Notre Blog Actualités



Posté le 29 juin 2015 - Rubrique Vie des Paroisses

Une tradition récente a fait du 6 juin une journée de commémoration du débarquement des armées alliées sur les plages de Normandie en 1944. La paroisse d’Is-sur-Tille/Grancey, sous la houlette de son curé, le père Vincent Sauer, avait organisé ce 6 juin, une journée mi-détente, chez les gaulois et les romains d’Alésia, mi-prière chez les bénédictins de Flavigny.

Trente-neuf pèlerins se sont retrouvés à la messe matinale à la chapelle, puis ont embarqué dans le car en direction d’Alésia. Nous savions qu’Astérix et Obélix y avaient pris leur quartier d’été et pour les narguer, certains se sont déguisé en gaulois ; mal leur en a pris. Astérix les a fait décoller du sol, comme dans la BD (voir photos).

Malgré cela, la visite du centre d’interprétation fut courte, faute de temps, mais très intéressante : présentation du site de la bataille d’Alésia, des chefs (César et Vercingétorix), des motivations de chacun, des armées en présence, des techniques de combat, des armes lourdes et légères etc… Et sans surprise (nous le savions depuis un certain temps), la bataille s’est terminée par la victoire de César. Puis l’exposition continue par une présentation de la redécouverte du site depuis Napoléon III. Je ne prétends pas résumer la bataille d’Alésia et la conquête des Gaules,  César l’a fait beaucoup mieux que moi et en plus court: Veni, Vedi, Vici, je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu (ce n’est ni du latin d’Église, ni du latin de cuisine, mais du latin de garenne).

Les combats nous ayant affamés, il convenait de se restaurer, ce qui fut fait dans la plaine. Chacun tira de son sac ses provisions de voyage et ce moment convivial se termina pas un mémorable concours de lancer (de cracher) de noyaux de cerises. Les noyaux n’avaient pas été marqués comme à la pétanque (1 rayure pour l’un, 2 rayures pour l’autre, etc…), il a été impossible de déterminer le vainqueur. Il est vrai que l’enjeu, des queues de cerises, n’en valait pas la chandelle. 

L’après-midi fut consacré à la visite de Flavigny-sur-Ozerain : notamment l’ancienne abbaye carolingienne dont la crypte laisse deviner une église abbatiale très imposante.  André en a profité pour essayer l’un des sarcophages. Un détour par le magasin de la fabrique d’anis s’imposait, ainsi fut fait. Autre visite incontournable, l’église paroissiale comporte un beau jubé de pierre et des très belles stalles sculptées de motifs dont la signification échappe souvent aux profanes que nous sommes.

Puis nos pas nous menèrent à l’abbaye Saint-Joseph de Clairval où nous étions attendus. Divisés en deux groupes, certains ont visionné un diaporama sur la vie des moines et les autres ont écouté un exposé sur l’utilité de la vie contemplative. “Nous ne servons à rien”, nous dit le Père Abbé. C’est évidemment une boutade, mais c’est aussi une “opinion” communément véhiculée dans le monde. Pour ne citer qu’une seule phrase, inspirée de saint Ignace : “L’homme est créé pour louer, honorer, et servir Dieu, Notre Seigneur, et, ainsi sauver son âme.” Les moines le font pour eux et aussi et surtout pour le monde. Et en plus ils travaillent pour assurer leur autonomie. Les hommes ont pu visiter leurs ateliers : menuiserie, sculpture, fabrication d’Icônes, atelier PVC et aluminium, imprimerie… Nous ne pouvions pas quitter l’abbaye sans assister aux vêpres et ainsi conclure, en prière, notre journée. 

 

                                  Un paroissien d'Is-sur-Tille


Photos© Paroisse d'Is/Grancey
 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 26 juin 2015 - Rubrique Vie des Paroisses

Une belle célébration s'est déroulée en la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon pour la fête de la Sainte-Trinité. En effet, 73  jeunes du doyenné Dijon-Centre (aumônerie Carnot, paroisses Saint-Bénigne, Saint-Bernard et Saint-Joseph) ont reçu des mains de l'archevêque le sacrement de confirmation.

