Notre Blog Actualités



Posté le 05 aot 2015 - Rubrique Vie des Paroisses

Le pape François a proclamé l’année 2015 comme Année de la Vie consacrée. Elle a officiellement commencé le 30 novembre 2014, premier dimanche de l’Avent et prendra fin le 2 février 2016.

La paroisse de Nolay  a choisi de marquer cet événement en organisant une rencontre avec les sœurs carmélites de Mazille (71) juste avant l'été.

Nous étions 24 paroissiens à prendre le départ de Nolay pour  rejoindre le carmel. En arrivant, nous découvrons le long de la colline un bâtiment à la fois austère et propice au recueillement offrant une très belle vue sur les monts du Mâconnais. L’église dessinée par José-Luis Sert, grand architecte catalan, nous ouvre ses portes pour l’office de 11h, présidé par notre curé, le père Constantin Yatala Nsomwe. Le programme se poursuit par un repas en silence et se prolonge par une rencontre avec deux sœurs du carmel.

Sœur Marie-Agnès, native de Saint-Aubin, très heureuse de retrouver des amis d’enfance et sœur Julie, toute jeune carmélite, nous ont fait partager leur rayonnement et leur foi et nous ont fait découvrir « leur famille paysanne » : chacune des religieuses se voit confier, selon leur compétence, une responsabilité : l'une conduit un tracteur, l'autre cultive la vigne, d’autres s’occupent du bétail.

Le débat s’est ensuite prolongé autour des actions de dialogue œcuménique et interreligieux avec des communautés juives, orthodoxes, protestantes et musulmanes, témoignages qui réchauffent le cœur, en contrepoint de l’actualité.

Un très beau moment de prière,  de recueillement, de paix, de retour aux vraies valeurs spirituelles et aussi temporelles.


                                   Noël Belin


Photo : © Paroisse de Nolay

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 04 aot 2015 - Rubrique Vie du diocèse

Durant cet été, alors que la Maison diocésaine s’est sensiblement vidée de tous ceux qui y travaillent tout au long de l’année, ce sont de nombreuses entreprises qui habitent actuellement les grands couloirs et les diverses salles. En effet, comme cela avait été annoncé dans la revue « Pierre d’Angle », divers travaux ont débuté.

Deux chantiers ont ainsi commencé : d’abord la réhabilitation de quatre appartements qui, dès le 1er septembre, seront occupés par des prêtres ou des étudiants. Ensuite, la salle Samson, qui pouvait accueillir jusqu’à présent 140 personnes pourra dans quelques semaines en accueillir 200 en déplaçant quelques cloisons. Ce nouvel aménagement du premier étage aura également l’avantage d’améliorer la circulation dans les couloirs et de mieux matérialiser l’accès aux sorties de secours.

Et dans les derniers jours du mois d’août, ce sera l’accueil de la Maison diocésaine qui sera en travaux : l’entrée du « 9 bis » sera en effet réaménagée pour devenir plus fonctionnelle.

Lorsque ces chantiers seront terminés, une nouvelle phase de travaux commencera dans une autre aile des bâtiments avec la création d’un local pour les archives diocésaines d’une part et l’aménagement de la Maison générale de la congrégation des Sœurs Dominicaines Missionnaires des Campagnes d’autre part.

Ces deux chantiers importants dureront plusieurs mois et la revue « Pierre d’Angle » ne manquera pas de vous tenir informés de l’avancement des travaux. 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 03 aot 2015 - Rubrique Vie des Paroisses

Une messe pas ordinaire à Chamblanc !

La grange de Martial Pluyaut, à Chamblanc, s’est transformée dimanche 5 juillet en église de paille, de foin, merveilleusement décorée par des tournesols et autres fleurs des champs.

Une famille  était à l’honneur… : celle de Balthazar et Claudine Javouhey en costumes d’époque. C’était en 1798 ! Des habitants de Chamblanc, Le Châtelet et Pouilly ont accepté de jouer ce rôle.)

Pourquoi cette fête ? L’année 2015 a été proclamée par le pape François "année de la Vie consacrée ». Il était tout naturel que les sœurs de la Congrégation créée par Anne-Marie Javouhey, souhaitent revivre et faire revivre aux amis venus de la région l’évènement fondateur : l’engagement d’Anne-Marie Javouhey, donnant sa vie au Seigneur pour l’éducation des enfants et le service des malades.

C’était donc le 11  novembre 1798, qu’à l’âge de 19 ans, elle se consacrait à Dieu dans cette grange (les églises étant fermées depuis la Révolution).

Cet évènement a été vécu dans la joie et une intense émotion. Le frère Jean-Claude, de Cîteaux, a concélébré avec le père Marcel Luedi, curé de la paroisse. Un applaudissement général adressé à tous les acteurs de cette fête a conclu ce moment de prière et de joie.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 01 aot 2015 - Rubrique lire, écouter, regarder

Ce fut une surprise à sa parution en avril dernier : ce livre du P. Emmanuel Pic, prêtre du diocèse de Dijon, n’est pas le commentaire d’un événement récent ou d’un fait de société comme il apprécie de le faire fréquemment, mais un ouvrage d’histoire de l’Eglise.

Est-ce un livre ? Est-ce une peinture comme celles qu’il apprécie et réalise parfois lui-même ? Sans doute les deux, puisqu’il s’agit avant tout d’un tableau présentant une courte et riche période de l’histoire de l’Eglise en France.

Le lecteur est plongé dans la France du début du 17ème siècle en ce temps où politique et religieux sont si liés. Il fait la connaissance de Louis XIII, du cardinal de Richelieu ; il va à la rencontre de Vincent de Paul, Bérulle et de Monsieur Olier ; il partage l’aventure de la réforme de Cîteaux de Paris à la Bourgogne.

On connait Port-Royal pour ses liens avec les grands débats jansénistes : connaître les premières années de cette réforme donne un éclairage tout à fait nouveau à cette époque : alors qu’on pourrait parfois la caricaturer comme un repli, en connaître ses origines la révèle comme une volonté aigue de vivre l’Evangile et d’appliquer la réforme du concile de Trente.

L’auteur nous emmène d’abord à l’abbaye de Tart, près de Dijon, à l’époque dans le diocèse de Langres où son évêque, Monseigneur Zamet, prend la conduite de la réforme. Cela le conduit à la création de l’Institut du Saint-Sacrement. Nous sommes alors naturellement conduits de Port-Royal-des-Champs à Paris et à la rencontre captivante de l’abbé de Saint-Cyran.

Tout au long de ces pages, grâce à une écriture alerte, des dialogues savoureux, des descriptions colorées,  on découvre tout à la fois l’érudition de l’auteur et sa passion pour cette époque. Les protagonistes de cette histoire nous deviennent des familiers et on termine l’ouvrage en ayant envie de prolonger la redécouverte de cette histoire religieuse de la France.

Et lorsque, arrivé à la dernière page, on referme le livre, on se rend compte que cette histoire n’est pas si ancienne qu’on pouvait l’imaginer. Dans l’Eglise, toutes les réformes se réalisent grâce à l’audace et à la ténacité. Hier et aujourd’hui.

Finalement, le Père Emmanuel Pic, n’aurait-il pas voulu aussi décrire notre époque ?

 

Les filles de Dieu. Aux origines de Port-Royal (1608-1638)
Emmanuel Pic, éditions DDB, Paris, 2015.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...