Notre Blog Actualités



Posté le 09 novembre 2015 - Rubrique Oecuménisme

C’est en expert que Mgr Minnerath a répondu à cette question, en ouvrant le 13 octobre, le 32e cycle de conférences de l’association Renaissance au Centre Universitaire Catholique de Bourgogne. Il est membre depuis 2006 de la commission mixte internationale de dialogue théologique entre l’Eglise catholique et l’Eglise orthodoxe ; il est également coprésident de la commission nationale.

Notre archevêque a insisté sur son amour sans mélange pour la tradition orientale  et notamment les pères de l’Église. Il a exposé les raisons des difficultés actuelles du dialogue entre catholiques et orthodoxes qui relèvent moins de divergences théologiques que d’une certaine distance psychologique, et de la lourdeur de l’héritage historique.

Des tentatives de rapprochement eurent lieu au cours de conciles d’Union, à Lyon en 1274 et à Florence en 1431. Le Concile Vatican II a provoqué un renouvellement, avec la rencontre de Paul VI et du Patriarche Athénagoras à Jérusalem en janvier 1964, et la création de la commission internationale de dialogue en 1980, qui a permis en 2007 la diffusion du document de Ravenne sur la nature sacramentelle de l’Eglise. Mais de nombreux freins subsistent, générant une certaine méfiance : le souvenir toujours présent du sac de Constantinople par les croisés en 1204, et la présence de catholiques de rite byzantin depuis le XVIème siècle, en Ukraine et en Roumanie. L’existence des patriarcats historiques ou nationaux entraîne une grande difficulté pour obtenir des points d'accord qui permettent une avancée commune sur les problèmes ecclésiologiques.

Mgr Minnerath nous invite à découvrir la richesse de tradition orientale par  les rencontres et la prière.

 

                              Jean-François Minonzio
 


Photos : © Maguy Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 06 novembre 2015 - Rubrique Vie des Paroisses

L’invitation à servir a été le fil conducteur de la messe dominicale du 18 octobre, à la paroisse Saint-Joseph de Dijon.

Affirmée dès le chant d’entrée, cette exigence du Christ était celle de l’évangile du jour : « Le fils de l’Homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir » (Marc 10, 45) et elle fut rappelée et commentée par le père Millot, vicaire général, dans son homélie. En cette journée missionnaire mondiale, elle concerne l’Eglise universelle, auprès de tout homme, sans exclusive, et donc la communauté paroissiale toute entière, auprès de tous les habitants, jeunes ou âgés, proches ou lointains.

Pour soutenir tout au long de l’année cet élan missionnaire, en collaboration avec les pères Nicolas et Roux, l’Equipe d’Animation Paroissiale (EAP) s’est renouvelée et élargie: à l’appel du père Millot ont répondu présents, aux côtés du diacre Francis Roy et de la coordinatrice, Clotilde Buy, messieurs D.Cousin et R.Poissonnier, pour annoncer, C.Compagnone et A.Schaal, pour célébrer, P.Lagneau, pour servir, ainsi que Jacqueline Perwez, également chargée de la communication. La lettre d’envoi de Mgr Minnerath leur a donné mission pour trois ans.

Belle route à ces compagnons qui ont répondu avec la simplicité de la prière lue avec les enfants à la fin de la messe : «Tu m’appelles, Seigneur, les autres ont besoin de moi. Amen. »

 

                                                                                  Maguy Minonzio


Photos© Maguy Minonzio et DR

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 05 novembre 2015 - Rubrique Prière, veillée, célébration

La chapelle du Carmel de Flavignerot était comble pour la célébration du cinquième centenaire de la naissance de sainte Thérèse d’Avila. Les cérémonies de ce dimanche 18 octobre ont commencé par le chant des vêpres  avec notamment une psalmodie : « Sainte Thérèse notre Mère, tu nous apprends le chemin de perfection. »

Mgr Minnerath présida l’Eucharistie, il était entouré de dix prêtres. Devant l’autel, la représentation de sainte Thérèse d’Avila reposait sur quelques reliques.

Après la proclamation de l’Evangile de  saint Jean par le père Jacques Descreux, l'archevêque prononça l’homélie. Il fut question dans ses propos de la sagesse, rappelant que sainte Thérèse d’Avila  était obsédée par son attachement au Christ  avec lequel  elle traça son chemin.

"L’Esprit fait de Dieu des hommes libres" dit-il, insistant sur la nécessité comme le fit Thérèse de savoir revenir à la source et de découvrir en Dieu "un trésor inépuisable".

Les sœurs carmélites  interprétèrent à la communion un chant tiré d’un poême de sainte Thérèse de Jésus : "Je suis à Toi Seigneur , pour Toi je suis née, pour Toi je veux vivre. Seigneur que veux-tu de moi ?"  et de clore cette célébration par le Magnificat.


                                        Jean Clerc


Ce dimanche 8 novembre, les soeurs du Carmel de Flavignerot fêteront la bienheureuse Elisabeth de la Trinité.

15h45 : concert spirituel de violon avec Natacha Triadou
16h45 : vêpres
17h30 : Eucharistie présidée par le P. Bernard Card, curé de la paroisse Dijon-Saint-Michel

 

Photos© Jean Clerc

 

                                                     

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 04 novembre 2015 - Rubrique Ordination

La fête de Toussaint offrait un cadre liturgique solennel à l’ordination diaconale de Claude Compagnone, à la veillée du 31 octobre dernier, dans l’église Saint-Joseph de Dijon.

Son engagement fut ainsi accueilli et béni par Mgr Minnerath dans la joie de toute la communauté rassemblée : famille, amis, paroissiens, prêtres et diacres, mais aussi dans la communion de tous les saints, invoqués dans la longue litanie prévue par le rituel.

L’évangile des Béatitudes, et notamment l’appel de la première, « avoir un cœur de pauvre », s’adressait tout particulièrement, comme l’a souligné l’homélie de l’archevêque, à un nouveau diacre, envoyé comme témoin de la présence du Christ parmi les hommes. Ce sera justement la mission de service du nouveau diacre, et particulièrement au sein de l’ Equipe d'Animation Paroissiale (EAP) qui vient d’entrer en fonction.

Claude et Isabelle, qui fêtaient aussi leurs vingt-cinq ans de mariage, ont accepté, avec l’appel au diaconat, une nouvelle étape de vie, encore plus généreuse et ouverte à tous. La belle icône offerte par leurs amis diacres et leurs épouses, les aidera à vivre dans la prière la fidélité à cet engagement radical : pour la plus grande gloire de Dieu et la joie de toute l’Eglise, visible et invisible.

 

                                                              Maguy Minonzio 

Photos
© Maguy Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...