Notre Blog Actualités



Posté le 23 avril 2015 - Rubrique Vie des Paroisses

34 jeunes des paroisses d'Arnay le Duc, Bligny-sur-Ouche, Pouilly-en-Auxois et Sombernon ont franchi une nouvelle étape de leur vie de chrétiens en recevant le sacrement de confirmation.

Trois accompagnateurs ont retracé le parcours d’une sérieuse préparation marquée de rencontres et de différents témoignages, de la retraite à Fain-lès-Moutiers comportant la nuit d’adoration.

Dans son homélie, le père Eric Millot, vicaire général, affirmait qu’être chrétien « est un long apprentissage ». « Votre confirmation a lieu durant le temps pascal ; le Christ est vivant. A vous d’en être les témoins », selon l'évangile de Luc.

Après la profession de foi, chaque jeune s’est avancé accompagné d’un parrain ou d’une marraine : « Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu » dit le représentant de l’archevêque, en traçant une croix sur le front de chacun avec le Saint-Chrême.

Un nouveau groupe de musiciens a apporté son concours à l’animation de cette belle célébration suivie par une nombreuse assistance.

 

                                                                                  Bernard Chevalier


Photos© Bernard Chevalier

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 21 avril 2015 - Rubrique Pèlerinage

C'est ce dimanche 26 avril que se déroulera le sentier Anne-Marie Javouhey à Chamblanc, pour toutes les personnes qui veulent mieux connaître la bienheureuse.

Pèlerinage devenu traditionnel, le sentier Anne-Marie Javouhey propose un parcours de 15 kms qui peut s'effectuer à pieds, à bicyclette ou en voiture.

 

 

Anne-Marie Javouhey (1779-1851), religieuse hors du commun, est considérée comme une célébrité à Mana, en Guyane, où elle œuvra au XIXe siècle pour l’indépendance des esclaves.

En 2007, les responsables de la Route des abolitions de l’esclavage et des droits de l’homme, reconnue par l’UNESCO, envisagent de faire de Chamblanc, Jallanges et Seurre, la 5ème étape de ce circuit. Les municipalités se mettent au travail et créent une association avec les Sœurs de Saint Joseph de Cluny et le lycée rural Anne-Marie Javouhey de Chamblanc. 

Anne-Marie a été béatifiée par le pape Pie XII en 1950.

 

Programme :

Rendez-vous le dimanche 26 avril à 9h30 dans la cour du lycée à Chamblanc pour les piétons. Le parcours gagnera l'église de Seurre, où sera célébrée l’Eucharistie. Puis pique-nique (apporté par chacun) à  la  Salle paroissiale et tous les pèlerins repartiront en direction de Jallanges.

Renseignements : 03 80 21 11 60

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 20 avril 2015 - Rubrique Vie des Paroisses

En 1983, l’église Saint-Joseph de Dijon, dans le quartier de Jouvence, avait défrayé la chronique à cause d’un incendie qui avait en grande partie détruit l’édifice, en particulier la voute et les charpentes. L’orgue qui avait été restauré à la suite de ce sinistre s’avéra très vite insuffisant, nécessitant après plusieurs études d’importantes restaurations et finalement son remplacement.

Le troisième orgue dans l’histoire de cette église vient de toucher à son terme, son inauguration a été réalisée le deuxième dimanche  après Pâques.

Cet instrument allie les techniques les plus sophistiquées de la musique religieuse. Installé au fond du chœur derrière l’autel, cet orgue moderne est assorti d’un  dispositif de commande mobile pouvant se déplacer selon les besoins de la liturgie.

Il comporte trois claviers et un pédalier. L’étude et la fabrication de cet instrument ont été confiées à Dominique Richaud, facteur d’orgue typiquement bourguignon puisqu’il réside à quelques kilomètres de Nuits-Saint-Georges. Le nouvel orgue de Saint-Joseph a été conçu et construit dans la Côte de Nuits.

Dominique  Richaud est venu présenter son instrument au début de l’après midi, en répondant aux questions des paroissiens venus en grand nombre assister au concert inaugural. Cette audition a été réalisée avec le concours de quatre organistes hautement qualifiés : Yves Cuenot, titulaire du grand orgue de la cathédrale Saint-Bénigne, Sylvain Pluyaut, titulaire de l’orgue de Semur-en-Auxois, Jean-Marie Fritz, titulaire de l’orgue de Fontaine-lès-Dijon,  mais également Jean-Bernard Guiboux, titulaire de l’orgue de Saint-Michel de Dijon, qui fut dans ses jeunes années organiste à Saint-Joseph, là où il s’est retrouvé pour cette inauguration et le  concert inaugural.

