Notre Blog Actualités



Posté le 03 aot 2015 - Rubrique Vie des Paroisses

Une messe pas ordinaire à Chamblanc !

La grange de Martial Pluyaut, à Chamblanc, s’est transformée dimanche 5 juillet en église de paille, de foin, merveilleusement décorée par des tournesols et autres fleurs des champs.

Une famille  était à l’honneur… : celle de Balthazar et Claudine Javouhey en costumes d’époque. C’était en 1798 ! Des habitants de Chamblanc, Le Châtelet et Pouilly ont accepté de jouer ce rôle.)

Pourquoi cette fête ? L’année 2015 a été proclamée par le pape François "année de la Vie consacrée ». Il était tout naturel que les sœurs de la Congrégation créée par Anne-Marie Javouhey, souhaitent revivre et faire revivre aux amis venus de la région l’évènement fondateur : l’engagement d’Anne-Marie Javouhey, donnant sa vie au Seigneur pour l’éducation des enfants et le service des malades.

C’était donc le 11  novembre 1798, qu’à l’âge de 19 ans, elle se consacrait à Dieu dans cette grange (les églises étant fermées depuis la Révolution).

Cet évènement a été vécu dans la joie et une intense émotion. Le frère Jean-Claude, de Cîteaux, a concélébré avec le père Marcel Luedi, curé de la paroisse. Un applaudissement général adressé à tous les acteurs de cette fête a conclu ce moment de prière et de joie.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 01 aot 2015 - Rubrique lire, écouter, regarder

Ce fut une surprise à sa parution en avril dernier : ce livre du P. Emmanuel Pic, prêtre du diocèse de Dijon, n’est pas le commentaire d’un événement récent ou d’un fait de société comme il apprécie de le faire fréquemment, mais un ouvrage d’histoire de l’Eglise.

Est-ce un livre ? Est-ce une peinture comme celles qu’il apprécie et réalise parfois lui-même ? Sans doute les deux, puisqu’il s’agit avant tout d’un tableau présentant une courte et riche période de l’histoire de l’Eglise en France.

Le lecteur est plongé dans la France du début du 17ème siècle en ce temps où politique et religieux sont si liés. Il fait la connaissance de Louis XIII, du cardinal de Richelieu ; il va à la rencontre de Vincent de Paul, Bérulle et de Monsieur Olier ; il partage l’aventure de la réforme de Cîteaux de Paris à la Bourgogne.

On connait Port-Royal pour ses liens avec les grands débats jansénistes : connaître les premières années de cette réforme donne un éclairage tout à fait nouveau à cette époque : alors qu’on pourrait parfois la caricaturer comme un repli, en connaître ses origines la révèle comme une volonté aigue de vivre l’Evangile et d’appliquer la réforme du concile de Trente.

L’auteur nous emmène d’abord à l’abbaye de Tart, près de Dijon, à l’époque dans le diocèse de Langres où son évêque, Monseigneur Zamet, prend la conduite de la réforme. Cela le conduit à la création de l’Institut du Saint-Sacrement. Nous sommes alors naturellement conduits de Port-Royal-des-Champs à Paris et à la rencontre captivante de l’abbé de Saint-Cyran.

Tout au long de ces pages, grâce à une écriture alerte, des dialogues savoureux, des descriptions colorées,  on découvre tout à la fois l’érudition de l’auteur et sa passion pour cette époque. Les protagonistes de cette histoire nous deviennent des familiers et on termine l’ouvrage en ayant envie de prolonger la redécouverte de cette histoire religieuse de la France.

Et lorsque, arrivé à la dernière page, on referme le livre, on se rend compte que cette histoire n’est pas si ancienne qu’on pouvait l’imaginer. Dans l’Eglise, toutes les réformes se réalisent grâce à l’audace et à la ténacité. Hier et aujourd’hui.

Finalement, le Père Emmanuel Pic, n’aurait-il pas voulu aussi décrire notre époque ?

 

Les filles de Dieu. Aux origines de Port-Royal (1608-1638)
Emmanuel Pic, éditions DDB, Paris, 2015.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 30 juillet 2015 - Rubrique Vie du diocèse

Le Père Cyrille LUWALA vient de la République Démocratique du Congo. A partir de septembre prochain, il sera nommé prêtre coopérateur à la paroisse Saint-Pierre de Dijon.

Faisons connaissance…

Né à Bukanga Lonzo en 1974, c’est d’abord dans son pays que Cyrille a suivi des études : au petit séminaire dès 1986 et au Grand Séminaire à partir de 1993 pour étudier d’abord la philosophie puis de 1997 à 2001 la théologie au séminaire St Cyprien de Kikwit.

De 2001 à 2003, Cyrille Luwala a fait un stage au service de comptabilité de son diocèse avant son ordination qui a eu lieu le 20 juillet 2003 pour le diocèse de Kenge (RDC).

Le P. Cyrille Luwala a exercé son premier ministère à Kinshasa en étant chargé des malades tout en collaborant à un projet de développement. En 2006, il sera vicaire, puis curé de paroisse ainsi que recteur d’un collège.

C’est en décembre 2009 que le P. Cyrille est parti en Italie pour y préparer une licence en sciences de la communication à Bari. Et après avoir obtenu cette licence, son évêque lui a demandé de préparer un Master. il choisit alors l’université de Bourgogne, à Dijon, où il est inscrit depuis septembre 2014.

