, aux offices de pontificaux et plus largement à la beauté de la liturgie cathédrale en animant chaque année la veillée de Noël et la messe de Minuit,  la fête des Rameaux et désormais la Saint Vincent de Dijon. N’est-ce pas en effet dans la liturgie que les œuvres sacrées trouvent leur accomplissement et leur vérité ?

C’est donc tout naturellement à la cathédrale Saint-Bénigne, cathédrale « enchantée » qui lui est si familière, remplie pour la circonstance, que l’Ensemble Joseph-Samson a donné le dimanche 22 mars son Concert du jubilé , magnifique d’équilibre et de justesse. Outre des motets religieux de Jean-Philippe Rameau et un très beau Stabat Mater d’Emanuele d’Astorga, le concert comportait des œuvres de Jean-Louis Gand et de Joseph Samson ainsi que des polyphonies du XIIIe au XVIe siècle appartenant au répertoire habituel de l’Ensemble. C’est le Magnificat du sixième ton, composée, pour la circonstance, de faux bourdons alternés de Joseph Samson et de Jean-Louis Gand, qui a clôturé ce magnifique concert d’anniversaire.

« On n’arrête pas l’homme qui chante » : cette célèbre formule de Joseph Samson pourrait être la devise de Jean-Louis Gand pour cet ensemble qu’il dirige avec autant de désintéressement que de fougue et de compétence au service de la beauté.

Pour conserver un souvenir de ce moment privilégié, le concert du Jubilé a été enregistré. Un CD  paraîtra courant avril 2015, que l’on pourra se procurer au prix de 10 € outre les frais de port (3,50 € pour un à trois CD) en écrivant à Madame Simone Durnez, 1 cours Général-de-Gaulle  -  21000  DIJON.

 

                                                   Marie-Dominique Trapet


Photos : © Christophe Blanc (couverture) et Marie-Aleth Trapet

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 30 mars 2015 - Rubrique Carnet

Le père André Fournier est décédé ce mercredi 25 mars 2015, et ses obsèques ont été célébrées ce lundi 30 mars en l'église Saint-Michel de Dijon.

C’est le 19 décembre 1923 à Dijon qu’André Fournier est né et c’est en l'église Saint-Michel qu’il a reçu le sacrement de baptême le 6 janvier 1924.

Après avoir étudié et travaillé chez Terrot, il a souhaité entrer au séminaire. C’est à 28 ans qu’il est ordonné prêtre, en 1951.

Au cours de ses 64 années de vie sacerdotale, le père Fournier a eu diverses missions.

 


D’abord vicaire à Saint-Joseph de Dijon, il reçoit en 1955 la paroisse de Verdonnet où il restera jusqu’en 1967.

Durant 3 ans, il sera ensuite curé de Précy-sous-Thil et en 1970, il est nommé curé d’Arnay-le-Duc où il restera jusqu’en 1987.

C'est en raison de ses problèmes de vue qui devenaient aigus qu’il a ensuite été nommé aumônier de l’hôpital général. Il en a arpenté les cours et les services durant 16 années, jusqu’à sa retraite en 2003. Durant cette période, André Fournier a accompagné, aidé, écouté, non seulement tous les malades et leurs familles qui faisaient appel à lui, mais aussi tous les soignants et les autres employés de l’hôpital dont il savait se faire proche.

A la maison du clergé durant 12 ans, il a été non seulement résident mais aussi frère de tous. Et on se souviendra longtemps de ses chansons qu’il composait volontiers pour les anniversaires de chacun.

Le père Fournier est décédé mercredi dernier après quelques jours où il a été plus fatigué et durant lesquels il lui a sans doute été permis de se préparer à rencontrer le Seigneur qu’il a servi tout au long de sa vie.

 

Dans le fichier PDF ci-dessous, vous pouvez retrouver l'homélie des obsèques du père Fournier, prononcée par le père Jean-Paul Clerc, curé de Savigny-lès-Beaune.

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 27 mars 2015 - Rubrique Vie des Paroisses

Après avoir répondu, le 2 février à l’appel du Pape François en célébrant la fête de la Présentation du Seigneur « magistralement » à la Maison diocésaine, c’est bien petitement que nous nous sommes réunis quelques semaines plus tard en soirée dans notre paroisse de Gevrey-Chambertin.

Saint Dominique et saint François d’Assise se sont rencontrés à nouveau, nos deux communautés ont témoigné de leurs activités et de leur spiritualité : les Dominicaines Missionnaires des Campagnes de Gevrey-Chambertin et les petites Sœurs Franciscaines de Jésus-Prêtre de Brochon.

Comme notre Pape nous l’a demandé, nous avons fait mémoire du passé, de nos fondateurs, de nos multiples aventures « avec gratitude » et reconnaissance. Nous avons rendu grâces pour tout ce que nous avons reçu pendant toutes ces années riches en joie, dans une vie pleine de  surprises, de services rendus et de prière.

Avec une assistance nombreuse et très intéressée, nous avons pu répondre aux questions et avoir un temps d’échange et de convivialité très agréable ; nous nous sommes promis d’autres rencontres au cours de cette année afin d’en faire profiter un plus grand nombre et particulièrement les jeunes que nous côtoyons régulièrement.

Réconfortées par les liens que nous pouvons toujours renforcés, c’est avec « Espérance » que nous embrassons l’avenir. Il sera, autrement, il sera comme le Seigneur le voudra mais il sera aussi le fruit de notre travail et de notre expérience. Il répondra toujours aux besoins du moment. Nous le confions à votre prière.

C’est avec « passion » que nous vivons le moment présent. Merci à vous tous qui avez répondu à notre appel. C’est dans la joie que nous nous sommes rencontrés et c’est dans la joie que nous voulons rester au service de Dieu et des hommes dans nos villages, nos paroisses et y vivre chaque jour plus pleinement notre vie de consacrées.

 

                                       Les petites soeurs de Brochon


Photos© DR

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 27 mars 2015 - Rubrique Jeunes

C'est le samedi 28 mars que les 16-25 ans de Côte-d'Or entreront en Semaine Sainte avec la JMJ diocésaine 2015.

Au programme de cette soirée à Dijon : louange, catéchèse de Mgr Minnerath, témoignage, adoration, confessions...

Le thème choisit cette année : "Heureux les coeurs purs".

 

 

 

 

 

Programme :

- 18h00 : Louange dans l'église Saint-Pierre de Dijon

- 18h30 : Catéchèse de Mgr Minnerath (église St-Pierre) sur le thème de la JMJ 2015 « Bienheureux les coeurs purs, ils verront Dieu »

- 19h00 : Partage en petits groupes

- 19h30 : Discussion avec Mgr, questions-réponses

- 20h00 : Dîner sur place pizza-coca-pomme puis déplacement vers l'église Notre-Dame

- 21h00 : Entrée solennel à Jérusalem pour les Rameaux, à l'église Notre-Dame de Dijon

- 21h15 : Témoignage d'un consacré

- 21h30 : Adoration - confessions

- 23h00 : Fin 

 

Page Facebook de l'événement ici*

Teaser de l'événement ici*

 

* faire clic droit puis "ouvrir"

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...