Ce nouvel orgue a été béni et consacré par Mgr Roland Minnerath, qui fut accueilli par le curé du lieu, le père Dominique Nicolas. Ils concélébrèrent l’Eucharistie avec le père René Roux, l’évangile étant proclamé par le diacre Francis Roy.

La liturgie propre aux inaugurations d’orgues comporte des lectures d’un certain nombre de textes mais aussi une sorte de dialogue entre le célébrant et l’orgue, celui-ci répondant par des accents musicaux. Mgr Minnerath encensa le nouvel instrument en souhaitant qu’il soit un fervent auxiliaire pour les différents offices de la paroisse, évènement heureux ou tristes. Il termina  l’homélie  par ces mots : « Dieu nous a fait la grâce de notre salut », non sans avoir insisté sur la liturgie de ce dimanche : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ».

                                                                                                           
                                                             Jean Clerc


Photos : © Jean Clerc

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 17 avril 2015 - Rubrique Mouvements et associations

Du 16 au 22 Mars, le CCFD-Terre Solidaire accueillait en Côte-d’Or une partenaire du Cambodge. Mme Pisey Ly, animatrice d’une association cambodgienne de formation et de conscientisation des travailleuses des entreprises du textile, est venue pour échanger sur la place de la Femme dans nos sociétés, oh combien différentes. "Les conditions de travail de nos ouvrières sont inhumaines - rapporte Pisey - par exemple, une travailleuse n’a pas le droit de prendre une pose pour aller aux toilettes ; si elle le fait sans l’autorisation de son chef, elle reçoit un avertissement car ça bloque la chaîne de production, et quand elle revient à son poste, immédiatement, ça crée des tensions et des disputes avec les autres travailleuses".

"Notre association milite avec les syndicats qui revendiquent un salaire vital pour les travailleuses", poursuit Pisey. En 2014 "le salaire minimum était l’équivalent de 60$ ; grâce aux luttes menées par les syndicats et les associations de défense des droits de l’Homme, il est passé à 128$, mais cela est encore insuffisant car il devrait être de 283$ pour vivre à peu près dignement".

Pour le CCFD-Terre Solidaire, le soutien à ce type d’associations est fondamental : ces travailleuses doivent connaître leurs droits et prendre conscience qu’elles sont en droit de les défendre. C’est en prenant en charge elles-mêmes leurs revendications, qu’elles pourront faire évoluer les mécanismes socio-économiques mais aussi les mentalités ancestrales. La solidarité internationale est un des principaux leviers pour faire bouger les choses et obtenir, au Cambodge comme partout dans le monde, le respect des droits fondamentaux, comme l’exige l’OIT (Organisation Internationale du Travail). Pour autant la partie est loin d’être gagnée : en janvier 2014, lors d’une grande grève à Phnom Pen, 5 militants ont été tués, 40 blessés et 23 emprisonnés.

Durant cette semaine, Pisey Ly a animé plusieurs soirées publiques : à Beaune, Chenôve, Talant et Chevigny. Elle a pu prendre contact avec plusieurs associations dijonnaises. Elle a également rencontré Mgr Roland Minnerath lors de la visite Pastorale du CCFD-Terre Solidaire : ce fut là aussi un très beau moment d’échange. 

Pisey Ly, qui tenait à découvrir le mode industriel français et ses difficultés, a visité les Ateliers de l’Armançon à Semur en Auxois, la Chocolaterie de Bourgogne à Dijon où elle a pu rencontrer des travailleurs et des travailleuses qui luttent, dans des contextes très différents, pour améliorer leurs conditions de travail ou pour tenter de sauvegarder leur emploi. Les exigences du marché et les violences de notre système économique, que ce soit au Cambodge ou en Côte-d’Or, n’ont décidément plus de frontières !

 

                                                 Didier Thomas
                                        Responsable diocésain
                                                 du CCFD-TS

 

Photos© CCFD-Terre Solidaire et Jean Riegel

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...