A partir de septembre…

Le P. Cyrille Luwala vient donc d’effectuer déjà une année à Dijon entièrement consacré à ses études. Avec l’accord de son évêque, à partir de septembre 2015, il va pouvoir aussi exercer un ministère paroissial en étant nommé prêtre coopérateur à la paroisse St-Pierre de Dijon tout en logeant à la maison diocésaine. Mais dès cet été, le Père Cyrille Luwala est déjà au service du diocèse puisqu’actuellement il apporte son aide aux paroisses de Gevrey-Chambertin, Gilly-les-Cîteaux et l’Etang-Vergy.

Merci, Père Cyrille, pour votre disponibilité.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 29 juillet 2015 - Rubrique Vie des Paroisses

C'est le 1er septembre prochain que tous les prêtres concernés par les nominations de juin (qui vous ont été communiquées sur ce site) vont entrer dans leurs nouvelles fonctions. Parmi eux, ceux qui deviennent curés d’une ou plusieurs paroisses vont être liturgiquement installés dans leur nouvelle charge. Cela se fait au cours d’une messe habituellement célébrée par le doyen de la paroisse concernée, ou lorsque le curé est lui-même doyen ou est appelé lui-même à recevoir une nouvelle charge, le vicaire épiscopal. Une tradition propre à notre diocèse fait que lorsqu’il s’agit d’un vicaire épiscopal, c’est l’archevêque qui procède à l’installation.

La Liturgie de l’installation des nouveaux curés.

Cette célébration liturgique d’installation comporte quelques temps forts particuliers.

D’abord au début de la célébration, après l’annonce officielle de la nomination, le nouveau curé fait profession de foi. La main posée sur l’Evangéliaire, il introduit le Credo, en disant : « Moi, N., avec une foi ferme, je crois et professe toutes et chacune des vérités contenues dans le symbole de la foi » puis le conclut ainsi : « Que Dieu me vienne en aide, et les Saints Evangiles que je touche de mes mains. »

Au début de la liturgie de la Parole, c’est celui qui préside la célébration qui transmet au nouveau curé le livre de la Parole de Dieu en lui disant : « Par notre Evêque, Dieu vous donne la mission d'annoncer à tous la Parole de Dieu au service de tout le peuple des baptisés. Que Dieu le Père vous donne la générosité de pouvoir proclamer l'Evangile inlassablement et enseigner fidèlement le peuple chrétien. Que Notre Seigneur Jésus-Christ soit en votre cœur  et sur vos lèvres pour annoncer joyeusement la Bonne Nouvelle du salut. Que Notre Seigneur Jésus-Christ vous associe à sa prédication du Royaume arrivé parmi les hommes. »

Au début de la liturgie de l’Eucharistie, il est dit au nouveau curé : « votre ministère, en union avec les autres prêtres, est au service de la sanctification des fidèles, membres du Corps du Christ, par l'Esprit-Saint qui nous est donné. Pour la gloire de Dieu notre Père, vous l'accomplirez par la liturgie, par les sacrements et les autres formes de prières. Vous aurez le souci de faire grandir la charité entre tous. L'Eucharistie, mémorial de la mort et de la résurrection du Christ, signe de l'unité de l'Eglise, en est la source et le sommet. »

Puis avant que le nouveau curé invite au geste de paix, il lui est dit : « Votre charge de pasteur, en union avec vos collaborateurs et sous l'autorité du pasteur du diocèse, est au service de la communion entre tous, dans le mystère visible de la communauté paroissiale, cellule de l'Eglise, Corps mystique du Christ. Que votre ministère de gouvernement se déroule dans la paix et qu’il soit œuvre  de miséricorde et d'amour fraternel. »

 

Cette année, sept prêtres reçoivent une nouvelle charge curiale dans notre diocèse et vont donc vivre cette célébration d’installation  au début du mois de septembre.

Le calendrier des installations des nouveaux curés :

Le Père François BEAL, curé de la paroisse d’Auxonne, sera installé le samedi 5 septembre à 18h en l’église d’Auxonne par Mgr Minnerath.

Le Père Etienne GUILLOT, curé de la paroisse de Fontaine-les-Dijon, sera installé le dimanche 6 septembre à 11h en l’église St Bernard de Fontaine-les Dijon par le RP Bruno Dufour, vicaire épiscopal.

Le Père Franck MOLARD, curé de la paroisse de Saint-Seine-l ’Abbaye, sera installé le dimanche 6 septembre à 10h30 en l’église de St-Seine-l ’Abbaye par le P. Hubert Naudet, doyen.

Le Père Marcel NGOYI AMBS LUEDI, curé de la paroisse de Marsannay-la-Côte, sera installé le dimanche 6 septembre à 10h30 en l’église de Marsannay-la-Côte par le Père Luc Lalire, doyen.

Le Père Vincent RICHARD, curé de Nuits-Saint-Georges, sera installé curé le dimanche 6 septembre à 10h30 en l’église de Nuits-St-Georges.

Le Père José MBIYAVANGA KANDA, curé de Seurre, sera installé le dimanche 6 septembre à 15h en l’église de Seurre par le P. François Béal, vicaire épiscopal.

Le Père Michel PAILLEY, curé de Savigny-les-Beaune, sera installé le dimanche 13 septembre à 10h30 en l’église de Savigny-les-Beaune, par le P. Constanton Yatala, doyen.

 

Ci-dessous, les photographies des nouveaux curés : les Pères François Béal, Etienne Guillot, José Mbiyavanga Kanda, Franck Molard, Marcel Ngoyi Ambs Luedi, Vincent Richard et Michel Pailley.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...