Mgr Minnerath insista dans sa prédication sur ce don de l'Esprit, qui demeure permanent et disponible à l'intérieur de nous-mêmes, quand bien même il pourrait nous arriver d'oublier la communion de ce Dieu Trinité d'amour et de confiance.

Quelques semaines avant la célébration, les jeunes ont profité d'un accueil très bénéfique des communautés religieuses de Fain-lès-Moutiers et Saint-Loup-sur-Aujon pour un temps de retraite, et ont également été marqués par la découverte des temps d'adoration nocturne silencieuse.


                                            Père Dominique Nicolas
                                    Doyen du doyenné Dijon-Centre

 

Photos© Thierry de Girval

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 25 juin 2015 - Rubrique Jeunes

Une journée peu ordinaire  a été organisée par le collège Saint-Michel de Dijon.

Il y a eu tout d’abord la journée sportive qui a réuni les élèves, les professeurs et les parents autour d’animations différentes (cross, ateliers divers, tournoi de football).

Puis, la mode était au chapeau haut de forme, à la queue de pie et à la robe longue pour la soirée où tous les enseignants étaient habillés sur le thème des années 1900 pour fêter le 110ème anniversaire de la fondation du collège.

L’ambiance était à la fête. Sur fond de musiques de l’époque, les élèves de 3ème se sont livrés à quelques imitations de leurs professeurs suivies d’interprétations théâtrales et musicales.

La traditionnelle remise des prix du mérite et d’excellence était le point d’orgue de cette soirée. Ces récompenses valorisent le travail, la persévérance, le sérieux des élèves et l’excellence de leurs résultats. Ils sont également l’occasion de célébrer leurs qualités humaines : camaraderie, sens du service, engagement et prise de responsabilité.

Les familles étaient venues nombreuses pour partager ce moment de fête et dire un dernier au-revoir à monsieur des Boscs, chef d’établissement, qui quittera ses fonctions à la rentrée prochaine pour prendre la direction du collège Sainte-Jeanne d’Arc de Genas, dans l’est lyonnais.

 

                                     Yannick Dupin

 

Légendes photos : © Yannick Dupin

 

- Une partie de l’équipe pédagogique de Saint-Michel habillée en tenue d’époque

- Le directeur de Saint-Michel sur les échasses

- Le collège en tenue de fête

- Beaucoup de monde présent pour ce grand jour (© Collège Saint-Michel)

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 24 juin 2015 - Rubrique Prière, veillée, célébration

En mars, au cours de la "Nuit des Témoins", nous avons prié pour les chrétiens persécutés.

Ce jeudi 25 juin, l'Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (ACAT) de Dijon célébrera sa "Nuit des veilleurs".

L'ACAT organise depuis des années dans diverses paroisses cette soirée, une veillée de prière pour que cessent dans le monde les tortures sous toutes les formes et particulièrement la peine de mort.

Cette année, la "Nuit des veilleurs" se déroulera le jeudi 25 juin à 19h30 dans la chapelle de la Maison diocésaine (9 bis, bd Voltaire à Dijon).

 

 

Pourquoi prier ?

La prière consiste à entrer dans une relation d'amitié et de contemplation devant Dieu et son amour, dans une attitude d'accueil et de confiance. Celle-ci devient confiance aussi devant nous-mêmes et devant le monde. Alors la prière peut devenir détente des forces pour vivre, et progressivement accès à une paix intérieure. Le recueillement est nécessaire à la qualité de la vie humaine. La prière est d’abord une démarche gratuite.

Certains pensent aussi qu’il est plus important de se dévouer au service des autres que de passer du temps à prier.

Certes, ce qui est le plus important dans la vie chrétienne, c’est l’amour. Le grand commandement c’est « aimer Dieu et son prochain ». Mais pour aimer vraiment son prochain, la prière est nécessaire. Sans ce contact avec Dieu, notre service des autres peut devenir une activité égocentrique. Sans la prière, l’action risque de dégénérer en agitation. La prière change la qualité de notre relation avec ceux pour qui nous nous dévouons. Elle nous permet d’éviter les déviations possibles du "service des autres" comme se croire indispensable.


Source : site national de l'ACAT

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...